Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Dossier Norbert Zongo : Des journalistes demandent à la France la prise d’un décret pour l’extradition de François Compaoré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Norbert Zongo • LEFASO.NET • samedi 14 décembre 2019 à 00h25min
Dossier Norbert Zongo : Des journalistes demandent à la France la prise d’un décret pour l’extradition de François Compaoré

A l’occasion du 21e anniversaire de l’assassinat du journaliste d’investigation, Norbert Zongo, et trois de ses compagnons, une délégation de journalistes a remis un appel, ce vendredi 13 décembre 2019 à l’ambassadeur de France à Ouagadougou. Ils demandent aux autorités françaises la prise d’un décret, « dans les plus brefs délais », pour l’extradition de François Compaoré.

Inculpé dans l’affaire Norbert Zongo, pour incitation à assassinat, François Compaoré n’a pas encore été extradé de la France vers le Burkina Faso. Et pourtant la Cour d’appel de Paris, dans sa décision rendue le 5 décembre 2018, avait autorisé l’extradition du frère cadet de l’ancien président déchu, Blaise Compaoré. Cette décision avait d’ailleurs été confirmée par la Cour de Cassation, le 4 juin dernier.

En visite à Ouagadougou, le 28 novembre 2017, le président Français, Emmanuel Macron, avait rassuré que tout serait mis en œuvre pour faciliter l’extradition de François Compaoré.

Depuis lors, les journalistes et autres acteurs de défense des droits de l’homme et de la liberté d’expression attendent. Impatiemment. Elles attendent le « OK » de l’exécutif français. « La justice française a fait sa part du travail en toute indépendance et impartialité. Le gouvernement français, malgré ses gages de bonne foi, tarde à prendre le décret d’extradition », regrette un groupe de journalistes qui, à l’occasion du 21e anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo et ses compagnons sur la route de Sapouy, est allé remettre un « appel » à l’ambassadeur de France, Luc Hallade.

Conduite par le coordonnateur du Centre national de presse Norbert Zongo, Abdoulaye Diallo et les premiers responsables de l’Association des journalistes du Burkina, la délégation en a profité pour inviter les autorités burkinabè à prendre les dispositions nécessaires pour obtenir de l’exécutif français la prise de ce décret.

Après réception du document, l’ambassadeur Hallade a rassuré ses hôtes d’un jour, que les autorités françaises mettront tout en œuvre pour régler cette situation « dans les meilleurs délais ».

HFB
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 décembre 2019 à 22:08, par Lucide En réponse à : Dossier Norbert Zongo : Des journalistes demandent à la France la prise d’un décret pour l’extradition de François Compaoré

    La question qui est traité ici c’est l’impunité. Que peut on attendre la France. Je ne nous comprends pas sincèrement.
    DIALLO est l’un des promoteurs de Ciné Droit Libre qui d’ailleurs pour la session de cette année se clôture demain.
    Il y a eu la participation du grand Pr OBENGA, de Dr LY et d’imminentes personnalités. Soit il n’écoute pas le Pr soit soit c’est moi qui suit complètement hors sol.

    La France ne nous aidera jamais a vaincre l’impunité. Il faut trouver d’autres moyens. En tant que leader (je le considère comme tel qui draine des centaines de ’lutteurs’) s’il n’a pas encore compris cela, je pense que notre émancipation n’est pas pour demain.

    Ce geste à l’endroit de la France est incompatible avec conseils de nos sages. Ça veut qu’on ne les écoutent pas.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2019 à 08:15, par Prince Sanmatenga à Montpellier France En réponse à : Dossier Norbert Zongo : Des journalistes demandent à la France la prise d’un décret pour l’extradition de François Compaoré

    Les chiens aboient, la caravane passe. De quelles personnalités parle - t-on au Burkina. on ne brûle pas un humain dans un pays de sages. D’ailleurs ne confondons pas sages et intellectuels. Il a été clairement dit dans les facultés ici que les intellectuels n’apportent pas de lumière à la politique. En Afrique, seul Nelson Mandela a été cité comme sage intellectuel qui a été utile dans la politique des hommes. Arrêtons donc d’ignorer ce qu’on croit. En attendant, meme si la France ne va jamais aider le Burkina à vaincre l’impunité, Dieu aidera, puisque nous sommes tous, bons ou méchants ses esclaves. Espérons donc avec la France et avec Dieu.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2019 à 13:35, par Ka En réponse à : Dossier Norbert Zongo : Des journalistes demandent à la France la prise d’un décret pour l’extradition de François Compaoré

    Prince Sanmatenga à Montpellier France, tu dis : ’’’’’En Afrique, seul Nelson Mandela a été cité comme sage intellectuel qui a été utile dans la politique des hommes.’’’’’’ Je confirme : Car, si on regarde dans le marigot de nos hommes politiques au Burkina, ou précisément quelques jeunes avocats ou juristes qu’on peut considérer des intellectuels qui peuvent donner des leçons aux autres, lorsqu’ils entrent en politique, ils ne sont pas différents des pires dictateurs du passé. Lorsqu’ils mettent leur savoir au service des détenteurs du pouvoir, ils ne sont que d’ignobles courtisans. Et émettant ici une opinion qui ne regarde que moi, je dis que l’Afrique est malade de ses intellectuels.

    Pourtant mon cher internaute Prince Sanmatenga à Montpellier France, ‘’’’nos intellectuels surtout ceux dont qui ont eu la chance d’avoir le denier publique pour s’instruire soit dans les facultés de Paris, Montpellier, doivent savoir qu’exister véritablement comme être humain, surtout prendre la décision de servir son pays, c’est vivre pour son idéal et se dévouer à cet idéal comme fut Mandela, Thomas Sankara, Lumumba et tant d’autres. Voilà ce que nous apprennent la vie et la mort. Je prends toujours plaisir de te lire. Des hommes comme des anciens candidats à l’élection présidentiel a ne citer que Ouampousga François Kaboré du parti fondé par Ki Zerbo, ont passé par les Facultés de Montpellier comme toi. Continu comme ça, pourquoi pas toi dans l’avenir ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2019 à 15:02, par Nabiiga En réponse à : Dossier Norbert Zongo : Des journalistes demandent à la France la prise d’un décret pour l’extradition de François Compaoré

    C’est bien beau de demander à la France d’extrader François mais il ne faut que l’arbre cache la forêt. Le concerné principal est François lui-même. Demandons avec insistance à François de rentrer. C’est lui le concerné, La France n’a qu’un rôle à jouer. Adressons-lui un courriel ou une lettre recommandée pour lui rappeler que le Burkina est son pays et le Burkina l’attend. Sinon, je peine à comprendre pourquoi, du coup, il ne veut plus entendre parler de la patrie qui la nourrit. A-t-il fait quelque chose ? A-t-il détourné la femme de son voisin ? Qu’est-ce qu’il a bien pu faire au Burkina si bien qu’il lui faut engager les services des avocats pour l’aider à ne pas rentrer dans son pays. Écrivez-lui une simple lettre.

    Répondre à ce message

  • Le 15 décembre 2019 à 08:34, par Prince Sanmatenga à Montpellier France En réponse à : Dossier Norbert Zongo : Des journalistes demandent à la France la prise d’un décret pour l’extradition de François Compaoré

    Ka ton opinion regarde fortement le Burkina et meme pas toi. C’est les sages qui gouvernent les hommes avec leurs problèmes et non les intellectuels à problèmes. Un politicien intellectuel a dit au Burkina labas (j’étais devant mon petit écran) quand le pays voulait basculer qu’il n’a pas de conseils à prendre de qui que se soit en matiere de politique. Après le pays a basculé et je l’ai vu (toujours devant mon petit écrans) chez sa Majesté le Mogho Naba pour demander des conseils. Je pense comme toi que ce comportement est une maladie intellectuelle qui rend malade le Burkina, l’Afrique et peut etre meme en Europe. Ils sont combien les politiciens intellectuels qui sont allés chez le Mogho pour demander des bénédictions pour accéder au pouvoir ? Tout le monde. La sagesse dans la tradition ne s’achète pas, c’est Dieu qui donne et on se contente que de ça. Le Mogho ne va jamais refuser de bénir quelqu’un mais ses bénédictions vont avec celui qui est bon, qui n’a pas de mauvais calculs dans sa tête. pour preuves à propos des bénédictions ou de ce qu’on peut avoir chez le chef, un candidat à la chefferie traditionnel était entrain de fabriquer ces cordes le jour de la désignation, le chef qui désigne a dit de l’appeler et c’est lui qu’il a désigner chef du village laisser les richards et tout le monde était content. Soyons sages pour prétendre au pouvoir. Ka n’ayons pas peur de dire et surtout de dénoncer la merde au Burkina pour vivre meilleur.

    Répondre à ce message

  • Le 15 décembre 2019 à 09:40, par TANGA En réponse à : Dossier Norbert Zongo : Des journalistes demandent à la France la prise d’un décret pour l’extradition de François Compaoré

    Cela ne sert à rien de demander à la France l’extradition de qui que ce soit. Tout le monde entier a vu le président français demandé aux présidents Africains de bâillonner leurs peuples. Alors, on dit simplement à l’ambassadeur de France que ils doivent nous remettre François compaoré ou lui même n’a pas de raison d’être au Burkina vu que il n’y a pas de coopération.

    Répondre à ce message

  • Le 15 décembre 2019 à 11:54, par Prince Sanmatenga à Montpellier France En réponse à : Dossier Norbert Zongo : Des journalistes demandent à la France la prise d’un décret pour l’extradition de François Compaoré

    En tout cas Mba Tanga, c’est Monsieur l’Ambassadeur de la France au Burkina qui doit agir sur le dossier de Norbert pour réparer l’humiliation comme je l’ai dit du Maire de Béziers Monsieur Robert Ménard et respecter la coopération entre les peuples. Les intérets des peuples français et Burkina ne sont pas au stade de la vie des bourreaux de Norbert. le problème de Norbert est une question de vie de tout un peuple qui a peur de vivre. agissons donc

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Affaire Norbert Zongo : Les avocats de François Compaoré demandent au Conseil d’État français de transmettre au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité
Affaire Norbert Zongo : « Il n’est pas exclu qu’on revive un nouveau 13 décembre », avise Almamy KJ au regard du contexte actuel
Commémoration de l’assassinat de Norbert Zongo : Depuis le cimetière de Gounghin, le CODMPP et la CCVC renouvèlent leur détermination à poursuivre la lutte
22e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo : L’extradition de François Compaoré exigée
Assassinat de Norbert Zongo et ses compagnons : 22 ans après, les Burkinabè toujours en quête de justice et de vérité
21e anniversaire du décès du journaliste Norbert Zongo : Les Burkinabè attendent toujours que justice lui soit rendue
Dossier Norbert Zongo : Des journalistes demandent à la France la prise d’un décret pour l’extradition de François Compaoré
Assassinat de Norbert Zongo : Des défenseurs des droits humains toujours déterminés pour la justice
Dossier Norbert Zongo : Le Balai citoyen exige l’extradition de François Compaoré
Assassinat de Norbert Zongo : Un 21e anniversaire sous le signe du « sursaut »
Lutte contre l’incivisme et la corruption : Norbert Zongo, un exemple de combat
Assassinat du journaliste Norbert Zongo : 20 ans après, vérité et justice sont toujours attendues
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés