Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Avec de la persévérance et de l’endurance, nous pouvons obtenir tout ce que nous voulons.» Mike Tyson

Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

Accueil > Actualités > Opinions • Par Christophe Dabiré • samedi 30 novembre 2019 à 23h30min
Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

Ceci est une tribune de Christophe Dabiré, philosophe et analyste politique.

En matière de lutte contre le terrorisme, on dira que toute idée de coalition et de solidarité pour le vaincre, puisqu’il s’agit aussi de guerre, est la bienvenue. Et qu’il vaut mieux avoir n’importe quelle idée que de pas en avoir du tout. Encore faut-il également avoir l’idée et le courage de dire que telle ou telle solution proposée n’est pas bonne.

En l’occurrence, nous ne voyons pas en quoi la proposition faite par Macron (et Merkel) au dernier sommet du G7 d’élargir le périmètre de la lutte contre le terrorisme aux pays du Golfe de Guinée, ou aux « partenaires » non sahéliens de la CEDEAO, méritait l’intérêt et l’attention que lui ont accordés les dirigeants africains dans leur lutte contre le terrorisme dans l’Ouest du continent.

D’une part, rien ne justifie la délimitation arbitraire de ce périmètre de sécurité aux seuls pays du Golfe de Guinée qui s’étendent du Sénégal à l’Angola, ni aux seuls pays de la CEDEAO, à l’exclusion des pays du Maghreb voisins pourtant du sahel, et de ceux de l’Est et du Sud du continent africain. Il n’est pas cohérent de dire que tous les pays sont concernés par le terrorisme, et d’en isoler seulement quelques-uns comme « périmètre de sécurité », en sachant que ce périmètre touche forcément d’autres Etats : en droit, et en bonne logique, ce périmètre n’a pas de limites définissables si ce ne sont les limites du monde dont on dit qu’il est tout entier exposé au terrorisme

D’autre part, si l’on s’en tient naïvement à l’adage selon lequel « l’union fait la force », le G5 Sahel aura démontré qu’une union de faibles n’en fera jamais une force ni une puissance face au terrorisme. Rassemblez autant d’Etats pauvres et faibles que vous voulez, vous n’en ferez pas une puissance ni militaire ni économique

C’est pourquoi, il nous semble, la proposition de Macron cache davantage une ruse pour financer la lutte anti-terroriste au sahel, puisque les partenaires européens et occidentaux ne peuvent/veulent pas tout financer, que pour renforcer les Etats africains confrontés au terrorisme . Autrement dit, le « périmètre sécuritaire » est surtout un cordon de sécurité financière, car il impliquera les poids lourds de l’économie ouest-africaine que sont le Sénégal, la Côte-d’Ivoire et le Ghana (et les pays pétroliers que sont le Gabon, le Congo-Brazza, et l’Angola s’il s’agit des pays du Golfe de Guinée). Le G5 Sahel compte au contraire quatre pays qui sont parmi les plus pauvres d’Afrique et du monde (Burkina, Mali, Niger et Tchad)…

Mis à part donc ce présupposé financier de la proposition de Macron (à supposer même que des pays africains « plus riches » acceptent de financer la lutte contre un terrorisme qui ne les frappe pas, ou pas encore, le rapport entre l’Afrique et l’Occident étant le même que celui entre les Etats africains pauvres et ceux des plus riches), on trouvera même que cette idée d’élargir le périmètre de la lutte contre le terrorisme n’est pas seulement mauvaise mais dangereuse :

S’il y a bien une chose que chacun, expert ou non, sait des terroristes, c’est leur logique qui est une psychologie consistant à attaquer et harceler, tôt ou tard, mais systématiquement tout Etat qui se proclame en guerre contre eux, ou qui supporte activement les puissances occidentales qui les combattent : élargir la lutte anti-terroriste à des pays jusque-là épargnés ne fera que propager le terrorisme au-delà et en dehors du sahel…

Alors que tous les experts militaires nous disent que le sahel est une zone trop vaste pour surveiller et maîtriser les groupes terroristes, on ne voit pas comment on pourra maîtriser un terrorisme qui se sera propagé dans toute l’Afrique de l’Ouest, voire dans tous les pays du Golfe de Guinée ; ni avec quels autres moyens que ceux que l’on n’a déjà pas pour le seul sahel…

Si l’on voulait vraiment contenir le terrorisme, on penserait plutôt à abandonner la logique des seuls moyens de financement qui poussera inévitablement à la contagion et à l’expansion terroristes, en faveur d’une méthode et d’une logique plus médicales : pour traiter une épidémie, les médecins recourent au confinement (rétrécissement) des espaces et à la mise en quarantaine des malades ou suspects, plutôt qu’à l’ouverture des frontières et des espaces de déplacement. Resserrer le périmètre d’action, pas l’élargir.

En outre, cette idée d’élargir le périmètre de la lutte contre le terrorisme est mauvaise en ce qu’elle refuse de commencer par constater que le nombre de pays ouest-africains qui ne sont pas frappés par le terrorisme dit islamiste est plus grand que celui des pays régulièrement attaqués (Mali, Burkina) : chercher à savoir plutôt ce qui fait que tous les pays de la CEDEAO et des pays du Golfe de Guinée ne sont pas attaqués par les terroristes pour en tirer de bonnes leçons et de bons exemples pour le sahel aurait été une meilleure idée

Car, de deux choses, l’une : ou bien les terroristes cherchent à frapper tous ces Etats ouest-africains mais n’y arrivent pas sauf au Mali et au Burkina (moins au Niger, et pas du tout en Mauritanie), ce qui prouverait que ces Etats n’ont pas attendu Macron et Merkel pour assurer et assumer leur sécurité ; ou bien il n’est pas vrai de clamer partout que lesdits terroristes en veulent à tous les Etats et peuples de la terre.

C’est à la fois un mystère et une faute de ne pas chercher à savoir pourquoi il y a des attaques au Mali, au Burkina, et dans une moindre mesure au Niger, plutôt qu’au Togo, au Libéria, en Sierra Leone, au Bénin, au Ghana, au Congo-Brazza, au Gabon… Et pourquoi la Côte-d’Ivoire, après avoir été surprise à Grand Bassam par le terrorisme, n’a plus subi d’attaque sur son sol.

Il y a sans aucun doute de bons exemples vertueux à imiter en Afrique et entre Africains en matière de contention du terrorisme qui ne passent pas toujours par les moyens : le Libéria, la Sierra Leone, le Togo, le Bénin et même le Ghana, le Sénégal, la Côte-d’Ivoire et d’autres Etats africains qui ne sont pas régulièrement attaqués ne sont pas des super-puissances militaires comparées au Mali et au Burkina.

Au lieu de partir des Etats non attaqués comme de bons exemples, on veut en réalité élargir les mauvais exemples du Mali et du Burkina à d’autres Etats qui sont épargnés par le terrorisme. Au lieu que le Burkina et le Mali apprennent des « secrets » et méthodes (plutôt que des seuls moyens) utilisés par le Sénégal, la Guinée, la Côte-d’Ivoire, le Ghana… pour ne pas être régulièrement attaqués, alors que tous, nous dit-on, sont exposés au même terrorisme, nos dirigeants africains préfèrent s’en remettre à une idée qui sera d’abord examinée et débattue entre Macron et Merkel pour ensuite être expérimentée en Afrique…

Il est vrai que quand on n’a pas d’idée du tout, on ne peut donc pas avoir même l’idée de reconnaître qu’une idée est inutile, mauvaise, voire dangereuse. On en remercierait à la limite Macron et Merkel, qui ne sont pas des dirigeants africains, d’avoir des idées même mauvaises dans la lutte contre le terrorisme en Afrique, alors que des dirigeants africains n’ont pas d’idées tout court.

Mais centrer la lutte contre le terrorisme uniquement sur les moyens ne nous convainc pas : on a du mal à croire que des groupuscules éparpillés dans le désert, clandestins coupés et interdits du circuit financier international, aient plus de moyens que des Etats entiers. Ainsi le Nigeria et le Cameroun sont censés avoir plus de moyens que le Mali et le Burkina, parce que plus « riches », mais ils ont tout autant de difficultés pour contenir le terrorisme que ces pays sahéliens plus pauvres.
Le réflexe des Etats africains de toujours demander et attendre de l’aide de qui l’on sait les affaiblit paradoxalement face à des terroristes sans aide internationale (que ceux qui sont aidés se retrouvent plus faibles que ceux qui ne le sont pas , voilà le scandale impensé)…

On ne parle, en revanche, jamais des méthodes et stratégies propres utilisées dans tel ou tel pays africain pour prévenir et contrer le terrorisme, et qui paraissent efficaces. Pour cause : qui dit méthodes dit intelligence, rigueur et autonomie. Or c’est incontestablement dans ce domaine que les terroristes sont supérieurs aux Etats qu’ils attaquent avec facilité : parce que, ne comptant que sur eux-mêmes, ils savent inventer et bricoler des stratégies variées et non conventionnelles (la guerre dite asymétrique oblige, de toute évidence, à l’inventivité et aux idées nouvelles), malheureusement pour tuer…

Le terrorisme devrait être, à cet égard, l’occasion malheureuse d’une heureuse libération radicale du génie créateur des Africains, de leur capacité d’inventer et créer en général. On est triste de constater, au contraire, que c’est de leur incapacité à inventer des stratégies et méthodes pour s’adapter à la guerre dite « asymétrique », et non de l’insuffisance de leurs moyens (ou bien c’est encore cette incapacité d’invention qui explique cette insuffisance des moyens !) que les Africains sont faibles face aux terroristes : « Combattez comme nous, et nous vous vaincrons » ! Il ne faut pas rêver. Sauf si l’on veut (faire) rire, ou mourir…

Kwesi Debrsèoyir Christophe DABIRE

Vos commentaires

  • Le 30 novembre à 21:43, par mKaK En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

    C’est une tres belle analyse mais avec bcp de la masturbation intellectuelle.Le G5 me marche pas tout simplement parce que la france veut attirer vers elles les financements qui lui permettront de mettre a niveau sa propre armée pour faire la guerre. Evidement les autres européens et consorts s’en mefient. “Nous avons demandé la moitie du financement de la minusma pour s’unir et faire cette guerre”dixit RMCK, mais on s’imagine bien que certains n’y ont pas intérêt car autrement ils servent a rien.le conseil de sécurité est géré. Pas par nous malheureusement. ils sortent de belles formules et des conjectures a dormir debout. Je vous prie de n’y accorder aucun intérêt.

    Répondre à ce message

    • Le 1er décembre à 05:07, par yannick En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

      Très bonne remarque de mon frère mKaK dont je m’associe.
      je voudrais y ajouté ma modeste contribution par différentes remarques :
      1/ Le silence total de l’Union Africaine,de son Conseil de Paix et de Sécurité.
      2/ Les critiques multiples contre la France et ses armées dans la lutte contre le terrorisme.
      Pour illustrer ma libre pensée j’ose croire que :
      lorsqu’une personne(voisin,ami etc...) vient à notre aide,nous n’allons pas nous retourner contre cette personne qui malgré tous les risques,vient à notre aide ?
      N’est ce pas dans le malheur que l’on reconnait les vrais et bons amis ?Acceptons donc toutes les mains qui viennent à notre aide car une seule main ne peut mettre le toit de chaume sur une case et cessons de ressasser le passé...(esclavage,colonialisme etc...) pour avancer.
      Ce retour permanent dans le passé,dans l’histoire est "un boulet" qui empeche l’Afrique d’avancer.
      Certains répliquerons qu’il est dit que,"pour avancer il faut savoir d’ou l’on vient".
      Souvenons-nous de ses deux grands Hommes : "Madiba" Nelson Mandela ainsi que le pape Jean-Paul II.
      A sa libération après des décennies en prison,"Madiba" a tout pardonné..
      Le Pape Jean-Paul II lui,c’est déplacé dans la prison pour pardonner et prier pour celui-là qui avait tenté de le tuer...

      Pardonnons,Oublions et soyons Heureux car,
      Celui qui demande pardon est le plus brave,
      celui qui a pardonné est le plus fort,
      celui qui a (tout) oublié est le plus Heureux
      (selon le Savoir du Monde).
      yannick.

      Répondre à ce message

  • Le 30 novembre à 23:25, par Zanga En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

    .
    Merci. Votre analyse est d’une remarquable et « piquante » pertinence. Fort malheureusement, on peut déplorer par avance qu’elle ne suffise pas à éveiller, ni l’intelligence, ni le génie créateur des Africains.

    Et comme vous l’esquissez entre parenthèses : c’est encore cette incapacité d’invention qui explique cette insuffisance des moyens !

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre à 07:05, par SANK’U En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

    L’analyse est on ne peut plus superbe et pertinente, digne d’un intellectuel africain de très haut vol. Je suis obligé de citer quelques extraits marquants, pour ne pas recopier tout le texte :

    1) "on a du mal à croire que des groupuscules éparpillés dans le désert, clandestins coupés et interdits du circuit financier international, aient plus de moyens que des Etats entiers"

    2) "Le réflexe des Etats africains de toujours demander et attendre de l’aide de qui l’on sait les affaiblit paradoxalement face à des terroristes sans aide internationale (que ceux qui sont aidés se retrouvent plus faibles que ceux qui ne le sont pas , voilà le scandale impensé)"

    3)" Le terrorisme devrait être, à cet égard, l’occasion malheureuse d’une heureuse libération radicale du génie créateur des Africains, de leur capacité d’inventer et créer en général. On est triste de constater, au contraire, que c’est de leur incapacité à inventer des stratégies et méthodes pour s’adapter à la guerre dite « asymétrique », et non de l’insuffisance de leurs moyens (ou bien c’est encore cette incapacité d’invention qui explique cette insuffisance des moyens !) que les Africains sont faibles face aux terroristes : « Combattez comme nous, et nous vous vaincrons » ! Il ne faut pas rêver. Sauf si l’on veut (faire) rire, ou mourir…"
    MERCI Monsieur DABIRE Kwesi Debrsèoyir pour ces moments de bonheur intellectuel

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre à 07:36, par Aol En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

    Je ne partage pas votre analyse. Les pays voisins du Burkina, Mali, Niger doivent contribués pour réduire leurs nombre, limiter l’influence et les attaques de ces groupes terroriste. Par malheur si nous le Burkina, le Mali et le Niger échouons dans notre lutte c’est l’Afrique de l’Ouest toute entière qui sera peins en rouge. Les groupes terroristes sont multi nationalité donc il n’est pas exclu que des citoyens des pays non encore touché soient membre des groupes terroristes présents au BFA Mali, Niger et qui risque d’exporter leurs idéologies dans leurs pays d’origine.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre à 08:01, par yannick En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

    Le G5 Sahel compte au contraire quatre pays qui sont parmi les plus pauvres d’Afrique et du monde (Burkina, Mali, Niger etTchad)…
    D’autre part, si l’on s’en tient naïvement à l’adage selon lequel « l’union fait la force », le G5 Sahel aura démontré qu’une union de faibles n’en fera jamais une force ni une puissance face au terrorisme. Rassemblez autant d’Etats pauvres et faibles que vous voulez, vous n’en ferez pas une puissance ni militaire ni économique

    Non,monsieur DABIRE,votre analyse pessimiste et "fourre-tout" ressemble à un débat de "grin" de thé sous un arbre ou à un meeting politique d’un parti d’opposition et non à celle d’un philosophe,analyste politique .

    Rappelez-vous de cette expression de Thomas SANKARA ? Je cite "l’abondance des moyens traduit l’incapacité du chef".
    Cela a pu etre vérifié lors de la guerre menée par les Etats-Unis contre le peuple héroique du Viet Nam.
    Le peuple vietnamien,dépourvu de la puissance militaire égale à l’armée US (américaine) n’a jamais été vaincu par son patriotisme,son courage,son union comme un seul homme derrière son chef.
    De simples paysans menaient par exemple la résistance dans les rizières,dans les campagnes avec de simples armes sorties de l’imagination(les pièges etc..).

    Le patriotisme,l’amour pour son pays demeurent la seule arme redoutable face à toute agression et à toute puissance militaire.

    Un peuple uni,nourri de patriotisme n’a jamais été vaincu !!!
    Je souhaite au vaillant peuple du Burkina Faso de prendre l’exemple de ce courageux peuple du Viet Nam contre le terrorisme :L’UNION,L’AMOUR POUR SON PAYS,LE PATRIOTISME.

    Répondre à ce message

    • Le 1er décembre à 12:11, par TOURE En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

      J’ai bien l’impression que notre ami @yannick est plus agacé par le titre de philosophe et d’analyste politique de Dabiré que par son argumentation ; ce qui fait qu’au final il ne s’éloigne guère de l’analyse du philosophe. Dire que le nombre et les moyens ne suffisent pas revient à poser qu’il faut autre chose qui peut être la fibre patriotique ou, comme il dit, l’invention des moyens. Quand ce même mr Dabiré répondait que "défendre la patrie en danger n’est pas du volontariat mais une obligation" il a effrayé et mécontenté des lecteurs, pourquoi ? sans patriotisme, seulement la peur de mourir. ne venez pas ici raconter des histoires ! Où est le patriotisme dans le traitement du terrorisme au burkina par nos dirigeants depuis que ce phénomène est venu du mali voisin où il a pu s’implanter par manque lamentable de patriotisme (les militaires maliens se sont enfuis face aux jihadistes, cela est connu). Bref, si vous réunissez des dizaines de pays SANS PATRIOTISME, même avec des moyens énormes, vous ne vaincrez pas le terrorisme, c’est clair. On peut en effet considérer que votre argument est digne d’un connaisseur en thé et autres sombres maquis ou débat politique superficiel où chacun donne son opinion sans analyse. justement, si vous saviez ce que veut dire patriotisme, vous n’alliez pas citer la résistance vietnamienne et thom sank !!!!!! Où est la résistance malienne et burkinabè face au terrorisme dans le sahel que vous pourriez comparer au patriotisme des vietnamiens face aux américains ??????? Ne faites pas pitié

      Répondre à ce message

    • Le 1er décembre à 12:53, par SX En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

      Yannick tu peux dire tout ce que tu veux contre l’analyse de Christophe Dabiré, mais tu ne pourras jamais faire qu’il ne soit pas philosophe. Son analyse est trop fine pour des gens de ton niveau. Tu cites SANKARA "l’abondance des moyens traduit l’incapacité du chef" pour penser contredire intelligemment l’auteur Dabiré qui dit expressément qu’il ne faut pas centrer la lutte contre le terrorisme sur les seuls moyens. Tu joues à l’intellectuel mais tu es illettré en fait

      Répondre à ce message

      • Le 1er décembre à 19:18, par yannick En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

        SX,
        "Yannick tu peux dire tout ce que tu veux contre l’analyse de Christophe Dabiré,(...)Son analyse est trop fine pour des gens de ton niveau(...)Tu cites SANKARA "l’abondance des moyens traduit l’incapacité du chef" pour penser contredire intelligemment l’auteur Dabiré.
        Droit de réponse avec modération :
        Vois-tu,je ne suis pas de ceux ayant ton niveau formidablement élevé pour tout comprendre et tout retenir au fil de la lecture d’une analyse très longue.
        Et qu’as tu retenu toi,SX ?
        Ah,merci pour l’intelligence que tu attribues à une personne de mon niveau.
        Bon dimanche et bonne lecture.

        Répondre à ce message

  • Le 1er décembre à 09:22, par Hamon En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

    Mais mon cher Dabiré, d’où est parti le terrorisme ? Il est parti des pays islamistes Algérie et pour divergence d’interprétation du coran, et de la Libye après la dislocation du pays dans la guerre impérialiste de Sarkozy. Ces deux pays sont voisins du Mali et du Niger. Par effet de contagion avec la proximité, le Burkina Faso a été envahi par les djihadistes. C’est aussi simple que cela. Les algériens ont bouté les terroristes hors de leur pays qui ont trouvé refuge juste à côté au Mali. Pour la Libye, Kadafi a appelé les djihadistes touareg pour l’aider à combattre les impérialistes et une fois Kadafi vaincu, les touareg sont retournés chez eux à Kidal avec les armes qui avaient besoin d’être utilisées. Les touareg se sont servis de ces armes pour combattre l’état central de Mali à Bamako soi-disant qu’ils veulent un état distinct d’Azawad. Le prétexte en plus pour s’imposer est de dire que Bamako n’est pas suffisamment islamiste et n’applique pas la charia ainsi que le Nord du Burkina Faso où la région est musulmane. Si les djihadistes arrivent à s’imposer au nord de notre pays, la gangrène va s’étendre jusqu’au Bénin, Togo, Ghana et Côte d’Ivoire.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre à 10:33, par BOSS En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

    Merci Yannick,

    si nous arrêtons nos querelles inutiles entre nous pour faire face, quelque soit la puissance de feu de l’autre, il finira par abandonner et décamper !

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre à 13:11, par Têedbeogo En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

    Oui, Kwewi. Que de paradoxes et de dilemmes. L’on s’acaharne sur les conséquences en se souciant peu des origines. L’on dit la guerre asymétrique en mettant en symétrie droit à l’initiative et capacité matérielle ; alors les pays attaqués, parce que pauvres, doivent attendre les décisions des"grands frères". Dilemme de la solidarité africaine : secourir au risque de s’attirer des représailles ou s’abstenir ? Dilemme de la coopération : les armées étrangères amies doivent-elles se soumettre au commandement des officiers des pays secourus ? Institutionnaliser une crise, c’est évidemment lui donner longévité. Le deal du terrorisme au Sahel est de plus en plus évident. Commençons toujours par nous poser les bonnes questions...

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre à 13:36, par Dedegueba SANON En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

    Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Dabire a raison de dire que ce n’est pas pertinent la proposition du président français. Je me souviens que notre ministre de la communication leur a récemment envoyé une "pique", en réaction à notre carte du pays qui de façon subversive a été rougie par la France. En cause, la contribution de l’UE pour financer la force G5 sahel, qui tarde à venir.
    J’ai l’espoir que nous y arriverons, mais par nous mêmes. Il ne faut pas compter sur l’aide de quiconque, et dans une certaine mesure nous payons aujourd’hui notre louvoiement et notre manque de solidarité vis à vis du Mali et du Niger, lorsqu’ils étaient confrontés aux problèmes touarègues. Pire, nous jouions aux facilitateurs en offrant gîtes aux rebelles de nos voisins. Nous avions même accueilli des islamistes algériens à l’époque.
    Le problème de fond reste le développement du sahel, car si les jeunes ont de quoi s’occuper ils oublieront le "djihad". Car je me rappelle que chaque fois qu’il y a sécheresse, les rues de Ouagadougou et de Bobo se remplissent de populations venant du sahel. Il faut vraiment trouver une solution à cela.
    Contre nos agresseurs qui du reste sont très hétérogènes, il faut juste nous armer de courage de patriotisme et de résilience. Car ça va être long, et éprouvant du fait que l’ennemi a plusieurs visages. Tantôt religieux, tantôt politique, tantôt ethnique, tantôt délinquance.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre à 15:10, par SOME En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

    Évidemment certains n’auront pas compris un minimum dabs ta profonde analyse même s’il apparaît en filigrane le vrai fond de ton idée. On n’a pas besoin d’analyser plus loin pour comprendre alors que tu expliques les racines mêmes du mal au Mali et au Burkina. La grande question comme tu le dis c’est pourquoi le Mali pourquoi le Burkina ? Pourquoi pas la Mauritanié l’Algérie le Sénégal mieux indiqués que ces deux pays ? Alors on comprendras les vraies visées de cette action Macron/Merkel et l’ineptie de la reponse des dirigeants africains. Je l’ai toujours dit : la stratégie est posée depuis très longtemps. Partir de la Guinée Conakry comme point d’entrée (donc éliminer un dadis camara) puis occuper le Mali (point culturel stratégique de l’afriqué donc éliminer un capitaine s’angoisse) et ensuite occuper le Burkina (point strategique geopolitique) comme noyau stratégique appuyé par le Togo (donc détruire l’opposition togolaise) et la Côte d’Ivoire (donc installer Soro au pouvoir malgré les gages de fidélité de ouattara). Malheureusement l’insurrection du peuple au Burkina a contrecarré ce plan et ralenti les choses. Donc éliminer Roch d’une façon ou autre ramener Blaise (d’où la candidature d’un Kadre ouedraogo).
    cette proposition de Macron/Merkel se positionne vis à vis des différentes élections qui auront lieu en Afrique de l’Ouest. Roch éliminé´ le plan est acquis pour se partager l’Afriques comme à Berlin en 1885 (cf Macron/Merkel). Le hasard n’existe pas !
    alors ou est l’Union africaine qu’on n’entend pas du tout pas même sa commission paix et sécurité. Plus que curieux n’est ce pas ? Non’ c’est logique et on n’a pas besoin d’autre chose pour affirmer en termes clairs que cette soi disant terrorisme au Sahel n’est que la nou=elle colonisation exploitation domination de l’Afrique entière, d’où cette histoire de l’étendre au golfe de Guinée point par lequel les colons européens sont entrés pour occuper toute l’Afrique.
    Voila expliqués en plus clair les enjeux actuels de cette guerre au Sahel
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre à 16:26, par Ka En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

    Comme toujours, j’ai du plaisir à lire Christophe Dabirè avec ses analyses limpides. Comme je disais à un jeune internaute caca sur ce forum, si la France s’embourbe dans cette chasse aux Djihadistes quitte à perdre ses militaires, ce n’est pas pour de l’argent, c’est pour se rattraper de ses erreurs qu’a commises la mission de SERVAL : Les mêmes erreurs ont été commises par la communauté internationale engagé dans cette guerre contre les terroristes.

    La seule explication que la France veut rectifier l’erreur commis au départ de l’installation du SERVAL ainsi que d’autres groupes de la communauté internationale au Mali pour traquer les terroristes, était le manque de coordination. Ce manque de coordination au départ entre la mission de SERVAL et ses alliés l’oblige de rester au Mali et rectifier ses erreurs. au départ de cette chasse au terroristes, Serval était en première ligne, voyant de nos jours que l’indolence de la Communauté internationale a permis aux Djihadistes de renforcer leur position et de s’étendre, la seule solution est que cette France reste au Sahel, car l’erreur était pourquoi la chasse contre les terroristes et les rebelles au Mali s’était arrêtée au frontière de l’Algérie sans les poursuivre jusqu’à dans leur dernier retranchement ! Il fallait une bonne coordination de Serval et de tous ceux qui sont engagé. L’erreur de Serval était pendant qu’avec la CEDEAO les traquaient au Nord du Mali vers le désert, l’Algérie devrait les traquer vers le Sud pour les mettre en étau, ce qui n’a pas été fait par manque de coordination. Les terroristes ont profité de ce manque de coordination et aussi du laxisme des Etats et de leurs dirigeants pour mieux s’organiser, et le résultat est là mon jeune Christophe.

    Quant au reste mon jeune Christophe, nous n’avons pas besoin d’accuser nos états ou la France : Car, "les graines du prosélytisme salafiste financé par les deux pays arabes que je ne cite pas de nom, tombent sur un terreau fertile où elles ont été entretenues par des prédicateurs radicaux." Lorsque Kôrô Yamyélé et moi crûment et rudement dénonçant le fléau après la mort de Ben Laden, on nous en voulait pour cette vérité qui rougit les yeux sans les casser. Le terrorisme est nait de ces deux pays qui continuent de le financer. Même la presse occidentale a toujours fustigé le rôle de ces deux pays arabes dans leurs soutiens aux groupes terroristes, depuis Ben Laden. C’est à croire que leur opulence est dédié à financer les croisades de ces punaises. On relève que l’intégrisme islamiste est à la base du terrorisme. Certainement religieusement pure au départ dans leurs intentions de conquêtes islamistes. Mais, on constate que cela a vite été récupéré par d’autres trafiquants et manipulateurs comme un président accueillait ces mécréants dans les salons climatisés de sa présidence.

    Sur les réseaux sociaux nous les internautes de bonne foi, avons attiré vivement l’attention sur deux types de terreaux : ‘’L’un relevant de la délinquance juvénile, de la pauvreté et de l’absence d’éducation de nos enfants qui sont les proies de ces imams radicaux qui reçoivent les financements des deux pays, et l’autre relevant des déchets comme le lieutenant de L. Dicko qui vient de tuer une brave innocente. Christophe nous pouvons dire ici que la responsabilité incombe entièrement aux chefs d’états du continent Africain de leurs inactions à l’égard des terroristes déguisés que l’on dénonce tous les jours.

    Conclusion : Ayant chié dans le plat dans lequel l’on veut pourtant manger, les odeurs de leur propre caca, aujourd’hui ces décideurs sont tous dans la merde, même celui qui recevait dans son palais présidentiel les punaises. Heureux de te lire mon cher Christophe Dabiré.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre à 16:36, par Marie En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

    Primo, lorsque l’on se dit intellectuel et que l’on écrit des textes à grande distribution on s’exprime correctement en utilisant les bons mots ; on écrirait Mr. ou le Président Kabore, Mr. ou le Président Macron, Madame ou la Chancelière Merkel. On ne dit pas Roch, Macron ou Merkel.... C’est ainsi que s’expriment les badauds et la populace. Un soi-disant intellectuel pour être pris au sérieux doit savoir utiliser les mots qu’il faut la où il faut. Et les titres des hommes et des femmes ne sont pas que des accessoires. Sartre opinait que “le mot bien utilisé apporte la paix dans le monde”.
    “C’est pourquoi, il nous semble, la proposition de Macron cache davantage une ruse pour financer la lutte anti-terroriste au sahel, puisque les partenaires européens et occidentaux ne peuvent/veulent pas tout financer, que pour renforcer les Etats africains confrontés au terrorisme”. Absolument invraisemblable une telle opinion. Parce que vous trouvez que c’est à l’Occident et au contribuable occidental de financer nos guerres sur nos territoires ? Et vous trouvez que c’est une duperie de “Macron” et de “Merkel” de demander la contribution des États Africains ? Drôle d’intellectuel panafricaniste. Pourquoi la tâche devrait-elle incomber plus à l’Occident qu’a nos États ? A quoi servent l’Union Africaine et la CEDEAO ? Ne pensez-vous pas qu’il est grand temps que les Etats Africains, ou au moins ceux de la CEDEAO, mettent sur place un traité de défense communautaire similaire à l’OTAN ? C’est tout de même effarant d’exiger du contribuable français, allemand ou suédois de supporter l’effort de guerre au Mali et au Faso et de trouver injuste que l’on demande le même effort au contribuable senegalais, ivoirien ou ghanéen. Ensuite, ce sont les mêmes qui prétendent dénoncer le neo-colonialisme et le neo-impérialisme et passent leur temps à clamer le droit à l’autonomie et à l’auto-détermination des peuples africains.
    Et pour terminer, une autre question toute simple : seriez-vous dans le secret des terroristes pour savoir qu’ils se cantonneront au Mali, Burkina Faso et Niger ? N’ont-ils pas commencé au Nord Mali depuis des années ? N’ont-ils pas essaye dans les pays du Maghreb où ils y a d’innombrables cellules actives et dormantes ? N’ont-ils pas tente en Mauritanie ? N’y a-t-il pas eu des attaques en Côte d’Ivoire ? Le Nigeria n’est-il pas sous la tourmente de boko haram ? Le Cameroun ne souffre-t-il pas dans sa partie nord ? Et vous vous imaginez qu’ils s’arreteront en si bon chemin une fois le Mali et le Faso conquis et mis sous la charia ? Vous feignez de ne rien savoir des visées d’aqmi et autres groupes terroristes qui rêvent d’islamiser le monde de l’Orient à l’Occident, l’Afrique comprise. Que signifie Aqmi déjà ? À moins que comme certains droles vous ne continuiez a croire que c’est “Blaise” et acolytes qui veulent déstabiliser le Faso
    Il n’y a pas pire aveugle (au sens propre et figure) que celui qui refuse de voir. Un temps précieux a été perdu parce que d’aucuns jusqu’au sommet ont passé leur temps à doigter un ennemi imaginaire laissant tout le loisir aux vraies forces du mal de prendre racines.
    Accessoirement, vous êtes spécialiste en quoi déjà ? Vous vous plaisez à donner votre opinion sur tout et rien ces derniers temps.

    Répondre à ce message

    • Le 1er décembre à 18:31, par Elle En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

      @Marie, déjà en français on n’écrit pas Mr (= le mister anglais !) mais M. ou Monsieur. Corrige-toi toi-même avant de jeter la pierre à M.DABIRE. Et pour ton information justement, les textes d’intellectuels et de journalistes ne sont pas vos textes pour enfants à éduquer, ils ont pleine liberté de ne pas dire Monsieur le président Macron. t’attarder sur ce genre de détails ne fait que montrer ton inculture et tes ignorances à la face du monde, heureusement que tu te caches. Yako

      Répondre à ce message

    • Le 1er décembre à 19:39, par yannick En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

      Merci Marie,
      Vous etes finalement la seule personne à faire avec moi la critique de cette longue analyse et à savoir bien l’exprimer.
      J’avoue me perdre sinon ne rien comprendre ni retenir au fil de sa lecture et comme vous avez su le dire,je cite : "lorsque l’on se dit intellectuel et que l’on écrit des textes à grande distribution on s’exprime correctement en utilisant les bons mots"(.....)"Accessoirement, vous êtes spécialiste en quoi déjà ? Vous vous plaisez à donner votre opinion sur tout et rien ces derniers temps."
      Très bon dimanche.

      Répondre à ce message

      • Le 2 décembre à 05:45, par STOP En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

        NON, yannick et Marie sont les seuls qui se sentent blessés dans leurs egos, des écorchés vifs qui ne supportent pas que quelqu’un écrive des choses intelligentes qu’ils ne comprennent pas. C’est incroyable de prétendre critiquer un auteur sur la base qu’il écrit souvent. M.Dabiré, vous donnez trop souvent votre opinion, on vous voit trop souvent, donc vous n’êtes pas un intellectuel ah ah ah !!!!!!!!!!!! Mais ces pauvres énergumènes ignorent que vous publiez régulièrement vos opinions depuis de longues années. Un vrai intellectuel pour eux c’est quelqu’un qui leur écrit comme à des enfants, et qui leur dit ce qu’ils ont toujours eu envie d’entendre, pour qu’ils ne sentent pas trop leur infériorité intellectuelle. Ces 2 personnes vont sûrement enrager encore plus de voir que d’autres personnes appécient votre analyse. Vous parlez dans votre article d’intelligence pour lutter contre le terrorisme, là vous êtes bien servi, cher Dabiré. S’en prendre à quelqu’un parce qu’il donne souvent son opinion… Pauvre Afrique, on est vraiment dans la merde !!!!!

        Répondre à ce message

  • Le 1er décembre à 16:52, par le Nomade En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

    L’analyse est sans doute pertinente mais il y a des corrections à faire. Je partage surtout le point de vue de Hamon sur l’origine de l’islamisme et les causes de la contagion. Tout a commencé en Algérie avec le FIS et le GIA. L’Algérie étant un pays militairement puissant a réussi à les vaincre et les quelques chefs qui ont survécu on trouve refuge au Mali voisin ou ils ont obtenu aide et refuge chez les touaregs du MNLA. La chute de Kadafi et la destruction de la Libye par les occidentaux a aggravé la situation. Au nord du Mali l’intervention de la France a permis de les mater et les disperser, certains chefs ont rejoint le centre du Mali et avec l’aide de Amadou Koufa le terrorisme s’y est renforcé. La proximité du Burkina, la porosité des frontières, le fait que des deux côtes de la frontière se sont les mêmes populations vivant les mêmes difficultés socio-économiques en plus de l’absence de l’État, la contagion a été très facile. Le Mali et le Burkina étant sans doute militairement plus faibles et moins organises que les autres pays du G5 Sahel, on paie le prix élevé. Je suis aussi d’accord avec lui que quelques centaines de délinquants moins armes, moins formes ou pas du tout militairement ne devraient pas inquiéter des armées entières des Etats. Tout est une question d’organisation et de volonté de combattre. Par ailleurs dès le départ de cette crise au Sahel les FDS se sont aliénées le soutien des populations avec les exécutions sommaires des personnes dont les populations sont convaincues de l’innocence. Les populations dans certains endroits avaient plus peurs des FDS que des djihadistes. Les FDS ne peuvent gagner cette guerre sans le soutien des populations tout le monde le reconnait et le clame. Il appartient donc au gouvernement de trouver des voies et moyens pour améliorer les rapports entre les FDS et les populations. Si les groupes djihadistes n’ont pas réussi à s’installer sur le territoire nigérien ce n’est pas le manque de volonté, c’est parce que l’Etat a trouvé un rempart avec l’aide des populations vivant sur les frontières.

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre à 06:10, par Allo En réponse à : Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »

    Quand on voit ce qui continue de se passer au Burkina en matière de terrorisme, Christophe DABIRE a comme à son habitude raison de poser les bonnes questions même si elles ne plaisent pas à quelques-uns. Pourquoi des pays ne sont pas attaqués alors que d’autres comme le Burkina sont attaqués tous les jours ? Est-ce parce que les terroristes ne veulent pas attaquer ces pays, ou est-ce parce que ces pays prennent les bonnes dispositions pour ne pas être attaqués ? etc, ce sont des questions que nous devons nous poser. Qu’est-ce que les ivoiriens ont fait pour ne plus être de nouveau attaqués ? Si on refuse de poser ces questions on se met la tête dans le sable.
    Mais la thèse de DABIRE dans cette belle analyse porte sur la proposition de Macron pour dire que c’est une mauvaise idée. Alors soit on est d’accord avec Macron et on argumente, soit d’accord avec DABIRE ou pas et on argumente, soit encore on apporte des informations utiles à éclairer les choses. Voici selon moi les conditions d’un débat intellectuel. Tout le reste est du vacarme inutile. Quand on a des opinions qu’on pense utiles on les écrit publiquement pour tout le monde, c’est ça être un intellectuel. Tout le monde n’en est pas capable

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Invitation du président Macron à Pau : Ablassé Ouédraogo parie que nos gouvernants présenteront « de plates excuses »
Insécurité au Burkina : Les propositions de Salvador Yaméogo « avant qu’il ne soit trop tard »
Sentiment anti-français en Afrique : « Est-il encore possible d’aider la France ? » s’interroge Siaka Coulibaly
Terrorisme : « Le Burkina Faso est bel et bien fréquentable ! »
Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »
Burkina Faso : Un « retraité malgré lui » en appelle au Président du Faso et au Premier ministre
Lutte contre le terrorisme : La communication politique actuelle n’est pas à la hauteur
Forum sur la paix et la sécurité en Afrique : « Halte au « Francocentrisme » !
Yacouba Isaac Zida : « Cet ex-officier fait de téflon ! »
Insécurité au Burkina : « Défendre la patrie en danger n’est pas du volontariat, c’est une obligation », estime Christophe Dabiré (philosophe et analyste politique)
Situation nationale : "Soyons dans l’action et non l’incantation", invite Stanislas Ouaro, ministre de l’éducation nationale
« Volontaires pour la Défense » : Les erreurs stratégiques à éviter
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés