Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Exploitation minière artisanale et à petite échelle : Des acteurs non-gouvernementaux s’approprient le cadre législatif et des politiques du secteur

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • LEFASO.NET • mardi 29 juin 2021 à 21h30min
Exploitation minière artisanale et à petite échelle : Des acteurs non-gouvernementaux s’approprient le cadre législatif et des politiques du secteur

Des représentants des structures non-gouvernementales en relation avec l’Exploitation minière artisanale et à petite échelle (EMAPE) ont été outillés ce mardi 29 juin 2021, sur le cadre législatif et des politiques s’appliquant au secteur, au cours d’un atelier de sensibilisation.

La volonté de protéger la santé humaine, animale et environnementale contre les émissions et rejets anthropiques du mercure a conduit le gouvernement burkinabè à ratifier le 10 avril 2017, la Convention de Minamata sur le mercure. C’est dans ce cadre que le projet « planetGOLD », appuyé par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM), a été conçu pour traiter les principaux enjeux liés à l’utilisation continue du mercure et pour fournir des opportunités de développement durable aux communautés concernées.

Les participants

D’une durée de cinq (05) ans, ce projet vise à promouvoir l’élimination du mercure dans les opérations de l’EMAPE, à améliorer la chaine de valeur de l’or afin d’offrir aux artisans miniers un meilleur accès aux marchés internationaux, à rendre l’EMAPE plus sure, plus propre et plus rentable, avec la collaboration du ministère des Mines et du ministère de l’Environnement à travers la Direction générale de la prévention de l’environnement (DGPE), le point focal de la convention de Minamata. Ainsi, dans sa mise en œuvre, le projet bénéficie de l’assistance technique de l’Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel (ONUDI) et de l’Artisanal Gold Council (AGC) en tant qu’agence d’exécution.

Photo de famille

Organisés par l’Artisanal Gold Council (AGC), en partenariat avec la DGPE, les travaux ont été présidés par le directeur général de la DGPE, Désiré Ouédraogo, qui a entre autres cité des actions de sensibilisation en direction des acteurs de l’EMAPE afin qu’ils puissent s’approprier des documents en matière de cadre législatif et la formalisation de l’EMAPE au Burkina. Il s’appuie sur les conclusions de l’analyse du cadre législatif et des politiques s’appliquant au secteur de l’EMAPE validées par le comité technique de suivi du projet lors de sa deuxième rencontre tenue le 14 avril dernier pour justifier ce choix.

En effet, dit-il, cette analyse a fait ressortir d’une part, l’inadéquation de certaines dispositions règlementaires à la réalité du secteur et le défi d’une implication de tous les acteurs intervenant ou concernés par le secteur, d’autre part. D’où la tenue du présent atelier de sensibilisation de ce mardi 29 juin 2021qui a été principalement organisé par Sadraki Yabré, l’analyste politique d’AGC pour le projet « planetGOLD ».

« C’est véritablement un atelier d’échanges afin que les gens aient les informations utiles, surtout pour ce qui concerne le processus pour pouvoir travailler sans problème et respecter l’environnement. Nous espérons qu’à l’issue de cet atelier, tous ces acteurs vont s’impliquer véritablement dans la mise en œuvre du projet planetGOLD », a déclaré Désiré Ouédraogo.

Le DGPE a adressé ses remerciements au gouvernement, au FEM, à l’ONUDI et à l’AGC pour leur accompagnement

Les dangers du mercure

Après avoir fait une présentation succincte de l’AGC et du projet « planetGOLD », la coordinatrice du projet, Alizèta Ouédraogo, a fait cas des multiples conséquences de l’utilisation du mercure sur l’environnement, les animaux mais aussi et surtout sur la santé humaine. « Une fois que le mercure touche le sol, avec les ruissellements d’eau … il peut être entrainé dans les cours d’eau. Si d’aventure l’homme consomme les poissons issus de ces cours d’eau, cela peut entrainer des problèmes de santé. En plus de cet exemple, il y a l’inhalation du mercure qui n’est pas sans conséquence », a indiqué Mme Ouédraogo.

Le Mercure est nuisible à la santé, a dit Alizéta Ouédraogo

Selon la coordinatrice, le projet « planetGOLD » permettra l’examen et l’analyse des cadres juridiques applicables au secteur de l’EMAPE burkinabè, la création et la mise en œuvre d’un mécanisme de financement destiné à améliorer ce secteur. « Zéro utilisation de mercure d’ici à l’horizon 2029 », tel est l’ambition de la convention de Minamata sur le mercure, selon le point focal de la convention de Minamata, Roger Baro, le Directeur de la prévention des pollutions et des risques environnementaux. Le Burkina Faso compte se donner les moyens pour relever cet ambitieux défi.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Exploitation minière artisanale : Bilan satisfaisant pour le projet AMORCA-EMAPE
Chambre des mines du Burkina : Adama Soro prend officiellement les commandes
Exploitation minière artisanale et à petite échelle : Des acteurs non-gouvernementaux s’approprient le cadre législatif et des politiques du secteur
Fonds minier de développement local : Les acteurs échangent pour une meilleure participation du fonds à la vie des collectivités
Délestages au Burkina : Quand le ministre Bachir Ismaël Ouédraogo court plus vite que son ombre
Centrale solaire de Nagréongo : Le niveau d’avancement des travaux évalué à 35%
Secteur minier : Les acteurs se penchent sur l’évolution des textes
Secteur minier : Le Canada a investi plus de 1 700 milliards de francs CFA au Burkina Faso
Développement du secteur de l’énergie et des mines : Le Burkina s’inspire de l’expérience du Ghana
Fonds minier de développement local : La Commune de Gorom-Gorom à l’heure du bilan
Fonds minier de développement local : Le Comité communal de Falangountou passe en revue les réalisations
Gaoua : Signature d’un protocole d’accord pour la réouverture du site d’or de Djikando fermé suite au drame survenu en janvier
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés