Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La mémoire doit être un tremplin pour l’avenir.» Joseph Ki-Zerbo

Burkina/Littérature : L’ancien ministre Abdoul Karim Sango « plaide pour la culture »

Accueil > En librairie • Lefaso.net • dimanche 21 mai 2023 à 20h00min
Burkina/Littérature : L’ancien ministre Abdoul Karim Sango « plaide pour la culture »

« Pour la culture, je plaide ». C’est le nouvel ouvrage de l’ancien ministre de la culture, des Arts et du tourisme, Abdoul Karim Sango. Il a été dédicacé dans la soirée de vendredi, 19 mai 2023 à Ouagadougou, devant de nombreuses personnalités.

Selon l’auteur, le livre « Pour la culture, je plaide » est un projet pensé et écrit en début 2021, alors qu’il venait d’achever une mission à la tête du département en charge de la culture, des Arts et du tourisme (janvier 2018-janvier 2021).

Plusieurs personnalités ont répondu à l’invitation.

Ce livre, initialement intitulé « Mon expérience ministérielle », se veut donc un diagnostic de la situation de la culture et un plaidoyer en faveur de ce secteur. « Les autres peuples sont jaloux de leur culture ; alors, pourquoi nous ne sommes pas jaloux de notre culture ? (…). On est toujours triste de constater toutes les potentialités que recèle notre culture pour nous aider à apporter des réponses efficaces à des problématiques de développement dans notre pays, et remarquer au même moment que cette culture est négligée. On est d’autant plus révolté, et c’est mon cas, de constater que ceux qui nous servent de modèles très souvent, sont très jaloux de leur culture. Il la défendent et la chérissent. Voilà pourquoi, j’ai tenu à lancer une forme d’alerte, une sorte d’interpellation. Mais c’est aussi un ouvrage qui donne un repère à la jeunesse », parle Abdoul Karim Sango.

Abdoul Karim Sango a également rendu un hommage à son père spirituel...

L’auteur estime que si le Burkina a du mal à relever les défis du développement, c’est en partie dû à la faible prise en compte de la culture dans les politiques publiques. « La culture est négligée, pourtant elle reste le socle de tout développement », insiste l’auteur.

... Pr Laurent Bado, enseignant de droit à la retraite, homme politique.

« Le passage du ministre Sango à la tête du ministère a permis de faire bouger significativement les lignes, par un certain nombre de décisions que je qualifierais d’audacieuses, mais qui jusqu’aujourd’hui continuent de poser leurs effets. Aujourd’hui, en tant que ministre porteur du témoin, que vous avez transmis à d’autres personnes avant moi, je suis heureux de voir l’aboutissement de ce projet, ‘’pour la culture, je plaide’’, témoigne le ministre de la communication, de la culture, des Arts et du tourisme, porte-parole du gouvernement, Jean Emmanuel Ouédraogo, président de la cérémonie de dédicace. Il jauge l’enjeu du livre par le fait que, et entre autres, les préoccupations soulevées par l’auteur restent d’actualité.

Ici, l’auteur, par ailleurs président de parti et enseignant de droit public (milieu), en compagnie du président de la cérémonie (à gauche) et du parrain (à droite).

La cérémonie de dédicace a été faite également de témoignages de personnalités politiques, culturelles burkinabè et de collaborateurs. Soungalo Apollinaire Ouattara, ancien Président de l’Assemblée ; Remis Fulgance Dandjinou, ancien ministre en charge de la communication (janvier 2016-janvier 2021), avec qui il a partagé le gouvernement ; Dr Ludovic Kibora, directeur de l’Institut des sciences des sociétés ; Ismaël Abdoulaye Diallo, ancien fonctionnaire international et parrain de la cérémonie ou encore la cinéaste et médaillé d’argent au FESPACO 2023, Apolline Traoré, tous ont mis en exergue l’esprit de conviction de l’auteur et « sa franchise à dire les choses cruellement, sans rancune et arrière-pensées ».

Pr Albert Ouédraogo, ancien ministre et enseignant de Littérature orale africaine à la retraite, a présenté le livre.

« Le livre fait un diagnostic profond de l’état des politiques publiques et des actions en lien avec la valorisation et la promotion de notre culture et nous montre le rôle, les enjeux et les apports de la culture pour relever des défis de notre pays », a salué à travers sa page Facebook, l’ancien ministre en charge de l’industrie, avec qui, il a partagé le gouvernement, Dr Harouna Kaboré, lui également, auteur, d’un ouvrage sorti, quelques jours avant.

Le livre « Pour la culture, je plaide », 146 pages subdivisées en onze chapitres, a été édité par la librairie Mercury et disponible sur le marché au prix de 8 000 FCFA.

O.L
Lefaso.net

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/Littérature : L’ancien ministre Abdoul Karim Sango « plaide pour la culture »
Littérature : William Bationo décortique le traitement de l’information climatique dans les médias burkinabè
Burkina/Littérature : L’ancien ministre Dr Harouna Kaboré parle de l’« Influence de l’intelligence économique sur la prospective »
Littérature : L’œuvre « Mgr Anselme Titianma Sanon, Prêtre et authentiquement citoyen » dédicacée à la SNC 2023
Littérature au Burkina : Soungalo Apollinaire Ouattara passe en revue les problèmes de gouvernance des États avec "Plaidoyer pour l’État"
Littérature : Soungalo Apollinaire Ouattara passe en revue les problèmes de gouvernance des États avec "Plaidoyer pour l’État"
Littérature : Sayouba Traoré dédicace son nouvel essai, « Lettre à la jeunesse burkinabè »
Recherche scientifique : « Le terrorisme au Burkina Faso : négocier ou pas ? », un ouvrage de Boniface Somé dans les librairies
Littérature burkinabè : Le lieutenant-colonel William Combary défend les femmes dans deux nouveaux ouvrages
Débat sur les religions : « C’est à force de dire que telle question est tabou qu’un jour, une crise éclate » (Pr Magloire Somé, historien)
Littérature : « L’Afrique n’a ni langue, ni monnaie, ni religion. Comment les autres peuvent-ils nous respecter dans ce contexte ? » (l’écrivain autodidacte, Raphaël Kouama)
Burkina : “Les archives ont un pouvoir de contribution à la stabilité d’une nation” (Youssouf Sawadogo, écrivain)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés