LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Récurrence des coups d’Etat militaires au Burkina : Une tendance gravissime porteuse de germes de guerre civile

Tribune

Publié le mardi 18 octobre 2022 à 16h25min

PARTAGER :                          
Récurrence des coups d’Etat militaires au Burkina : Une tendance gravissime porteuse de germes de guerre civile

Pour Mamadou Diallo, analyste politique, il est à craindre que d’autres crises et risques de fractures au sein de Forces de défense et de sécurité (FDS) ne profilent à l’horizon en cas d’évolution négative de la situation sécuritaire. Il insiste sur la nécessité de donner une chance au dialogue pour sortir de la crise sécuritaire et d’engager concomitamment la refondation de l’Etat y compris des FDS.

Il faut en convenir, le mouvement d’occidentalisation du monde conduira si on ne l’endigue pas de manière déterminée et efficace, à la destruction de la Terre (nous sommes de plain-pied dans l’ère de l’Anthropocène), à une dépravation innommable de l’humain (dérives sociétales en marche comme « le Mariage et la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour tous » les délires Trans et Post humanistes), et à l’extinction de l’humanité (catastrophes et guerres nucléaires).

Ce mouvement est porté par une dynamique radicale et féroce- par ses modalités diverses et singulières de violence réelle et symbolique- d’universalisation de la civilisation occidentale dont les fondements anthropologique, éthique, moraux et la dynamique politique heurtent profondément l’entendement humain africain et tout particulièrement sahélien.

Le mouvement du « djihad du cœur, de la langue, des mains et de l’épée » est, en une certainement manière, l’idéologie et la stratégie politique de l’islamisme radical de refus de l’Occidentalisation et d’une ambition de reconfiguration étatique en Afrique de l’Ouest portés à l’époque contemporaine par les Groupes Armées d’Obédience Djihadiste (GOAD) à la suite de leurs devanciers des XVIIIe et XIXe. Ce sont ces devanciers qui ont construit des États structurés et efficaces (Sokoto, Macina) en mettant fin au règne des aristocraties traditionnelles, commerçantes et musulmanes décadentes au sortir de la période sombre de décadence des empires du sahel central et occidental ouverte à partir des années 1600 gangrénés qu’ils furent par l’esclavage transsaharien et domestique. Comme le souligne un historien occidental « A l’échelle de l’Afrique de l’Ouest, les djihads africains ont eu un impact aussi important que la Révolution Française en Europe et aux Amériques…, et affirmé la centralité de l’islam dans ces sociétés comme jamais auparavant ».

Ces Etats ont ensuite été défaits par la colonisation anglaise et française dans leur dynamique d’accumulation primitive du capital et d’universalisation des valeurs civilisationnelles occidentales.

Un petit nombre de militaires occidentaux, aidés par un très grand nombre de tirailleurs, de porteurs et guides nègres qui les ont ‘’rejoints’’ (poussés par les ravages terribles des guerres de lignages, des guerres dynastiques, des guerres d’États et d’une économique politique fondée essentiellement sur l’esclavage) a pu vaincre ces États, subjuguer et retourner leurs élites contre leurs populations. Les fondements du fait colonial furent ainsi posés mais aussi façonnèrent la lutte pour les indépendances et les indépendances elles-mêmes portées par une nouvelle élite intellectuelle taillée elle, à l’image du colon.

Ainsi est né l’État post-colonial en Afrique afin de poursuivre la mission civilisatrice de l’Occident par les modalités du Droit international, du Développement, des Partis-Etats, de la Démocratie et des Coups d’État militaires.

La question de la récurrence des coups d’Etats militaires dans notre pays est particulièrement préoccupante ainsi que l’attitude globale à leur égard de notre classe politique.

De même, l’attitude de la jeunesse urbaine en perte de repère y compris au sein de notre armée où des soldats arborent fièrement le drapeau russe comme l’ostentation de leurs sentiments français est proprement affligeant pour qui connaît l’histoire de l’Empire Tsariste Russe, l’histoire de l’URSS et celle plus actuelle de la Russie de Poutine.

Monsieur Mahamadou SAVADOGO a produit une tribune très instructive sur la situation plus que préoccupante de nos FDS face aux Groupes Armées d’Obédience Djihadiste (GAOD).

Monsieur Kwesi Debrsèoyir Christophe DABIRE dans sa dernière tribune a souligné une tendance lourde des plus gravissimes de notre armée depuis au moins le coup d’Etat du CMRPN le 25 novembre 1980 : l’existence de clans politico-militaires au sein de notre armée ayant des ramifications au sein de la classe politique et de la société civile.

Cette tendance lourde est aussi à l’œuvre pour l’essentiel dans les armées ouest-africaines qui n’ont pas encore réussi à construire des complexes militaro-économiques à l’instar de certains pays d’Afrique du Nord (Egypte, Algérie, Soudan, etc.) et dans une certaine mesure au Sénégal avec l’appui et la toute-puissance économique, politique et sociale de l’islam confrérique d’obédience soufie dans ce pays. C’était sans doute l’ambition du capitaine président Blaise Compaoré qui a guerroyé au Libéria, en Côte d’Ivoire …. à la recherche de richesses à piller et à accumuler.

Ainsi, dans notre situation actuelle, on peut remarquer qu’après l’effort de création de forces spéciales et d’amélioration du renseignement comme forces tactiques de grande importance contre les GAOD, celles-ci sont à présent engagées dans la préparation de coups d’Etat, ainsi que la protection des vainqueurs du moment contre toute velléité de contre-coup d’Etat.

Le coup d’Etat du 30 septembre 2022, l’illustre à souhait avec en prime qu’il s’agit d’une crise au sein du MPSR qui en est la résultante comme avant elle, celles du CSP et du CNR.

Contrairement aux crises au sein des partis politiques qui conduisent à des défections et à l’atomisation soutenue et continue de la classe politique civile qui n’ont pas encore conduit à des risques d’affrontements meurtriers de grande ampleur, nous devons à présent retenir notre souffle et craindre le pire cauchemar à toute nouvelle crise au sein du MPSR et à la montée en puissance d’autres groupes politico-militaires concurrents qui attendent sans doute aussi leur heure.

Pour qui observe bien la situation marquée d’une part, par l’appel à la rue et l’instrumentalisation du sentiment anti-français par la fraction momentanément victorieuse des capitaines au sein du MPSR et d’autre part, l’attitude des différentes composantes de nos FDS les plus engagées dans la lutte contre les GAOD face au coup d’Etat du 30 septembre 2022, il semble évident que d’autres crises et risques de fractures au sein de FDS se profilent à l’horizon en cas d’évolution négative de la situation sécuritaire. Pour notre malheur, les GAOD savent bien que c’est eux qui dictent le tempo et sont la source de pression déstabilisante de la cohésion nationale et au sein de nos FDS.

C’est cette perspective que les Assisses Nationales des 14 et 15 octobre ont consacré en faisant du président du MPSR, le Chef de l’Etat, le Président du Faso et le Chef suprême des armées qui prêtera serment incessamment devant une institution censée garantir entres autres la constitutionnalité de la dévolution démocratique du pouvoir.

C’est cette politique de l’autruche qui risque d’aggraver notre situation que le monde entier considère comme la plus préoccupante en Afrique de l’Ouest.
Encore une fois de plus, il nous faut donner une chance au Dialogue pour sortir de la crise sécuritaire, engager concomitamment la Refondation de l’Etat y compris des FDS.

La construction du mouvement « Deux Millions de Signatures en faveur du Dialogue » est à présent engagée avec la préparation d’une campagne de collecte de signatures à l’échelle nationale et tout particulièrement auprès des communautés villageoises et des PDI au travers d’une Pétition qui sera lancée très bientôt. Cette pétition aura pour but l’impulsion d’un dialogue entre les premiers acteurs concernés de cette crise et sera axée sur des thématiques en lien direct et étroit avec la crise sécuritaire que le pays traverse actuellement à savoir :

1. Le renforcement de l’économie villageoise et familiale en structurant la complémentarité, la solidarité et l’unité d’action stratégique socio-professionnelles dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche, de la chasse, de la sylviculture, de l’exploitation minière, de l’artisanat et du commerce.

2. La reconquête et/ou le renforcement du respect mutuel entre communautés et croyances sur la base de la mémoire collective de chaque village (histoire de sa création, conflits passés et actuels et leur gestion, l’accueil et l’intégration de nouveaux arrivants ‘’allochtones’’, l’accueil des musulmans et des chrétiens, etc.).

3. L’identification et de la gestion des besoins de mutation : renforcement de la sécurité alimentaire, jeunesse (éducation et instruction), élimination des statuts sociaux discriminatoires (les mal nés comme on dit), le renforcement de la santé, de l’accès à l’eau et à l’énergie, les relations inter villageoises.

4. La mise en œuvre de commissions villageoises « Vérité-Réconciliation » afin de panser les blessures profondes, de réinventer de « nouvelles alliances de lait » sur la base de leurs traditions propres

DIALLO Mamadou.
74 50 18 59

PARTAGER :                              

Messages

  • De toute evidence les Defis Nationaux sont enormes, mais il n’est nullement impossible de les releves par une bonne gouvernance operationnelle et la Justice sociale aux services des citoyens Burkinabe en general. C’est pourquoi nous avons toujours pense que notre histoire politique riche doit nous servir pour atteindre la Justice sociale et la Cohesion Nationale Burkinabe dans les domaines economique et social fondamentaux. Que Dieu Sublime aide notre Peuple Burkinabe. Salut

  • De toute evidence les Defis Nationaux sont enormes, mais il n’est nullement impossible de les releves par une bonne gouvernance operationnelle et la Justice sociale aux services des citoyens Burkinabe en general. C’est pourquoi nous avons toujours pense que notre histoire politique riche doit nous servir pour atteindre la Justice sociale et la Cohesion Nationale Burkinabe dans les domaines economique et social fondamentaux. Que Dieu Sublime aide notre Peuple Burkinabe. Salut

  • Le drame de notre pays c’est que les soit disant analystes rament constamment pour une auberge et en vous lisant on se rend compte que vous êtes un RÉCONCILIATEUR impénitent qui ne peut s’empêcher de citer au bout de 10 lignes Kouassi Blaise COMPAORE votre dieu qui est responsable à 90% de la déliquescence de notre peuple et de notre armée. Effectivement si on n’y prend garde,notre avenir sera sombre.
    Nous devons avoir la sagesse du chirurgien et amputer le membre gangrené. Tant que nous ne mettrons pas hors d’état de nuire tous les politiciens, religieux, coutumiers, hauts fonctionnaires et haute hiérarchie de l’armée et ceux qui les ont suivi depuis 1987, point de salut pour notre pays. Le poisson pourrit par la tête et ce sont ces apatrides commissionnés par leurs maîtres occidentaux qui ont perverti notre société et ouvert la voie à tous ces bandits qui attaquent nos pays. Tant que nous n’extirpons pas cette gangrène de notre administration, economie et armée pas de REFONDATION possible. Au lieu d’INCLUSION et de RÉCONCILIATION pour garder le STATUT QUO ou même la décadence de notre société et notre pays, c’est l’inverse qu’il faut.

    • Je ne vois null part dans ce poste les mots INCLUSION et RECONCILIATION, ni un quelconque commentaire POSITIF en direction de "Kouassi" Blaise COMPAORE....le drame de notre pays c’est plutot les pseudos "je sais tout" qui pensent avoir le monopole du savoir et sont prompt a critiquer et rejeter tout ce qu’ils ne comprennent pas (parfois meme parce qu’ils n’ont pas pris le temps d’ecouter ou d’analyser ce qu’ils ont lu ou entendu) ou tout ce qui ne va pas dans leur sens. On peut ne pas etre d’accord avec tout ce qui est ecrit dans cet article, mais il ne parle surement pas de "STATUT QUO" je crois que c’est d’ailleurs le contraire ... Par ailleurs la solution radicale que vous proposez a savoir, je cite, "mettre hors d’etat de nuire" tous les politiciens, religieux, coutumiers, hauts fonctionnaires et haute hiérarchie de l’armée, n’est pas differente de celle des terroristes qui veulent mettre hors d’etat de nuire tous ceux qui sont contre leur ideologie... Du reste mettre tous les politiciens, religieux, coutumiers, hauts fonctionnaires et haute hiérarchie de l’armée dans le meme sac a poubelle en les attribuants a eux TOUS sans exception la paternite des problemes du Burkina c’est un peu trop facile ... la gangrene est malheureusement a tous les niveaux dans ce pays (y compris au bas de l’echelle pas seulement au sommet) et nous devons chacun en ce qui nous concerne nous questionner sur ce que nous avons fait pour lutter contre cela et sur ce que nous pouvons faire pour redresser cela sans tomber dans la haine de gratuite des gens qu’on ne connait meme pas la plupart du temps et se poser les BONNES QUESTIONS...

  • Une analyse a prendre au serieux. Si on disait aux burkinabe 10 ans passe que notre pays deviendrait l’un des pays les plus frappes par le terrorisme 10 apres, parfois pire que l ;Iraq et l’afghanistan, beaucoup allaient donner leur tetes a coupe a couper. Mais que Dieu nous preserve de la guerre civile. Sinon, nous serons pire que la Syrie.
    J’espere que les nouvelles autorites vont s’eliogner des interets egoistes.

  • C’est la malgouvernance depuis l’assassinat de Sankara qui a favorisé la propagation du terrorisme au Faso. Et ce n’est que par une gouvernance vertueuse et clairvoyante qu’on peut en sortir. La justice et l’équité partout, pour tous et dans tous les domaines. On ne peut s’y soustraire, au risque de périr comme des cons !

  • 1) Tres belle introduction : paragraphe 1
    2) Le reste est une digression de bonne portée informative mais manque à l’appui de votre these en milieu de discours.
    3) Ici vous avez tout melangé pour prendre une direction perdue d’avance. Vous faites de grave confusions typologiques à travers cette conclusion :
    "Ainsi est né l’État post-colonial en Afrique afin de poursuivre la mission civilisatrice de l’Occident par les modalités du Droit international, du Développement, des Partis-Etats, de la Démocratie et des Coups d’État militaires"
    4) La suite, c’est du decors. En effet, en être encore à parler d’intrumentalisation du "sentiment anti-francais" est intellectuellement regrettable. Je vous ai vu venir. Reecoutez les interviews d’Ibrahim Traoré les 30 Sept et 1er Oct 2022. Quand une armée Etrangère vous devance chez un Compatriote concerné pour l’enlever et le proteger, ça veut dire quoi ? Ou bien c’est moi qui ai mal ecouter ? De plus, savez-vous quand à commencer la dernière vague du panafricanisme ? Je vous informe que même le concept de Refondation au Mali avait été mise au point dès 2010-2012. Il a fallu des années pour voir enfin les resultats.
    5) Merci pour votre engagement à travers cette petition. J’espère qu’elle est pertinente et aura des resultats.
    6) Merci pour vos propositions concrètes. Mais de toutes, il y a :
     la 1ere bien qu’importante n’est pas urgente.
     La 2eme : de grandes initiatives existent. C’est pour cela que jusque-là, nous n’avons pas sombré dans la "destruction mutuelle assurée" comme le disait les specialistes en Nucleaires. Toutes mes felicitations au Conseil National des Autorités Religieuses, Coutumières et Traditionnelles. Et à bien d’autres grands acteurs.
      3eme propositions : ca fait partie de tout programme de developpement. Or sans securité, point de developpement. D’où.
      4eme proposition : belle proposition qui a dejà cours et fait l’objet de mise en oeuvre.
    6) Ibrahim Traore doit reussir, et avec le Peuple. C’est une Responsabilité Collective. Nous avons l’obligation de réussir. Le risque zero n’existe pas !
    7) Je vous invite au prochain article , à nous dire au Peuple Burkinabè, ce qu’il aurait fallu faire depuis 2014 ou depuis 1987 pour eviter ces circonstances historiques dans lesquelles nous nous trouvons.

    A bas Dieu et vive l’Universalité d’Esprit !

  • Votre rhétorique de petit bourgeois révolutionnaire ne peut séduire la jeunesse actuelle qui se veut désormais garante et dépositaire du pouvoir et qui considère toute la classe politique actuelle comme des pestiferes et des ploutocrates invétérés. S’il est vrai que la révolution avance en se purifiant notre armée en fera de même si les chefs suprême sont incapable d’assumer leur rôle historique. Pour le reste les problèmes du pays sont connus depuis la rédaction du DOP par valere Somé et il suffit de l’appliquer comme disait Kagamé mutatis mutandis

    • "petit bourgeois revolutionnaire".... ce manque de courtoisie et cet exces d’agressivite envers des gens qu’on ne connait pas et dont on ne sait rien est le genre d’intolerance dont ce pays n’a aucunement besoin.. faites simplement vos critiques sur l’article au lieu d’attaquer la personne qui a pris de son temps pour reflechir et partager ses reflexions....
      Par ailleurs, Je ne crois pas que dans ce poste il n’est nullement question de SEDUIRE LA JEUNESSE, mais de soulever certaines inquietudes PERTINENTES pour une reflexion commune pour le bien etre du Burkina Faso et des Burkinabe en terminant par une proposition concrete soumise aux critiques de toutes et tous...

  • Vous réduisez les états africains precoloniaux à des États efficaces fondés par le djihad et ceux corrompus dirigés par l’Afrique traditionnelle. Cela est au mieux une generalisation abusive, au pire une distorsion intentionnelle pour exprimer une certaine sympathie pour le djihad.
    Réduire la problématique actuelle et l’insurrection de la rue à un combat de clans dans l’armée c’est ignorer que le pays s’enfonçait dans un trou. La situation est suffisamment grave pour nécessiter une réaction de militaires patriotes. Allez-y dialoguer si vous voulez avec les meurtriers terroristes. Trouvez de la légitimité dans leurs massacres. Ce qui est sûr, on ne leur laissera pas le Burkina. Tant qu’ils tiendront des armes, ils trouveront des Burkinabè contre eux. A bas le defaitisme ! A bas les sympathisans des meurtriers terroristes ! Victoire au peuple !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Détails importants sur la prochaine visite de Déby à Paris
Burkina : Contribution sur l’état de la nation