Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus on sait, plus on doute.» Pie II, pape

Chômage technique total à la Société des Mines de Belahouro (SMB/SA) : Encore une mauvaise vision de la Direction des Ressources Humaines ?

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • • vendredi 5 septembre 2014 à 23h53min
Chômage technique total à la Société des Mines de Belahouro (SMB/SA) : Encore une mauvaise vision de la Direction des Ressources Humaines ?

La Société des Mines de Bélahouro (S.M.B/SA) est une filiale du groupe AVOCET MINING PLC qui exploite la mine d’Or d’Inata au Burkina Faso. Elle est située à environ 220 km au nord-est de Ouagadougou, à proximité de la frontière du Mali. Le 1er Août 2014, la société décidait de mettre une partie de son personnel en chômage technique total pour des raisons économiques.

Au total 66 travailleurs ont vu l’exécution de leur contrat de travail être suspendu pour une durée de 3 mois, renouvelable une fois conformément à la législation du travail.

Pour ce faire, la Direction de la Société a consulté les délégués du personnel comme le recommande la législation. Mais ce fut une consultation de farce, car leurs préoccupations n’ont pas été prises en compte. En effet, ceux-ci ont voulu formuler un certain nombre de recommandations pour solutionner la crise qui, pour la Direction de la SMB était passagère. Malheureusement, une fin de non-recevoir a été posée aux suggestions des représentants du personnel aux motifs que la décision était déjà prise. De ce fait, le protocole de chômage technique total qui était élaboré par la Direction n’a pu être signé entre les différentes parties.

Inopportunément, au même moment et comme par mépris pour les travailleurs en partance, la Direction des Ressources Humaines procédait à des recrutements et des avancements de travailleurs au sein de la société. Au moins 30 nouveaux travailleurs viennent d’intégrer la société. De plus, des avenants de contrats avec revalorisations salariales ont été signés tout azimut et en sourdine pour au moins 40 travailleurs des départements de la mine, la maintenance, le laboratoire du process... Et bien évidemment, dans cette rouerie, le département des Ressources Humaines se taille la part du lion.

Ces contrariétés de décisions amènent bon nombre de travailleurs à se demander si les motifs invoqués pour la mise en chômage technique total des travailleurs étaient fondés ? N’y avait-il pas d’autres solutions idoines ?

Déjà, pour leur premier mois de chômage technique, les travailleurs concernés sont confrontés à des problèmes d’engagement avec leur banque respective. Leurs indemnités de chômage technique n’arrivent pas à couvrir les traites des prêts bancaires. Alors que ces prêts bancaires avaient été rendus possibles avec l’aval de la société.

Actuellement, la question qui taraude les esprits est de savoir : comment vivrons ces travailleurs durant cette période de trois mois ?

D’ailleurs, ladite période pourrait être rallongée, puisque les Ressources Humaines n’ont donné aucun gage de la réintégration de ces travailleurs à l’issue des trois mois. Or, la Loi interdit également à ceux-ci de s’engager avec une autre société sous peine d’une rupture de contrat de travail et ce, de leur fait.

Pourtant, bon nombre de solutions étaient indiquées à la présente situation, parmi lesquelles :
-  La réduction du temps de travail journalier à 8 heures au lieu de 12 heures,
-  Le licenciement pour motif économique avec paiement de leurs droits et de mesures d’accompagnement, d’autant plus qu’il se murmure que les concernés ne seront plus rappelés.
-  En sus, selon certaines indiscrétions, plusieurs réaménagements à l’interne étaient possibles pour éviter des afflictions à ces travailleurs.

Malheureusement, la direction de la SMB-SA n’est jamais encline aux suggestions ou recommandations venant des travailleurs ou de leurs représentants. Et cette pratique est courante. Il faut espérer que cette outrecuidance n’entraine la société vers des lendemains incertains.

En attendant, 66 travailleurs font la croix et la bannière au niveau des banques pour avoir de quoi survivre dans l’espoir d’être rappelés par la société.

Il faut remarquer que cette gestion curieuse du personnel a fini par installer une psychose au niveau des travailleurs de la société. Et de nos jours, tous s’interrogent, à quand la prochaine liste de chômage technique total ?

Le veinard

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Région du Nord : La contribution de la société Rivestone Karma SA au développement local mise en doute
Mine : Les artisans miniers et leur ministère de tutelle en concertation
SEMAFO Boungou : Des chiffres au-delà des attentes après une année d’exploitation
Exploitation minière : Le cas de Bomboré en débat à Ouagadougou
Activités minières en Afrique de l’Ouest : L’industrialisation de l’Afrique en réflexion à Ouagadougou
SAMAO 2019 : Le charbon actif au cœur des échanges
Extraction de l’or : Le Burkina lance un projet pour l’élimination du mercure
Village de Sangoulanti (Sud-Ouest) : Un site d’orpaillage ouvert en face d’une école primaire
Province du Boulgou : Des violences sur le site de la mine de Youga
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : L’audience renvoyée en octobre à la demande de la défense
Affaire charbon fin : L’UPC exige la démission « sans délai » du ministre des Mines
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : Douze personnes physiques poursuivies pour des faits de fraude de commercialisation de l’or
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés