LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Relais-Cité de Saponé : Les attributaires des parcelles demandent l’intervention du chef de l’Etat afin de pouvoir jouir pleinement de leurs droits

Publié le mardi 9 juillet 2024 à 21h25min

PARTAGER :                          
Relais-Cité de Saponé : Les attributaires des parcelles demandent l’intervention du chef de l’Etat afin de pouvoir jouir pleinement de leurs droits

Cette lettre ouverte est de Nidia Antoine Coulibaly. Il l’adresse au président Ibrahim Traoré pour l’informer que depuis plus de 10 ans maintenant aucun des 2 079 bénéficiaires des parcelles du Relais-cité de Saponé n’a pu construire quoi que ce soit au niveau de ladite cité. La raison : les propriétaires terriens s’opposent à toute activité de construction tant que le ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat ne satisfait pas entièrement leurs doléances. « Vous êtes notre dernier espoir dans la résolution de cette crise qui n’a que trop duré », lance le porte-parole du Collectif des attributaires des parcelles du Relais-Cité de Saponé.

Excellence Monsieur le Président du Faso,
C’est avec un vif intérêt que nous avons appris l’adoption du décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l’Autorité Nationale de Coordination du Foncier (ANCF) en vue de renforcer la transparence dans la gestion du foncier, du domaine et du cadastre et avec pour missions d’assurer la :

 coordination et le suivi du processus de digitalisation de la chaîne foncière, domaniale et cadastrale ;
 coordination du traitement des dossiers dans le cadre de l’apurement du passif foncier ;
 coordination du traitement des dossiers spécifiques domaniaux et cadastraux.

Avec l’adoption de ce décret, vous montrez à quel point la question foncière vous préoccupe et l’on y perçoit vos intentions de proposer des solutions durables aux problèmes.
Excellence Monsieur le Président du Faso,
En 2013, le Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat a initié l’opération « Relais-cité de Saponé », localité située à 25 kilomètres au Sud de Ouagadougou.

Le tirage au sort pour l’attribution des parcelles du Relais-cité a eu lieu le 18 août 2013 et nous sommes au total 2 079 personnes à avoir été retenues sur 6 000 personnes qui ont déboursé chacune 5 000FCFA pour participer à l’opération. Après avoir payé les frais de viabilisation (5 500FCFA le m2) et les différentes taxes dans un délai de 6 mois après le tirage, nous avions un délai de 5 ans pour la mise en valeur des parcelles.
Excellence Monsieur le Président du Faso,

Depuis plus de 10 ans maintenant aucun des 2 079 bénéficiaires malgré qu’ils soient détenteurs d’attestations d’attribution délivrées par les autorités compétentes n’a pu construire quoi que ce soit au niveau de la dite cité. En effet, les propriétaires terriens s’opposent à toute activité de construction tant que le ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat ne satisfait pas entièrement leurs doléances.

De nombreuses actions ont été entreprises par les bénéficiaires auprès des autorités du ministère de l’habitat, notamment les différents ministres, Secrétaires Généraux et Directeurs Généraux de l’Urbanisme, la Viabilisation et de la Topographie en charge du dossier.

Tous les ministres qui se sont succédé au niveau de ce département ministériel jusqu’au ministre actuel M. SIDIBE, nous ont reçus au sujet de ce dossier. Il pourrait vous exposer en détail tous les contours du dossier dont il a hérité de ses prédécesseurs. Nous profitons de l’occasion pour saluer ses efforts pour résoudre cette crise qui perdure.

En résumé, nous sommes victimes d’un désaccord entre le Ministère en charge de l’urbanisme et les propriétaires terriens de Saponé sur la dite cité. Cette situation nous empêche de jouir de nos parcelles que nous avons payées, pour la majorité par des prêts bancaires.

Excellence Monsieur le Président du Faso,
Les anciens ministres en charge de l’urbanisme nous ont habitués à l’abandon du dossier comme solution de facilité face aux difficultés et nous sentons planer cette option au niveau de l’équipe actuelle qui pourtant est si près du but.

En désespoir de cause nous nous tournons vers vous, notre dernier recours pour demander la levée du blocus sur la valorisation de nos parcelles, lequel blocus dure depuis plus de 10 ans. Des attributaires sont décédés, des propriétaires terriens également, certains attributaires sont partis à la retraite sans avoir pu construire leur maison après s’être endettés pour acquérir la parcelle et construire. Cependant, la situation de blocage est alimentée par des personnes qui pourraient avoir intérêt à opposer des Burkinabè.

Nous sommes au milieu d’un conflit dont la résolution n’est manifestement pas pour demain et notre seul tort est d’avoir eu confiance au ministère de l’Urbanisme en 2013 pour disposer de parcelles et d’avoir obtenu un terrain à Saponé.

Excellence Monsieur le Président du Faso,
Ne soyez pas indifférent à notre cri de cœur, 2 079 Burkinabè et des propriétaires terriens vous lancent des appels à l’aide. A travers cette lettre, ce sont les larmes et douleurs des familles, des veuves et orphelins qui vous implorent afin que nos souffrances depuis plus de dix ans prennent fin.
Permettez-nous de toujours croire que les institutions nationales peuvent se corriger et se réconcilier avec le peuple.

Vous êtes notre dernier espoir dans la résolution de cette crise qui n’a que trop duré.
Excellence Monsieur le Président du Faso,
Recevez toutes nos salutations respectueuses !

Que Dieu Bénisse le Burkina Faso et vos actions. Amen !

Ouagadougou le 09 juillet 2024
Pour le Collectif des attributaires des parcelles du Relais-Cité de Saponé,

Le porte-parole

COULIBALY Nidia Antoine
70 46 40 11/78 12 22 11

PARTAGER :                              

Messages

  • Franchement pathétique ! Le ministère en charge de l’urbanisme qui peine à régler ce problème depuis des années....! Des espoirs de nombreux fonctionnaires en quête de logis qui s’amenuisent d’années en années... On souhaite vivement que le problème soit traité par les plus hautes autorités une fois pour toute

  • Les grandes douleurs sont muettes ! Voilà un douleur au sein du peuple qui semble méconnue, ce qui explique sa persistance depuis ces années. Que ces autorités actuelles, une équipe éprise de justice, vienne mettre fin à cette douleur difficile à expliquer

  • Vraiment cette situation est déplorable d’autant plus que même les lotissements des sociétés immobilières bien qu’irréguliers deviennent plus fiables et donnent plus de tranquillité de cœur que celui régulièrement organisé par l’état lui-même. 11 ans de calvaire, il faut songer à régulariser pour la DGUVT aussi en même temps que pour les immobiliers. Je loue le patriotisme des acquéreurs qui, depuis ont adopté la voix du dialogue et qui écartent tout acte de violence. Actuellement le blocus reste sur le nombre de parcelles à donner aux propriétaires terriens par hectare. Le ministère propose 4 et ils réclament 5. Les propriétaires terriens avaient dégager d’autres terrains pour extension comme l’avait demandé le ministère en août 2023 lors d’une rencontre tenue à la mairie de Saponé afin de satisfaire les demandes. Mais hélas, des que c’est fait, la DGUVT a fait savoir qu’il n’en était plus question faute de moyens financiers. Ce qui nous ramène à la situation initiale. Actuellement soit les propriétaires terriens acceptent les 4 parcelles par hectare ou le ministère trouve plus de parcelles. La question qui se pose c’est où trouver ces parcelles supplémentaires en dehors de celles de la cité et de la trame d’accueil si le ministère n’a pas les moyens pour étendre la cité. Il faut noter qu’en plus du coût de l’extension s’ajoute celui de la viabilisation qui est à reprendre selon la DGUVT puis que des manifestants avaient saccagé toutes les installations électriques dans ladite cité. Vraiment nous comptons sur notre Grand Champion pour nous sortir de cette situation et il le fera.

  • Les bénéficiaires des parcelles du Relais - Cité de Saponé sont vraiment dans la désolation.Excellence Monsieur le Président du Faso, nous comptons sur vous pour ne plus vivre pour longtemps cette situation qui nous met en retard.Que par la miséricorde de Dieu la paix revienne dans notre cher pays.

  • Bonjour effectivement cela fait dix ans que le problème jusqu’à présent pas de parcelles.la location étant très chère de nos jours.noud demandons vraiment l’aide de ’nos autorités

  • Un cri de coeur vraiment salutaire. Vivement un denouement de cette situation qui dure depuis plus d’une decennie. Esperons que l’actuel President du CSC qui était maire MPP de la commune à un moment donné des turbulences pourra etre une solution à la crise.

  • 10 ans c’est énorme. Vivement une solution immédiate

  • Vivement qu’une solution soit trouvée même si ça sera sur un autre site. 10 très longue années se sont écoulées et nous espérons que le Président du Faso actuel s’implique dans la résolution de cette crise.
    Que les autochtones qui s’opposent à l’occupation du site sachent que c’est leurs frères burkinabé qu iviendront s’y installer.
    Paix et justice pour les attributaires de la cité relais de SAPONE.

  • Vraiment à cette allure les sociétés immobilières qui vilipendé seront plus fiable que l’état.

    Mon cher Gouvernement enlève la poutre qui est dans tes yeux avant de voir la paille dans l’œil de ton voisin.

    Opi c’est tout

  • Vraiment cette situation est très déplorable.
    Vivement que les autorités actuelles s’impliquent pour en finir pour que les attributaires puissent récupérer leurs parcelles.

  • Heureux ceux qui ont acheté avec les propriétaires immobiliers privés est-on tenté de dire. Le ministère de l’urbanisme et de l’habitat met tout en œuvre pour les mettre dans leur droit. Pendant ce temps, ceux qui ont acheté avec ce ministère ne voient aucun espoir à l’horizon.
    Ça fait pitié

  • Vivement que ce cri de cœur soit entendu par les plus hautes autorités du pays !
    Cette injustice foncière a fait son lot d’acquéreurs malheureux...alors qu’ils ne demandaient qu’à jouir de leurs droits !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Détails importants sur la prochaine visite de Déby à Paris
Burkina : Contribution sur l’état de la nation