Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Musique : « Je veux retourner à l’école », une mélodie pour les élèves déscolarisés du sahel

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • vendredi 10 septembre 2021 à 15h19min
Musique : « Je veux retourner à l’école », une mélodie pour les élèves déscolarisés du sahel

Trois artistes -Alif Naaba du Burkina Faso, Safiath du Niger et Vieux Farka Touré du Mali-, ont unis leurs voix pour chanter « Je veux retourner à l’école ». Le lancement du clip a eu lieu le 9 septembre 2021 à Ouagadougou. C’est un projet de l’ONG Save the Children qui plaide en faveur des enfants déscolarisés du Sahel.

La dégradation de la situation sécuritaire dans le Sahel (Burkina Faso-Mali-Niger) a occasionné la déscolarisation de 700 000 élèves. A ce jour, 3 864 écoles sont fermées dans le Sahel central. C’est fort de ce constat, que trois musiciens, à savoir le Burkinabè Alif Naaba, la Nigérienne Safiath et le Malien Vieux Farka Touré, ont lancé un cri de cœur musical. Le résultat de ce projet a donné « Je veux retourner à l’école ». Ce featuring est un plaidoyer des artistes auprès des gouvernants. Ils souhaitent ainsi la sécurisation et un retour effectif des enfants à l’école dans les zones affectées par le terrorisme.

Le présidium

L’initiative vient de l’ONG Save the Children qui veut, à travers la musique, lancer également sa campagne de plaidoyer dénommée « Back to School » (sauvez notre éducation, en français). Elle marque la célébration de la journée internationale pour la protection de l’éducation contre les attaques dont la date est le 9 septembre. Selon Benoît Delsarte, directeur pays de Save the Children, si la situation au sahel perdure, les Etats risquent de perdre une génération entière qui n’aura pas été éduquée.

« Dans le Sahel, il y a plus de 3 864 écoles fermées, 700 000 enfants en sont affectés et 19 000 enseignants qui sont laissés en rade. Notons que, plus longtemps les enfants seront déscolarisés, plus il y a des chances que ces enfants ne reviennent jamais à l’école. La situation est dramatique, surtout pour des enfants qui ne vont pas à l’école. Ils sont beaucoup plus exposés à certains abus et violences, notamment le mariage, les travaux forcés et au risque d’être enrôlés par certains groupes armés », a-t-il expliqué.

Les participants à la cérémonie du lancement officiel du clip « Je veux retourner à l’école »

Il a soutenu qu’investir dans l’éducation pendant les situations de crise aide à briser le cycle des conflits. Cela favorise également la promotion de la tolérance, du vivre ensemble, de la paix et de la réconciliation. D’où les félicitations qu’il adresse aux artistes qui ont collaboré sur cette chanson. « Ils ont su mettre en symbiose leurs cordes vocales dans cette belle mélodie pour la cause des enfants. Je salue à sa juste valeur leur engagement et leur disponibilité ».

Des artistes engagés

Ces trois artistes n’ont pas été choisis au hasard. Dans leurs différents pays, ils militent depuis de nombreuses années pour le bien-être des enfants. Ils se disent être des porte-voix de ces milliers d’enfants privés du droit à l’éducation.

Séance de questions/réponses entre les journalistes, les artistes et les représentants de Save the Children

Alif Naaba, n’a pas manqué de rappeler leur engagement pour la cause des enfants du Sahel. « C’est un projet que j’affectionne particulièrement, surtout qu’il s’agit de la question des enfants et notamment de leur éducation. Je pense que tout artiste doit prendre aujourd’hui son bâton de pèlerin et faire de la sensibilisation. Quand nous avons été approchés pour imaginer le projet, j’étais très ravi. Safiath et Vieux Farka Touré, les artistes avec lesquels nous avons travaillé, sont eux aussi engagés dans leur démarche artistique. Nous avons pu trouver les mots qui répondent éventuellement aux besoins des enfants. C’est une très belle chanson et un beau clip. Le message concerne la réalité des enfants », affirme-t-il.

Benoît Delsarte, directeur pays de Save the Children

Dans les prochains jours, la chanson sera diffusée dans les médias. Elle est actuellement disponible sur la chaine YouTube de Save the Children. Ces artistes espèrent que « Je veux retourner à l’école » aura un écho favorable chez les décideurs et, pourquoi pas, chez les groupes armés.

Alif Naaba, artiste chanteur burkinabè

A ce jour, les attaques terroristes ont occasionné le déplacement de 1,9 millions de personnes dans ces trois pays du Sahel.

Samirah Bationo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Musique : « Je ne chante pas pour des trophées », révèle Prince Wendemi
Musique : Batieba Dull veut séduire le monde entier avec sa musique
Musique : Duden J signe « Le retour du brave »
Promotion de la culture au Burkina : Quand le théâtre s’invite au musée
Musique au Burkina : Smarty dompte le stade municipal de Ouagadougou
Foire internationale du livre de Ouagadougou : Les exposants crient à la morosité du marché
Nuits atypiques de Koudougou : La 26e édition a tenu son pari
Donsharp De Batoro, Kundé d’or 2021 : « Ce trophée vient récompenser toute la filière art oratoire »
Burkina Faso : "La Ruche", un festival destiné à l’éveil du jeune public
Théâtre : le spectacle jeune « Beoogneere, l’espoir de la savane », présenté en avant-première
Burkina Faso : L’institut Goethe ouvre le bal de la 7e édition du festival de films scientifiques
Ciné Droit Libre 2021 : Alpha Blondy et Youssoupha, parrains de la 16e édition
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés