LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis

Publié le lundi 25 avril 2022 à 22h35min

PARTAGER :                          
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis

Prenant la parole à la suite de Me Sankara, Me Prospère Farama a précisé que des noms de certains ayant droits ont été omis alors que toutes leurs pièces ont été soumises à la Chambre.

Poursuivant, il a aussi souligné que l’Agence judiciaire de l’Etat (AJE) a déclaré que les réclamations de certaines victimes sont irrecevables, se fondant sur l’article 331, alinéa 2 du code pénal. En résumé, l’AJE sous-tend que tous ceux qui ne se sont pas constitués partie civile ne pourraient pas demander réparation.

Me Farama a aussi laissé entendre que les avocats de Gilbert Diendéré évoquent une forclusion. Car disent-ils, a part la famille de feu Thomas Sankara, qui a porté plainte, ceux qui sont venus après ne doivent pas être pris en compte.

Pour l’avocat de la partie civile, cette lecture est parcellaire et est par conséquent insoutenable. "Les avocats de Gilbert Diendéré soutiennent également que des victimes ont déjà été indemnisées et ne devraient plus s’attendre à quelque-chose", expose Me Farama.

Il qualifie cela de transaction. Et de la définition qu’il a donné à entendre, une transaction est une convention, un acte bilatéral qui ne met pas en cause les victimes.

Il faut rappeler que Me Farama représente les ayant droits de la famille de feu Gouem Abdoulaye, Sawadogo Noufou, Sore Partenema et Somda Der.

Plus d’un milliard 145 millions de francs CFA au titre des préjudices subis par l’Etat

Me Séraphin Somé abondant dans le même sens soutient que leurs clients ne se sentent pas du tout concernés par ces déclarations. En sus, poursuit-il, aucune pièce n’établit cette transaction qui n’est rien d’autre qu’un contrat d’adhésion et cela ne saurait les éliminer à formuler des réclamations.

"Est-ce que l’État c’est Blaise Compaoré ou Gilbert Diendéré ou encore Hyacinthe Kafando ?" s’interroge l’avocat des ayant droits de feu Bamouni Paulin, Ouédraogo Walilaye, Sawadogo Amadou, et Kiemdé Frédéric.

Quant à l’agence judiciaire de l’Etat (AJE), civilement responsable, elle demande que soit payé à l’État exactement 1 145 462 048 francs CFA au titre des préjudices financiers, matériels et moraux subis. Cette somme devra être payée solidairement par les 11 condamnés.

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès Thomas Sankara : Sept personnes condamnées font appel