Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Politique au Burkina : L’Union européenne et ses partenaires évaluent sept projets mis en œuvre au profit de la jeunesse

Accueil > ONG, Coopération décentralisée • Lefaso.net • mercredi 8 juin 2022 à 18h14min
Politique au Burkina : L’Union européenne et ses partenaires évaluent sept projets mis en œuvre au profit de la jeunesse

Dans le cadre de la coopération entre l’Union européenne (UE) et les organisations de la société civile nationale et internationale, sept projets ont été mis en œuvre au profit de la jeunesse burkinabè. La capitalisation des acquis de ces différents projets financés par l’UE s’est tenue ce mercredi 8 juin 2022 à Ouagadougou. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le chef de la délégation de l’Union européenne au Burkina Faso, Wolfram Vetter.

L’objectif général de cet atelier était de partager les résultats de l’étude de capitalisation et les bonnes pratiques des sept projets jeunesse financés par l’Union européenne avec les différentes catégories d’acteurs de la jeunesse.
Il s’agit notamment de sept projets issus d’un appel à projets et qui ont été lancés depuis 2019 et mis en œuvre par des ONGs et associations dans le cadre du renforcement de l’engagement citoyen des jeunes et de leur employabilité. Tout cela dans le but de renforcer leur participation au processus démocratique du pays.

Membres de l’UE, associations et ONGs et bénéficiaires capitalisent les acquis des sept projets sur le renforcement de la participation de la jeunesse dans le processus démocratique

La cérémonie d’ouverture de cet atelier de capitalisation a été présidée par le chef de la délégation de l’UE au Burkina, Wolfram Vetter. Il a saisi l’occasion pour rappeler l’importance d’investir dans la jeunesse pour l’avenir de la société. Répondre aux aspirations de la jeunesse, dit-il, c’est construire une société plus juste favorisant le développement et la stabilité du pays et de la région. Et sur la base de l’expérience de ces projets, le chef de la délégation de l’UE promet de faire beaucoup plus dans l’avenir pour la jeunesse. Car, selon lui, en plus d’être un défi, la jeunesse représente un capital humain pour un pays.

« Soutenir la participation des jeunes à la vie démocratique, à l’engagement social et civique, tout en garantissant que tous les jeunes disposent des ressources nécessaires pour le faire, nous estimons que nous devons tous ensemble investir dans trois domaines d’actions fondamentales : mobiliser, connecter et autonomiser », a signifié l’ambassadeur de l’UE. Et c’est dans ce sens que, poursuit-il, un dialogue avec les OSC et la jeunesse a été instauré en 2018 et a abouti à la mise en place d’un certain nombre de projets de promotion de la participation citoyenne et de l’entreprenariat de la jeunesse burkinabè dont l’atelier de capitalisation se tient aujourd’hui.

Wolfram Vetter, ambassadeur de l’UE

Susciter l’action au sein de la jeunesse burkinabè

La mise en œuvre de ces projets a permis d’engranger des résultats au sein de la jeunesse. Selon la chargée de programme gouvernance / UE, Carine Capo, sur le volet participation des jeunes dans la région de l’Est, il y a eu beaucoup de résultats avec l’autorité locale notamment à travers la redynamisation des cadres de concertation composés de jeunes. Ils ont été outillés et ont vu leurs capacités renforcées sur tout ce qui est en lien avec la participation citoyenne et la question de la citoyenneté.

Tout en leur faisant prendre conscience de leur devoir de citoyen et du rôle qu’ils ont à jouer dans le développement du pays. Outre ces résultats, souligne-t-elle, le projet leur a permis d’entamer des plaidoyers avec les autorités locales afin d’avoir des réflexions concertées sur certaines préoccupations les concernant. L’autre résultat obtenu, c’est aussi le fait que les jeunes ont élaboré un plan d’action qui prend en compte leurs différentes préoccupations et ce plan a été financé par les autorités locales qui ont accepté voter une ligne budgétaire dans leur plan de développement communal qui les prennent en compte.

Carine Capo, chargée de programme gouvernance à l’UE

Concernant le volet de l’employabilité, elle a rappelé qu’il y a eu un accompagnement de plus de 10 000 jeunes pour la mise en œuvre de projets de vie et qu’à l’issue de la formation chacun a créé son projet de vie.

La liste des résultats n’est pas exhaustive. Le directeur exécutif de l’association Tin Tua, Yves Ouoba, qui a, avec deux autres organisations, mis en œuvre le projet « Jeunesse et démocratie, de l’observation à l’action », a aussi cité des exemples de résultats engrangés par ce projet qui avait pour objectif d’amener les jeunes à l’action, en renforçant leurs capacités à occuper tous les espaces disponibles pour faire valoir leur présence et influencer aussi les politiques publiques.

Yves Ouoba, directeur exécutif de l’association Tin Tua, l’un des acteurs de mise en œuvre des sept projets

« L’idée de ce projet, c’était d’amener les jeunes à aller revendiquer leurs places eux-mêmes dans les espaces décisionnels. Comme satisfaction, on a vu que dans les communes d’intervention de ce projet-là, les jeunes se sont regroupés et ont pris des espaces disponibles et ont influencé les politiques », a-t-il laissé entendre. Tout en soulignant que dans ce projet précis, les jeunes qui étaient passifs sont devenus actifs et étaient prêts à aller prendre leur place au niveau des conseillers municipaux et même au niveau de l’Assemblée nationale. « Mais malheureusement, les élections municipales et législatives, n’ont pas pu se dérouler », regrette-t-il.

L’atelier de capitalisations permettra par ailleurs d’identifier les bonnes pratiques et les leçons apprises pour une mise à l’échelle et voir avec les partenaires comment dupliquer ces approches développées au cours de la mise en œuvre de ces dits projets.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 juin à 04:41, par Sonni ALIBER En réponse à : Politique au Burkina : L’Union européenne et ses partenaires évaluent sept projets mis en œuvre au profit de la jeunesse

    Quand l’UNION EUROPÉENNE GOUVERNE LE BURKINA FASO FASO (pays des hommes intègres)PAR PROCURATION /ça veut dire que Nos pays africains noirs n’ont pas de projets de développement,tout est préfabriqué à Paris ou l’Union européenne pour Nous imposer avec des conditions pour AFFAMER BCP PLUS LE PEUPLE AFRICAIN NOIR /c’est honteux et gravissime

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 15:17, par kwiliga En réponse à : Politique au Burkina : L’Union européenne et ses partenaires évaluent sept projets mis en œuvre au profit de la jeunesse

    Bonjour Sonni ALIBER
    Hum, je serais assez d’accord avec une version épurée de votre écrit : "ça veut dire que Nos pays africains noirs n’ont pas de projets de développement … c’est honteux et gravissime"
    Après, il faut également nuancer.
    - Contentons nous de parler du Faso, d’autres pays africains noirs, réalisent beaucoup plus de progrès que nous en matière de développement.
    - Même au Faso, certains arrivent largement à se développer, de manière parfaitement égoïste, souvent au détriment de la frange la moins aisée de la population.
    Alors, qu’ils soit initié par l’Europe, ou par qui que se soit, tout projet de développement, d’autant plus s’il vise à impliquer davantage notre jeunesse dans la vie politique (au sens noble du terme), devrait être le bienvenu ; tant que l’on n’arrive pas à le faire nous mêmes, bien entendu.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 18:31, par etonné En réponse à : Politique au Burkina : L’Union européenne et ses partenaires évaluent sept projets mis en œuvre au profit de la jeunesse

    ..@Sonni ALIBER

    Quel pays pourrait avoir comme projet de gouverner le BURKINA ?
    C’est compliqué et cela n’est pas efficace .L’union européenne veut au contraire aider nos pays africains a se développer en phase avec le l’idée de MAO qui disait qu’apprendre à pécher c’est mieux que de
    fournir le poisson ..
    L’Union Européenne n’est pas plus bête que la Chine
    Un jour l’Afrique doit être autonome pour produire moins d’enfants et permettre à ceux çi d’avoir du travail au pays..
    C’est idiot de penser que les africains n’ont pas de projets de développement .et ceux qui pensent que Paris et l’Union Européenne veulent mettre en place des projets de développement à la place des Africains se trompent lourdement..
    La France et l’Europe ont financé des projets faits par les Africains

    AFFAMER les peuples africains est une très grosse bêtise car cela favorise l’immigration clandestine et les Européens ont mis en place l’espace Schengen..... ..CE N’EST PAS POUR RIEN
    Pourquoi voulez vous que l’UNION Européenne affame le PEUPLE NOIR ????..C’est très enfantin de penser cela..
    IL FAUT TOUJOURS PENSER QUE LES AUTRES SONT AUSSI INTELLIGENTS QUE NOUS !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Lutte contre les carences en micronutriments : Les activités du projet de fortification alimentaire à grande échelle en Afrique de l’Ouest sont lancées
Burkina Faso : Sept ONG font front commun pour le financement de l’éducation
Lutte contre le terrorisme au Burkina/région du Nord : EducommunicAfrik s’implique à Ouahigouya
Lutte contre le terrorisme au Burkina : EducommunicAfrik associe les leaders religieux et coutumiers de Ouahigouya
Burkina Faso : Children Believe fait le bilan de la mise en œuvre du projet "Apprendre en jouant (LTP+) à Meguet
Droits des femmes : Le Collectif des féministes du Burkina Faso est né
Projet « Femmes et énergies durables » : Christian Aid dresse le bilan
Politique au Burkina : L’Union européenne et ses partenaires évaluent sept projets mis en œuvre au profit de la jeunesse
Lutte contre le cancer du col de l’utérus : L’ONG Jhpiego mène la bataille à Tenkodogo
Participation des jeunes à la gouvernance au Burkina : L’ONG Children Believe fait le bilan de sa contribution avec son projet "Kombib Suur Koecé"
Action contre la faim (ACF) : Un atelier pour promouvoir la consommation du riz burkinabè
Burkina Faso : Les membres de la cellule genre et les acteurs de la planification et du suivi-évaluation des programmes formés sur la budgétisation sensible au genre et aux droits de l’enfant
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés