Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La chose la plus commune, dès qu’on nous la cасhе, dеviеnt un déliсе.» Oscar Wilde

Affaire Norbert Zongo : Ce que le gouvernement de la Transition a fait

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Norbert Zongo • Communiqué de presse • dimanche 13 décembre 2015 à 22h39min
Affaire Norbert Zongo : Ce que le gouvernement de la Transition a fait

Le peuple Burkinabè commémore en ce 13 décembre 2015, le 17ème anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert ZONGOet de ses trois (3) compagnons sous le signe de la poursuite de la lutte pour la manifestation de la vérité et la justice. Une fois de plus, tous les défenseurs de la démocratie, de la liberté de presse et d’opinion réclament vérité et justice pour les quatre suppliciés de Sapouy.

Pour donner une suite conséquente à ces fortes attentes, également exprimées par les insurgés d’octobre 2014, le gouvernement de la transition, dès son installation, a pris des actes forts sur différents dossiers dont, notamment, celui de Norbert ZONGO.
Il a décidé de la réouverture du dossier, de la désignation d’un nouveau juge d’instruction, de la mise à la disposition du juge d’instruction, de moyens conséquents pour la conduite du dossier et, enfin, de l’exécution par le gouvernement de l’arrêt sur les réparations, objet de la requête n°03/2011, rendu le 5 juin 2015 par la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples dans la cause opposant les ayants droits de feu Norbert Zongo et 04 autres à l’Etat du Burkina.233 135 409 Francs CFA ont été débloqués au titre de l’indemnisation des requérants dans l’affaire ayants droit de feus Norbert Zongo, Abdoulaye Nikiema dit Ablassé, Ernest Zongo et Blaise Ilboudo et le Mouvement Burkinabè des Droits de l’Homme et des Peuples (MBDHP) qui était partie civile dans ce dossier.

Le gouvernement de la transition veut, par ces importantes mesures, s’assurer que le dossier suit son cours et les magistrats font leur travail en toute indépendance conformément au principe de la séparation des pouvoirs.

Selon les déclarations du Procureur Général près la Cour d’Appel de Ouagadougou, le juge d’instruction du TGI en charge du dossier dit « Norbert Zongo », a mené différentes investigations, procédé à des inculpations et posé d’importants actes allant dans le sens de la manifestation de la vérité.

Le gouvernement, à la suite du Procureur Général, souhaite la compréhension de la population et la rassure que toutes les dispositions relevant de sa compétence sont prises pour que le dossier avance normalement jusqu’à son règlement définitif.

Le gouvernement félicite la justice pour ces avancées et réaffirme avec force, toute sa solidarité avec tous les acteurs de la société civile ainsi que tout son soutien et sa compassion aux familles des suppliciés, dans le cadre de la commémoration du 13 décembre 2015. Il les rassure de sa ferme détermination et de son engagement renouvelé, à jouer pleinement son rôle pour la manifestation de toute la vérité sur ce dossier.

Le Service d’information du Gouvernement

Vos commentaires

  • Le 14 décembre 2015 à 08:03, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Ce que le gouvernement de la Transition a fait

    - Le problème pour moi dans toute cette affaire Norbert ZONGO, c’est que personne ne fait cas de Francois COMPAORÉ alors que son nom est sorti plusieurs fois ! On dirait que les gens continuent d’avoir peur de lui comme s’il était un Dieu sur terre !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2015 à 17:23, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Ce que le gouvernement de la Transition a fait

    Absolument Koro Yamyélé. Les gens tournent autour du pot. Pourtant, le même François Compaoré avait été inculpé par une juge courageuse suite au rapport de la C.E.I. Sans même parler de Norbert Zongo, comment peut-on condamner des gens pour avoir tué David sans condamner celui qui leur a donné l’ordre de le torturer ???

    De plus, il y a LE problème qui a fait que le régime Compaoré a défendu bec et ongles François et ses hommes de main, que ce soit dans le dosier David Ouédraogo ou Norbert Zongo :
    QUI a donné à François Compoaré, un civil, l’autorité pour commander des militaires du RSP, pour torturer à mort David Ouédraogo ??? La chaine de commandement ne peut pas ne pas remonter à Gilbert Diendéré, chef du RSP, et à Blaise Compaoré !

    L’impression qu’on a c’est que personne, au niveau politique comme judiciaire, ne veut aller au bout d’une procédure qui conduirait à demander l’extradition de François Compaoré et Blaise Compaoré. La question c’est POURQUOI ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre l’incivisme et la corruption : Norbert Zongo, un exemple de combat
Assassinat du journaliste Norbert Zongo : 20 ans après, vérité et justice sont toujours attendues
Affaire Norbert Zongo : ‘’Mes souvenirs de reporter, 20 ans après...’’
20e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo : A Fada N’Gourma, on a marché pour réclamer vérité et justice
Burkina : La justice française émet un avis favorable à l’extradition de François Compaoré
Extradition de François Compaoré : Les avocats de l’Etat burkinabè dénoncent « des sous-entendus insultants »
Extradition de François Compaoré : Tout sur l’arrêt du 13 juin 2018 portant demande de complément d’information
Demande d’extradition de François Compaoré : Le compte rendu de l’audience du 28 mars 2018 de la Cour d’Appel de Paris par Bruno Jaffré
Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018
Assassinat de Norbert Zongo : Les organisations de défense des droits humains dénoncent 19 ans d’impunité
17 ans après l’assassinat de Norbert Zongo, la SEPP en appelle au nouveau président Roch Marc Christian Kaboré
Poeme : Le temps passe, l’injustice demeure
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés