Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il n’y a rien de plus beau qu’une clef, tant qu’on nе sаit раs се qu’еllе οuvrе.» Maurice Maeterlinck

Gestion des impacts de l’exploitation minière au Burkina : L’UNICEF et ses partenaires plaident pour la prise en compte des droits des enfants

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • • lundi 4 décembre 2017 à 00h09min
Gestion des impacts de l’exploitation minière au Burkina : L’UNICEF et ses partenaires plaident pour la prise en compte des droits des enfants

Comment amener les entreprises minières à l’intégrer la question des droits des enfants dans leur plan d’action afin de contribuer à un développement local intégral et inclusif ? La problématique était au cœur d’une formation organisée par le Forum multipartite pour la Responsabilité Sociale des Entreprises (Forum RSE) en collaboration le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (UNICEF) au profit des acteurs du secteur minier mais aussi des organisations de la société civile. Trois jours durant (du 28 au 30 novembre 2017), les participants ont identifié les meilleures pratiques à adopter pour répondre aux questions relatives aux enfants dans l’exploitation minière à grande échelle.

Première action conjointe entre le Forum multipartite pour la Responsabilité Sociale des Entreprises (Forum RSE) et le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (UNICEF), la formation sur la « boîte à outils » : Droits de l’Enfant et Industrie minière tenue du 28 au 30 novembre 2017 à l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) a été, selon les organisateurs, l’occasion de travailler au renforcement de capacités des sociétés minières et leurs partenaires, notamment le gouvernement, les associations et les Organisations de la Société Civile. Financée et mise en œuvre par les deux structures précitées en partenariat avec le gouvernement burkinabè, cette formation s’inscrit en droite ligne avec le plan de travail 2017-2018 du Forum multipartite pour la Responsabilité Sociale des Entreprises. Objectif, promouvoir une vision commune pour la réalisation des droits de l’enfant dans le cadre de la responsabilité sociale des entreprises depuis l’étude d’impact, l’élaboration des plans d’investissement social et environnemental.

Rinko Kinoshita, rerésentante adjointe de l’UNICEF au Burkina Faso

Selon la représente adjointe de l’UNICEF au Burkina Faso, cette formation est d’une importance capitale en ce qu’elle a permis de faire un plaidoyer auprès des sociétés minières mais aussi des parties prenantes, les partenaires qui travaillent avec les industries minières sur la promotion des droits des enfants.

Pour Rinko Kinoshita, les sociétés minières contribuent, certes, à l’amélioration des conditions socio-économiques des populations des zones dans lesquelles elles sont installées mais il est à souligner que les impacts négatifs des opérations minières restent énormes tant sur le plan environnemental, sur le plan sanitaire que celui sécuritaire. « L’ampleur des conséquences sur les enfants n’est pas encore bien perçue par les industries minières, et par conséquent, elle n’est pas encore gérée de façon optimale » a -t-elle indiqué. « Afin de combler ces lacunes en matière de connaissances et de gestion des impacts, l’UNICIF a développé en février 2017 « la Boîte à Outils sur les Droits de l’Enfant et l’Exploitation Minière : Meilleures pratiques pour prendre en compte les problèmes des enfants dans l’exploitation minière à grande échelle » a expliqué la représentante adjointe de l’institution américaine.

Sur 10 outils contenus dans cette publication, six ont été identifiés comme outils « prioritaires » et ont été l’objet de cette formation. Il s’agit notamment des thématiques réinstallation, immigration, consultation des parties prenantes, impacts environnementaux, et conditions de travail.

Une initiative saluée par les participants

Martine Minoungou , chargée de programme au CCEB

« C’était une formation très utile avec des modules très pertinents et qui interpellent aussi bien les sociétés minières que nous en tant que structures qui faisons la promotion des droits de l’enfant, le droit à l’éducation » a confié la chargée de projet au Cadre de concertation des ONG et Associations actives en Education de Base (CCEB). Pour Martine Minoungou, ce fut une très bonne opportunité de pouvoir intégrer les droits de l’enfant dans les activités minières. « Ce qui a été important ici c’est le plan d’action qu’on a élaboré à la fin pour chaque élément, pour chaque volet du secteur minier afin de voir comment on peut intégrer les droits des enfants dans le plan d’actions des mines » a-t-elle précisé.

Hamidou Ouédraogo, représentant de Save the Children

Même son de cloche chez Hamidou Ouédraogo, conseiller technique en protection de l’enfant à l’ONG Save the Children International, pour qui l’initiative est à louée. « Je fais une appréciation très positive par rapport d’abord à l’initiative parce que les enfants font partir intégrante de la société et ce n’est pas toujours évident de voir un peu la question de droit de l’enfant en lien avec l’industrie extractive, surtout en lien avec l’industrie minière. Je pense que la question est d’un intérêt majeur » a-t-il insisté.

Mais en croire le formateur, Benjamin Nénot du cabinet de Conseil synergie, les entreprises sont toujours retissantes mais affichent une bonne volonté de s’intéresser à la question des droits de l’enfants. « Il y a toujours des résistances mais il faut dire que je constate vraiment une bonne volonté des entreprises à s’intéresser la question » a-t-il confié. Environ une dizaine d’entreprises minières de 4 pays de la sous-région (Le Mali, la Côte d’Ivoire, le Kenya et le Sénégal) ont bénéficié de cette formation pour une meilleure promotion des droits de l’enfant au Burkina Faso.

Maxime Jean-Eudes BAMBARA
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Région du Nord : La contribution de la société Rivestone Karma SA au développement local mise en doute
Mine : Les artisans miniers et leur ministère de tutelle en concertation
SEMAFO Boungou : Des chiffres au-delà des attentes après une année d’exploitation
Exploitation minière : Le cas de Bomboré en débat à Ouagadougou
Activités minières en Afrique de l’Ouest : L’industrialisation de l’Afrique en réflexion à Ouagadougou
SAMAO 2019 : Le charbon actif au cœur des échanges
Extraction de l’or : Le Burkina lance un projet pour l’élimination du mercure
Village de Sangoulanti (Sud-Ouest) : Un site d’orpaillage ouvert en face d’une école primaire
Province du Boulgou : Des violences sur le site de la mine de Youga
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : L’audience renvoyée en octobre à la demande de la défense
Affaire charbon fin : L’UPC exige la démission « sans délai » du ministre des Mines
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : Douze personnes physiques poursuivies pour des faits de fraude de commercialisation de l’or
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés