LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina / Joseph Ouédraogo : Du syndicalisme à la politique

Publié le mardi 21 mai 2024 à 16h40min

PARTAGER :                          
Burkina / Joseph Ouédraogo : Du syndicalisme à la politique

Joseph Ouédraogo alias "JO Weder" fut d’abord un militant syndical de première heure avant de devenir un véritable tribun dans l’arène politique de la Haute Volta. Sa vie fut émaillée de luttes coriaces et d’évènements lourds de sens tant au niveau de l’intersyndicale qu’au niveau du milieu politique dont il était devenu le personnage le plus craint par ses adversaires politiques. Cette chronique consacrée à ce personnage illustre de l’histoire politique de notre pays retrace le chemin du jeune élève jusqu’à son engagement politique, en passant par son militantisme au sein de la Haute Volta syndicaliste.

Né le 11 janvier 1919 à Saaba, Joseph Ouédraogo fait ses premières études à l’école catholique de la Mission de Ouagadougou, de 1929 à 1933. De 1933 à 1939, c’est au séminaire de Pabré qu’il poursuivra ses études secondaires avec brio.

Joseph Ouedraogo, un syndicaliste controversé ?

En 1954, il est élu secrétaire général de l’Union nationale locale des syndicats chrétiens de Haute-Volta. En 1956, Joseph Ouédraogo fut président de la C.A.T.C. (Confédération africaine des travailleurs croyants), la première centrale syndicale qui s’était implantée avec succès dans la capitale en 1957…. Joseph Ouédraogo en fut le premier président et Fréderic Guirma le secrétaire général.

Tous deux étaient aussi membres influents de l’UDV-RDA (Union démocratique voltaïque -Rassemblement démocratique africain) dont était également proche François de Sales Kaboré, président et fondateur de l’OVSL, l’ex-CGT-FO
Joseph Ouédraogo prônait un syndicalisme de droite et dans ce sens, préférait garder des liens étroits avec la métropole française. Il n’appréciait pas d’ailleurs Sékou Touré, leader syndical de la Guinée qui voulait, lui, une rupture totale avec la France et se montrait très intransigeant à chaque rencontre des syndicalistes. En réalité, Joseph Ouedraogo redoutait une expansion du communisme en Haute Volta à travers certains syndicats et certains membres du RDA (Rassemblement démocratique africain).

Il semblerait qu’en 1966, l’alliance de Joseph Ouédraogo avec le MLN (Mouvement de libération nationale) de Ki-Zerbo était pour empêcher la fraction dissidente du RDA de prendre le pouvoir. Plus tard, en 1980 avec le régime militaire du CMRPN, sa position n’a pas changé. Il insistait d’ailleurs dans une lettre envoyée au président Saye Zerbo en ces termes : « J’ai été arrêté ainsi que Frédéric Guirma pour avoir dénoncé le communisme athée qui fait sournoisement son entrée en Haute-Volta sous le couvert de gens qui se disent croyants et même chrétiens ».

Joseph Ouedraogo, l’homme politique qui sait renverser les calebasses

Membre de l’Assemblée territoriale de Haute-Volta de 1952 à 1959, Joseph Ouedraogo devient président de l’Assemblée de 1952 à 1953. En 1956, il rejoint le Parti démocratique unifié (PDU) en tant que partisan de Ouezzin Coulibaly. Il dirige la mairie de Ouagadougou de 1956 à 1959 et occupe le portefeuille ministériel des finances de 1957 à 1958. Maurice Yaméogo chasse Ouédraogo de son poste de maire de Ouagadougou.

De 1958 à 1959, il devient ministre de l’intérieur. En août 1959, après l’accession de Yaméogo à la présidence en 1960, ses rapports avec lui se sont dégradés. Joseph Ouédraogo a été l’un des cerveaux de la grève générale syndicaliste qui a conduit au renversement du régime de Maurice Yaméogo le 3 janvier 1966. En 1970, il devient secrétaire général de l’Union démocratique Voltaïque (UDV) et est élu à la nouvelle Assemblée nationale lors des élections de décembre 1970.

Au début des années 1970, Joseph Ouédraogo et Gérard Ouédraogo (sans lien de parenté) sont des dirigeants rivaux de l’Union démocratique voltaïque (UDV) : un accord prévoyant que Gérard serait Premier ministre et Joseph président de l’Assemblée nationale est rompu en 1974 et, en février 1974, l’armée intervient pour suspendre la constitution de 1970 et rétablir le régime militaire. En 1978, des élections présidentielles sont de nouveau organisées et Joseph Ouedraogo gagne 16,6% lors du premier tour.

Joseph Ouédraogo fut un homme politique atypique, tenace et coriace. « Le lépreux national », « le peulh lépreux » sont des sobriquets dont ont l’affublait. Lui-même se faisait désigner comme « le lépreux qui ne peut pas traire les vaches, mais qui sait renverser les calebasses ». Cet homme très critique avait eu maille à partir avec tous les gouvernements qui se sont succédés, même parfois avec ses collaborateurs au sein de son parti le RDA. De Maurice Yameogo au colonel Saye Zerbo qui est allé jusqu’à son internement, ses rapports avec les différents pouvoirs étaient emprunts de vives tensions.

Réf : Charles M Kabeya « Bref aperçu sur le mouvement syndical en Afrique Noire », Présence africaine, n° 131, p. 314
 sur Wakat Séra, 3 janvier 2023 (consulté le 2 octobre 2023« 3-Janvier 1966 : la première Insurrection populaire au Burkina [archive] », sur Wakat Séra, 3 janvier 2023 (consulté le 2 octobre 2023
 « Quand Joseph Ouédraogo parlait de liberté, de race, de religion, de communisme… - leFaso.net [archive] », sur lefaso.net (consulté le 2 octobre 2023).

Wendkouni Bertrand Ouédraogo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Evidemment, une des grande figures du Syndicalisme Burkinabe et de la Politique Nationale qui a toujours ete du Cote des Lutteurs tels que Joseph Ki Zerbo qui ont conduit l’Insurrection Populaire du 3 janvier 1966. C’est l’un des hommes de principes qui n’avait nullement sa langue dans sa poche et qui egalement a contribuer a l’installation de quelques industries du Faso tels que "Burkina Pattes" et bien d’autres. En tout etat de cause, Quand certaines personnes pensent que le Burkina Faso vient de naitre avec eux et qu’ils ont droits de Vie et de Morts Innocents sur leurs compatriotes et se permettent meme de faire venir de facon opportunistes des Mercenares Russe pour leurs Interets Personnels et Existentiels, l’on peut se demander si nous avons la meme Philosophie du Patriotisme National Burkinabe. Que Dieu Sublime aide notre Peuple Burkinabe qui est Integre. Salut

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV