Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «A chaque fois que tu tombes, ramasse quelque chose » Oswald Avery

Fonds de réhabilitation et de fermeture des mines : Certaines sociétés minières ne contribuent pas, révèle un rapport de l’ONG Orcade

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • LEFASO.NET • jeudi 13 août 2020 à 21h50min
Fonds de réhabilitation et de fermeture des mines :  Certaines sociétés minières ne contribuent pas, révèle un rapport de l’ONG Orcade

Ce jeudi 13 août 2020, s’est ouverte, à Ouagadougou, une conférence publique de présentation de deux rapports produits par l’ONG Orcade, avec l’appui du National Democratic Institute (NDI). Le premier rapport analyse la mise en œuvre de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) au Burkina Faso et le second se penche sur les rapports d’études et d’impacts environnementaux et sociaux dans le secteur minier.

Le premier jour de la conférence publique est consacré au rapport d’information et d’analyse sur l’évolution de l’ITIE (Initiative pour la transparence des industries extractives) au Burkina Faso. Ce rapport prend en compte la période 2008 (année à laquelle le Burkina Faso a adhéré à l’ITIE) à 2019.

A en croire Jonas Hien, directeur des programmes à Orcade, il s’agit, à travers ce rapport, « de voir après une décennie de mise en œuvre de l’ITIE dans notre pays, quels sont les acquis, quelles sont les insuffisances et quels sont les défis qui nous reste à relever pour créer les conditions de promotion de la transparence, de la redevabilité, en un mot de la bonne gouvernance minière dans notre pays. »

Le deuxième jour de la conférence sera, lui, consacré au rapport d’analyse des rapports d’études d’impacts environnementaux et sociaux dans le secteur minier. Il s’est agi, dans ce rapport, de collecter « ce qu’on appelle les rapports d’études d’impact environnemental et social pour regarder qu’est-ce que ça renferme comme informations et données et de les analyser », explique M. Hien.

Jonas Hien se désole que certaines sociétés minières ne contribuent pas au Fonds de réhabilitation et de fermeture des mines

Les données collectées pour ces rapports, sont sous forme de monitoring. Ce qui permet de comparer les données d’année en année pour voir quelles sont les variations dans chaque aspect pris en compte dans le rapport : la collecte de revenus miniers, la répartition, l’insuffisance dans la gestion du secteur minier au Burkina Faso ou encore les recommandations. Pour ce faire, les présents rapports se fondent sur des rapports déjà fournis par l’ITIE.

Mise en œuvre plutôt satisfaisante de l’ITIE au Burkina Faso

A en croire Jonas Hien, la mise en œuvre de l’ITIE au Burkina Faso durant cette première décennie est plutôt satisfaisante, malgré les insuffisances qui subsistent. « Nous avons fait des progrès très importants, mais il y a également des défis tout aussi importants que nous devons relever et nous pensons que c’est ça qui doit nous interpeller », a-t-il laissé entendre.

Pour ce qui est du rapport sur les rapports d’études d’impacts environnementaux et sociaux, le bilan est bien plus mitigé, notamment en ce qui concerne le Fonds de réhabilitation et de fermeture des mines. C’est un fonds que les sociétés minières alimentent pour pouvoir réhabiliter, à leur fermeture, tous les dégâts environnementaux qu’ils ont créés. « A ce niveau, il y a quand même des insuffisances ; le rapport a révélé qu’il y a des sociétés minières qui, depuis leur installation, n’ont pas contribué du tout ; qu’il y a des sociétés minières qui n’ont pas payé la totalité, qu’il y a un problème de suivi des sociétés minières sur les questions environnementales », se désole M. Hien.

Une vue des participants

D’où l’intérêt donc de ce rapport, qui va « nous permettre de savoir qui ne fait pas son travail quelque part et qu’est-ce que chacun de nous va faire. Imaginez un site minier qui n’a pas été réhabilité du tout, comme c’est le cas de Kalsaka aujourd’hui ; ou au moment de la réhabilitation, on se rend compte que la cotisation faite par la société minière est insuffisante. C’est notre argent à tous que l’Etat sera obligé de prendre pour compléter, afin de pouvoir réparer ces dégâts que nous n’avons pas causer », explique M. Hien.

Les participants à cette conférence publique sont issus des structures de l’Etat, des organisations de la société civile, des compagnies minières, de membres du comité de pilotage de l’ITIE, de représentants du secrétariat permanent de l’ITIE et des partenaires d’Orcade.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mine : Dix étudiants en fin de stage à IAMGOLD Essakane reçoivent leurs attestations
Energies renouvelables : CEASO-AI mobilise la société civile des pays francophones d’Afrique de l’Ouest
Secteurs des mines : Un atelier pour valider la stratégie nationale du contenu local
Mines au Burkina : Les conventions minières expliquées aux acteurs
Bagassi/Boucle du Mouhoun : La mine sous-terraine qui fait des merveilles
Installations solaires au Burkina : « Dans des services publics, 50 à 70% ne fonctionnent pas au-delà d’une année », déplore l’ingénieur Gilbert Kazienga
Energies renouvelables en Afrique : La Chine en exemple pour une transition énergétique réussie
Exploitation minière : Les activités de IAMGold portées à la connaissance du chef du gouvernement
Mines et carrières au Burkina : Les acteurs veulent encourager la fourniture locale de biens et services aux sociétés minières
Secteur minier au Burkina : Faso Mine and Services se fortifie par un accord avec le groupe Phœnix Precious Metals
Le Burkina Faso a désormais sa propre usine de fabrication de panneaux solaires
Mines : Hounde Gold Operation construit des infrastructures au profit de la commune
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés