Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

« Moah, le fils de la folle », une œuvre qui défend les laissés-pour-compte

Accueil > En librairie • LEFASO.NET • dimanche 20 juin 2021 à 16h23min
« Moah, le fils de la folle », une œuvre qui défend les laissés-pour-compte

L’écrivain et journaliste chroniqueur burkinabè, Clément Zongo, a dédicacé le samedi 19 juin 2021 à l’institut français de Ouagadougou son nouveau roman. Il est intitulé « Moah, le fils de la folle ». C’est une œuvre à la fois de fiction et de réalité. L’auteur défend ici les laissés-pour-compte notamment les personnes qui souffrent de maladie mentale.

« Moah, le fils de la folle ». C’est le titre du dernier roman de l’écrivain et chroniqueur Clément Zongo. Le samedi 19 juin 2021, il l’a présenté aux médias et aux amoureux de la lecture. C’est une œuvre de 210 pages qui retrace l’histoire réelle et fictive de Moah et de sa mère qui ne jouit pas de toutes ses facultés mentales. Ainsi, l’auteur raconte la souffrance endurée par ces deux personnes. Il fait aussi ressortir le succès du petit garçon en dépit de son passé douloureux.

Clément Zongo, l’auteur du roman

Pour clément Zongo, au début c’était la réalité. Mais à la fin ce fut la fiction. Il a expliqué que son histoire a débuté un certain mois de juin 2016. Il était en train de passer au marché de Katre Yaar quand il a vu un attroupement de femmes. Il s’est donc arrêté pour voir. Il s’est rendu compte alors que c’est un enfant qui était en pleur, qui criait. Il passait entre les mains des femmes. Toutes essayaient de l’amener à arrêter ses pleurs. L’auteur sera tombé des nues quand il verra la mère. C’était une malade mentale.

La dédicace s’est faite en présence d’amoureux de la lecture

Elle avait les cheveux en broussaille, sales, crasseux. L’enfant refusait d’aller chez sa mère. Pendant ce temps, un grand vent se préparait. Après, c’était aussi une grande pluie. « Comment ils font pour être à l’abris ? », s’interrogeait-t-il. C’est ainsi qu’il décida de faire en sorte que l’enfant ait un autre destin dans un autre monde. C’est celui du monde de la fiction. Clément Zongo a confié avoir pris 16 mois pour écrire son œuvre. Il a d’ailleurs obtenu en 2017, le premier prix roman de la semaine nationale de la culture avec cette œuvre. Il invite les uns et les autres à venir en aide aux démunis, aux laissés-pour-compte. Le roman est disponible en librairie au prix unitaire de 4 000 F CFA.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Littérature financière : « La banque en Afrique, ce que vous n’apprenez pas à l’école », un ouvrage qui lève le voile sur la banque
Littérature : « La réconciliation nationale en trompe-l’œil au Burkina », le nouvel ouvrage du colonel Lona Charles Ouattara
Littérature : « Yelbeedo ou les racines du mal », le nouveau roman de Constant Nana
"Mon corps et l’amour" : L’abbé Kizito NIKIEMA fait réfléchir sur la sexualité
Burkina/Littérature religieuse : Partir du corps humain dans la Bible pour édifier l’homme, des pièges de la mort
Commission épiscopale de la pastorale de la santé : Un livre pour alerter sur les dangers des méthodes contraceptives artificielles
Terrorisme au Sahel : Nabons Laafi Diallo propose « un regard à partir du Burkina Faso »
Littérature religieuse au Burkina : Père Basile Paré exhorte les chrétiens à faire un dépassement « du San Gôlô au Christ Vainqueur »
Réconciliation nationale et économique : Les leçons et perspectives de l’ancien député Amadou Traoré
Littérature : Delwende Nabayaogo écrit pour "Rendre notre nation forte et prospère"
Littérature/Burkina : Mariam Ouédraogo veut transmettre les valeurs traditionnelles à travers le conte
Littérature : Sabari Christian Dao invite à préserver le patrimoine culturel immatériel du Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés