LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La nature rend chacun de nous capable de supporter ce qui lui arrive. ” De Marc-Aurèle

Conférence annuelle des hauts-commissaires : consolider le processus de décentralisation

Publié le mercredi 29 octobre 2003 à 06h43min

PARTAGER :                          

La Conférence annuelle des hauts-commissaires, moment focal d’introspection et de bilan entre autorités administratives de première ligne de la représentation territoriale de l’Etat, s’est ouverte mardi 28 octobre 2003, à la mairie de Ouagadougou.

Point focal de cette "grand-messe" administrative, la consolidation du processus de décentralisation par la mise en œuvre de la communalisation en milieu rural et le rôle du haut-commissaire pour ce faire.

C’est dans l’autonomisation des collectivités locales que nous pourrons dresser des pôles de développement dynamiques". Ces mots du haut-commissaire de la province du Kadiogo, hôte de ses pairs, situent toute l’importance et les enjeux de la présente rencontre annuelle de nos hauts-commissaires. Il n’est en effet plus un secret pour personne, que la recherche de mécanismes idoines pour le renforcement du processus de décentralisation dans notre pays est l’une des principales préoccupations de nos autorités politiques.

Ce, au regard de l’attachement des populations à ce processus qui suscite non plus seulement de l’espoir, mais une adhésion voire une revendication sociopolitique forte de la part des populations.

Se responsabiliser dans la conduite du processus

Durant leurs trois jours de "brainstorming", les hauts-commissaires devront donc prendre toute la mesure de leur responsabilité dans la conduite et la mise en œuvre du processus de décentralisation. Voilà pourquoi, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation les a interpellé sur "l’engagement commun" qu’ils doivent prendre face à leurs devoirs et aux missions qui leur incombe. Car, "les questions de l’organisation administrative du territoire, de la représentation de l’autorité de l’Etat, de la gouvernance locale et de l’animation des programmes de développement local" placent le ministère au centre des préoccupations socio-politiques de l’heure.

Le positionnement institutionnel du ministère dans l’action gouvernementale dépend en effet du professionnalisme et de l’engagement dont ses cadres feront montre dans l’accomplissement de leurs missions. Les autorités déconcentrées au niveau provincial sont donc appelées à réfléchir à leur rôle dans la mise en œuvre de la commune rurale et dans le transfert des compétences et des ressources aux collectivités locales. Nous y reviendrons.

B. SY
Sidwaya

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Route Didyr-Toma : 12 mois de retard, 7 km de bitume sur 43 km