Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve» Antoine De Saint-Exupéry

Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 22 février 2021 à 23h15min
Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

Alors que la problématique de négocier avec les terroristes continue de faire échos dans le débat public, ces derniers temps, depuis le passage du Chef du gouvernement au parlement, le président de la Conférence épiscopale Burkina-Niger, Mgr Laurent Dabiré, pense que l’Eglise n’y est pas opposée. Il donne la vision de l’Eglise dans cette capsule vidéo.

Vos commentaires

  • Le 22 février à 15:00, par JKORO En réponse à : Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

    Mais mon Père, les connaissez vous ? Ont ils donner leurs revendications ?.........................................

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 15:23, par Lom-Lom En réponse à : Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

    Cette position est et demeurera invariable, on le savait d’avance ! De toute façon, c’est une chanson aussi vieille que Mathusalem et il ne faut pas attendre plus que ça de l’Eglise catholique. Pourtant, dans son fonctionnement à elle, il n y a des choses non négociables entre ses composantes notamment dans la hiérarchie de l’Eglise. Alors qu’elle fasse l’effort de comprendre que si une partie des enfants d’une même case sont décidés à la bruler entièrement afin qu’elle disparaisse de la terre, les autres qui ne voient la chose de la même manière peuvent réagir autrement pour préserver l’existence de la famille. Si tout le monde était dans la logique de la destruction et de l’élimination des autres, le mode serait vide aujourd’hui. C’est pourquoi, tout en faisant l’effort de comprendre la position de l’Eglise sur la question, nous didons qu’il y a une limite à la négociation et qu’il aura des choses non négociables quand on veut vivre en société civilisée !

    Répondre à ce message

    • Le 22 février à 19:02, par Silam En réponse à : Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

      Bonjour Lom-lom,
      J’ai lu avec beaucoup d’attention votre message. Je comprends et je respecte votre opinion. Cependant, je ne la partage pas.
      Comment faites vous pour connaitre ces "choses non-negociables" ? Il faut bien aller les ecouter et comprendre pourquoi ils nous attaquent.
      Venons-en a l’exemple de la case brulee par une partie des enfants de la famille. Je partagerais votre avis si les autres membres de la famille pouvaient empecher de bruler la case familiale. Malheureusement, force est de constater que la case continue de bruler malgre les efforts consentis.
      Ce n’est pas une faiblesse de discuter. En revanche, c’est une faiblesse et meme une honte de n’avoir pas pu organiser les elections sur toute l’etendue du territoire. Quand on ne peut plus, il faut le reconnaitre. Refuser de reconnaitre qu’on est impuissant face a un probleme est irresponsable.
      Bien entendu dans toute discussion, toute mediation ou negociation, on accepte certaines choses et on refuse d’autres. Mais le premier pas est qu’il faut s’asseoir et discuter.
      A bon entendeur, salut !

      Répondre à ce message

    • Le 23 février à 06:20, par Séverin En réponse à : Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

      Merci. parfois il est mieux d’avoir une idée de ce qui sont le terrain. celui là est burkinabè. ’’une dame cherchait une ration de subsistance on a eu à causer sur le sujet. elle tenait un enfant de moins deux ans. elle m’a dit si on nous chassait seulement il n’y avait pas de problème. le problème on ne retrouvera plus nos maris. que dire à cette dame monseigneur ?que dire à l’enfant quand il sera grand. si vous refusez ce qui doit être fait le cycle recommencera tôt ou tard. l’église doit saluer le dévouement de nos fds et volontaires.Merci. parfois il est mieux d’avoir une idée de ce qui sont le terrain. celui là est burkinabè. ’’une dame cherchait une ration de subsistance on a eu à causer sur le sujet. elle tenait un enfant de moins deux ans. elle m’a dit si on nous chassait seulement il n’y avait pas de problème. le problème on ne retrouvera plus nos maris. que dire à cette dame monseigneur ?que dire à l’enfant quand il sera grand. si vous refusez ce qui doit être fait le cycle recommencera tôt ou tard. l’église doit saluer le dévouement de nos fds et volontaires.Merci. parfois il est mieux d’avoir une idée de ce qui sont le terrain. celui là est burkinabè. ’’une dame cherchait une ration de subsistance on a eu à causer sur le sujet. elle tenait un enfant de moins deux ans. elle m’a dit si on nous chassait seulement il n’y avait pas de problème. le problème on ne retrouvera plus nos maris. que dire à cette dame monseigneur ?que dire à l’enfant quand il sera grand. si vous refusez ce qui doit être fait le cycle recommencera tôt ou tard. l’église doit saluer le dévouement de nos fds et volontaires.Merci. parfois il est mieux d’avoir une idée de ce qui sont le terrain. celui là est burkinabè. ’’une dame cherchait une ration de subsistance on a eu à causer sur le sujet. elle tenait un enfant de moins deux ans. elle m’a dit si on nous chassait seulement il n’y avait pas de problème. le problème on ne retrouvera plus nos maris. que dire à cette dame monseigneur ?que dire à l’enfant quand il sera grand. si vous refusez ce qui doit être fait le cycle recommencera tôt ou tard. l’église doit saluer le dévouement de nos fds et volontaires.Merci. parfois il est mieux d’avoir une idée de ce qui sont le terrain. celui là est burkinabè. ’’une dame cherchait une ration de subsistance on a eu à causer sur le sujet. elle tenait un enfant de moins deux ans. elle m’a dit si on nous chassait seulement il n’y avait pas de problème. le problème on ne retrouvera plus nos maris. que dire à cette dame monseigneur ?que dire à l’enfant quand il sera grand. si vous refusez ce qui doit être fait le cycle recommencera tôt ou tard. l’église doit saluer le dévouement de nos fds et volontaires.Merci. parfois il est mieux d’avoir une idée de ce qui sont le terrain. celui là est burkinabè. ’’une dame cherchait une ration de subsistance on a eu à causer sur le sujet. elle tenait un enfant de moins deux ans. elle m’a dit si on nous chassait seulement il n’y avait pas de problème. le problème on ne retrouvera plus nos maris. que dire à cette dame monseigneur ?que dire à l’enfant quand il sera grand. si vous refusez ce qui doit être fait le cycle recommencera tôt ou tard. l’église doit saluer le dévouement de nos fds et volontaires.Merci. parfois il est mieux d’avoir une idée de ce qui sont le terrain. celui là est burkinabè. ’’une dame cherchait une ration de subsistance on a eu à causer sur le sujet. elle tenait un enfant de moins deux ans. elle m’a dit si on nous chassait seulement il n’y avait pas de problème. le problème on ne retrouvera plus nos maris. que dire à cette dame monseigneur ?que dire à l’enfant quand il sera grand. si vous refusez ce qui doit être fait le cycle recommencera tôt ou tard. l’église doit saluer le dévouement de nos fds et volontaires.Merci. parfois il est mieux d’avoir une idée de ce qui sont le terrain. celui là est burkinabè. ’’une dame cherchait une ration de subsistance on a eu à causer sur le sujet. elle tenait un enfant de moins deux ans. elle m’a dit si on nous chassait seulement il n’y avait pas de problème. le problème on ne retrouvera plus nos maris. que dire à cette dame monseigneur ?que dire à l’enfant quand il sera grand. si vous refusez ce qui doit être fait le cycle recommencera tôt ou tard. l’église doit saluer le dévouement de nos fds et volontaires.Merci. parfois il est mieux d’avoir une idée de ce qui sont le terrain. celui là est burkinabè. ’’une dame cherchait une ration de subsistance on a eu à causer sur le sujet. elle tenait un enfant de moins deux ans. elle m’a dit si on nous chassait seulement il n’y avait pas de problème. le problème on ne retrouvera plus nos maris. que dire à cette dame monseigneur ?que dire à l’enfant quand il sera grand. si vous refusez ce qui doit être fait le cycle recommencera tôt ou tard. l’église doit saluer le dévouement de nos fds et volontaires.

      Répondre à ce message

  • Le 23 février à 04:26, par Sidpassata Veritas En réponse à : Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

    Alors que dans le titre et dans le commentaire d’introduction le journaliste parle de négociation, dans la vidéo, l’évêque dit qu’ils n’ont pas d’opposition par rapport à "cette question" sans qu’on ne sache de quelle question il s’agit. Puis il poursuit en parlant du dialogue comme une manière générale de résoudre les problème. Ensuite il parle de conditionnalités et émet alors des questionnements. Il termine en disant la responsabilité du gouvernement à trouver les moyens pour une solution profonde de la crise.
    Je me méfie de la manière de procéder du journalisre :
    Quand on connait comment d’habitude, l’Église nuance ses propos sur les sujets de société, peut-on, à partir de ce morceau de vidéo, dire honnêtement et sérieusement que ces quelques phrases traduisent clairement et nettement la position de l’Église catholique sur la question de la négociation avec les terroristes ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 07:59, par Je ne dirai pas négocier mais ... En réponse à : Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

    Le mot négocier ne colle pas ici mais plutôt dialoguer pour comprendre leurs préoccupations, revendications. Si c’est leur Etat de l’Azawad qu’ils veulent créer et qu’une partie est dans notre cher Faso, il faut être franc et clair pour leur dire c’est impossible. Et s’ils s’entêtent à continuer leurs tuéries, ils nous verront sur leurs chemins jusqu’à ce qu’ils ne tuent le dernier des burkinabè pour s’emparer non seulement de cette portion mais de tout le Faso.
    Il y a assez de places ici pour toute personne qui veut s’installer à condition de respecter les lois et autres droits du Faso, libre à lui de garder sa nationalité ou de prendre celle du Burkina Faso. Notre Faso est Un et Indivisible. La Patrie ou la Mort, Nous Vaincrons !
    Signé : L’Etalon Enragé

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 11:27, par Sabaabo En réponse à : Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

    Moi je pense que le journaliste devrait afficher clairement et avec exactitude la question qu’il a posée à l’évêque. Cela permettrait de mieux comprendre les propos du prélat.
    Ensuite, les uns et les autres devraient écouter attentivement les propos de l’évêque avant toute réaction. Et pourtant, il a été clair, prudent et nuancé.
    Pour ceux qui n’ont pas pris le soin de l’écouter, voici la transcription :
    "Nous n’avons pas eu de position par rapport à cette question. Mais d’une façon générale, l’église pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes. Maintenant, il reste à savoir, est-ce-que tout le monde est disposé ? Est-ce qu’on peut dialoguer ? Dans quelles mesures on peut dialoguer ? Ce sont des conditionnalités qui sont à voir. Qui veut entreprendre un dialogue doit savoir qu’il doit répondre à toutes ces questions avant d’en arriver aux échanges. Je pense que le gouvernement est souverain et responsable et prendra les mesures idoines qu’il faut pour aller vers une solution profonde de cette crise que nous vivons".
    À l’analyse, il y a 5 affirmations dans les propos du prélat :
    1. En ce qui concerne la voie à suivre pour venir à bout du terrorisme dans notre pays, l’Eglise n’a pas de position. Autrement dit, il n’appartient pas à l’église de dicter quoi que ce soit et elle n’a pas une solution miracle à proposer.
    2. Il reste vrai que de façon générale le dialogue est le meilleur pour résoudre les problème.
    3. Mais pour que la voie du dialogue puisse être applicable, il y a des préalables, c’est à dire des conditions à remplir de part et d’autre.
    4. Il appartient au Gouvernement de vérifier si, dans notre cas, tous les préalables sont remplis avant d’engager éventuellement le dialogue.
    5. Quoi qu’il en soit, nous avons confiance que le gouvernement trouvera la voie à suivre.
    Pour ma part, je tire mon chapeau à l’évêque pour sa prudence et sa neutralité qui ne souffrent pourtant d’aucune indifférent.
    Merci Mgr.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 12:01, par Tounsida En réponse à : Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

    J’ai juste l’impression que le journaliste essaie d’attribuer à Monseigneur des propos qu’il n’a pas tenu. C’est dangereux ! Il dit que l’Eglise n’est pas opposé au dialogue. Il précise la nécessité que les deux parties soient disposées au dialogue et enfin que tout cela revenait à notre gouvernement de juger de la pertinence des moyens à mettre en oeuvre pour faire régner la quiétude (ce qui n’exclut pas l’application de la force). Heureusement qu’il y’a une vidéo.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 12:06, par Thién En réponse à : Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

    Négocier est déjà un aveu d’impuissance et négocier quoi avec qui ?
    Si des gens se cachent pour vous attaquer sans jamais vous dire le pourquoi, que voulons nous négocier et avec qui, puisqu’ils se cachent ?
    C’est au début qu’il fallait se poser cette question avant de rentrer dans la guerre ! Ainsi on aurait su pourquoi on fait la guerre et avec qui !
    Au stade actuel négocier c’est avec le couteau sous la gorge et c’est accepter les conditions de l’autre puisque l’on a tenté de résister et on s’est rendu compte qu"on ne pouvait pas...
    Ce serait alors aider le voleur à transporter ses bien qu ’il est venu volés !
    Non ! On ne doit pas négocier tant que c’est bandits ne sortiront pas et n’agiront pas à visage découvert !
    Comme le dit : " Tends le bras et tu finiras par donner tout ton corps !
    On n’aura jamais la paix de cette manière !

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 13:16, par Boris En réponse à : Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

    Mon salut fraternel a tous les titrologues qui comme à leurs habitudes se limite au seuls titres pour commenter sur le forum. Jkoro, Loom-lomm, severin, je vous salue.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 13:33, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

    Un pays dirigé par des morts peut-il avancer ? Que les nécrophages de bord se calment pour apaiser les cœurs afin que le pays aille de l’avant. Ressasser continuellement le passé ne rend service à personne car si on cherche bien dans le passé de tout un chacun, il y aurai matière à épiloguer.
    Que les insurrescrocs en faso dan fani laisse pour eux afin que le pays aille de l’avant.
    A bas tous les insurgés escrocs en faso dan fani pour que vive un BF de paix et de concorde !!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 17:33, par Nabiiga En réponse à : Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

    ......le meilleur chemin pour résoudre les problèmes .

    Tiens, tiens, le meilleur chemin pour résoudre des problèmes, mais lesquels. Comment peut-on avoir un problème avec quelqu’un sans que la personne ne le sache, Comment peut-on avoir un contentieux si profond que des zones entières de notre territoire sont livrées à des attaques sans que nous, les victimes, nous ne sachions ce que sont ces problèmes. Qu’est-ce qui empêche ceux qui se sont biaisés voire même offensés, de nous faire part de leurs doléances. On n’assiste, nous, qu’à des attaques partout dans notre territoire sans que nous sachions le pourquoi et maintenant, il faut régler ces problèmes par les négociations, mais comment négocier car on est au courant d’aucun problème. Qu’on nous le dise. Voici une église catholique en panne d’idées

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 08:18, par Look En réponse à : Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

    Ce n’est pas exactement ce que moi j’ai compris de la vidéo.
    Il n’exclus pas le dialogue mais pense que cette responsabilité incombe aux gouvernants.
    Soyez fidèle dans vos écrits.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 02:24, par Dibi En réponse à : Négociation avec les terroristes : « L’Eglise pense que le dialogue est le meilleur chemin pour résoudre les problèmes », Mgr Laurent Dabiré

    Les Eglises, Mosquées, Temples ou Synagogues sont des lieux où ces questions qui confinent aux guerres de religions sont mises sous le tapis quand il n’y a pas le rapport de force, ou exacerbées confessionnellement quand le rapport de force est là.
    Il ne faut pas s’attendre à autre chose de la part d’un prélat ou d’un Imam ou d’un Pasteur. Ils sont dans le siècle ou la cité quand et comme ça les arrange ou pas.
    Ce sont des métaphysiciens et des idéalistes qui œuvrent à l’ordre établi et rien de plus. Si le pouvoir bouge, ils iront dans le même sens. Ce ne sont pas des révolutionnaires.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Du "thé vert de Chine" contenant des résidus de pesticides détecté sur le marché
Région du Centre-Nord : Le Maire de Pensa mis aux arrêts
Promotion immobilière au Burkina : Traité d’arnaqueur, le PDG d’Abdoul service international contre-attaque
Gestion immobilière : « La SOCOGIB fait face à des terroristes terriens », s’indigne un souscripteur
Inhumation de la députée Claudine OUEDRAOGO : De hautes personnalités mobilisées
Extrémisme violent : « Le phénomène de radicalisation n’est pas seulement religieux… », dépiste Dieudonné Ouédraogo, assistant de programme au CGD
Ouagadougou : Une demi-tonne de poulets de contre bande saisie par la police municipale
Concours directs 2021 : Les candidats invités à se créer des comptes
Journée mondiale de l’audition 2021 : Dépister, réhabiliter, communiquer
Religion : Alfred Di Ban Ki-Zerbo, l’esclave sauvé par la Vierge Marie
Violences basées sur le genre au Burkina : Le 80 00 12 87 pour dénoncer les cas
Organisation du Bac par le ministère de l’Enseignement supérieur : « On ne peut pas donner un diplôme à un élève qu’on n’a pas enseigné », estime André Eugène Ilboudo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés