LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Xe sommet de la Francophonie : gestation d’un projet ambitieux

Publié le mardi 28 octobre 2003 à 11h06min

PARTAGER :                          

Le prochain Sommet de la Francophonie qui se tiendra du 23 au 27 novembre 2004 à Ouagadougou, connaîtra la présence d’une cinquantaine d’Etats et son budget prévisionnel est de 19 milliards de francs CFA avec de nombreuses ambitions. Le président du comité d’organisation l’a annoncé lors d’une conférence de presse, jeudi 23 octobre 2003.

Le 23 novembre 2004, le conseil permanent de la Francophonie tient réunion à Ouagadougou. Le lendemain, ce sera le tour d’une conférence ministérielle de la Francophonie et les 26 et 27 novembre 2004, a lieu le dixième Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie.

Dans le cadre des préparatifs de ces rendez-vous francophones au sommet, le ministre Youssouf Ouédraogo, président du comité d’organisation, a donné une conférence de presse le 23 octobre dernier. Et ce fut dans la salle de conférences du ministère des Affaires étrangères en présence des principaux responsables de son comité et du corps diplomatique accrédité au Burkina Faso.

A cette occasion, Youssouf Ouédraogo a réaffirmé que le Burkina Faso s’honore de la confiance qui lui a été faite d’abriter à Ouagadougou le dixième Sommet de la Francophonie.

"Cette décision, a-t-il ajouté, est un hommage rendu à tout le continent africain, berceau de la Francophonie. Aussi le Burkina Faso avec l’appui de tous, est-il prêt à relever le défi et à réserver à l’ensemble de la famille francophone un accueil digne des plus pures traditions africaines..."

Et de dire avec insistance que dans la dynamique de la mondialisation, prétendre constituer un Etat de droit, respecter les droits de l’homme, sans combattre la faim, les pandémies, le dénuement extrême et la pauvreté qui caractérisent trop souvent la majeure partie de la communauté francophone, c’est prendre le grave risque de courir à l’échec. D’où, selon lui, la volonté du sommet de Ouagadougou d’être "un espace solidaire pour un développement durable" des pays francophones.

L’organisation d’un sommet implique naturellement des moyens en termes d’infrastructures d’accueil, de transport, de conditions sécuritaires et de santé. Voilà pourquoi, selon le comité d’organisation du prochain Sommet de la Francophonie, cet évènement va coûter environ 19 milliards de F CFA, budget qui est financé par la communauté francophone et l’Etat burkinabè. Le comité a saisi la tribune de la conférence pour présenter le logo du Xe sommet.

Le Burkina Faso, au sortir de ce sommet, devrait bénéficier d’infrastructures pénennes pour ses propres besoins : on parle de la grande bibliothèque francophone, d’un centre de presse hypermoderne, etc.

Ibrahiman SAKANDE
Sidwaya du 28/10/03

PARTAGER :                              
 LeFaso TV