Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Celui qui a vu son semblable au plus bas de la déchéance n’a plus les mêmеs yеux : il а détruit sаns lе sаvοir lе mur qui séраrаit l’hοmmе dе sοn image.» Joë Bousquet

Problématique de l’exploitation des œuvres de création : Une conférence publique pour mieux expliquer le sujet

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • samedi 16 novembre 2019 à 22h00min
Problématique de l’exploitation des œuvres de création : Une conférence publique pour mieux expliquer le sujet

Le Centre d’éducation au respect des droits de propriété Intellectuelle (CERDPI) a initié le samedi 16 novembre 2019, à Ouagadougou, une conférence publique sur la problématique d’exploitation des œuvres de création. Il était question de mieux outiller les acteurs pour une meilleure gestion des différents droits.

Depuis un certain temps, la problématique de l’exploitation des œuvres de création se pose de façon récurrente. Cela, tant dans le paysage médiatique que commercial du Burkina Faso. Les œuvres de création, les images, tout comme les marques de fabrique ou de service, sont souvent exploitées à tort au détriment des intérêts des créateurs ou des entreprises titulaires des droits. Pour essayer de juguler le problème, le CERDPI a organisé le samedi 16 novembre, à Ouagadougou, une conférence publique. C’est le juriste Oumar Sanou qui s’est entretenu avec ceux qui ont fait le déplacement.

Il a défini la création comme la réalisation d’une conception, dans une forme portant l’empreinte de la personnalité de son auteur. Le créateur est donc celui qui réalise une conception dans une forme qui porte l’empreinte de sa personnalité, une forme qui l’individualise. Il a noté une différence entre propriété corporelle et propriété incorporelle. Pour lui, les auteurs détiennent la pensée, l’idée donc l’incorporel et les librairies et imprimeurs, le support papier, le corporel. Il a également égrené les éléments du droit d’auteur. Il s’agit du droit de la divulgation, le respect de la paternité, de l’intégrité de l’œuvre, la reproduction et la représentation de l’œuvre.

Le conférencier a abordé le brevet d’invention. Selon lui, c’est un titre délivré par les pouvoirs publics. Il confère à son titulaire un monopole temporaire d’exploitation sur l’invention. En ce qui concerne la marque, c’est un signe permettant de distinguer les produits ou services fabriqués ou fournis par une entreprise. Le conférencier a invité les acteurs à s’outiller davantage sur ces questions car dans l’avenir, il pourrait y avoir des procès. Les participants ont bien suivi la présentation. Ils ont promis qu’une fois de retour dans leurs services, ils tiendront compte des bagages qu’ils ont acquis.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Festival international de danse de Ouagadougou (FIDO) : La 8e édition aura lieu du 25 janvier au 1er février 2020
Lutte contre l’extrémisme violent : Les ministres de la Culture du G5 Sahel prennent des conseils auprès du Moogho Naaba
Musique : Mamadou Diabaté présente son 15e album ’’Nakan’’
Culture : L’association des danseurs et chorégraphes du Burkina Faso et de la diaspora est née
The U.S. Mission in Ouagadougou, Burkina Faso is seeking eligible and qualified applicants for the position of Consular Assistant in the Consular Section.
Bobo-Dioulasso : La salle de cinéma de l’Institut français baptisée du nom du réalisateur burkinabé Kollo Daniel Sanou
Diversité des expressions culturelles : Le Burkina Faso prépare l’élaboration du périodique quadriennal de la convention de l’UNESCO
Médias : « La musique burkinabè est à la traîne tout simplement parce qu’on ne promeut pas les artistes qu’il faut », dixit Hervé Honla, journaliste culturel
Culture : Le Burkina fait le bilan de la mise en œuvre de la Convention 2005 de l’UNESCO
Lutte contre l’extrémisme violent : Les ministres de la Culture du G5 Sahel en concertation à Ouagadougou du 15 au 17 janvier 2020
Ouistiti d’or 2020 : Wel.vy la référence remporte le trophée de l’humoriste émergeant génération 2000
1ère édition du Festival « Badya » : Coup d’essai, coup de maître !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés