Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par Dimitri OUEDRAOGO • mardi 17 juillet 2018 à 23h55min
Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

Le sergent-chef Sanou Ali est passé à la barre ce mardi 17 juillet 2018. Il lui est reproché des faits d’attentat à la sûreté de l’État, de meurtres de treize personnes, de coups et blessures sur des personnes et enfin de destruction de biens d’autrui. L’accusé dit ne pas reconnaitre les faits à lui reprochés. Le seul fait qu’il reconnait, c’est d’avoir donné un coup de cordelette à un homme au maquis « La Ouagalaise » sans pour autant lui faire mal. Au vu des problèmes qu’il vit (affaire de la poudrière de Yimdi, coup d’État, radiation de l’armée), il s’en remet à Allah.

Le sergent-chef Ali Sanou ne reconnaît pas avoir administré des coups à des individus, ni vandalisé des biens d’autrui encore moins ôté la vie à autrui pendant les évènements de septembre 2015. Sa mission dans l’affaire consistait à lever les barricades dressées dans la ville de Ouagadougou. C’est du major Eloi Badiel qu’il recevait ces ordres. Il a ainsi été au rond-point de la Bataille-du-rail, et sur l’avenue Charles-de-Gaulle. Il s’est aussi rendu au studio Abazon et au domicile de Simon Compaoré sans pour autant faire de dégâts. Il était aussi de la mission de Zorgho, pour une escorte sur Boudry au départ. Il dit avoir accompagné une dame jusque dans une maison. La dame serait entrée à l’intérieur et lui, a fait le tour de la demeure.

Questionné par le parquet et la partie civile, le sergent-chef fini par accepter avoir administré un coup de cordelette à un individu. C’était au maquis « La Ouagalaise ». Arrivé sur le lieu, l’accusé dit avoir vu des hommes qui comptaient de l’argent. En face, un kiosque était à côté d’une cour. Des individus y étaient et à leur vue, ils ont fui dans la maison. En les poursuivant, dans la cour, il tombe nez à nez avec une dame qui s’est aussitôt mise à pleurer.
Il aurait fait demi-tour. Dehors, il a aperçu un homme couché à terre. Il aurait pris une cordelette des mains d’un jeune et lui aurait administré un coup. Il insiste que le geste n’était pas brutal, ni blessant, encore moins violent. Atteint de remords, il présente ses excuses à la victime.

L’accusé reconnaît également avoir désarmé les éléments de sécurité des ministres. Seulement, il a remis en cause ses déclarations faites devant le juge d’instruction. Ce qui a conduit le parquet à le qualifier de « menteur ». Un qualificatif que l’accusé a dit ne pas apprécier.

Le tribunal s’en excuse mais le parquet enfonce le clou en disant qu’une personne qui ne dit pas la vérité est « un menteur ». La défense n’a pas manqué de souligner que la partie civile et le parquet pensent détenir la vérité. « Si c’est le cas, qu’ils viennent déposer les preuves, on va quitter ici [sic] », clame-t-elle. Vu ses problèmes (condamnation à 17 ans de prison dans l’affaire de Yimdi, radiation de l’armée, affaire du coup d’État), le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Dieu. Il a passé ainsi le témoin à l’accusé Seydou Soulama.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 juillet 2018 à 05:05, par aol En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Donc c’est ton equipe dans la 4x4 V8 toyota landcruiser que j’ai croisse a la bataille du rail dans la matinee du 17 septembre 2015 par la suite vers le mogho naba et enfin au quartier goughin secteur 07 sur l’avenue du conseil de l’entente. En se moment il yavais pas homme pour vous Ex Sgt Sanou mais maintenant vous voila dos au mur.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 05:06, par papa En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Le sergent-chef dit s´en remettre a Dieu.. c´est maintenant que vous reconnaissez l´existence de Dieu ? Au temps fort de votre gloire si Dieu meme etait visible vous l´auriez agresse´.
    Quand on est fort aujourd´hui on fait profile bas car on ignore ce que sera fait demain. Pas de pitie´ pour vous ,vous devrez tous assumer vos actes.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 06:53, par Wendmi En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Il est bien vrai que nous sommes dans l’armée ou les ordres sont souvent exécutés sans se rechigner. Mais, comme le dit l’adage populaire « quand on t’envoie, il faut savoir t’envoyer toi même ». L’execution des ordres ne fait pas du militaire un idiot.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 07:57, par alfa En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Franchement jugement de blanc quoi !!??? A cette allure même BAMBA dira que ce n’était pas lui qui lisait les communiqués a la RTB.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 07:59, par LEVERSER En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Il s’en remet à DIEU mais c’est trop facile comme si DIEU était là pour recevoir toute cette merde. Dieu parfait saint pur n’acceptera recevoir des menteurs encore moins des gens qui refusent de se repentir. Il faut reconnaitre ses erreurs avouer ses fautes en un mot se repentir et demander pardon pour parler de DIEU. Et bizarrement c’est les mêmes noms qui apparaissent sur tous les coups. Pour dire réellement que se sont les crânes brulés du RSP.
    " Le repentir sincère nous donne des larmes, le remords déchirant n’a que des pleurs. "

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 08:10, par HUG En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Au moment ou vous étiez entrain d’agir est ce que vous aviez oublié DIEU ou pas. Des gens qui connaissent DIEU ne font pas des actes contraire à ses prescriptions. DIEU vous a dit de fouetter quelqu’un avec une cordelette. Qu’est ce que ce monsieur vous a fait comme mal pour que vous le frappez ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 08:42, par TAGROU En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    "Chacun a la possibilité de servir son pays. Mais tous ne le servent pas de la meme manière", dixit Alassane Dramane Ouattara, en citant Roosevelt.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 08:52, par Bigbalè En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Nous remarquons que la majorité des militaires du RSP qui sont passés devant le tribunal remettent en cause le contenu de leur première audition (instruction) et pire, ils ne reconnaissent pas avoir participer au coup d’Etat, ni tuer ou blesser des citoyens innocents. Doit-on tirer la conclusion que ce corps (RSP) était constitué de gens aussi indignes et incapables d’assumer leurs actes ? N’est-ce eux qui, durant plusieurs décennies, se pavanaient dans les maquis, exhibant leurs insignes et se comportant comme des demi-dieux ? Les membres de leurs familles notamment leurs enfants et leurs petits-enfants les écoutent et se feront le devoir tôt ou tard de les juger dans leurs propres maisons. Si ces messieurs ne se sentent pas coupables, pourquoi ils n’oublient pas de demander pardon au peuple burkinabè ? Mr Sanou s’en remet à Allah ! C’est bien ! Qu’il sache que les familles des défunts et les blessés s’en remettent également au même Allah !

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 09:08, par lemarabout En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Aucun être humain n’est fort,pour vous dire que lorsque vous êtes nommé à un poste de responsabilité n’oubliez pas que vous pourrez le perdre un jour.Seul Dieu est fort.Donc évitez de brutaliser les plus faibles.C’est parce qu’il y a des faibles qu’une armée est là pour les protéger et non pour les brutaliser.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 09:22, par yerbanga henri joel En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Si je comprend bien cet accusé devant la barre, il ne veut pas reconnaitre ses actes et se faire pardonner plus tard, ne dit-on que la faute a moitié avouer, est source de pardon ? Ici je suis tres bien, il s’en remet à Dieu, quand le diable n’a veut plus.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 10:59, par Emilo En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Se remet a Dieu.,Nul ne cherche à te condamner.Dis seulement la vérité et tout sera tracé pour toi.Surtout soit prêt à récolter ce que tu as semé.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 11:22, par Ka En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Je ne comprends pas ces ex- RSP qui étaient les dieux du pays des hommes intègres : Aujourd’hui devant les juges, vous êtes incapables de se remettre en question, et trouvent toujours des causes externes pour occulter vos propres faiblesses. Quand on est nul à ce point, on se contente de reconnaître les faits, et de "demander pardon." Même un bébé de deux mois saura après votre coup d’état à la maternelle, que vous êtes coupables de ce qu’on vous reproche.

    Il est temps que vous preniez vos responsabilités et laisser les clés aux juges de vous juger équitablement. Vos comportements enfantins sont inadmissibles : Et chacun de vous, si vous connaissez qu’est-ce que c’est Dieu, vous deviez prendre vos responsabilités et assumer, quand on a commis sciemment des bêtises enfantins.

    Messieurs les hommes forts, mais faibles de l’ex- RSP, un adage mossi nous dit ceux-ci, ‘’’’un fruit bien mur ne pourri jamais en l’air, mais finit toujours par tomber.’’’’ Pour vous dire les lâches de l’ex-RSP, comment pourrons-nous construire une démocratie dans la violence dont vous étiez habitué de le faire ? Comment faire avancer un pays assoiffé de l’alternance politique dans la barbarie dont vous étiez habitué de la faire ? Vos comportements ne correspondent pas à la hauteur des vrais militaires qui ont juré de défendre leur pays. Et la justice militaire, pour sa crédibilité dans cette affaire, ne devrait pratiquer aucun traitement de faveur à aucun d’entre vous, même si maintenant vous connaissez qu’il a un Dieu.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 12:26, par war En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Cherchons la vérité et situons correctement les responsabilités sans précipitation. Certains sont des donneurs d’ordres et d’autres de simples exécutant respectueux de la discipline militaire. A l’issu du procès il faut revoir les textes militaire pour autoriser des refus à execution

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 12:49, par Vérité En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Je pose la question à tous ceux qui ont un minimum de jugement. Ils étaient bien nombreux les militaires RSP. Pourquoi nous avons essentiellement quelques éléments dont les noms reviennent à chaque fois ?
    La terreur se vivait à Ouaga et les images attestent de leur violence inouïe. Le studio abazon attaqué à la roquette, radio brûlée...arrêtez de prendre le peuple pour mouton.Quelqu’un a été certainement une tête pensante, et il y a eu des exécutants. Ce sont justement ces vérités entre autre autres que les burkinabé veulent savoir. N’en déplaise à ceux qui crient à une fausse réconciliation afin de camoufler la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 13:58, par nk En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Dieu est fatigué des idiots comme celui là
    Il n’a qu’à se remettre au peuple burkinabé à, qui il a causé autant de tords

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 14:22, par aff En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Mr Sanou s’en remet au bon Dieu. Mais que vient faire ton nom, vos noms dans toutes les sales besognes du pays alors que votre RSP comptait plus d’un millier de soldats. Et pire, au lieu de reconnaître humblement les faits à vous reprochés vous continuez de jouer aux durs, j’allais dore aux lâches puisque vous n’êtes même pas capables de reconnaître un flagrant délit. Et vous demandez aux Burkinabè de vous pardonner pendant que vous n’avez rien fait. Restez là à tout nier, même l’évidence ; la sentence finale viendra vous rappeler ce que vous avez fait.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 14:48, par coalusion En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Ces voyous n’ont jamais su l’existence de Dieu. A les écouter, tout le monde sait qu’ils mentent comme ils respirent. Ils ont oublié que sale coup à des traces : des morts d’hommes, destruction des biens publics et privés, des blessés graves, paralysé tout un pays pendant des jours etc. Il est là que je demande pardon au peuple ; allez chez les parents des victimes.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 15:13, par l’Intègre En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    "C’était au maquis « La Ouagalaise ». Arrivé sur le lieu, l’accusé dit avoir vu des hommes qui comptaient de l’argent. En face, un kiosque était à côté d’une cour. Des individus y étaient et à leur vue, ils ont fui dans la maison. En les poursuivant, dans la cour, il tombe nez à nez avec une dame qui s’est aussitôt mise à pleurer.
    Il aurait fait demi-tour. Dehors, il a aperçu un homme couché à terre. Il aurait pris une cordelette des mains d’un jeune et lui aurait administré un coup. Il insiste que le geste n’était pas brutal, ni blessant, encore moins violent"
    tu dis tous ça et tu dis n’avoir violenté personne ! mon ami, est un chien enragé pour poursuivre des gens dès que tu les voix ?
    on reconnait m1tenant que c’est ton équipe qui était la plus violente. dis aussi ce que vous avez fait dans le maquis. ça tombe bien la Ouagalaise pourra poser plainte pour dédommagement.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 16:09, par KIRIKOU En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Militaire n’est pas mouton ni un écervelé ! personne n’ignore les règles militaires qui entre autres requièrent la subordination du moins gradé au plus gradé ; mais à partir du moment ou dans la république la loi permet de vous soulager au moins moralement en disant la vérité des faits ,ne vous retenez plus .
    Ceux qui vont s’abstenir vivront toujours le remord et ne deviendront plus jamais eux mêmes, même si vous vous confiez à vos proches que c’est par peur de représailles ultérieures que vous n’aviez pas voulu dire vos parts de vérité.
    Un commando c’est celui qui dit la vérité quel que soit le prix ,surtout qu’ ici vous n’êtes pas dans les mains de l’ennemi mais de la justice de votre propre pays.
    Vous êtes fils du pays ,dites la vérité qui est chère aux Burkinabè et ils vous pardonneront.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 18:24, par lerienneux En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    L’armé aussi c’est inspiré de la vie. Car dans la vie, l’on ne doit pas désobéir a ses parents, mais est-ce pour autant que les parents ont le droit de dire d’aller exécuter des salles besognes. Parce qu’ils sont mes parents, je dois obéir à tout, même si cela est contraire à la morale ? C’est vrai que dans l’armé on ne refuse pas les ordres mais sachez que les ordres aussi sont réglementés !

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 18:25, par yemba En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Effectivement si ces militaires voulaient nous canarder au niveau du bar number one à Gounghin, ils pouvaient le faire mais ils ont préféré tirer en air pour vider les lieux

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 19:05, par bombiri En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Voilà ce qui arrive lorsque l’on donne le pouvoir à un ignorant de surcroît analphabète. Ces jeunes se sont mis dans la tète qu’ils étaient le centre du monde et que le pays leur appartenait parce qu’ils sont des commandos. Ils ne connaissent rien de l’histoire de notre peuple. Il y en a qui se croit réfractaires aux projectiles des armes à feu. Quelle honte ! Ils croient dur comme fer aux légendes qu’on leur racontait au cours de leur formation. La seule chose qui pouvait leur rester était le courage et la dignité. Malheureusement, ils sont tous des lâches, indignes des gallons qu’ils portent. Que Dieu ait pitié d’eux.
    Bombiri

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2018 à 19:54, par Deuxieme Yamyélé En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Merci à Fasonet pour le resumé du proces. J’espere que cela va continuer surtout que pendant longtemps vous aviez oublié vos chers lecteurs. J’etais obligé d’aller chercher les infos sur d’autres sites moins animés et dont les internautes sont moins percutants (comme les Lagui Adama) par rapport à ceux de fasonet qui se nomment Koro Yamyélé, Ka, Molotov ; X9, Achille de Tapsoba .... Continuez à nous éclairer chaque jour sur la tenue du proces surtout qu’ils ont refusé de retransmettre cela en direct à la radio (contrairement à ce qui se faisait au TPR)

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet 2018 à 05:09, par silmiga En réponse à : Procès du coup d’État manqué de 2015 : le sergent-chef Ali Sanou s’en remet à Allah

    Ali qu’est ce qui n’a pas marche ? tu étais mon voisin immédiat au quartier.tu avais loue dans le celibaterium juste a cote de moi.je te revois encore sur ta ninja noire.on buvait le thé ensemble des fois tu nettoyais tes armes devant nous…je draguais meme ta petite soeur Martine…un très bon gars…toujours courtois avec une belle famille….Ali la recherche effrénée du gain facile peut être ? j’ai mal Ali…tout le monde sauf toi

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Putsch de septembre 2015 : Minata Guelwaré est décédée
Coup d’Etat de septembre 2015 : Dans l’attente des indemnisations...
AN 5 du putsch de 2015 : « Nos cœurs portent encore les souvenirs douloureux et indélébiles... »
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés