Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un gagnant est un rêveur qui n’a jamais abandonné.» Nelson Mandela

Luc Adolphe Tiao : « Le vrai problème au Burkina c’est que nous n’avons pas de vraies entreprises performantes, capables de réaliser des travaux de grande échelle et de grande qualité ».

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Luc Adolphe TIAO, Premier ministre • • dimanche 19 mai 2013 à 22h35min
Luc Adolphe Tiao : « Le vrai problème au Burkina c’est que nous n’avons pas de vraies entreprises performantes, capables de réaliser des travaux de grande  échelle et de grande qualité ».

Au pas de course, le Premier ministre Luc Adolphe Tiao a visité ce 17 mai 2013 à Ouagadougou, des chantiers lancés il y a quelques mois. Du site de logements sociaux à Bassinko au canal de drainage d’eau au niveau du parc Bangr- Wéogo en passant par l’hôtel administratif du Centre, le Chef du gouvernement a constaté de visu l’évolution des travaux et échangé avec les responsables des entreprises qui s’activent à la réalisation d’infrastructures attendues à bref délai.

A Bassinko « où de nombreuses villas sont en construction pour les citoyens », Luc Adolphe Tiao note que pour la première tranche des 1500 logements lancée l’année dernière, « on peut dire grosso modo qu’on est autour de 80% de villas achevées ».

Toujours à Bassinko, le gouvernement prévoit, à en croire Luc Adolphe Tiao, « de réaliser à l’horizon 2017 près de 15 000 logements ».

En attendant, la disponibilité des villas déjà achevées se trouve bloquée par l’ONEA et la SONABEL qui ne sont pas encore prêts pour la viabilisation du site. « On ne peut pas mettre ces logements à la disposition des demandeurs, s’il n’ont a pas l’eau et l’électricité », précise le ministre de l’Habitat et de l’urbanisme, Yacouba Barry. Pour lever ce blocus, le Premier confie avoir « donné des instructions pour qu’on puisse accélérer les travaux de viabilisation ».

Après Bassinko, cap sur le chantier de l’hôtel administratif du Centre où « le niveau des travaux est satisfaisant ». Autre appréciation du Premier ministre, « la structure des bâtiments est vraiment très bien ».

En rappel, la pose de la première pierre de l’hôtel administratif du Centre est intervenue le 31 octobre 2011. Il coûtera au total, 11 253 193 350 FCFA.

Constitué de trois bâtiments R+5 avec sous-sol, il « va dégager à peu près 540 bureaux au profit de 9 cabinets ministériels, une salle de conférence, un cafétéria, un bâtiment pour les archives », a précisé le ministre Yacouba Barry.

A ce jour, et aux dires du chef de la mission de contrôle de CINCAT international Moussa Koanda visiblement serein, le chantier est à 60% d’exécution des gros œuvres. La construction physique du bâtiment doit finir en juillet pour laisser place aux équipements techniques, a indiqué l’Ingénieur Koanda qui a aussi précisé, « nous avons donné l’assurance au Premier ministre que nous allons respecter le délai du 1er semestre 2014 » pour la remise des clefs de l’hôtel.

Lancés en 2011, les travaux entrant dans le cadre de la première phase d’élargissement des capacités de drainage du canal du parc Bangr-wéogo sont aujourd’hui à terme. Et c’est ce qui a permis, relève Luc Adolphe Tiao « que les Ouagalais n’ont pas trop senti les inondations l’année dernière ; les eaux ayant été bien drainées grâce aux canalisations faites à l’intérieur et à l’extérieur du parc ».

Dans le cadre de ce projet en effet, « des châteaux d’eau, des caniveaux, des aires de repos tout au long du canal » ont été réalisés, à en croire Moctar Mandat, administrateur général de l’entreprise COGEB chargée d’exécuter les travaux.

Après cette première phase réussie, « nous bénéficions de l’accompagnement de la BOAD (Banque ouest africaine de développement) pour une seconde phase ; et cette phase va consister, à l’intérieur du parc, surtout à protéger les berges ; et à l’extérieur, il s’agira de faire des revêtements bétonnés de plus de 2 km ; ce qui va permettre l’accélération de l’évacuation des eaux », annonce le Chef du gouvernement.

Bénéficier d’un logement social à Bassinko

Les villas du site de Bassinko sont construites sur des parcelles de 200 à 250 m², à en croire le ministre Yacouba Barry .

Et suivant les types de villa F2 à F3, on va de 5 500 000 FCFA à 7 500 000 FCFA. Pour les salariés, ce sont ceux qui ont un « revenu mensuel compris entre 50 000 FCFA et 160 000 FCFA » qui peuvent bien y prétendre.

Relativement à la méthode d’attribution effective, le ministre Barry explique : « nous allons sur la base d’un tirage au sort de ceux qui sont dans la base de données parce qu’ayant souscrit au programme. Le tiré approche la banque de l’habitat, il signe la convention, et rentre en possession de sa maison ».

Nos entreprises de travaux publics doivent redoubler d’effort

Pour la réalisation de grands travaux publics, il faut des entreprises non seulement dotées de capacités multidimensionnelles avérées, mais aussi respectueuses des délais contractuels.

A l’issue de ses échanges avec les responsables des entreprises qui exécutent les travaux sur les chantiers visités, le Premier ministre dit noter que « le vrai problème au Burkina, c’est que nous n’avons pas de vraies entreprises performantes, capables de réaliser des travaux de grande échelle et de grande qualité ».

Le plus souvent, nos entreprises évoquent des difficultés financières et matérielles. Sur le chantier de l’hôtel administratif du Centre, c’est un problème d’une autre nature qui existe. En effet, le manque de personnels qualifiés en nombre suffisant constitue un handicap à l’exécution rapide des travaux. Des ouvriers qualifiés, on en cherche sur ce chantier.

En tout cas, le chef de la mission de contrôle du chantier, Moussa Koanda apparemment soucieux d’apporter la preuve que nos entreprises nationales sont aussi capables, « lance un appel à tous les ouvriers qualifiés qu’il y a de l’emploi au niveau de l’hôtel administratif du Centre et qu’ils peuvent prendre contact avec les entreprises pour nous permettre d’atteindre notre objectif ».

Fulbert Paré

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Insurrection populaire d’octobre 2014 : Luc Adolphe TIAO à la MACO
Discours de Tiao sur la situation de la nation : Des citoyens attendent davantage du gouvernement
Discours sur la situation de la nation : Luc Adolphe Tiao entre félicitations et remise en cause de légitimité
Discours sur la situation de la nation du Premier ministre Luc Adolphe TIAO du 3 avril 2014
Beyon Luc Adolphe Tiao, premier ministre du Burkina Faso, « une démocratie qui marche bien » (2/2)
Beyon Luc Adolphe Tiao, premier ministre du Burkina Faso, « une démocratie qui marche bien » (1/2)
Luc Adolphe Tiao : « Le vrai problème au Burkina c’est que nous n’avons pas de vraies entreprises performantes, capables de réaliser des travaux de grande échelle et de grande qualité ».
TIAO A L’ASSEMBLEE NATIONALE : Attaques de l’opposition, réplique de la majorité
ETAT DE LA NATION : ‘’RAS’’ pour les uns, déception pour les autres
Discours sur la situation de la Nation : Luc Adolphe Tiao note d’appréciables performances engrangées en 2012
Discours sur la Situation de la nation en 2012 selon Luc Adolphe TIAO : L’intégralité du document
Communiqué de presse : Luc Adolphe Tiao attendu à l’Assemblée nationale le 4 avril 2013 pour la présentation de la situation de la Nation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés