LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “« L’erreur n’annule pas la valeur de l’effort accompli. » Proverbe africain” 

Réformes au Togo : L’opposition et des OSC contestent, le pouvoir mâte, la communauté internationale appelée à réagir

Publié le mardi 9 avril 2024 à 22h35min

PARTAGER :                          
Réformes au Togo : L’opposition et des OSC contestent, le pouvoir mâte, la communauté internationale appelée à réagir

La tension politique est montée au Togo, suite à l’adoption de la nouvelle constitution, le 25 mars 2024, qui, entre autres, attribue désormais la compétence au parlement d’élire le président de la République. En clair, les Togolais n’éliront plus leur président, qui, mieux, occupera maintenant une fonction honorifique. Cette tension déjà vécue est aggravée par le report sine die, la veille de l’ouverture même de la campagne, des élections législatives et régionales, initialement prévues pour le 20 avril 2024. Ainsi, les manifestations de protestations se multiplient par l’opposition politique et des organisations de la société civile (OSC), auxquelles réplique le pouvoir par des répressions et arrestations.

La nouvelle constitution togolaise a pour implications également qu’elle supprime le suffrage direct pour l’élection du président de la République. En clair, elle introduit un système de gouvernement parlementaire, et le président ne sera plus élu au suffrage universel, mais par les membres du parlement. La réforme accouche aussi d’un poste de président du Conseil des ministres qui assurera l’effectivité du pouvoir exécutif, tandis que le président de la République se contentera, lui, d’une fonction honorifique.

Un autre aspect important, est que la nouvelle constitution ne prend pas en compte le temps déjà passé au pouvoir ; ce qui pourrait permettre à Faure Gnassingbé, arrivé au pouvoir en 2005, d’y rester jusqu’en 2031, s’il venait à être réélu en 2025. Elle allonge aussi le mandat présidentiel d’un an, passant de cinq à six, tout en limitant le nombre de mandats à un (donc, le mandat du président est prolongé d’une année et la Constitution lui octroie un mandat de plus).

Avec ces nouvelles dispositions, le pouvoir résidera, selon des spécialistes, entre les mains d’un “président du Conseil des ministres", qui fait office de Premier ministre, désigné par les députés. C’est lui qui aura en charge les fonctions régaliennes, donc le pouvoir réel. Son mandat doit être de six ans, sans qu’il soit précisé s’il sera renouvelable ou non. La crainte pour l’opposition, c’est que le président Faure Gnassingbé ne soit désigné à cette fonction de président du Conseil des ministres, ce qui va assurer son maintien au pouvoir pour une durée illimitée.

Du côté des initiateurs, l’on explique que ces réformes ont pour fondements de renforcer la démocratie, assurer une meilleure protection des droits et libertés des citoyens, et de rendre les institutions plus efficaces et plus représentatives. Elle viserait également la recherche de la stabilité gouvernementale par l’instauration du régime parlementaire, tout comme à instaurer un régime politique qui favorise une plus grande implication des citoyens dans la vie politique et dans les processus décisionnels.

En tous cas, cette réforme est contestée par l’opposition et la société civile, qui la qualifient de "coup d’Etat constitutionnel", y décelant une manœuvre du président pour se maintenir au pouvoir.
La Conférence des évêques du Togo s’est également interrogée sur "l’opportunité" de mener cette réforme, appelant le président à "surseoir la promulgation de la nouvelle Constitution et à engager un dialogue politique inclusif, après les résultats des prochaines élections législatives et régionales".

Devant donc la vague de protestations suscitées par l’adoption de cette nouvelle constitution, le président Faure Gnassingbé a demandé que le texte soit examiné à nouveau à l’Assemblée nationale. Il a dans la foulée, décidé du report des élections législatives et régionales, initialement prévues pour le 20 avril 2024, et sans fixer de nouvelle date.

Ce report des élections locales vient rajouter aux tensions politiques, obligeant l’Assemblée nationale à entamer dès lundi, 8 avril 2024, une tournée sur l’ensemble du territoire, pour consulter les forces-vives, notamment les chefs traditionnels et les groupes organisés, sur la modification de la constitution. Cette campagne, dénommée « Tournée d’information et d’écoute des populations sur la révision de la constitution », prévue pour trois jours, consiste à présenter la nouvelle constitution à la population et, partant, recueillir ses contributions en vue de son amélioration.

Pendant ce temps, l’opposition et la société civile, dans des actions de contre-attaque, ont appelé à trois journées de manifestations, les 11, 12 et 13 avril 2024. En attendant ces trois journées qui pourraient être encore plus difficiles pour le pays, toutes les tentatives de protestations contre cette volonté du pouvoir sont, selon les médias et bien d’autres sources, réprimées, avec à l’actif, des arrestations dans les rangs des politiques et de la société civile.

Selon BBC Afrique, une coalition de onze organisations de la société civile togolaise, après avoir dénoncé le report des élections et indiqué qu’il n’y a aucun rapport entre « la tenue des élections législatives et régionales dont la périodicité est consacrée par la constitution et le projet funeste de révision constitutionnelle », appelle la communauté internationale à réagir. Alors qu’elle dénonce et condamne la “privation” des droits à la manifestation par le gouvernement, ce dernier, lui, rétorque qu’il ne s’agit pas de répression contre l’opposition, mais d’empêcher tout trouble à l’ordre public. « Les Organisations de la société civile font une ultime interpellation à l’endroit de la communauté internationale, notamment aux États-Unis d’Amérique, à l’Union européenne, à la République Fédérale d’Allemagne, à la France, à l’Union africaine et à la CEDEAO à œuvrer afin que la Cour pénale internationale (CPI) se saisissent du cas togolais avant qu’il ne soit trop tard », rapporte le média de la déclaration de ladite coalition.

Jusqu’où iront ces tensions politiques dans le pays de Faure Gnassingbé, le médiateur dans l’affaire dite des 49 soldats ivoiriens détenus au Mali ? Ce pays également qui a souffert de violences politiques à répétitions, et dans son contexte national marqué par des incursions terroristes dans sa partie nord !

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 9 avril à 18:40, par Sidpassata Veritas En réponse à : Réformes au Togo : L’opposition et des OSC contestent, le pouvoir mâte, la communauté internationale appelée à réagir

    Inutile pour les togolais d’appeler des étrangers au secours. Personne ne viendra combattre et déraciner la dictature dynastique qui s’est bien implantée dans votre pays. Tant que vous aurez peur de l’affronter, elle règnera sur vous en attisant votre peur pour mieux vous dompter.
    1- Interpeller votre armée et touteq les troupes armées chargées de la défense nationale et de la sécurité,en les sensibilisant par des appels à la désobéissance à la hiérarchie quand les civils, leurs membres de famille, se battent contre le régime pour l’intérêt de tous. Tant que des togolais armés ne comprendront pas ce que c’est que l’intérêt de la nation , ces hommes de rangs seront des bêtes féroces car disait SANKARA THOMAS ‹‹un militaire sans conscience et formation politique n’est qu’un criminel en puissance›› ! Les armes de la nation ne doivent pas être toutnées contre la nation.
    2- Il faut que les togolais, surtout le citoyen lambda, parlent pour dire aux tenant du régime que vous n’avez plus peur d’eux et qu’il pleuvent ou qu’il neige, vous êtes prêts à mettre fin à leur régime à tout prix. Ils inviter les chefs traditionnels à ne plus avoir peur et à ne plus se compromettre. Il faut avoir le courage de dire la vérité et de défier les prétendus hommes-forts qui ne comptent que sur votre peur pour maintenir leur pouvoir. Dites leur qu’une constitution tripatouillée à la fin d’un mandat ou mêmes des élections gagner à la triche ne pourront mettre fin à votre détermination à les faire partir. Sachez-le chers frères et amis du Togo, aucun pouvoir ne peut résuster à la détermination d’un peuple qui lui dit non. N’ayez pas peur du nombres de victimes que les criminels pourraient faire, affrontez les jusqu’à votre libération nationale. Un peuple n’est pas encore libre et encore moins souverain tant qu’il n’a jamais dit ’’non’’ à un système
    Seul la lutte libère ! Refuser de lutter est un suicide.
    J’aurai voulu envoyer ce message sur un site visié par des togolais au Togo. Si un lecteur de lefaso.net peut relayer, tant mieux

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 10:12, par lamoussaa En réponse à : Réformes au Togo : L’opposition et des OSC contestent, le pouvoir mâte, la communauté internationale appelée à réagir

    Une stratégie simple, Étant donné que c"est le seul pays favorable à ceux de l’AES par son port, il s"agit de le déstabiliser en finançant son opposition et des OSC et le tour est joué !!
    N’ayant pas pu faire des soulèvements dans les pays de l’AES, il s’agit de les encercler
    Attention peuple togolais, ne contribuez pas à faire un combat qui n’est pas le votre !!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril à 14:27, par Bassan En réponse à : Réformes au Togo : L’opposition et des OSC contestent, le pouvoir mâte, la communauté internationale appelée à réagir

    En Afrique le pouvoir est élastique chacun tire jusqu’à ce que ça se rompre et après les problèmes

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Nigeria : Une attaque terroriste fait plus de 40 morts