LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure” Mohamed Ali

Journée internationale de l’hygiène menstruelle : Combien d’entre nous sont conscients de l’importance du 28 mai ?

Publié le lundi 10 juin 2024 à 11h30min

PARTAGER :                          
Journée internationale de l’hygiène menstruelle :  Combien d’entre nous sont conscients de l’importance du 28 mai ?

La 28 mai de chaque année, c’est la Journée Internationale de l’hygiène menstruelle. L’importance d’être vue, entendue et valorisée peut pousser une jeune fille à se surpasser, et cela ne doit pas être négligé. Une femme sage m’a dit un jour : « Nous sommes toutes différentes, différentes mais semblables. » Avant qu’elle ne passe de l’enfance à l’adolescence, une jeune fille sans orientation ni soutiens appropriés est une négligence de notre part en tant que société. Et cela ne devrait pas être le cas !

La Journée Internationale de l’hygiène menstruelle est une célébration du passage d’une jeune fille à la féminité. C’est aussi une célébration de « cette humanité qui est femme », comme l’a dit le célèbre chanteur burkinabé Smarty. Cependant, c’est un rappel pour nous tous que les filles sont encore ignorées, sous-estimées et laissées à elles-mêmes lors de cette transition. La situation est encore pire dans les pays en développement, et bien pire encore dans les pays africains francophones.

Pour la plupart d’entre nous, grandissant en Afrique subsaharienne, nous n’avons pas reçu de discours de préparation avant nos premières menstruations. Au lieu de cela, le réveil est venu lorsque nous avons remarqué du sang sur nos sous-vêtements. Nous pouvions lire sur le visage de nos mères que leurs expressions n’étaient pas un signe de joie, d’accomplissement ou de fierté. Leurs expressions étaient plutôt des préoccupations et des incertitudes quant à la possibilité que leurs jeunes filles puissent tomber enceintes à tout moment, compromettant ainsi leur avenir ! Je me souviens que, dès ce moment-là, ma vie n’a plus jamais été la même.

Mon discours de préparation était très court et se résumait essentiellement à expliquer que j’aurais mes règles une fois par mois. Cela m’obligerait à porter une serviette hygiénique ou une réutilisable et surtout à rester loin des garçons car je pouvais tomber enceinte. Le malaise autour du sujet des menstruations n’était pas seulement présent dans mon foyer, mais partout, même à l’école.

C’était traité comme un secret que la plupart des filles gardaient tout en allant à l’école et ne partageaient qu’avec quelques amies de confiance car nous avions peur de faire savoir que nous n’étions plus des filles. Nous étions désormais des jeunes femmes avec la responsabilité de ne pas déshonorer nos familles en tombant enceintes à un jeune âge. Plus que cela, la honte n’était pas le point culminant, mais la peur constante d’avoir un jour une jupe tachée en classe.

Imaginez cela ! La honte, les discussions ou les commérages parmi les filles et les garçons en plus de tout cela !
Imaginez votre maitre d’ecole vous demandant de cacher la tache de sang, sans aucun soutien ni compréhension, presque comme si vous aviez fait quelque chose de mal.

Imaginez tout cela se produire alors que vous n’avez que 9 à 13 ans. Cela peut être insupportable pour une fille de cet âge, la laissant sans autre choix que de manquer l’école pendant des jours pour échapper à la honte. Au Burkina Faso, il est constaté que 7 filles sur 10 souffrent de crampes, de fatigue et de stress pour ne citer que quelques exemples. Par conséquent, 21% des filles manquent l’école et 83% participent moins en classe.

Certes, il y a d’autres raisons en plus de la honte qui empêchent une fille d’aller à l’école. L’un des principaux problèmes est la précarité menstruelle. Par définition, la précarité menstruelle survient lorsqu’une fille ou ses parents ne peuvent pas se permettre d’acheter des serviettes hygiéniques décentes chaque mois pour
gérer correctement ses règles. Lorsque cela se produit, que peut faire une fille ? Eh bien, elle restera à la maison pendant quelques jours. C’est pourquoi je dis que c’est une crise et non plus un problème féminin car une simple serviette ne devrait pas induire une fille à manquer l’école ou à se sentir moins digne lorsqu’elle a ses règles. Je sais que certaines personnes diront que dans certaines familles, le coût est trop élevé et qu’elles ne peuvent pas se permettre les serviettes.

Cependant, il existe d’autres alternatives comme les serviettes réutilisables, qui sont moins chères, durables, plus efficaces et écologiques. C’est une crise qui mérite d’être discutée. Il faut aussi souligner que la précarité menstruelle est un problème mondial. Cependant, dans la plupart des études, l’inclusion générale n’inclut pas souvent les pays africains francophones. C’est également parfois absent dans les médias, l’accent étant davantage mis sur les pays africains anglophones.

Par exemple, dans un article de la BBC, « Pauvreté Périodique : Les femmes africaines n’ont pas les moyens d’acheter des serviettes hygiéniques », bien que les conclusions et les études soient les bienvenues, il est prudent de noter que parmi les pays sélectionnés pour l’étude représentant l’Afrique (Ghana, Éthiopie, Somalie, Ouganda, Nigéria, Rwanda, Tanzanie, Afrique du Sud et Kenya), il n’y avait aucun pays africain francophone et donc, ils ne sont pas représentatifs des pays africains francophones.

Alors, que faisons-nous maintenant ? Tout d’abord, la conversation doit commencer au sein du foyer, une fille ne devrait pas dépendre uniquement des étrangers pour apprendre sur ses règles. Cette responsabilité incombe à sa famille ou à son tuteur. Ramener l’inconfort à la réalité que les menstruations font partie de la vie. Ne l’évitons pas (la discussion), confrontons-la de front, traitons-la et acceptons-la comme une libération. Redéfinissons la construction sociale de la honte menstruelle ! Puisque la société définit la culture.

Les produits d’hygiène féminine devraient faire partie des fournitures scolaires d’une fille. Si nous estimons que les fournitures scolaires sont une nécessité pour l’éducation, il en va de même pour les serviettes hygiéniques. Acheter à la fois des fournitures scolaires et des produits menstruels est essentiel pour s’assurer qu’une fille ne manque pas les cours ou ne se sente pas sous-évaluée parce qu’elle n’a pas de serviette hygiénique.

Deuxièmement, un appel à l’inclusivité plutôt qu’à la généralisation doit exister. Les études futures doivent avoir une représentation complète de l’Afrique dans leurs histoires et contenus parce qu’il est important que les pays africains francophones soient mentionnés, et que le monde voit que même si certains de ces pays n’apparaissent pas dans leurs nouvelles quotidiennes ou ne sont pas étudiés dans leurs écoles. Il est crucial que la communauté internationale sache que la pauvreté existe dans ces régions et qu’elle est aussi pertinente que dans les pays africains anglophones.

Troisièmement, intégrons les garçons dans la conversation. L’émancipation de la honte menstruelle n’est pas seulement une conversation entre mères et filles, mais aussi entre pères et fils, mères et fils, et frères et sœurs. Un frère éduqué sur la honte menstruelle ou formé en tant que mentor par les pairs serait plus apte, solidaire et utile à sa sœur pour éliminer le stigmate. Des études ont montré que lorsqu’un garçon est éduqué sur la honte menstruelle, il est plus susceptible de montrer de la compassion ou de l’empathie envers ses sœurs ou ses amies.

De plus, stoppons la rumeur qu’une fille soit impure ou inapte à faire des tâches ménagères, cessons de la pointer du doigt et arrêtons de la pousser à se marier parce qu’elle a maintenant ses règles. Nous devons tous réaliser qu’elle est toujours une fille en passe de devenir une femme. Briser le stigmate de la honte menstruelle commence à tous les niveaux avec la participation de tous, que ce soit au sein du foyer, des écoles ou des lieux publics. Nous devons militer pour éliminer la honte menstruelle une bonne fois pour toutes ! L’émancipation de la honte menstruelle passe par l’éducation. Ensemble, nous pouvons mettre fin à la précarité menstruelle et à la honte menstruelle.

Enfin, nous croyons en la valorisation de l’éducation des filles. Nous croyons que mettre en lumière leur genre aidera à démystifier les vielles traditions selon lesquelles une fille est une citoyenne de seconde classe, ou qu’elle n’est précieuse que pour porter des enfants. En célébrant le thème de cette année de la Journée Internationale de l’hygiène menstruelle, « Ensemble pour un monde #PeriodFriendly », il y a l’espoir que la honte menstruelle, la précarité menstruelle et les tabous sur les règles cesseront d’exister.

Nous lutterons pour un monde #PeriodFriendly où une fille ne manquera plus les cours d’école à cause des toilettes inadéquates, du manque de produits hygiéniques ou du fait qu’on la pointe du doigt.

Je crois également que la fin de la honte menstruelle est proche. Mon message à la jeune fille est que, malgré les obstacles qu’elle pourrait avoir à endurer et à surmonter, elle doit rester forte à travers l’évolution et la transformation (qu’elles soient mentales, physiques ou sociales). Elle doit persévérer pour rester forte tout en devenant la femme qu’elle sera demain parce qu’elle a un super pouvoir en elle, qui est ses règles.

Un grand merci à @WASH United gGmbH et à toutes les organisations qui ouvrent la voie et travaillent sans relâche pour que la honte menstruelle ne soit plus un tabou à l’échelle mondiale.
Je vous félicite et vous applaudi pour cela.
Bonne Journée Internationale de l’Hygiène Menstruelle 2024 !

À propos de l’auteur
Bienvenue Konsimbo est une défenseure de l’égalité des sexes et une défenseure de la santé menstruelle. Elle est la fondatrice de Girl Now Woman Later Inc. Elle est titulaire d’une maîtrise en gestion des conflits et d’une licence en affaires internationales de L’université de Kennesaw State. L’opinion exprimée dans ce commentaire est la sienne.

References :

B S. (2023, October 21). Gestion de l’hygiène menstruelle à l’école : Des élèves du Sanmatenga mènent le plaidoyer [Review of Gestion de l’hygiène menstruelle à l’école : Des élèves du Sanmatenga mènent le plaidoyer]. Lefaso.net. https://lefaso.net/spip.php?article125145

Nikiema, D. (2023, January 20). Education de la jeune fille dans les Cascades : quand les menstrues perturbent le cycle scolaire [Review of Education de la jeune fille dans les Cascades : quand les menstrues perturbent le cycle scolaire]. BURKINA INFO. https://burkinainfo.com/2023/01/20/education-de-la-jeune-fille-dans-les-cascades-quand-les-menstrues-perturbent-le-cycle-scolaire/?amp=1

Ogola, E., O’Reilly, G., & Nunoo, N. (2023 10). Period poverty : African women priced out of buying sanitary pads [Review of Period poverty : African women priced out of buying sanitary pads]. BBC.COM ; BBC News. https://www.bbc.com/news/world-africa-66423981?fbclid=IwAR23Hf_xwbDh2_d6NDJ5up1mtA2RyzXX5twlGuqMHebMLCutr3VkwQQByXM

(2022, May 29). Gestion hygiénique des menstrues : Les jeunes U-Reporters du Burkina lancent une conversation automatisée pour mieux informer les adolescent-e-s et jeunes [Review of Gestion hygiénique des menstrues : Les jeunes U-Reporters du Burkina lancent une conversation automatisée pour mieux informer les adolescent-e-s et jeunes]. LE FASO NET. https://lefaso.net/spip.php?article113639

(2022, March 14). Engaging boys in menstrual hygiene management (T. Mutseyekwa, Ed.) [Review of Engaging boys in menstrual hygiene management]. UNICEF ; unicefsierraleone/2022/Mutseyekwa. https://www.unicef.org/sierraleone/stories/engaging-boys-menstrual-hygiene-management

PARTAGER :                              

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Contribution sur l’état de la nation