Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Procès Thomas Sankara et douze autres : Ninda Pascal Tondé nie les faits à lui reprochés

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • Lefaso.net • lundi 8 novembre 2021 à 23h00min
Procès Thomas Sankara et douze autres : Ninda Pascal Tondé nie les faits à lui reprochés

Tondé Ninda Pascal dit Manga Naaba, était le deuxième inculpé à passer à la barre ce 08 novembre 2021. Soldat de 1ère classe à la retraite, il était le chauffeur du général Gilbert Diendéré en octobre 1987. Il est accusé de subornation de témoin.

Le 15 octobre 1987, il revenait d’une permission de huit jours qu’il dit avoir passée dans son village à Kombissiri. Il affirme avoir vu au moment des faits, un véhicule avec à son bord Hyacinthe Kafando, Nabié et Otis foncer sur la salle de réunion au conseil. Il a aussi entendu les tirs et lorsque les tirs se sont calmés, il a vu le général Diendéré en tenue de sport rouge, descendre de la villa de haut.

Entendu par le juge d’instruction en 2017 en tant que témoin, il a à l’issue de son audition, sur instruction du général Diendéré, recommandé à Abderrahmane Zétiyenga, qu’il considérait comme un ami de longue date, de dire la vérité lorsqu’il sera auditionné. Et dire la vérité pour lui, consistait à affirmer qu’il était en ville, plus précisément au poste de la radio, et non au conseil lorsque le capitaine Sankara et ses compagnons d’infortune ont été tués. Pourtant, Somda K Eugène affirme avoir été bloqué par Abderrahmane Zétiyenga à l’entrée du conseil le 15 octobre 1987.

C’est cette conversation au cours de laquelle il conseillait Zétiyenga, qui lui vaut aujourd’hui son inculpation dans le dossier, puisque son "ami d’hier" a pris le soin d’enregistrer la discussion et l’a remise au juge d’instruction.

A la barre, Ninda Tondé affirme n’avoir pas été envoyé par le général pour parler à Zétiyenga. Il aurait utilisé le nom du général, pour faire plus crédible. Mais pour le procureur, il aurait subi une pression de la part du général, qu’il visitait permanemment à la MACA, ce qui a fait varier ses déclarations. " Avez-vous peur d’impliquer le général et d’avoir sa colère sur vous", lui a demandé le procureur. "Non, non jamais", a-t-il répliqué.

Me Ambroise Farama, avocat de la partie civile, ne croit pas en ce revirement de l’accusé. Pour lui, il y a bien quelqu’un qui l’a envoyé dire à Zétiyenga, de faire attention lorsqu’il sera auditionné par le juge d’instruction et cette personne n’est autre que le général Diendéré. " Pourquoi vous qui étiez au conseil le jour des évènements, vous êtes allé voir le juge et vous êtes ressortis sans problème, et c’est Zétiyenga qui était hors du conseil au moment des faits qui risquait d’avoir des problèmes s’il est interrogé par le juge" ?, a demandé l’avocat. A cette question, l’accusé répond simplement qu’il ne sait pas.

Le conseil de l’accusé Me Yé, a demandé au juge de recadrer la partie civile et le parquet, car son client est jugé pour subornation de témoin et non pour avoir vu le général Diendéré en tenue de sport, ou encore tous ceux qui étaient au conseil ce 15 octobre. Il affirme que les propos du témoin à son audition en tant que témoin, sont aujourd’hui utilisés pour l’accabler maintenant qu’il est inculpé.

L’accusé Ninda Tondé a soutenu qu’il ne savait pas que conseiller son ami de dire qu’il n’était pas au conseil au moment des faits, pouvait l’impliquer dans l’affaire. " Je ne savais pas que ce dossier allait m’amener ici sinon je n’allais pas faire", a-t-il affirmé. A la fin de son audition, il a demandé la clémence du tribunal.

Armelle Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dossier Thomas Sankara et autres : Le volet international en cours, l’inhumation des restes en perspective
Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique aux ayants droit du père de la révolution
Procès Sankara et compagnons : Quand les réclamations « fantaisistes » fâchent les avocats de la défense !
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : La famille de feu Thomas Sankara réclame une "somme symbolique"
Procès Thomas Sankara : Sept personnes condamnées font appel
Procès Sankara et douze de ses compagnons : L’audience sur les intérêts civils est renvoyée au 25 avril 2022
Procès Thomas Sankara : « Au Burkina, quand on parle de réconciliation, on revient presque toujours à la question de la grâce ou de l’amnistie » (Me Boukary Willy)
Verdict du procès « Thomas Sankara » : Pour le CDP, le verdict éloigne le peuple de la réconciliation nationale
Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !
Procès Thomas Sankara et douze autres : Ablassé Ouédraogo trouve le verdict humiliant pour certains condamnés
Procès Thomas Sankara et douze autres : Une victoire dans la lutte contre l’impunité, selon les avocats de la famille de l’ancien président
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés