Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «A chaque fois que tu tombes, ramasse quelque chose » Oswald Avery

Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • jeudi 13 août 2020 à 22h15min
Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

L’Opposition non-affiliée (ONA) a rejeté le projet de modification du Code électoral, le jugeant non-consensuel. C’était au cours d’une conférence de presse animée ce jeudi, 13 août 2020, à Ouagadougou.

« Les analyses faites et les expériences vécues démontrent incontestablement que l’existence de l’ONA est fondée autant sur le droit que sur la pratique. Les dispositions juridique et politique référenciées ont fini de convaincre même les plus sceptiques et les plus hostiles que l’ONA est un grand bloc de la classe politique dont la légitimité s’impose dans les faits », ont précisé dès l’entame les conférenciers, parlant de la légitimité de l’ONA.

Ils ont ensuite affirmé que l’ONA s’impose comme le troisième bloc de partis politiques à intégrer forcément dans la structure de traitement, d’organisation et de fonctionnement de la classe politique au Burkina.
Ainsi, abordant le sujet sur les élections couplées, présidentielle et législatives, les responsables de l’ONA déclarent prendre la responsabilité d’interpeller sur la nécessité de tenir des élections conformes à la Constitution. Car, ils disent s’inquiéter de ce que la situation sécuritaire en l’état affecte objectivement le principe constitutionnel de l’universalité du suffrage.

Selon les responsables de l’ONA, les enjeux que présente la situation sécuritaire sur la normalité et la validité des élections qui avaient été détectés par l’ONA ont été constatés dans un rapport officiel de l’Assemblée nationale, ainsi que dans les analyses d’autres acteurs.


Lire aussi : Modification du code électoral au Burkina : L’ Opposition non affiliée appelle à de larges concertations


Selon eux donc, une modification du Code électoral à moins de six mois des élections n’est concevable qu’avec le consentement d’une « large majorité » des acteurs politiques. C’est partant de ce postulat qu’ils estiment que le projet de modification est « unilatéralement et non-conventuellement » engagé par le gouvernement en violation des lois nationales et internationales et doit, de ce fait, être empêché par tous les moyens juridiques, politiques et démocratiques.

« L’article 2 du protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance prescrit qu’aucune réforme substantielle de la loi électorale ne doit intervenir dans les six mois précédents, sans le consentement d’une large majorité des acteurs politiques », prend pour appui Pr Abdoulaye Soma, président de l’ONA, principal intervenant à la conférence.

De g.àd. Aristide Ouédraogo (FPR), Jean-Claude Kaboré (NCC), Adama Doulkom (AGR), Abdoulaye Soma (Soleil d’Avenir), Issa Balima (UFC) et Soumane Touré (PITJ)

Outre la Constitution, les conférenciers se sont donc appuyés sur les accords internationaux liant le Burkina en matières constitutionnelle, juridique, politique, démocratique et électorale, notamment le protocole de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur la démocratie et la bonne gouvernance de 2001 ainsi que la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance de 2007.

De leur avis donc, le projet de modification du Code électoral, tel qu’engagé, « sans le consensus », sera considéré comme un changement anticonstitutionnel et devra être empêché avec la même vigueur avec laquelle, le peuple a combattu la modification de la Constitution en 2014.

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 août à 23:34, par Lol En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

    À quand la Majorité Non Affiliée (MNA) ? Les Indépendants Non Affiliés (INA) ?
    Vraiment, la faune politique burkinabè est riche. Pourtant, le pays reste l’un des plus pauvres de l’univers !

    Répondre à ce message

  • Le 14 août à 00:05, par Eric En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

    "L’injustice est mieux que le désordre"..Je commence à me demander s’il ne serait pas judicieux de voter une loi pour exclure ces gens du machin ONA pour les élections à venir ! Tout porte à croire qu’ils ont la ferme conviction de saboter ces élections juste pour se faire remarquer.

    Répondre à ce message

  • Le 14 août à 01:43, par David En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

    Messieurs de l’ONA, le large consensus politique dont vous faites cas, c’est par rapport aux partis politiques qui sont représentifs, autrement dit qui ont un vrai poids politique , c’est à dire un électorat significatif.
    Messieurs de l’ONA, avez- vous combien de députés ou de conseillers municipaux ? Pour être plus précis, parmi les 127 députés que compte l’Assemblée Nationales, vous en avez combien ? Zéro
    Et sur les milliers de conseillers municipaux, aucun n’est issu de l’ONA.
    Donc Messieurs de l’ONA, aucune preuve crédible de votre représentativité n’existe, pour que dans un dialogue politique vous soyez pris au sérieux.
    C’est vous qui vous croyez représentatif, sans aucune preuve, donc cela n’engage que vous et vous seul.
    Vous pouvez revendiquer de vous consulter, mais pour le moment, votre poids politique ne permet ni à l’APMP, ni au CFOP de vous prendre au sérieux.
    Messieurs de l’ONA, participer aux élections de novembre prochain, votre poids politique réel qui en sortira, s’imposera de fait à l’APMP et au CFOP, s’il est significatif.
    Messieurs de l’ONA : "avec 0,0001% des actions d’une société, la voix d’un actionnaire compte peu lors des délibérations de l’Assemblée générale des actionnaires. Un tel actionnaire ne peut prétendre à un droit de véto au moment des délibérations".
    C’est curieux de constater que vous refusez de voir la réalité en face, or parmi vous, il y a de brillants professeurs de droit. Et c’est comme ça, nos brillants professeurs se font ridiculiser dans l’animation politique. La crédibilité politique de vos discours doit être adossée à une forte représentativité sur le terrain Peut être que vous êtes des baobab cachés, mais nous le serons au soir du 22 novembre prochain.
    Messieurs de l’ONA, arrêtez de déconnecter la politique de la réalité des forces politiques en présence sur le terrain.
    La politique, ce n’est pas les débats politiques théoriques dans les amphis à l’université, face à des étudiants.
    Certains de vos collègues PAren ont su s’adapter très vite. Ils ont su saisir la bonne perche au bon moment, avec de bonnes nominations. Cela permet à leur parti de tenir, même si c’est vivoter.

    Répondre à ce message

  • Le 14 août à 04:40, par Passakziri En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

    Vous vous êtes sans bases électorales, et ne représentez que vous et vos familles dans ce pays . De quelle majorité parlez vous alors . Laissez moi la paix !

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 14 août à 08:46, par Ka En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

    Le 16 juillet 2018 tout a été claire au projet de loi portant sur ’’Code électoral :’’ A l’Assemblée Nationale toutes et tous les députés de chaque parti politique s’est exprimé à ce sujet, et le débat était clos, à chaque j’ai compris. A présent vous arriviez très tard. C’était en ce moment-là qu’il fallait constituer votre machin dit (ONA.) Ce n’est pas à 4 mois des élections que vous pouviez réveiller les démons qui dorment, vous étiez tous ces acteurs politiques autour de ce projet quand le PAN a fait son discours d’ouverture en disant « Nous devons davantage transcender nos divergences politiques et nos ambitions personnelles pour privilégier l’intérêt général. Cet appel n’est point une exhortation à l’unanimisme béat, mais plutôt une invite au consensus salvateur ». Messieurs il est très tard : Allons aux élections et que les urnes en finissent avec toutes les gesticulations et les verbiages inutiles.

    Répondre à ce message

  • Le 14 août à 09:08, par dosso En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

    L’ONA seule ne peut pas combattre la modification du code électoral sans le CFOP et l’AMP. La situation n’est pas comparable à la modification en 2014. L’ONA ne peut pas mobiliser le peuple

    Répondre à ce message

  • Le 14 août à 09:33, par k En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

    mes chers messieurs de l’ONA les populations ne sortiront pas dans la rue après votre sortie. Mieux, elles ne sortiront pas si vous sortez. Faites un test et vous comprendrez parce qu’elles ne se sentent pas concerner par votre problème.

    Répondre à ce message

  • Le 14 août à 10:03, par Manuel En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

    Bonjour
    Je ne vois pas sur le podium le parti APp Burkindi, que se passe-t-il ?
    La seule légitimité s’acquiert dans les urnes !
    Un Mr comme Soumane Touré peut il encore dans ce pays jouir d’une crédibilité quelconque ?
    Allons aux élections, obtenez la majorité et faites alors ce que vous estimez être bien, point barre !

    Répondre à ce message

  • Le 14 août à 10:53, par Lom-Lom En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

    Que c’est ridicule ! Au lieu de perdre le temps à gesticuler, allez battre campagne pour avoir des morceaux de conseillers municipaux et comme ça, on pourra vous entendre. Sinon, vous serez éternellement non affiliés parce que inconnus des Burkinabè ! Dire que c’est encore des soit-disant intellectuels qui sont encore à la manœuvre ! Pauvre Burkinabè !

    Répondre à ce message

  • Le 14 août à 10:58, par le fou En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

    Si le ridicule tuait.Ce fameux ONA est il plus que le CFOP et le parti au pouvoir et ses alliés qui se sont réunis pour débattre de ces questions ? Ces genres de fuites en avant de partis qui n’ont pas d’électeurs si ce ne sont leurs familles et amis doivent attendre les élections pour voir si ils ont de la voix pour faire changer les choses !il ne suffit pas de lire des textes juridiques qui ne sont que des arguties en réalité pour saboter un travail que les représentants des burkinabé ont fait. Bal à terre messieurs et lutter fort pour asseoir vos bases.

    Répondre à ce message

  • Le 14 août à 13:59, par citoyen Lambda En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

    Quelle est cette maladie congénitale de nos hommes politiques et acteurs sociaux ,qui consiste à poser toujours les problèmes en terme d’exigences ,de chantage ,de menaces ? Et si maintenant le pouvoir ne va pas dans le sens que vous "exigez " que pouvez -vous faire ? Rien . Voilà un regroupement hétéroclite de "partillons" qui n’est même pas sûr d’avoir un conseiller municipal aux futures élections locales et qui déjà posent les problèmes en termes d’exigences . Alors que ce regroupement sait bien, qu’il ne peut engager aucune épreuve de force contre le pouvoir pour obtenir gain de cause . Apprenons à poser les problèmes sans tomber dans des exigences démesurées et prétentieuses . Comme le disait le sage HAMPATE BA " entre ta vérité et ma vérité ,il y a la vérité " . Ceci pour dire que nul n’a le monopole de la vérité, fût-il professeur de droit constitutionnel à l’université .

    Répondre à ce message

  • Le 14 août à 16:22, par sai En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

    L’état doit institutionnaliser l’APMP en Chef de File de la Majorité Politique (CFMP) avec aussi un chef comme le CFOP et obliger les partis à s’affilier, sinon l’ONA est dans son plein droit à être dans les décisions politiques.

    Répondre à ce message

  • Le 14 août à 17:53, par Alasco En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral

    Le professeur est vraiment professeur ou pas ? Il avait promis en son temps nous faire des revelations fracassantes, surtout qu’il etait royalement serein

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Dori : Le Premier ministre échange avec les forces vives de la région du Sahel
Liberté provisoire de Jean Claude Bouda : "Cela nous intrigue...", Sagado Nacanabo, Secrétaire exécutif du REN-LAC
Burkina : Pascal Zaida et Marcel Tankoano alertent sur les risques d’une crise post-électorale
Justice : Jean Claude Bouda en liberté provisoire, 5 mois après son incarcération à la MACO
Réconciliation nationale : « Pourquoi avoir une haine au point de ne pas pardonner ? », Dr Justine Couldiati/Kielem
Roch Kaboré et la Réconciliation nationale : Le Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré y voit un affront, un mépris…
UPC : Le Poé Naaba a démissionné
Assemblée nationale : La 7e Législature rend hommage à trois députés décédés
Burkina Faso : « Il faut une réconciliation au niveau de l’armée. Ce n’est pas l’armée qu’on a connue sous Blaise Compaoré », Me Hermann Yaméogo
« Roch Kaboré a réhabilité Thomas Sankara sur tous les plans, la réconciliation est en marche », Me Bénéwendé Sankara
Législatives 2020 : Le tribunal administratif invalide les listes nationales de certains partis suite à une plainte du Mouvement SENS
Politique : L’Alliance pour la défense de la patrie veut barrer la route aux troisièmes mandats
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés