LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Région des Cascades : La campagne agricole s’installe au rythme des fluctuations climatiques

Publié le dimanche 12 juillet 2020 à 17h52min

PARTAGER :                          
 Région des Cascades : La campagne agricole s’installe au rythme des fluctuations climatiques

La région des Cascades est connue pour sa bonne pluviométrie et compte parmi les zones les mieux arrosées du pays. Les sols qui s’y trouvent sont pour la plupart propices aux activités agricoles. La grande majorité de la population est occupée par l’agriculture. La région était même considérée à un certain moment comme le grenier et le verger du Burkina.

Cependant, ces dernières années, à l’instar de l’ensemble du pays, la région subit de plein fouet les effets liés aux variations climatiques. Les pluies sont de plus en plus rares, souvent mal réparties et cela perturbe énormément le démarrage de la campagne hivernale et surtout les activités agricoles qui sont étroitement dépendantes de la pluviométrie.

"Nous assistons depuis presque deux ou trois ans maintenant à un démarrage tardif de la campagne agricole, pour cette année, c’est encore plus accentué. En mai, nous avons reçu quelques pluies de hauteur insuffisante. Et nous avons tout de même commencé les labours et en début juin nous avons enregistré une pluie qui m’a permis de faire mes premiers semis le 5 juin. Les quelques rares pluies qui ont suivi étaient tellement fines et surtout mal reparties que des poches de sécheresse se sont installées et cela a engendré des fontes de semis à quelques endroits, un ralentissement voire un arrêt des semis. J’ai dû recourir à des resemis" explique Sory Dessan, un producteur de Tiéfora, localité située à une vingtaine de kilomètres de Banfora sur l’axe Banfora-Sidéradougou.

Cependant, il reste optimiste et pense pouvoir réaliser son plan de campagne et espère que les pluies continueront jusqu’en fin novembre comme cela a été le cas la campagne précédente pour permettre une bonne récolte.

Yao Lassina, producteur

Un peu plus loin, à une dizaine de kilomètres, le constat est le même, la campagne démarre difficilement. "Les activités agricoles sont à la traine alors que le temps avance", nous dit Yao, un autre producteur rencontré. Il dit avoir labouré une bonne partie de ses parcelles et a procédé au semis dans l’espoir qu’une pluie bienfaisante survienne. Lui aussi, visiblement optimiste, pense que les pluies seront au rendez-vous et la campagne qui connait un démarrage difficile, pourrait devenir une des meilleures campagnes. Il se rappelle d’une campagne qui présentait une situation similaire et qui a pourtant fini par être une de ses meilleures années de production. Ne dit-on pas qu’une campagne qui s’installe difficilement fait toujours des rendements incroyables ? Il craint plutôt un éventuel excès de pluviométrie voire des cas d’inondations de parcelles.

De façon générale, le constat est le même sur l’ensemble du territoire, aucune région n’est épargnée, même fut-elle celle des Cascades qui est à 70% couvert de massifs forestiers. La saison hivernale est caractérisée par une pluviométrie capricieuse, imprévisible avec ses conséquences sur les activités agricoles. Dans un tel contexte, l’adaptation des systèmes agricoles à cette nouvelle réalité devient un impératif majeur pour assurer la sécurité alimentaire d’une population de plus en plus croissante et permettre de minimiser le risque de pauvreté endémique de la population.

Gnazanga Mamadou KONATE
konategnazanga@gmail.com
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Route Didyr-Toma : 12 mois de retard, 7 km de bitume sur 43 km