Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

Saïdou Maïga, maire de Falagountou : « L’insécurité doit nous amener à investir davantage »

Accueil > Régions • LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • mardi 30 juillet 2019 à 23h35min
Saïdou Maïga, maire de Falagountou : « L’insécurité doit nous amener à investir davantage »

Il n’y a pas que le défi sécuritaire à relever au Sahel. Il y a aussi et surtout celui de la lutte contre la pauvreté. La misère et le sentiment de délaissement sont d’ailleurs des éléments parmi tant d’autres, qui grossissent les rangs des extrémistes violents. La commune de Falagountou passe à l’offensive contre la pauvreté à travers un Plan communal de développement très ambitieux sur la période 2018-2022. 6 milliards 400 millions de F CFA pour une commune rurale. La barre est placée haut, mais le maire et son conseil municipal y croient fermement. L’édile était face à la presse le 27 juillet 2019 à Ouagadougou pour présenter le plan.

La troisième génération du Plan communal de développement de Falagountou, commune située dans la province du Séno, région du Sahel arrive dans un contexte particulier. L’insécurité qui sévit dans la région et la perte de 5 villages de la commune, suite au litige frontalier entre le Burkina Faso et la république du Niger. Cela est loin de décourager Saïdou Maïga à la tête de l’exécutif municipal. « L’insécurité doit nous amener à investir davantage. Il y a forcément un lien entre frustration, pauvreté et insécurité d’office », se convainc le maire.

« Le hasard a voulu que tous les villages perdus viennent de Falagountou. Mais ce ne sont pas des villages très peuplés. C’est entre 10 et 15% de la population de Falagountou qui devrait se retrouver du côté du Niger. Le bornage est définitif depuis décembre 2018 », explique l’ancien ministre de l’Environnement sous la transition. Mais les populations ne veulent pas en entendre parler. « Les sondages et les entretiens réalisés avec ces communautés indiquent qu’elles sont jalouses de leurs nationalités. Elles ont pratiquement exigé que nous trouvions des sites dans la commune, à lotir, pour les réinstaller », se réjouit le maire. Justement dans le plan communal de développement, cette doléance est inscrite.

Les axes d’intervention concernent tous les paliers de développement, avec un accent particulier sur les investissements sociaux : l’éducation, la santé, l’eau, l’assainissement, le désenclavement. Il est par exemple prévu l’acquisition de tracteurs en faveur des femmes de chaque village pour leur permettre de mécaniser leurs cultures traditionnelles. « On pense que la femme sahélienne, peul, sonraï, tamasheq, ne sait rien faire d’autre que du lait. Elles cultivent de l’arachide, de l’oignon, du gombo, du haricot. Avec un tracteur, elles vont augmenter les superficies déjà cultivées », note l’animateur de la conférence de presse.

Avant ce rendez-vous avec les journalistes, le PCD a fait l’objet d’une table ronde, avec pour objectif de le faire connaitre afin de susciter l’intérêt des partenaires techniques et financiers à sa mise en œuvre. Il faudra 6 milliard 400 millions de F CFA. « Les appuis annoncés ce jour et ceux à venir permettront à la commune de jouer pleinement le rôle qui est le sien dans la promotion du développement local », se félicite l’édile de Falagountou qui a ainsi souhaité que les intentions de financement se traduisent rapidement en mobilisation de ressources. D’ores et déjà, 1 milliards 100 millions été mobilisés et le premier citoyen de la commune de Falagountou précise que la table ronde ne met pas fin au plaidoyer pour la mobilisation des ressources.

Si la municipalité de Falagountou a de grands appétits, c’est aussi parce qu’elle abrite une grande mine industrielle dans le village de Essakane. Une source non négligeable de ressources, même si le maire est souvent monté au créneau pour dénoncer certaines pratiques de la mine. « Les bagarres avec la mine, c’est quelque chose de permanent. Avant d’être maire, j’ai eu la chance la faire un stage à l’école des mines de Paris, sur le suivi des projets miniers, leurs évaluations économiques. Donc cela m’a outillé sur certains aspects du fonctionnement d’une mine. On ne pourra jamais dire que les choses sont rentrées dans l’ordre. Il y a certes des impacts positifs, mais il y a aussi des impacts négatifs. Sur ce point, ce sont des choses qu’on ne peut jamais rattraper. Pour l’exploitation de la mine de Essakane, nous avons perdu l’essentiel de nos terres cultivables. Ce sont des fosses qui y sont implantées », clame Saïdou Maïga.

Un ilot de paix dans les sables mouvants du sahel ?

Falagountou se porte plus ou moins bien. Ce n’est pas le cas d’autres communes de la région du Sahel où les populations souffrent le martyre, avec les attaques terroristes à répétition. Mais le maire refuse de présenter sa commune comme un ilot de paix. « La présence de l’exécutif municipal est importante. Il ne faut pas qu’à cause de l’insécurité, nous désertions nos communes. En ce moment qu’est-ce que les populations qui y sont deviendront ? C’est un devoir moral pour nous, élus locaux, d’être à côté de ces communautés », conseille le maire, inspecteur des impôts.

Il a ainsi saisi cette occasion avec les journalistes pour féliciter les fonctionnaires qui sont restés sur place malgré les menaces. « Malgré le contexte sécuritaire très difficile, tous ces fonctionnaires sont à pied d’œuvre nuit et jour. La rentrée passée, toutes les écoles sont restées fonctionnelles jusqu’aux vacances », indique-t-il.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 31 juillet à 09:52, par Pathe Diallo En réponse à : Saïdou Maïga, maire de Falagountou : « L’insécurité doit nous amener à investir davantage »

    Felicitations et bon courage à Monsieur le maire, ses collègues des autres communes du Sahel devraient suivre son exemple !

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet à 11:36, par Ndirbalamaremède En réponse à : Saïdou Maïga, maire de Falagountou : « L’insécurité doit nous amener à investir davantage »

    Courage à vous M. Le Maire. Et que Dieu nous protège tous. Excitez votre population à faire la concurrence dans le travail pour le développement des villages. Posez une coupe chaque année pour primer le village le mieux avancé chaque année pour les exciter à travailler. Faites un voyage d’étude avec quelques délégués de chaque village pour aller voir l’excellence du vieux SAVADOGO dans le Nord à Ouahigouya et accompagnez-les à emboîter le même pas, et il y a plein d’exemples de coopératives, d’associations et de groupements. Et organisez des dasandaaga et des concours de danse des différends villages. Quand on est travailleur, on ne sens pas délaissé. Il faut laver sa figure et on lave ton dos. S’organiser, s’entendre et se serrer les coudes pour travailler en concurrence entre village et la Mairie les accompagne. Un village ni un pays ne peut pas se développer sans la bavure, sans que la sueur de la population de tombe. Quelqu’un d’autre ne viendra pas d’ailleurs pour développer les villages pour eux. Courage à vous. Que vous nous vienne en aide.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet à 13:53, par Barry Check En réponse à : Saïdou Maïga, maire de Falagountou : « L’insécurité doit nous amener à investir davantage »

    Un maire qui sait ce dont sa commune à besoin et qui se donne les moyens d’y parvenir à les satisfaire. Il est sur tous les chantiers. L’EAU (forages multiples) SANTE (mutuelle de santé pour les habitants de la commune,Csps,CM) ÉDUCATION (Écoles primaires,CEG , Lycées) et surtout L’EMPLOI (La commune est la 1re et de loin devant ses consoeurs en terme d’emploie par rapport à sa population)

    C’est un cas d’école ou beaucoup gagnerait à s’inscrire.
    Bon vent au conseil municipal et au maire.

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet à 15:07, par Moktar En réponse à : Saïdou Maïga, maire de Falagountou : « L’insécurité doit nous amener à investir davantage »

    Mon frère Pathé, malheureusement certains maires du Sahel sont loin de là. Celui de la commune de Sebba n’a pas trouvé mieux que de monter un faux projet de lotissement pour exproprier les villageois et vendre des parcelles à ses amis. Faisant fie des lois sur le foncier en vigueur dans notre pays. Pendant que les terroristes sèment la violence dans la province. En tout cas ça promet de péter fort à Sebba dans les semaines à venir, même si la presse n’en parle pas encore. Wait and see

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet à 16:04, par OUEDRAOGO En réponse à : Saïdou Maïga, maire de Falagountou : « L’insécurité doit nous amener à investir davantage »

    Je vous souhaite beaucoup de courage et de réussite pour vos projets très ambitieux.
    Que Dieu fasse que vous ayez plus de partenaires au développement pour faire de Falagountou ce que vous voudrez qu’il soit.
    Haaa si tous les Maires du Burkina et en particulier ceux du Sahel pouvaient être comme vous, le phénomène d’insécurité qu’on connait tous n’allait pas prendre de l’ampleur.

    Qu’Allah le Miséricordieux vous bénisse.
    Nous souhaitons la Paix pour le bonheur des populations et des touristes nationaux et surtout étrangers.
    J’adore vos projets ambitieux : faire du Sahel une zone vivable comme Dubaï.

    Falagountou la Perle du Sahel ou le Dubaï du Sahel inchallah.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Saïdou Maïga, maire de Falagountou : « L’insécurité doit nous amener à investir davantage »
Route Didyr-Toma : 12 mois de retard, 7 km de bitume sur 43 km
48 heures de la citoyenneté : Une série d’activités pour sensibiliser les jeunes de la région de l’Est
Boucle du Mouhoun : Un projet pour accroître l’accès à l’énergie
Paroisse de Toma : Le nouveau curé installé
Diocèse de Dédougou : Monseigneur Prosper KY rend visite aux chrétiens de Toma
Journée de l’excellence du Conseil régional de l’Est : Le nom du premier au Bac aurait été remplacé par un autre
Région de l’Est : Les acteurs de la justice sensibilisés à la lutte contre la corruption
Education : Les nouveaux directeurs régionaux de la Boucle du Mouhoun installés dans leurs fonctions
Région des Hauts-Bassins : Le pont de Banakeledaga emporté par les eaux quelques mois après sa construction
Rumeurs d’attributions frauduleuses de parcelles à Gaoua : La conséquence d’un manque de communication, selon le maire
Toma : 100 plants pour reverdir l’environnement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés