Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

EBOLA en Afrique : Sensibiliser sans affoler

Accueil > Actualités > DOSSIERS > EBOLA • • jeudi 28 août 2014 à 03h39min
EBOLA en Afrique : Sensibiliser sans affoler

Depuis décembre 2013, le virus à Ebola semble régner en maître en l’Afrique de l’Ouest. De l’enfant guinéen de deux ans à nos jours, le décompte macabre ne fait qu’évoluer. Plus de 2000 infectés pour plus de 1400 décès. Et ce n’est pas tout. C’est dans ce contexte déjà tendu que presque tous les pays de la région non encore touchés ont mis en place chacun un plan de riposte. Souvent en tirant sur la fibre de la peur, innocemment parfois.

Vendredi 06 décembre 2013 dans le village de Guéckédou en Guinée Conakry. Un enfant de 02 ans qui souffrait d’une maladie tout aussi insaisissable qu’incurable vient de rendre l’âme. Selon une enquête du « New England Journal of Medecine », toute sa famille y passera peu de temps après dans ce village aux frontières du Libéria et de la Sierra Leone. C’était le patient zéro de l’épidémie d’Ebola de cette année 2014, le début de la panique pour toute une région entière de l’Afrique : celle occidentale notamment.

Une propagation à vitesse exponentielle

Depuis, le virus se propage à une vitesse hors de contrôle. Le Libéria, la Sierra Leone, le Nigéria et récemment la République démocratique du Congo, chaque pays compte ses morts. Selon les statistiques de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) publiées le 12 août dernier, La Guinée (506 cas dont 373 décès), le Libéria (599 cas dont 323 décès), la Sierra Leone (730 cas dont 315 décès) et le Nigéria (13 cas dont 2 décès) n’ont pas encore fini de compter leurs morts. Et les pays – ouest-africains surtout- non encore touchés par le virus ne sont pas véritablement à l’abri. Certains ont même eu affaire à des cas suspects d’infection à virus Ebola avant que les examens approfondis ne disent le contraire. L’Etat d’urgence déclaré et l’Armée appelée en renfort dans les trois principaux pays touchés que sont la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone, Ellen Johnson Sirleaf du Libéria qui annule sa participation au sommet Etats Unis-Afrique pour avoir un meilleur contrôle de l’épidémie dans son pays, la Côte d’Ivoire qui coupe ses liaisons aériennes avec les pays touchés par l’épidémie, certaines compagnies de transport aérien qui suspendent leurs activités dans les pays touchés, des pays non encore touchés qui mettent en place des plans de riposte Ebola avec des intentions de financement qui valent des milliards… C’est la panique au sommet des Etats africains. Quoi de plus normal quand on sait qu’en l’absence de traitement, le sursis accordé au malade par le virus n’a jamais atteint un mois.

L’épidémie à virus Ebola la plus meurtrière depuis 1976

Une panique en partie justifiée quand on tient compte subsidiairement des répercussions de cette épidémie sur les différentes économies (touristes, investisseurs,…) ; une panique justifiée surtout quand la comparaison s’invite au débat. De toute l’histoire des épidémies Ebola, celle de cette année est la plus meurtrière : près de 1 500 décès alors que les précédents chiffres étaient plafonnés à 280 en 1976 et 254 en 1995. Les chiffres sont de l’OMS (voir tableau).
Le seul traitement expérimental le plus fiable (le ZMapp encore discuté au sein de la communauté scientifique) a été utilisé pour la première fois cette année et a pu guérir les deux médecins américains infectés au Libéria, le Dr Brantly et Nancy Writebol. Mais quelles seront les effets secondaires à long terme ? Dans l’urgence, il avait semblé judicieux de sauver ces deux vies d’abord. L’on a beau envoyer ensuite des doses pour sauver d’autres vies africaines, les scientifiques se déchirent entrent eux, les puristes préférant la mise au point d’un sérum homologué.

Ebola, Oui ! Mais…

Tant qu’à bien faire, autant écarter définitivement l’idée d’effets secondaires qui pourraient êtres plus porteurs de désastres que le mal lui- même, semblent se défendre les rigoristes. Pendant que les autres n’ont pour seuls arguments que l’urgence de sauver des vies en péril, eux ont ensuite bâti leur argumentaire suivant une logique sous le charme de laquelle nous sommes tombés. Et nous citons pèle mêle : il est plus facile d’éviter Ebola que le paludisme. Pour réduire au maximum le risque de contamination par le virus à Ebola, il suffit de respecter les règles élémentaires d’hygiène, d’éviter certaines sinon toutes les viandes sauvages et éviter en Afrique surtout, de manipuler les corps des morts quand on n’en connait pas la cause et enfin prendre les dispositions médicales appropriées dès qu’apparaissent les premiers signes. Et cette autre comparaison cynique qui nous enchante moins : Ebola n’est pas le virus le plus dangereux. Et les éléments de comparaison : Entre 2010 et 2013 à Haïti, le choléra a fait 8 791 morts. En 2008 la grippe H1N1 a fait 18 449 morts. Depuis 1976 le virus a tué environ 2 500 personnes. Alors que le SIDA en a tué 36 millions depuis 1983, la tuberculose 1,3 millions et le paludisme 627 000 personnes en 2012. Comme pour dire informons, sensibilisons, prenons les dispositions mais n’affolons pas.

Samuel Somda
Lefaso.net

Tableau : chronologie des principales flambées de fièvre hémorragique à virus Ebola

 

Année

Pays

Sous-type du virus

Nombre de cas

Nombre de décès

Taux de létalité

2012

République démocratique du Congo

Ébola Bundibugyo

57

29

51%

2012

Ouganda

Ébola Soudan

7

4

57%

2012

Ouganda

Ébola Soudan

24

17

71%

2011

Ouganda

Ébola Soudan

1

1

100%

2008

République démocratique du Congo

Ébola Zaïre

32

14

44%

2007

Ouganda

Ébola Bundibugyo

149

37

25%

2007

République démocratique du Congo

Ébola Zaïre

264

187

71%

2005

Congo

Ébola Zaïre

12

10

83%

2004

Soudan

Ébola Soudan

17

7

41%

2003

Congo

Ébola Zaïre

35

29

83%

(Nov.-déc.)

2003

Congo

Ébola Zaïre

143

128

90%

(Janv.-avril)

2001-2002

Congo

Ébola Zaïre

59

44

75%

2001-2002

Gabon

Ébola Zaïre

65

53

82%

2000

Uganda

Ébola Soudan

425

224

53%

1996

Afrique du Sud

Ébola Zaïre

1

100%

1996

Gabon

Ébola Zaïre

60

45

75%

(Juil.-déc.)

1996

Gabon

Ébola Zaïre

31

21

68%

(Janv.-avril)

1995

République démocratique du Congo

Ébola Zaïre

315

254

81%

1994

Côte d’Ivoire

Ébola Côte d’Ivoire

1

0

0%

1994

Gabon

Ébola Zaïre

52

31

60%

1979

Soudan

Ébola Soudan

34

22

65%

1977

République démocratique du Congo

Ébola Zaïre

1

1

100%

1976

Soudan

Ébola Soudan

284

151

53%

1976

République démocratique du Congo

Ébola Zaïre

318

280

88%

Source : OMS

 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation de la lutte contre la maladie à virus Ebola au Mali à la date du mercredi 24 décembre 2014.
Lutte contre Ebola : Le Japon fait don de matériels
Lutte contre Ebola en Afrique : Airtel Burkina lance une campagne de collecte de fonds
Maladie à Virus Ebola : Des informations pour mieux comprendre
Santé : La riposte à Ebola lancée avec le soutien du Premier ministre Zida
Situation de la lutte contre la maladie à virus EBOLA au mali à la date du vendredi 5 décembre 2014
Ebola : La rumeur d’un cas suspect à Sindou crée la panique dans la région des Cascades
Ebola : le directeur général de l’Hôpital national Blaise Compaoré dément la présence d’un cas suspect dans sa structure
TAIWAN travaille avec la communauté internationale pour lutter contre Ebola
Ebola au Mali : Situation au 26 novembre 2014
Virus Ebola au Mali : Le point de la situation au lundi 24 novembre 2014
La principale priorité de la CEDEAO demeure l’éradication du virus Ebola, estime le président Kadré Désiré Ouédraogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés