LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Burkina : Au-delà du « VERBE », c’est la « CHAIR » qu’il nous faut

Publié le lundi 30 octobre 2023 à 21h05min

PARTAGER :                          
Burkina : Au-delà du « VERBE », c’est la « CHAIR » qu’il nous faut

Les boucliers levés ces jours-ci contre la CGT-B et le collectif des organisations qui adhèrent au meeting commémoratif du 31 octobre 2023, sont porteurs de réel danger, aussi bien pour les « menacés », que pour les « menaceurs », estime, dans cette tribune, François N. Ouédraogo, ingénieur hydrologue à le retraite. Il en appelle au simple bon sens de tous et de toutes, pour que nous évitions ensemble la « paix des cimetières »

« Au commencement était le verbe, et le verbe était tourné vers Dieu, et le verbe était Dieu ». C’est ainsi que commence l’Evangile selon Saint Jean, du jour de noël. Mais attention ! Ne prenons pas le mot « verbe » au sens grammatical du terme où c’est la simple traduction du mot latin « verbum », qui est à son tour la traduction du mot grec « logos », qui signifie « parole ». Il s’agit plutôt ici, de la « parole créatrice », qui agit, qui construit, qui organise le cosmos. Dès sa première page, la Bible nous dit que Dieu a tout créé par sa Parole. Ainsi on y lit entre autre, ce qui suit : « Dieu dit : « que la lumière soit ». Et la lumière fut... » En somme, poursuit la Bible, rien n’est créé sans cette parole créatrice.

Dans le contexte de tension politique, économique, sécuritaire et sociale actuelle que notre pays traverse, il est bon de savoir si c’est le « VERBE » ou la « CHAIR » que les uns et les autres nous servent ou veulent nous servir.

En effet ces temps-ci, les propos virulents et incendiaires qui circulent dans les réseaux sociaux et autres médias en ligne, en papier et même en ondes de radios et/ou de télé, sont d’une extrême menace contre la paix et la cohésion sociales. Or aujourd’hui, ce qui importe le plus pour les burkinabé des villes et des campagnes, c’est la paix et la cohésion sociales pour gérer au mieux leur pauvreté qui reste elle, quoi qu’on dise, une réalité qui s’impose à tous et qui perdure hélas malheureusement, dans le temps.

Je ne pense pas que le climat délétère actuel qui prévaut dans notre pays, où les uns ne semblent plus reconnaître les mérite et les sacrifices des autres qui, peut-être, leur ont permis d’être eux-mêmes vivants aujourd’hui avant d’être des soutiens de qui que ce soit, soit porteur d’avenir pour les burkinabé que nous sommes. Je ne crois même pas qu’il soit porteur de résultats, y compris pour IB, le MPSR II, les FDS, les VDP et par-dessus tout, la reconquête du territoire national, qui semble constituer pourtant l’enjeu majeur du débat public orageux que notre pays vit aujourd’hui. Qui a dit que parler, parler et parler ; menacer, menacer et menacer dans les réseaux sociaux et à partir des ronds-points de nos grandes villes, suffisent à eux seuls pour nous ramener paix, quiétude et sérénité ? Qui a dit que l’on peut engranger des résultats tangibles contre le terrorisme d’une part, contre l’impérialisme et ses valets locaux d’autre part, à partir des seuls ronds-points ?

C’est pourquoi je pense très sincèrement, que les boucliers levés ces jours-ci contre la CGT-B et le collectif des organisations qui adhèrent au meeting commémoratif du 31 octobre, sont non seulement très mal venus, mais aussi constituent un réel danger, aussi bien pour les « menacés », que pour les « menaceurs » car, comme l’a dit quelqu’un en commentant les films d’actions, « les bandits ne font pas que tuer, il sont en général eux aussi tués ». Alors j’en appelle au simple bon sens de tous et de toutes, pour que nous évitions ensemble la « paix des cimetières* », c’est-à-dire le silence absolu et la totale soumission de citoyens, doublement terrorisés. En somme, évitons absolument le retour de périodes noires que l’on croyait à jamais révolues, celles caractérisées entre autres, par l’effroyable slogan suivant : « si tu fais, on te fait et il n’y a rien ». L’histoire récente de notre pays nous enseigne que cela est non seulement contre-productif, mais aussi se paye parfois cache en termes de justice. Suivez mon regard vers la MACA et autres, MACO, sans oublier en passant, les exilés emblématiques qui font des pieds et des mains pour ne pas revenir dans leur propre pays ! Exactement comme s’ils étaient des apatrides ! Quelle honte !

L’un dans l’autre, il est utile et urgent que les uns et les autres fassent une bonne lecture de l’histoire, aussi bien récente qu’ancienne de notre pays pour éviter de se fourvoyer et de fourvoyer le pays tout entier. Ne prenons donc pas le « VERBE » pour la « CHAIR » car comme le dit l’adage, « la preuve que la pomme existe, c’est qu’on la mange ». Et à cet autre adage d’ajouter « quand les résultats s’imposent d’eux-mêmes, la tête acquiesce toute seule ». Et comme personne d’entre nous n’est maître de la « parole créatrice », faisons simplement confiance à notre peuple, ce meilleur juge qui, depuis toujours, n’a jamais manqué de reconnaissance à ses dignes fils et filles qui se sont battus pour son émancipation.

* L’expression « paix des cimetières » fait allusion à ce silence si lourd et si triste qui règne dans les cimetières. Imposé à la société, un tel silence est tout simplement dramatique.

O. Frank
ouedfan@yahoo.fr

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 30 octobre 2023 à 13:18, par HUG En réponse à : Burkina : Au-delà du « VERBE », c’est la « CHAIR » qu’il nous faut

    En tout cas il faut traiter les gens equitablement mais si tu applaudit pas les putschistes on dit que tu es apatrides.Allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2023 à 15:01, par Bob En réponse à : Burkina : Au-delà du « VERBE », c’est la « CHAIR » qu’il nous faut

    @HUG que valent vos applaudissements ? Qui vous connaît ? Des burkinabé approvisionnent, renseignent et soutiennent les terroristes, comment devons nous les appeler qu’APATRIDES ? Des burkinabé complotent contre les autorités chargées de la guerre et soutiennent des puissances étrangères hostiles au BURKINA, n’est ce pas des APATRIDES ? Vous même, que pensez vous de vous ? Ceci dit la MENACE est réelle, nul n’a le droit d’empêcher un burkinabé, même apatride de faire ce qui est LÉGAL. Autant certains burkinabé ont le droit d’organiser des meetings, autant les autres ont le droit d’être dans les ronds-points. C’est cette condescendance et ce mépris qui me mettent hors de moi. Êtes-vous sûrs que ces manifestations que vous méprisez tant n’ont pas leur importance ? Si les CDR escortaient SANKARA partout, peut-être qu’il n’aurait pas été tue. La CGT-B et tout autre burkinabé a le droit de manifester et organiser toute activité légale. Mais ce n’est pas le GOUVERNEMENT mais la JUSTICE qui doit SÉVIR contre ceux qui MENACENT en violation de la LOI.

    Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2023 à 17:12, par Bol.Sidnoma En réponse à : Burkina : Au-delà du « VERBE », c’est la « CHAIR » qu’il nous faut

    C’est justement la majorité des insurgés de 2014 qui demande à la CGTB de surseoir à son prétendu meeting de commémoration.

    Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2023 à 23:01, par Sans rancune En réponse à : Burkina : Au-delà du « VERBE », c’est la « CHAIR » qu’il nous faut

    Les élections sont à n’en pas douter la continuation des coups d’Etat par d’autres moyens.
    La désignation par les urnes représente le vole des âmes des citoyens d’une nation que d’aucun qualifie de démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2023 à 23:21, par Sacksida En réponse à : Burkina : Au-delà du « VERBE », c’est la « CHAIR » qu’il nous faut

    En Verite, ce sont les Discours Politiques officielles de Ibrahim Traore et son 1er Ministre Kyelem de Tambela qui depuis ont mis dans les tetes de leurs OSC et soutiens inconditionnels qui campent dans les ronds points, pensant que tous ceux qui critiques la Transition actuelle sont des "Apatrides" Ou des ennemis. Or les vrais ennemis sont les terroristes et des grands Bandits Mecreants qui tuent, brulent et deguerpissent nos populations Inoncentes. Apres une annee de gestion publique du MPSR 2, il temps dans un esprit de Dialogue National de convoquer des Assises Nationales Patriotique pour faire le Diagnostique sans aucune complaisance de la situation Nationale et ce dans tous ces aspects afin de redonner confiance a tous et toutes pour recentrer la gouvernance dans une ambiance de consensus National Burkinabe. C’est la seule solution pertinente pour changer Positivement de Paradigmes et dans perspectives d’Avenir de Reconciliation et Progres Veritable appaise. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 31 octobre 2023 à 00:24, par PUISSANCE 21 En réponse à : Burkina : Au-delà du « VERBE », c’est la « CHAIR » qu’il nous faut

    Ah ! Le fameux slogan « si tu fais, on te fait et il n’y a rien ». Malheureusement, il est bien de retour Mr. Ouédraogo.

    Répondre à ce message

  • Le 31 octobre 2023 à 08:00, par HUG En réponse à : Burkina : Au-delà du « VERBE », c’est la « CHAIR » qu’il nous faut

    Bob, voyez vous il faut avoir une capacite d analyse éleve pour comprendre HUG. Il faut etre aussi de bonne foi pour comprendre HUG.Vos putschistes ont arreté leurs freres d armes comme quoi ils voulaient faire un coup d etat et depuis il n y a plus rien.Emmanuel zoungrana cest silence radio. Que dites vous de cela ?Quand des putschistes entrent dans des palais de justice...... Quand des putschiste veulent instaurer la pensée unique dans un pays c est impossible.Bob retient ceci, vous m avez accuse d etre un supporter de blaise compaoré mais c est faux.Par contre toi tu es un supporter aveugle des putschistes car tu essaies de nier l evidence.

    Répondre à ce message

  • Le 31 octobre 2023 à 15:06, par Sacksida En réponse à : Burkina : Au-delà du « VERBE », c’est la « CHAIR » qu’il nous faut

    De plus, notez que tous les regimes mediocres et opportunistes font tout pour accuser et ecarter des Officiers de Valeurs en leurs reservant soit l’assassinat la Prison ou l’Exile : Colonel Zoungrana Emmanuel, Colonel Auguste Denise Barry, Yacouba Isaac Zida, le Commandant assassine tout rescemment, Guy Sayogo, Lieutenant Namoro et beaucoup d’autres Patriotes Burkinabe. Ces Pouvoirs Mediocres Militaires et Civils ont peur que ces hommes honnetes et de Valeurs ne se retournent un jour contre leurs Pouvoir, Dictatoriaux, Opportunistes et qui sont impliques dans la gestion Publique Desastreuses et Scandaleuse d’argents. Salut

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : La politique sans les mots de la politique
Le Dioula : Langue et ethnie ?
Sénégal / Diomaye Faye président ! : La nouvelle espérance
Burkina : De la maîtrise des dépenses énergétiques des Etats