Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Création d’un Conseil national de Transition en Côte d’Ivoire : Le gouvernement saisit la justice

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET • mardi 3 novembre 2020 à 23h30min
Création d’un Conseil national de Transition en Côte d’Ivoire : Le gouvernement saisit la justice

Avant même la proclamation provisoire de la présidentielle en Côte d’Ivoire, l’opposition a annoncé la création d’un Conseil national de la transition, le lundi 2 novembre 2020, soit deux jours après le scrutin.

Cette initiative ne passe pas. C’est ce que le gouvernement ivoirien a fait savoir dans un communiqué sur la situation socio-politique. « Condamnant avec la plus grande fermeté cet acte de sédition, le Gouvernement a saisi le Procureur de la République près le tribunal de première instance d’Abidjan afin que soient traduits devant les tribunaux, les auteurs et les complices de ces infractions », peut-on lire sur le communiqué signé le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Sansan Kambilé.

Pour rappel, le candidat à sa propre succession, Alassane Ouattara, est sorti vainqueur de cette présidentielle avec 94,27% des voix.


Lire aussi Présidentielle en Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara réélu avec 94,27% des voix, l’opposition crée un Conseil national de Transition


www.lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 novembre 2020 à 22:34, par Vérité indiscutable En réponse à : Création d’un Conseil national de Transition en Côte d’Ivoire : Le gouvernement saisit la justice

    Actuellement ouattara n’a aucune légitimité. Il ne peut que pleurer son départ. Et il ne peut rien empêcher.
    Rires... les tyrans finissent toujours de la même manière !

    Répondre à ce message

    • Le 4 novembre 2020 à 03:43, par ARMAND En réponse à : Création d’un Conseil national de Transition en Côte d’Ivoire : Le gouvernement saisit la justice

      Ce qui est sûr comme au BURKINA le plan de Dieu est en marché . Attendons la suite. Chaque chose en son temps surtout pour ceux qui pensent qu’après Dieu c’est eux. Si Alassane jure qu’un jour il va mourir il n’aura pas menti.

      Répondre à ce message

    • Le 4 novembre 2020 à 06:42, par Nabayouga En réponse à : Création d’un Conseil national de Transition en Côte d’Ivoire : Le gouvernement saisit la justice

      Verite Indiscutable, ado est a la fois dans la légalité, en lus il est légitime. La légalité lui est conférée par la constitution de 2016 qui permet au même Bédier d’être candidat a 86 ans alors que l’ancienne constitution limitait l’âge à 75 ans. La légitimité lui est également fournie par l’immense travail abattu par ce monsieur en moins de 10 ans. Dommage qu’il ait 78 ans sinon je voterais encore pour lui en 2025 puisqu’il a le droit d’être encore candidat. Verite Indiscutable, je ne sais pas si tu connait la côte d’ivoire, sinon je comprends ta position basée sur les "on dit".
      Le fantoche cnt , en plus d’être illégal, est illégitime, il mourra de sa propre mort. Ouattara a gagné sur les plans, la communauté internationale dit que les élections se sont passées dans des conditions satisfaisantes. Et cest important d’être reconnu par les autres.

      Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2020 à 09:03, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Création d’un Conseil national de Transition en Côte d’Ivoire : Le gouvernement saisit la justice

    - J’ai vu la liste du Gouvernement de Transition mis en place par Mr BEDIÉ. C’est un gouvernement formidable ! Un gouvernement de technocrates, de gens pétris d’expériences, et non d’opportunistes et d’arrivistes comme celà a toujours été le cas avec ADO. En tout cas bon vent à cette Transition !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2020 à 10:28, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Création d’un Conseil national de Transition en Côte d’Ivoire : Le gouvernement saisit la justice

    - Pour preuve, voici la liste du gouvernement de Transition de SE Henri Aimé Konan BEDIE de Côte-d’Ivoire :

    1. PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : S.E.M. AIME HENRI KONAN BEDIE
    2. VICE – PRESIDENT, GRAND MEDIATEUR DE LA REPUBLIQUE : S.E.M. LAURENT GBAGBO
    3. PREMIER MINISTRE : TIDIANE THIAM
    4. MINISTRE D’ETAT, SECRETAIRE GENERAL DE LA PRESIDENCE : MARCEL AMON TANOH
    5. MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DE LA DEFENSE : M. GUILLAUME KIGBAFORI SORO
    6. MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES : M. PASCAL AFFI N’GUESSAN
    7. MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES : PROF. MAMADOU KOULIBALY
    8. MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DE LA COMMUNICATION : MME DANIELLE BONI CLAVERIE
    9. MINISTRE DE L’INTERIEUR ET DE LA SECURITE : M. VINCENT IRIE TOH-BI
    10. MINISTRE DE LA SANTE ET DE L’HYGIENE PUBLIQUE : DR. ABDALLAH MABRI TOIKEUSSE
    11. MINISTRE DE LA JUSTICE ET DES DROITS DE L’HOMME : MME AFFOUSSIATA BAMBA LAMINE
    12. MINISTRE DU PLAN ET DU DEVELOPPEMENT : M. KATINAN KONE
    13. MINISTRE DES INFRASTRUCTURES ECONOMIQUES : M. AHOUA DON MELLO
    14. MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DES RECHERCHES SCIENTIFIQUES : PROF. MARIE GILBERT AKE N’GBO
    15. MINISTRE DU COMMERCE ET DE L’INDUSTRIE : M. BERTRAND DIBY AKO
    16. MINISTRE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL : PROF. MAURICE KACOU GUIKAHUE
    17. MINISTRE DES RESSOURCES ANIMALES ET DE LA PRODUCTION HALIEUTIQUE : PROF. GEORGES ARMAND OUEGNIN
    18. MINISTRE DU BUDGET ET DE LA PROMOTION DES INVESTISSEMENTS PRIVES : MME KABA NIALE
    19. MINISTRE DU TRANSPORT : M. TEFFOU KONE
    20. MINISTRE DES MINES ET DU PETROLE : M. THIERRY TANOH
    21. MINISTRE DES EAUX ET FORETS : DR. ASSOA ADOU
    22. MINISTRE DU TOURISNE ET DE L’INDUSTRIE HOTELIERE : M. JEAN MARIE SOMET
    23. MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE, DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE : MME PULCHERIE GBALET
    24. MINISTRE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET LOISIRS : M. CHARLES BLE GOUDE
    MINISTRE DE LA FAMILLE, DE LA FEMME ET DE L’ENFANT : MME YASMINA OUEGNIN
    25. MINISTRE DE LA SOLIDARITE ET DE LA RECONCILIATION NATIONALE : PROF. MARIETOU KONE
    26. MINISTRE, GOUVERNEUR DU DISTRICT D’ABIDJAN : M. JEAN – LOUIS BILLON
    27. MINSITRE DES VILLES ET DE LA SALUBRITE URBAINE : M. JACQUES GABRIEL EHOUO
    28. MINISTRE DE L’EMPLOI, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE : M. GNAMIEN KONAN

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2020 à 11:43, par Ahmed En réponse à : Création d’un Conseil national de Transition en Côte d’Ivoire : Le gouvernement saisit la justice

    Dites moi. Taux de partipation des élections en Cote d’Ivoire est de 53% . 94% de 53% font combien en terme de votation de ALASSANE ? En réalité il est élu a combien % ? Je m’adresse aux matheux

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2020 à 13:24, par caca En réponse à : Création d’un Conseil national de Transition en Côte d’Ivoire : Le gouvernement saisit la justice

    Même le vieux Kôro s’est laissé berné par le CNT ivoirien conduit par Mr Bédié. Les CNT qui ont prospéré avaient la bénédiction de la communauté internationale. Le cas récent du Mali montre qu’aucun groupe individu dans un pays peut se lever pour décréter une transition sans le concours des autres. Si la Côte d’Ivoire ne plus membre de la CEDEAO ou l’UA d’accord, mais s’il fait parti encore, cette transition est morte de plus belle. On peut ne pas aimer ADO et sa candidature cette fois, il fallait non plus accepter la modification de la constitution de 2016.
    En Afrique les opposants se font toujours avoir par les modifications.
    Vive ADO

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2020 à 14:30, par Un Passant En réponse à : Création d’un Conseil national de Transition en Côte d’Ivoire : Le gouvernement saisit la justice

    C’est un peu malhonnete de dire que le Pr. Ouattara est dictateur vu la facon dont la crise est geree. Un, d’abord aucun element des FDS n’a fait usage d’armes a feu jusqu’a present. Ceux qui ont proclames le CNT ont ete mis residence surveillee... je pense que le Gnal Guei aurait prefere cette forme de dictature.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2020 à 16:00, par Ka En réponse à : Création d’un Conseil national de Transition en Côte d’Ivoire : Le gouvernement saisit la justice

    Mon ami Kôrô Yamyélé : Très bonne contribution à ce débat avec ta liste d’intellectuels revanchards, et qui démontre une fois de plus que tous les politiques du continent sont la cause principale des problèmes de nos pays.

    Tout dont je voudrai que tu sache, on ne copie pas au hasard la transition Burkinabé comme les Maliens l’ont su le faire sans aucun problème. La transition Burkinabé était cautionné par un soulèvement populaire soutenu à 100% par la société civile, et une partie de l’armée, sans oublié la vraie référence de démocratie ancestrale qui sont celles des continuités des coutumes de la sagesse Africaine, conservée par le MOOGHO NAABA et tous les autres chefs coutumiers de tous les ethnies du pays des hommes intègres : Blaise Compaoré et son RSP de criminel qui n’est qu’une simple eau, ne pouvait rien contre cette montagne, que de changer de chemin. Mais se lever un beau matin, saboter une élection présidentielle dont la constitution Ivoirienne l’autorise, et créer une transition de revanchards ne peut pas fonctionner.

    Toute notre souffrance actuelle dans le continent vient des comportements digne des sauvages de nos dirigeants : Dès qu’on n’a le pouvoir comme c’était le cas d’ADO Bédié et SORO associés, ils se sont permis de tailler une constitution sur mesure, ’’pour leurs propres intérêts communs, oubliant les conséquences après une séparation !

    C’est vrai qu’il nous faut des institutions fortes comme le disait OBAMA, mais on constate que chaque président qui arrive au pouvoir crée ou tente de créer des textes à sa mesure. En voulant réécrire une nouvelle constitution on veut tenter subtilement de supprimer la clause des deux mandats et la limitation de 75 ans comme avec la nouvelle Constitution Ivoirienne voté à majorité par les Ivoiriens : Surtout pour permettre sans doute a ADO ou Bédié de continuer et c’est la même technique utilisée par SASSOU au CONGO ou Condé en Guinée, que des referendums bidons ont entérinés.

    Sincèrement mon ami Kôrô Yamyélé, la Cote d’Ivoire après la crise de 2011 avec 3’000 morts, avait besoin de tout cela pour replonger encore dans la violence ? Si l’objectif de tout ce ballet à l’époque était pour que M. Ouattara fasse un 3e mandat pour des raisons de compétences, qu’adviendrait-il alors si une mort naturelle venait à le frapper comme a eu Gon ! Nos dirigeants doivent éviter de retomber dans des situations conflictuelles. Personne n’est irremplaçable. Voyant Blaise Compaoré ou IBK, ça n’arrive pas qu’aux autres.

    Mon ami Kôrô Yamyélé, soutenir cette transition illégale est anormale. Quand ADO Bédié et Soro commençaient leur future constitution au processus rédactionnel, tout le peuple Ivoirien a été consulté : Un processus, c’est la discussion en amont, les propositions verbales et écrites, les idées qui peuvent être émises pour ensuite les trier, voir ce qui doit figurer ou non dans la constitution comme Roch Kaboré l’a fait avec nous les sages, les juristes, la société civile, puis, quand on est tous d’accord sur le contenu au plan des idées, seulement alors les experts du droit viennent procéder a la rédaction de la constitution. Ils lui donnent une forme. Mais ce n’est pas à eux de s’enfermer dans un bureau pendant 30 jours et sortir toutes les idées de leurs têtes, même s’ils sont ’’intelligents’’. Car la constitution appartient à toute la nation, et toute la nation doit donc participer à son adoption, pas seulement en votant, mais en émettant des idées qui peuvent y être retenues ou en être rejetées. Ce que le peuple Ivoirien a fait en adoptant la constitution qu’ADO utilise légitiment aujourd’hui dont la communauté internationale et 80% du peuple Ivoirien soutiennent et ridiculisant l’opposition avec sa transition revanchards sont légitimes. La constitution reste la racine d’un état de droit.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2020 à 16:44, par ô pays mon beau peuple En réponse à : Création d’un Conseil national de Transition en Côte d’Ivoire : Le gouvernement saisit la justice

    Une momie comme président d’une institution , ça ne doit effrayer personne sauf au pays des zombies. Mais comme la CI est peuplée d’êtres vivants , cette transition est un non évènement

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2020 à 11:02, par Ka En réponse à : Création d’un Conseil national de Transition en Côte d’Ivoire : Le gouvernement saisit la justice

    Merci mn ami Kôrô Yamyélé de m’avoir compris : Comme j’ai l’habitude de le dire dans ce forum, ‘’’Le flatteur ne vit qu’au dépens de celui qui le croit.’’’’

    Malgré que je sois contre les tripatouillages des constitutions, j’ai toujours estimé qu’ADO était un chef rigoureux dans son travail d’économiste. Et j’aime cette manière de procéder pour émerger les pays du continent. Telle est, en effet, ma vision du chef d’état. Ça explique aussi mon soutien à Roch Kaboré économiste, fils d’économiste qui avait les conseils de son père.

    En analysant sérieusement cette transition bidon imaginé par Affi Nguessan et SORO, en utilisant un pauvre vieux politicien fini du nom de Bédié, je conclu que ces gens sont très mal placés pour donner des leçons de démocratie en Côte d’Ivoire. Même leur mentor le maître du multipartisme dans le continent qui est Koudou Laurent GBAGBO ne s’associe pas à cette transition dont la société civile Ivoirienne ou l’armée ne cautionnent pas : Car le peuple Ivoirien sait qu’il est en face a des diables qui veulent se faire passer pour des anges, puisque c’est le même SORO en tant que PAN qui a fait adopter la nouvelle constitution dont ADO se permet d’utiliser légitimement. SORO et Bédié savaient en 2016 que le seul garant de la nouvelle Constitution adoptée, c’est le peuple uni dans les valeurs que représente cette nouvelle constitution qui est la démocratie pure et parfaite, sans tricherie, ni manipulation, ni retour en arrière, que même notre avocat nationale nommé Paul Kéré qui a été consulté comme nous les sages pour la nouvelle constitution Burkinabé, ne me dira pas le contraire.
    Le refus de l’opposition Ivoirienne de participer à l’élection présidentielle et tenter leur chance de battre ADO était une erreur avec une vision narcissique.

    Quand a SORO qui appelle la violence en Côte d’Ivoire, comme il l’a voulu au Burkina avec le coup d’état à la maternelle de Djibril Bassolé et de Diendéré Gilbert, personne en Côte d’Ivoire ne répondra a son appel, ni aucune voie diplomatique pour le sauver a présent. Il doit comprendre comme son père adoptif qui est Blaise Compaoré, que l’impunité se paie d’une façon ou d’une autre. Les victimes de Sakassou et ses méfaits à Bouaké et ailleurs, commencent à être sanctionnés par le seul juge suprême qui utilise des voies détournées pour frapper les abominables criminels qui veulent se faire passer pour des innocents, réclamant aux autres de payer pour les crimes qu’ils ont eux-mêmes commis.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Afrique du Sud : Le parti au pouvoir, l’ANC, secoué par une affaire de corruption
Coup d’Etat en Birmanie : 100 jours après, environ 800 morts, le pays s’enlise dans le chaos
G5 Sahel : Mahamat Idriss Déby se rend dans la zone dite "des trois frontières"
La fusée chinoise s’est désintégrée au dessus de l’océan indien
Tchad : Le matériel des reporters de RFI saisi au cours de manifestations réprimées par la police
Somalie : L’ancien président ghanéen, John Mahama, nommé Haut représentant de l’Union africaine
Sécurité : « La mort de Déby donne une belle leçon pour l’avenir du G5 Sahel », pense le commissaire Rachid Palenfo
États-Unis : Le couple Bill et Mélinda Gates divorce
Tchad : Le Collectif des Tchadiens indignés au Burkina exige une transition purement civile
Idriss Déby : Apocalypse chapitre 13, verset 10 (4e partie)
Tchad : 71 Organisations africaines contre la mise en place du Conseil militaire de transition
Tchad : Le général Mahamat Idriss Deby annonce la création d’un Conseil national de transition
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés