LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La nature rend chacun de nous capable de supporter ce qui lui arrive. ” De Marc-Aurèle

Rencontre du président de la transition avec la classe politique nationale : Le capitaine Traoré a fait preuve d’un double courage

Publié le lundi 21 novembre 2022 à 19h30min

PARTAGER :                          
Rencontre du président de la transition avec la classe politique nationale : Le capitaine Traoré a fait preuve d’un double courage

Dans cette tribune, l’ancien ministre et président de l’Autre Burkina, Dr Alain Zoubga, réagit aux propos tenus par le capitaine Ibrahim Traoré, chef de l’Etat, lors de sa rencontre avec la classe politique.

La quasi-totalité des Burkinabè, chacun à son niveau, a pu écouter ce qui a été dit par le chef de l’État. Un message particulier dans une situation particulière. A cette occasion le chef de l’État a fait preuve d’une prestance jamais égalée, dans cette situation compliquée surtout au plan sécuritaire. Une véritable situation de guerre que connaît notre pays.

L’ambiance qui prévalait au cours des échanges était par moment très crispée voire lourde. Et tous ceux qui étaient dans la salle n’hésitaient pas à le souligner.

Chacun écoutait avec une attention rare, les mots et le diagnostic du chef de l’État à l’endroit de son peuple. On peut dire beaucoup de choses, spéculer largement, mais il est impossible de ne pas reconnaître qu’il a fait preuve de sincérité, de courage et de détermination. Il a particulièrement fait un constat qui a pu faire mal, mais c’est bien juste et c’est la réalité.

En effet il a dénoncé avec force le constat qu’au sein de notre peuple, au sein de nos communautés, il y’a encore beaucoup de méchanceté, de lâcheté, d’ignominie, une cupidité odieuse, un déni de dignité.
Ce que je crois sincèrement, c’est qu’en décidant d’assumer cette haute responsabilité, à la tête de l’Etat, le Capitaine TRAORÉ a fait preuve d’un double courage.

D’abord, face à la situation qu’il connaissait, situation quasi désespérée, il a eu le courage, la volonté de faire face à l’ennemi, en prenant la tête de ce combat libérateur, convaincu que son peuple le soutiendra.
L’autre exemple de courage, c’est celui que l’on remarque c’est quand le chef de l’État dit sans hésitation, toute la vérité sur cette situation nationale qui fait peur, une situation nationale que certaines personnes semblaient ignorer.
Incontestablement, ça va nous réveiller tous et mieux ça doit nous réveiller tous.
Quant à la responsabilité de cette situation, inutile de chercher à y revenir, mais c’est connu. La petite bourgeoisie jouisseuse qui s’est accaparé du pouvoir, s’est préoccupée uniquement de gérer le pouvoir, de garder ces avantages, alors que notre peuple était en train de souffrir voire de mourir.

Nous devrons reconnaitre cela, et c’est de la responsabilité de certaines classes qui doivent accepter publiquement et faire leur mea culpa.
Je voudrais surtout dire avec respect au chef de l’État, qu’à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Aussi je propose deux (02) mesures :

La première concerne le nerf de la guerre. A mon avis dans ce pays il y’a de l’argent, il faut aller le rechercher, l’enlever là où il est. Le chef de l’État a beaucoup de moyens en termes de pouvoirs constitutionnels, en temps de guerre. Ainsi il peut récupérer cet argent et assurer la victoire de notre combat au front.

En outre, je voudrais aussi faire une autre proposition en rapport avec l’armée. Tout militaire doit être au front, officiers, hommes de rang, tout le monde doit savoir qu’il faut mettre la main à la pâte et c’est pourquoi je pense qu’on pourrait prendre une mesure exceptionnelle qui consiste à faire partir au front tous ceux qui sont aujourd’hui en délicatesse avec la justice. Parce qu’ils pourraient y faire preuve d’un courage et d’un travail nous permettant d’avoir un plus dans le combat contre la horde sauvage.

Parce qu’en réalité, nous avions vécu une situation où nous étions en train de nous chamailler pour savoir qui a fait ceci, ou cela. Pendant ce temps, les djihadistes tissaient leur toile meurtrière et aujourd’hui tout le pays est en feu, tout le pays est en flamme.
Voilà ce que je pense du dernier message du Chef de l’État.

QUE DIEU SAUVE LE BURKINA ET SON PEUPLE.

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 21 novembre 2022 à 13:38, par Wena Saam Yandé ! En réponse à : Rencontre du président de la transition avec la classe politique nationale : Le capitaine Traoré a fait preuve d’un double courage

    Dr Alain Zoubga, il faut avoir le courage d’appeler les choses par leur nom. Quand vous dites : " Quant à la responsabilité de cette situation, inutile de chercher à y revenir, mais c’est connu. La petite bourgeoisie jouisseuse qui s’est accaparé du pouvoir, s’est préoccupée uniquement de gérer le pouvoir, de garder ces avantages, alors que notre peuple était en train de souffrir voire de mourir" . "Cette petite bourgeoisie jouisseuse qui s’est accaparé du pouvoir" là, n’a pas de nom ? Et c’est qui ? C’est bien vous les politiciens corrompus qui vous battez entre vous sans merci pour le pouvoir, afin "de gérer le pouvoir, de garder ces avantages, alors que notre peuple était en train de souffrir voire de mourir." (SIC). Assumez-vous politiciens sans vergogne et sans scrupule. Je pense même que le capitaine vous a respecté en disant que c’était la faute à tout le monde, à toute la société, sans vous indexer nommément. Vous devez avoir honte, tous politiciens confondus. Wena Saam Yandé !!!

  • Le 21 novembre 2022 à 16:29, par Ouedraogo En réponse à : Rencontre du président de la transition avec la classe politique nationale : Le capitaine Traoré a fait preuve d’un double courage

    Je dirai au prédisent IB de ne pas faire la pilitique de l autruche qui consiste a nebpas vouloir indexer les coupables de cette situation. Cest la malgouvernance qui est la cause du terrorisme et la solution cest d instaurer une bonne gouvernance en quoi faisant ?
    1 la suppression des caisses noires de toutes les institutions
    2 la suppression des subventions des partis politiques et osc
    3 la confiscation des biens mal acquis de tous les dignitaires et particulièrement ceux du mpp et de ses 300 allies qui n avaient aucun respect pour l argent
    4 la suppression des institutions inutiles telles le Ces le mediateur du faso le haut conseil pour le dialogue etc...
    5 le reglement des 5500 dossiers du HCRUN
    6.Exploiter les declarations de patrimoine des dignitaires du cdp du mpp et ses allies la transition de 2015 et de Damiba afin de déceler les multimillionnaires et milliardaires et confisquer leurs biens tout en les mettant en prison

  • Le 22 novembre 2022 à 04:49, par HUG En réponse à : Rencontre du président de la transition avec la classe politique nationale : Le capitaine Traoré a fait preuve d’un double courage

    Le Burkina faso est l un des rares pays où l indice de GINI est plus elevé.Des gens dans ce pays parti de rien on fêté leur milliard sans honte. Allons seulement.

  • Le 22 novembre 2022 à 05:01, par Papa En réponse à : Rencontre du président de la transition avec la classe politique nationale : Le capitaine Traoré a fait preuve d’un double courage

    Mr. Alain Zoubga , vous faites partie de ces politiciens véreux qui ont mené notre pays dans le désastre.Rappelez_vous Mr. Alain du temps glorieux du CDP où vous vous étiez accroché à Blaise Compaoré comme une chauve_sourie pour la révision de l’article 37 occasionnant des morts et des blessés a vie , rien que pour vos intérêts égoïstes. Moi président vous seriez tous traduits devant les tribunaux pour incitation de guerre civile. Désormais si les gens sincères soucieux de l’avenir de ce pays parlent , ayez la politesse de vous taire.

  • Le 22 novembre 2022 à 09:46, par nyandé En réponse à : Rencontre du président de la transition avec la classe politique nationale : Le capitaine Traoré a fait preuve d’un double courage

    C’est tout simplement scandaleux de la part Zoubga Alain ! Si jusqu’à présent lui et les vieux politiciens de sa classe n’ont pas encore fait le diagnostic de la situation du pays et que c’est grâce à IB (un jeune de 34 ans) qu’ils l’ont découverte, alors c’est extrêmement grave et criminel. Que Zoubga comprenne que la situation du pays est le fruit de la myopie politique, de l’égoïsme de lui-même et de ses camarades. J’espère tout simplement que lui et ses camarades tireront les conséquences qui s’imposent.

  • Le 22 novembre 2022 à 09:57, par Observateur En réponse à : Rencontre du président de la transition avec la classe politique nationale : Le capitaine Traoré a fait preuve d’un double courage

    Quand je lis certains articles, j’ai mal au cœur …. Beaucoup ne saisissent toujours pas la profondeur du mal burkinabè ! Aujourd’hui la première plaie du BURKINA ce sont les Burkinabè et personne d’autre !
    NOUS SOMMES TOUS (de chef d’état à paysan ; et ce en remontant même jusqu’à avant les indépendances) RESPONSABLES de la situation dans laquelle se trouve notre pays aujourd’hui. Ce qui est affligeant, c’est que chacun préfère mettre la faute sur autrui.
    Les seuls burkinabè innocent sont nos enfants ( je dirai de moins de 21 ans) qui nous subissent ; eux qu’on éduque aujourd’hui comme des moutons qu’on prévoit conduire à l’abattoir demain (il n’y a qu’à prendre le bus de ville à 7h pour voir comment un vieux malvoyant debout avec sa canne ne se trouve pas de place assise dans un bus plein d’élèves, sur tout le trajet jusqu’à destination ... )

    Les premiers responsables de ce que nous vivons c’est bien entendu nos anciens dirigeants qui n’ont pas su avoir de la vision pour le Burkina de demain ; qui pour la plupart ont brillé par leurs mal gouvernance.
    Les seconds responsables de l’enfer du Burkina ce sont les ministres, les DG (du publique comme du privé), députés ; en sommes toutes les personnes qui ont tenu (et tiennent) des postes de responsabilités ; car ce sont eux les décideurs, ce sont eux qui pour des intérêts divers ont décidé de tuer le Burkina de demain (et beaucoup continue encore alors qu’on est au bord du gouffre).
    Ensuite les grands intellectuels burkinabè, coupables de diverses malversations minables et d’inaction légendaire.
    Enfin les paysans et autres illettrés qui n’ont pas su perpétuer nos bonnes valeurs ancestrales ….

    Un petit exemple pour montrer à quel point la société burkinabè ‘’va mal’’ : il n’y a qu’à voir comment le Ouagalais circule (personne ne veut ralentir pour laisser passer l’autre du moment où il a la priorité. On n’hésite pas à klaxonner sur un vieillard qui peine à traverser, monté sur son vélo. …..)

    Dans ce pays, chacun ne pense qu’à sa ‘’petite personne’’ ; CUPIDITÉ ET ÉGOÏSME : VOICI NOS POINTS FORTS aujourd’hui. Pendant que certains meurent littéralement de faim à côté de nous, d’autres jettent de la nourriture en abondance, tandis que d’autres se rendent malades dans ‘’LE BRUIT’’ des maquis et boîtes de nuit (en en sont bien fiers !!) souvent du mardi au dimanche, etc. Le pire c’est que l’on n’hésite pas à en faire étalage sur les réseaux sociaux ….
    C’est difficile de venir à bout du terrorisme quand tout le monde est terroriste ‘’à sa manière’’….

    Je me pose énormément de question sur l’avenir de ce pays …….
    Nous sommes là aujourd’hui, à ne penser qu’à s’enrichir, à être prêt à tout pour avoir plus d’argent (qu’on ne pourra jamais finir), à être prêt à vendre notre pays pour cela ….. C’est bien, quand on aura fini de vendre le Burkina, on ira devenir des apatrides aux États Unies et au Canada.
    Qu’est-ce qu’on laisse derrière nous ?? Ce qu’on n’a pas encore compris, c’est que c’est chacun individuellement qui construit le Burkina meilleur.
    Nos enfants nous maudirons, si l’on n’y prend garde.
    Notre pays vit une situation chaotique, nous nous devons de plus penser nos actions et nos propos pour mieux penser les maux du BURKINA FASO.

    SI NOUS AVONS ENCORE UNE ONCE D’AMOUR POUR NOTRE PATRIE CHACUN DOIT RÉELLEMENT SE REMETTRE EN CAUSE ET REPENSER LA CONSTRUCTION DU BURKINA DE DEMAIN.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
CEDEAO : Histoire d’une institution qui agonise