LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Littérature au Burkina : Soungalo Apollinaire Ouattara passe en revue les problèmes de gouvernance des États avec "Plaidoyer pour l’État"

Lefaso.net

Publié le mercredi 26 avril 2023 à 09h00min

PARTAGER :                          
Littérature au Burkina : Soungalo Apollinaire Ouattara passe en revue les problèmes de gouvernance des États avec

Ancien ministre de la fonction publique et ancien président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, Soungalo Apollinaire Ouattara a dédicacé son nouvel ouvrage dans l’après-midi de ce mardi 25 avril 2023 à la librairie Mercury de Ouagadougou. Cette cérémonie de dédicace a connu la présence de hautes personnalités de l’État dont le président de l’Assemblée législative de transition (ALT), Dr Ousmane Bougouma, d’anciens présidents du parlement burkinabè, de présidents d’institutions, d’anciens ministres, d’hommes politiques, etc.

Après son ouvrage autobiographique « Moments critiques », sorti en décembre 2022, Soungalo Apollinaire Ouattara revient avec ce livre « Plaidoyer pour l’Etat » qui selon l’auteur, se veut être un devoir de redevabilité. Selon l’auteur, c’est une trilogie dont la troisième partie viendra après la sortie de ces deux premiers ouvrages.
Intitulé « Plaidoyer pour l’État », cette nouvelle parution de l’ancien ministre de la fonction publique et ancien président du parlement burkinabè évoque les dangers qui menacent l’État et explore les pistes pour son relèvement social, institutionnel et économique.

Soungalo Apollinaire Ouattara, auteur de cet ouvrage, décortique l’état des lieux de la gouvernance et propose des solutions pour refonder l’Etat

Selon Thierry Millogo, éditeur du livre, « Plaidoyer pour l’Etat » s’inscrit dans cette dynamique d’apporter de la lumière à la lanterne des dirigeants. « De la gestion des ressources humaines en passant par les réformes politiques, les réformes de la commande publique, l’organisation des élections, les réformes au niveau du parc automobile de l’Etat, de la SONABHY, le livre passe en revue la gestion d’un certain nombre d’institutions et propose des solutions qui peuvent contribuer à faire de notre pays, un modèle de gouvernance. Il s’agit de transmettre surtout à la prochaine génération des propositions concrètes et d’outiller les hommes et les femmes afin qu’ils assument leurs responsabilités pour le renouveau du Burkina Faso », confie-t-il.

Thierry Millogo, éditeur du livre soutient que cet ouvrage constitue une lumière pour éclairer la lanterne des dirigeants

Pour Soungalo Apollinaire Ouattara, son livre ne vise aucunement un régime particulier ou des personnes. « Faire un plaidoyer ne signifie pas que l’on est absous de ce qui est ou que l’on se place au-dessus du commun. Les faits et les arguments exposés ici (dans le livre) ne ciblent pas un régime particulier encore moins des gouvernements ou des personnes. Ils transcendent les circonstances et les conjonctures pour éclairer dans la durée, la vision et l’action de l’Etat face à sa mission de référence sécuritaire, économique, culturelle et politique ainsi que sa présence auprès du citoyen, des entreprises et des collectivités territoriales », avertit-il dans son ouvrage.

De la théorie de l’émergence des Etats africains à celle de la résilience tous azimuts, en passant entre autres, par les stratégies de croissance accélérée et les plans nationaux de développement, Soungalo Apollinaire Ouattara s’interroge sur l’état actuel de l’Etat en Afrique. Pour lui, « l’Etat s’affaisse ». « Les segments de la gouvernance institutionnelle et économique sensés le soutenir se transforment en niches de surenchère qui travaillent à le détruire, tandis que les sempiternelles réformes sans changement lui bouchent toute issue de survie », précise-t-il.

L’auteur, Soungalo Apollinaire Ouattara en pleine séance de dédicace des livres

Il explique que les niches sont des domaines de compétences captées par la technostructure ou par les lobbies (corruption) et qui font que l’Etat n’avance pas.
Il ressort de cet ouvrage que l’État burkinabè ne connaît pas le nombre de véhicules qu’il possède. La contribution des acteurs du changement que sont les gouvernants, la technostructure administrative, les partis politiques et la société civile y est également abordée.

Il s’agit donc d’un appel à une refondation de l’État à travers notamment « les réformes refoulées » dont le système éducatif, l’administration du territoire et l’assainissement de la vie publique, etc. C’est une expérience de plus de trente ans dans la haute administration publique, du gouvernement, à la tête du parlement burkinabè, que Soungalo Apollinaire Ouattara tente de partager dans ce livre.

« A travers cet essai, mon objectif premier est d’accomplir un devoir de redevabilité. C’est une interpellation sur l’état des lieux de la gouvernance et de l’Etat. C’est un appel, une mobilisation autour de l’Etat, pour la refondation de l’Etat. Mon ambition, c’est un legs, un diagnostic, un état de lieux sur la gouvernance de nos Etats avec des propositions de pistes de solutions. C’est un ensemble d’arguments avancés pour un Etat fort, capable de remplir ses missions régaliennes, un Etat présent auprès des populations, des entreprises, des collectivités territoriales », s’explique Soungalo Apollinaire Ouattara.

« Aujourd’hui la priorité du gouvernement, c’est la sécurité et la reconquête du territoire national. Pour que cet objectif de sécurisation du territoire soit effectif, les opérations devraient s’appuyer sur une bonne gouvernance. Il y a certaines réformes tant qu’elles ne sont pas accomplies, l’Etat ne peut pas prospérer, l’Etat ne peut pas accomplir ses missions. Ces réformes sont le capital humain, l’organisation du territoire, l’assainissement de la vie publique notamment le financement des partis politiques, etc. Cet ouvrage, c’est une série d’argumentaires pour attirer l’attention des uns et des autres sur la vie de l’Etat. Je fais appel aussi à certaines valeurs citoyennes car l’Etat n’est pas une somme de citoyens mais une communauté de citoyennetés, une communauté de valeurs partagées comme le civisme, la solidarité… », soutient-il.

Dr Ousmane Bougouma, président de l’ALT a salué l’expérience de l’auteur et la qualité de son ouvrage

Un ouvrage fortement apprécié par le président de l’Assemblée législative de transition, Dr Ousmane Bougouma. « Cet ouvrage à sa lecture, on voit transparaître véritablement les mémoires d’un commis de l’Etat qui plaide pour un Etat fort, reformé. Quand on veut reformer un Etat, il faut que les gens changent dans leurs comportements, à la fois le gouvernement, la technostructure qu’est l’administration, les partis politiques et la société civile. C’est un ouvrage qui vient au bon moment, il va accompagner la transition dans le cadre des réformes que nous devons porter. C’est l’occasion pour moi, de remercier l’auteur pour la qualité de cet ouvrage qui se laisse lire aisément », a indiqué le président de l’ALT.

Bassolma Bazié, ministre d’Etat, chargé de la fonction publique a invité les administrés à se procurer ce livre afin de découvrir son riche contenu

Malgré des contraintes de calendrier, le ministre d’Etat, chargé de la fonction publique Bassolma Bazié a tenu à être présent à cette cérémonie de dédicace. Même venu carrément à la fin de la cérémonie à la nuit tombée, il n’a pas manqué de saluer la qualité de cet ouvrage qui selon lui, est pour « la postérité ».

Particulièrement conquis par le contenu du livre, il a invité les gens qui sont dans l’administration à des responsabilités différentes, à s’en procurer afin de connaître le contenu.
En rappel, « Plaidoyer pour l’Etat » est un livre de 114 pages, accessible à la librairie Mercury et bientôt dans les autres librairies au prix unitaire de 7 000 FCFA.

Mamadou ZONGO
Lefaso.net

Portfolio

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique