Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le soleil qui brille n’ignore pas un village parce qu’il est petit. » Proverbe Africain

Relations internationales : Frédéric Lejeal montre les signes du « déclin franco-africain »

Accueil > En librairie • Lefaso.net • lundi 18 avril 2022 à 20h00min
Relations internationales : Frédéric Lejeal montre les signes du « déclin franco-africain »

« Les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts », dit-on. Lorsqu’on observe les relations internationales, il n’y a plus besoin d’expliquer cette maxime. La coopération entre la France et ses colonies de l’Afrique francophone subsaharienne en est l’exemple parfait. Mais cette diplomatie est-elle dans une zone de turbulence ? Sa chute est-elle programmée ? Verra-t-on enfin la vraie rupture du pacte colonial ? Frédéric Lejeal insiste sur certains faits pour une meilleure compréhension.

« La relation franco-africaine est en perdition. En quelques années tous les voyants sont passés au rouge ». C’est le constat de Frédéric Lejeal dans son nouvel ouvrage : « Le déclin franco-africain : l’impossible rupture avec le pacte colonial ».
Le journaliste spécialisé sur l’Afrique depuis 25 ans présente des faits têtus dans son livre. Pour Frédéric Lejeal, Paris prétend régulièrement instaurer un nouveau narratif, son mode opératoire qui ne parvient pas à rompre avec un paternalisme devenu insupportable aux yeux d’une majorité d’Africains francophones, en particulier les plus jeunes.

« La France a causé par le passé, et continue de causer, un tort considérable à ce continent comme à ses habitants, dont elle se soucie finalement peu sur le plan éthique, philosophique, moral, humain, l’essentiel résidant dans la sauvegarde d’intérêts prioritaires. Qu’elles soient ivoiriennes, gabonaises, congolaises, sénégalaises, béninoises, guinéennes, tchadiennes ou burkinabè, les populations des pays relevant du « pré carré » ont toutes gouté, à un moment ou l’autre de leur histoire, à la toxicité de son ingérence ou la subissent toujours à des degrés divers. Cette politique se paie aujourd’hui au prix d’une défiance maximale des générations montantes. »

Dans ce livre paru aux éditions L’Harmattan en 2022, l’auteur fait constater que Paris a choisi de se déporter sur le terrain de l’affect. « Entre la France et l’Afrique, ce doit être une histoire d’amour », cite-t-il ainsi Emmanuel Macron dans les colonnes du journal Jeune Afrique. « Louable attention, qui omet l’essentiel : l’Afrique, cette épouse morganatique, veut-elle encore de cet amour-là ? » s’interroge le journaliste politologue de formation.

« La non-évolution » de la France

Il poursuit en disant qu’à force de réprimandes, de mauvais traitements, de discours répétitifs humiliants, de fausses étreintes, d’attentat à sa dignité et d’incalculables fossés entre les déclamations et les actions, l’Afrique cède à d’autres sirènes. Celles-ci sont allemandes, russes, qataries, brésiliennes, indiennes, chinoises, turques. « Il n’y a pas d’amour, mais des preuves d’amour. Tel un couple essoufflé, cette relation arrive au bout d’un cycle funéraire alors qu’un nouveau contrat moral tarde à se préciser du côté français », fait-il remarquer.

Pour Frédéric Lejeal, le sommet Afrique-France sous un nouveau format organisé en octobre 2021 à Montpellier, après la première tournée d’Emmanuel Macron en Afrique au cours de laquelle il a animé une conférence publique avec la jeunesse à Ouagadougou en 2017, montre à souhait « la non-évolution, voire l’échec cuisant de la France au sud du Sahara ».

« La France pourrait tirer un tout autre parti de son histoire… »

Le nouveau format France-Afrique, un événement qui a accueilli 3.000 jeunes artistes, sportifs, entrepreneurs et acteurs du monde diasporique sans inviter des africains engagés tels que ceux du « Balai Citoyen » au Burkina Faso ou du mouvement « Y’en a marre » au Sénégal est perçu comme une autre forme d’instrumentalisation. Ayant laissé les chefs d’Etats ‘’à la retraite’’, le locataire de l’Elysée n’a pas fait mieux qu’attirer les critiques. « Réunir des milliers de jeunes en France pour parler de l’avenir de tout un continent a quelque chose de profondément anachronique, de dépassé, voire de grotesque. Un réel changement aurait consisté en l’organisation de ce sommet en terre africaine, là où celles et ceux qui y sont retournés luttent pour la démocratie et l’État de droit », explique le tchadien Succès Masra.

Toutefois, rien n’est définitivement perdu. L’Hexagone pourra rectifier le tir de la belle des manières. « La France pourrait tirer un tout autre parti de son histoire avec l’Afrique. Elle serait enfin perçue comme neutre. Cela requiert lucidité, courage dans le renoncement, humilité et créativité afin de réadapter tous ces mécanismes aux réalités actuelles, sans pour autant empiéter sur le devenir d’États qu’elle tente toujours, assez désespérément, de maintenir sous sa coupe », conclut Frédéric Lejeal.

En plus de son propre analyse sur ce sujet, l’auteur a bénéficié du partage d’expériences des responsables politiques, intellectuels, journalistes, enseignants, acteurs de la société civile ou plus généralement « influenceurs », dans le cadre de la rédaction de son livre.

« Le déclin franco-africain : l’impossible rupture avec le pacte colonial » est un livre de 457 pages qui vient de sortir à L’Harmattan et est vendu au prix de 42 euro, soit environ 28 000 FCFA. Il est également disponible en ebook.

L´auteur

Politologue de formation, diplômé d’Études africaines de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et ancien élève d’Elikia M’Bokolo, Frédéric Lejeal est journaliste spécialisé sur l’Afrique depuis vingt-cinq ans. Il a travaillé pour Marchés tropicaux & méditerranéens et Jeune Afrique puis a dirigé pendant dix ans La Lett re du continent, publication confidentielle de référence sur les réseaux politiques et d’affaires en Afrique de l’Ouest ainsi que dans le golfe de Guinée.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net
Crédit photo : Anne Mimault, Reuters

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Littérature : « Plume de l’espoir », des poèmes pour réconforter les âmes meurtries
Les Béatitudes, Chemin de Renaissance. Tome 2 : Des Affamés de justices … aux Persécutés pour la Justice
Vient de paître aux éditions Harmattan l’Essai « FONDEMENTS ET DYNAMIQUE DE LA RENOVATION DE L’ACTION POLITIQUE EN AFRIQUE »
Littérature au Burkina : Nazi Kaboré dédicace le Tome 1 de son œuvre "Demain : vision, confiance en soi maîtrise de soi"
Vient de paraître : L’Etat africain face à la citoyenneté : la case des singes ?
Relations internationales : Frédéric Lejeal montre les signes du « déclin franco-africain »
Général de brigade Gilbert DIENDERE. L’homme de l’ombre
Le Savoir-fer chez les Moosé du Burkina Faso
Littérature au Burkina : Youssef Ouédraogo évalue le rôle des médias pendant l’insurrection populaire de 2014
Littérature : Étienne Nicolas Kiba dédicace son nouveau roman "Elimane"
"Les caprices du 21e siècle" : Le tout premier essai de Maliki Zoré
Et si l’on faisait la paix. Un chemin intérieur
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés