Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.» Bob Marley

L’ Intellectuel Burkinabè et la politique

Accueil > Actualités > Opinions • • lundi 2 avril 2007 à 08h33min

Généralement, on définit l’intellectuel comme une personne dont la profession ou l’activité est en relation étroite avec les choses de l’intelligence, de l’esprit ou qui a un goût prononcé pour les activités de l’esprit.

Ainsi, on peut classer comme intellectuels tout ceux qui, à l’image des écrivains, des artistes, des chefs religieux et coutumiers, des scientifiques, des philosophes, etc., ont pour rôle de concevoir et mettre au point des théories, d’émettre de grandes idées, de réfléchir sur les phénomènes sociaux et de les éclairer.

Mais, dans l’espace et le temps, ceux-ci ne se sont pas contentés de formuler des théories. De par leurs aptitudes, ils sont apparus aussi comme ceux qui décèlent, posent les problèmes de la société et tentent d’y apporter des solutions tout en se donnant le rôle d’éclaireur et de gardien de la morale.

On reconnaît enfin les intellectuels par leur intégrité et leur sens de dévouement pour le triomphe de la justice et la suppression des inégalités dans leurs sociétés. Au regard de cette large définition, on peut se demander si, aujourd’hui au Burkina Faso, cette catégorie de citoyens joue suffisamment son rôle qui devrait consister à passer au crible les problèmes qui assaillent nos populations dans leur grande majorité et à proposer des projets prometteurs et pouvant conduire le pays vers son émancipation.

Exemples d’intellectuels nationalistes et patriotes dans l’histoire burkinabé

Quand on jette un regard rétrospectif sur l’histoire socio-politique du Burkina Faso, on se rend compte que ce pays a connu un frein à ses moments d’épanouissement, de paix et de liberté avec la pénétration coloniale. Il s’en est suivi le pillage systématique de ses richesses et la réduction au silence de toute forme de résistance, notamment celle des intellectuels nationalistes. Pour mémoire, on peut rappeler le martyr de Karamokoba Sanogo de Lanfiéra pour illustrer l’acharnement des forces coloniales contre les intellectuels nationalistes.

En effet, cet intellectuel religieux qui a été un condisciple de Samory Touré à l’Université islamique de Djenné est revenu, après quinze (15) années d’études, dans son village natal de Lanfiéra pour enseigner le coran, la prière, la sagesse et la science. Au sein de la petite mosquée de Lanfiéra, il s’attèle à faire rayonner la connaissance, la science et le savoir pour repousser l’ignorance et les superstitions rétrogrades.

Passionné de recherche scientifique, il lit les écrits arabes sur les sciences et techniques. L’astronomie devient une des ses passions et sa réputation d’homme de science et de sage se répand assez vite dans le pays et même bien au delà. Il devient une référence, un pôle d’attraction pour tous. Le Moogo-Naaba sollicite ses avis et ses bénédictions, tout comme les Naaba du Yatenga.

Même l’explorateur français, Monteil, qui cherchait à se faire recevoir par le Moogo-Naaba de Ouagadougou vient, le 02 avril 1891, lui solliciter une lettre de recommandation. Mais, Karamokoba Sanogo, l’intellectuel et savant dafing a été exécuté publiquement dans son village de Lanfiéra, le 24 Novembre 1896, par le monstre et cynique lieutenant français Louis Parfait Voulet parce qu’il constituait la négation vivante et palpable de toute une philosophie de l’histoire de l’humanité telle que conçue par le colonisateur.

Plus d’un siècle après ce sage et saint homme, deux grandes figures politiques burkinabé contemporaines méritent d’être retenues comme véritablement modèles d’intellectuels patriotes. Il s’agit de Nazi Boni et de Joseph Ki-Zerbo : deux pôles intellectuels et politiques du Burkina du XXe siècle. Le premier, Nazi Boni, ce bwani exceptionnel, né vers 1909, dans un petit village bwa, nommé Bwan, situé à environ 70 km au sud de la ville de Dédougou, dans le Mouhoun, a été une figure emblématique de la vie politique voltaïque jusqu’en 1969.

Leader charismatique du Parti du Regroupement Africain (PRA), il avait, non seulement, la stature d’un homme d’Etat mais, en plus, de grandes qualités d’homme de lettres doublées de celles d’homme de science qui faisaient de lui l’un des intellectuels les plus illustres du Burkina. Intellectuel courageux et patriote, doué d’une force de caractère exceptionnelle, il laisse derrière lui un message d’une très grande richesse et d’une profondeur encore insuffisamment exploitée. Sa vie et son parcours politique demeurent toujours un champ d’étude pour les historiens et les politologues.

Dans un message d’une grande valeur pédagogique et historique qu’il a légué aux générations futures, il disait : " Lorsque l’on désire la dégénérescence d’un peuple, il suffit d’insuffler à ses générations montantes le goût des sinécures, des plaisirs faciles et du confort, des discours creux, le mépris inconscient de leur propre raison d’être. Demandez-vous si la culture dont vous êtes imprégnés, la civilisation que vous savourez ne vous ont pas métamorphosés en mauvaises copies du blanc ".

Nazi Boni fut aussi un grand intellectuel visionnaire. En effet, bien avant les indépendances formelles de 1960, Nazi Boni avait une vision élaborée et précise de l’avenir de son pays et de l’Afrique. L’unité politique de la Haute-Volta et celle de l’Afrique toute entière constituaient sa grande préoccupation. Il considérait la politique comme : " l’art du dévouement à la cause publique " car le pouvoir était pour lui un moyen pour les gouvernants de se mettre au service du peuple et non de l’asservir. Il conçoit le fédéralisme comme la conséquence d’une prise de conscience, une nécessaire correction de l’histoire. "

Depuis l’Antiquité, estime t-il, le monde extérieur a instauré en Afrique la politique de diviser, pour régner. Si l’Afrique veut réaffirmer sa personnalité et apporter sa contribution positive à l’élaboration d’un humanisme moderne, il faut qu’elle s’emploie à réaliser patiemment son unité, en commençant par les Unités nationales, ce qui implique la condamnation, définitive du tribalisme, du régionalisme, du nationalisme sectaire " (cité par Kambiré Sié Léopold).

Il appelle donc à la moralisation de la société africaine pour progresser car : " le problème du sous-développement qui, en fait, relève de la morale, restera insoluble tant que nous ne ferons pas du civisme et de l’esprit de sacrifice, notre loi sacrée. Le monde repu pourra déverser sur l’Afrique des milliards de francs, de livres, de dollars (....), il aboutira à des résultats décevants ".

Le second, Joseph Ki-Zerbo, est né le 21 juin 1922, à Toma, en Haute-Volta. Premier africain agrégé d’histoire africaine à la Sorbonne et diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, il est une référence scientifique mondialement reconnue. Membre fondateur et premier président de l’Association des étudiants de Haute-Volta en France (AEVF) qui vit le jour le 16 juillet 1950, il créa, en 1957, le Mouvement de libération nationale (MLN) qui a mené la campagne pour le non dans plusieurs pays d’Afrique occidentale lors du referendum de 1958. Sur le plan intellectuel, Joseph Ki-Zerbo expose ses idées sociales et politiques dans de nombreuses publications sur l’histoire et la culture africaines.

Fervent militant et expert en matière de réflexions et de propositions sur les questions de développement et d’éducation en Afrique, Joseph Ki-Zerbo a toujours plaidé pour l’intégration des cultures locales au développement technologique. Pour lui, l’Afrique doit reconquérir son identité, afin de redevenir acteur du monde, elle qui a abrité les premiers hommes, puis la première civilisation de l’humanité, la civilisation égyptienne. " Sans identité - dit-il - nous sommes un objet de l’histoire, un instrument utilisé par les autres. Un ustensile ".

Comme l’a écrit le Professeur Amadé Badini : " Le professeur Joseph Ki-Zerbo est incontestablement l’un des penseurs de l’Afrique contemporaine qui auront marqué leur époque (...) il vécut dans sa chair, son esprit et son intelligence les affres et les abus divers que la colonisation, sa logique, ses objectifs et ses méthodes ont imposés aux peuples d’Afrique, ceux d’Afrique noire notamment, depuis le début du siècle et même au-delà (...) Ki-Zerbo n’est pas resté cet " intellectuel contemplatif " et narcissique qui se contentait de " chanter " l’Afrique en la folklorisant du haut du piédestal légué par le colonisateur d’hier ". Ces deux intellectuels demeurent des modèles pour tous les burkinabé car on a jamais pu les corrompre, ni avec l’argent, ni avec les honneurs.

Ce qu’il faut noter avec force, c’est que dans la politique, il y a ceux qui y entrent pour un positionnement dans l’histoire et ceux qui y vont avec un horizon très proche, voire même immédiat et matériel. Ces deux grands intellectuels burkinabé se situent dans un horizon plus lointain en attendant que des consciences plus élevés ou des demandes de vérité historique plus fortes se réapproprient et s’accaparent de leurs idéaux et de leurs oeuvres.

Concernant Ki Zerbo, certains estiment qu’il n’aurait pas dû faire de la politique mais plutôt se contenter de faire ses recherches. Le problème, c’est que, à l’image d’un Cheikh Anta Diop, ses recherches le conduisaient vers le terrain politique, vers la lutte pour la restauration de la conscience historique et la réhabilitation de la personnalité africaine.

La politique étant devenue pour lui un terrain pour traduire et partager ses idées et ses convictions. Au delà des appréciations subjectives et négatives concernant l’homme en provenance de ses adversaires politiques, c’est véritablement dommage que les burkinabé n’aient pas encore saisi la grande nécessité de s’approprier son œuvre.

Le règne des intellectuels et des élites " formatés "

Le terme formater utilisé, en informatique, pour donner un format à un support de données, c’est à dire à l’agencer de façon structurée, afin de recueillir et de disposer utilement les données elles-mêmes, a été choisi par Aminata Traoré, ancienne ministre de la culture du Mali, pour caractériser certaines élites africaines, en raison du rôle qu’elles jouent, actuellement, comme courroie de transmission et acteurs conscients de l’exploitation féroce dont est l’objet leurs peuples.

Il n’est pas exagéré de dire qu’une bonne partie des élites burkinabé, au sommet de la classe politique dirigeante actuelle, se situe dans cette catégorie d’intellectuels. Ceux-ci ont vu leur nombre croître de manière exponentielle, ces dernières années, au point ou beaucoup de citoyens se demandent s’il y a encore des intellectuels burkinabé crédibles et sur lesquels ils peuvent porter leurs espoirs.

Ce doute s’est même accentué lors des dernières élections présidentielles avec les révélations qui attestent, de façon indubitable, la subordination de certains dirigeants politiques de l’opposition considérés comme des intellectuels de haut vol et les volte-faces acrobatiques de certains autres.

On ne peut qu’être révolté par le comportement de ces intellectuels " formatés " dans la gestion des affaires publiques car outre leur superbe arrogance, ils affichent une incapacité notoire à imaginer d’autres voies de sortie de la pauvreté et du sous-développement de notre pays que celles présentées par les Institutions Financières Internationales (IFI).

En retour, ils sont traités de " bons élèves " par ceux-là même qui, quand il s’agit de signer des contrats de pillage du Burkina, les qualifient de " partenaires ". Malheureusement, de nos jours, on a l’impression que beaucoup d’intellectuels burkinabé, notamment au niveau de l’élite politique, sont en panne sèche et en manque d’imagination créatrice, toute chose les rendant inaptes au travail intellectuel.

" L’ignorance est un crime. Savoir et ne rien dire est un crime encore plus grave "

En s’éloignant ainsi de leur véritable rôle social et politique, beaucoup d’intellectuels ne contribuent pas pleinement à l’émancipation de notre pays. En effet, le savoir, sous sa face cachée, constitue une forme de péché originel pour les intellectuels. C’est pourquoi, très souvent, le caractère même des intellectuels leur vaut d’être appréciés négativement, du simple fait qu’ils sont dépositaires de ce joyau (le savoir) sans toujours l’utiliser à bon escient.

Etre intellectuel signifie se battre pour vivre dans un espace de parole libre, respirer dans la parole, par la parole et, enfin, être le défenseur des innocents au nom des libertés individuelles. C’est ce sentiment de péché originel qui pousse l’intellectuel vers la prise de conscience de ses responsabilités.

Ainsi, la mutation d’un intellectuel quelconque au statut d’intellectuel public correspond à un cheminement du remords vers la colère et l’indignation qui sont des biens très précieux pour les intellectuels. Mais, il ne s’agit pas d’une colère à fleur de peau, violente et destructrice. Non, le vrai intellectuel public allie la colère à la raison. Sa colère doit l’amener à indexer, expliquer et combattre les maux de sa société et, au-delà, celles de l’humanité.

Certes, on ne peut pas en déduire que les intellectuels africains ou burkinabé ne peuvent pas s’adonner, de façon positive et constructive, à l’exercice de la politique pour le bonheur de leurs peuples. Mais, pour ce faire, il nous faut des intellectuels dotés d’une vision endogène, réfléchie et pensée des réalités socio-économiques et culturelles de leurs milieux.

Des intellectuels débarrassés du complexe d’aliénation occidental et puisant leurs modèles dans la conscience et le patrimoine historiques et culturels profonds de leurs pays. Des intellectuels qui sont aptes à exprimer la pensée de leurs peuples et à les conseiller avec justice, des intellectuels qui sont capables d’émettre une parole et d’exprimer des préoccupations qui dépassent leurs seules individualités pour atteindre l’universel.

Conclusion

Parmi les grands intellectuels burkinabé et africains comme Kwamé Nkrumah, Leopold Sedar Senghor, Julius Nyeréré, Joseph Ki-Zerbo, Nazi Boni, Amilcar Cabral, Thomas Sankara, Alpha Omar Konaré, Joaquim Chissano, Abdoulaye Wade, etc., entrés en politique, après des périodes plus ou moins longues de militantisme, certains ont accédé au pouvoir d’Etat en cristallisant autour d’eux les espoirs que leurs peuples avaient placés en eux. Mais, les résultats n’ont pas toujours été à la hauteur des espérances.

D’autres ont personnalisé la lutte nationaliste et anticolonialiste sur le continent tout en participant à la gestion politique de leurs pays respectifs sans pour autant atteindre le but qu’ils s’étaient fixés au départ. Il y en a aussi qui se sont pratiquement égarés en politique.

Cela montre bien que, même si sa façon d’être et de vivre reste caractérisée par une grande intégrité intellectuelle et par un refus total de la compromission, le danger qui guette l’intellectuel quand il entre en politique, c’est sa difficile reconversion au pouvoir d’Etat en tant que praticien.

Tirant leçon de cette réalité, il est grand temps que beaucoup plus d’intellectuels africains et particulièrement burkinabé se détachent, un peu, des milieux officiels pour se consacrer davantage à l’exploration d’autres domaines de l’univers social et culturel de leurs pays afin d’être utiles aux praticiens politiques.

Comme l’a précisé l’éminent intellectuel et savant sénégalais Cheikh Anta Diop : " Il faut faire de la politique pour des idées et non pour des postes afin de transformer les fonctions politiques en postes de travail "

Par Amadou Diallo,
Chercheur au CNRST

Amilcar Cabral. L’arme de la théorie. Paris, Maspéro, 1975. pp 321-322
1 Ki Zerbo Joseph. "Eduquer ouPérir", Paris : Harmattan/Unicef/Unesco,1990. p114

Vos commentaires

  • Le 2 avril 2007 à 12:57, par KGB En réponse à : > L’ Intellectuel Burkinabè et la politique

    Bonne et surprenante reflexion de Peulh ( je suis son chef) . Estce qu’au Burkina y a intellectuel ? Quand les militaires ont commis l’inadmissible en decembre, ou etaient ils, pour ne prendre que le dernier cas en date. Personne n’a bronche, autant dire que cette republic ne sert a rien puisc’on peut violer ses regles sans consequences...Les seules reactions parlaient de solution a l’africaine dans une republic. Chaque qu’on parle de solution a l’africaine, sait qu’on fui nos responsabilites et tournons le dos a nos lois...

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2007 à 12:06, par Le Gonze En réponse à : > L’ Intellectuel Burkinabè et la politique

    I agree with KGB. Le récent saccage des Kundés est en train de lui donner raison...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Un citoyen au Premier ministre : « A quand la fin des recrutements par affinité dans nos services publics ? »
Statut valorisant de l’enseignant : Lettre ouverte d’un instituteur au ministre Stanislas Ouaro
Décision du Conseil constitutionnel sur le recours de citoyens contre le Code pénal : « En attendant les explications du Gardien du temple burkinabè... » (Me Batis Benao, avocat à la cour)
Burkina Faso : « Se sacrifier (travailler) pour les générations futures, tel est notre défi »
Rejet du recours de citoyens contre le Code pénal : « Quand le Conseil constitutionnel retire un droit accordé aux citoyens par la Constitution ! »
Franc CFA : Lettre ouverte d’un Français à l’ambassadeur de France au Burkina Faso
Burkina : « Dialogue politique ou entourloupes politiques ? »
Décès de onze personnes gardées à vue : « Les droits humains ne sont pas l’affaire de gens qui ont le ventre plein »
Affaire Clinique « Les Genêts » : « Où a-t-on vu expulser des malades d’un centre de santé ? »
Détention de Rama « la Slameuse » et de Boukaré Compaoré : L’avocat demande au Procureur général d’ordonner leur liberté provisoire
Société : « Le vivre-ensemble ou l’intelligence des différences individuelles »
Afrique : « Le développement passe forcément par le secteur primaire »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés