Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Lutte contre l’excision : La participation de la jeunesse au cœur de la 20e journée nationale

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 30 juin 2020 à 21h50min
Lutte contre l’excision : La participation de la jeunesse au cœur de la 20e journée nationale

Le Burkina Faso a célébré conjointement, en différé, ce mardi 30 juin 2020, la 20e journée nationale de lutte contre la pratique de l’excision et la 17e journée internationale de la tolérance zéro aux mutilations génitales féminines. Placée sous le patronage du chef de l’Etat, représenté par le Premier ministre, Christophe Dabiré, la cérémonie s’est tenue sous le thème « 30 ans de lutte contre la pratique de l’excision au Burkina Faso, quelles perspectives avec la nouvelle génération ».

Le saviez-vous ? En 2020, 4,1 millions de filles dans le monde risquent de subir des mutilations génitales féminines. Aussi les 30 pays où le fléau est le plus répandu, ont une population très jeune, dont au moins 30% sont des jeunes filles de moins de 15 ans. Ces données des Nations unis montrent à souhait l’importance de libérer le pouvoir de la jeunesse afin qu’elle prenne la relève dans la lutte contre les mutilations génitales féminines. S’inscrivant dans cette vision, le Burkina Faso a choisi de célébrer, en différé, la 20e journée la journée nationale de lutte contre la pratique de l’excision sous le thème « 30 ans de lutte contre la pratique de l’excision au Burkina Faso, quelles perspectives avec la nouvelle génération ». Cette journée a été célébrée conjointement avec la 17e journée internationale de la tolérance zéro aux mutilations génitales féminines, instituée pour chaque 6 février.

Parmi les invités présents il y avait Naaba Kiba, roi du Yatenga et l’Emir du Liptako

« La victoire n’est pas encore acquise »

Dans son discours lu par le Premier ministre Christophe Dabiré, le président du Faso, Roch Kaboré, champion de l’Union africaine pour la promotion de l’élimination des MGF en Afrique, a indiqué que les mutilations génitales féminines « sont le reflet d’une inégalité profonde entre les sexes et constituent une forme extrême de discrimination à l’égard des femmes ». Même si le Burkina Faso dispose d’une expérience de trois décennies de lutte, le président du Faso a indiqué que « la victoire n’est pas encore acquise ». Il dit tout de même apprécier le changement de paradigme opéré et qui vise « à transmettre le flambeau de ce combat noble à la nouvelle génération ».

Dans son discours lu par le chef du gouvernement, le président du Faso a encouragé les jeunes à plus de mobilisation et d’actions

Principaux acquis engrangés en 30 ans de lutte

Mais avant de passer le témoin à la jeune génération, la ministre en charge de la femme a cité quelques acquis engrangés durant ces 30 dernières années. Il s’agit entre autres de la création en 1990 d’un organe multi-acteurs d’orientation et de décision, l’introduction de modules sur les MGF dans les curricula de formation au primaire, au post primaire, au secondaire et dans les établissements de formation professionnelle, la formation de plus de 2 500 agents de santé sur les MGF et en techniques de réparation de complications et séquelles de l’excision dans les 45 provinces, l’adoption de la loi n°025-2018/an du 31 mai 2018 portant code pénal qui renforce la répression de la pratique à travers des dispositions spécifiques et la formation d’acteurs de la chaine judiciaire.

Naaba Kiba et l’Emir du Liptako ont été fait ambassadeurs pour la promotion de l’abandon des MGF au Burkina

« Il faut intensifier la lutte »

La représentante de la représentante-résidente de l’UNFPA a embouché la même trompette en félicitant les devanciers. Car grâce à leurs efforts, « l’excision n’est plus un tabou. Neuf Burkinabè sur dix pensent que c’est une pratique dégradante qui doit être abandonnée », a-t-elle indiqué. Elle a rappelé que 3 090 villages ont fait des déclarations solennelles d’abandon de l’excision et s’est réjoui de la baisse du taux de prévalence qui est passé de 13,3% à 11,3% pour les filles de 0-14 ans et de 75,8% à 67,6% pour les femmes âgées de 15 à 49 ans en 2015.

La représentante de la représentante résidente de l’UNFPA a exhorté les acteurs à intensifier la lutte

Malgré des motifs de satisfaction dans cette lutte, les partenaires techniques et financiers sont unanimes que la lutte doit se poursuivre et s’intensifier au regard de la baisse de l’âge à l’excision, de la clandestinité, la mobilité des exciseuses et exciseurs à l’intérieur ou à l’extérieur du pays.

Le mérite des devanciers salué

Cette journée a été une occasion pour les autorités de reconnaitre et saluer l’engagement des différentes catégories d’acteurs engagés depuis 1990 telles que les associations et ONG, les partenaires techniques et financiers, les autorités coutumières et religieuses et des personnalités telles que le Dr Michel Akotionga, spécialiste de la reconstruction vulvaire et Mariam Lamizana, ancienne ministre de l’action sociale. A en croire Laurence Ilboudo/Marchal, leurs sacrifices ont permis au Burkina de devenir aujourd’hui leader dans la promotion de l’élimination des MGF sur le plan régional.

La ministre en charge de la femme a cité les acquis engrangés dans la lutte contre l’excision depuis 1990

L’engagement du président du Faso

Le flambeau doit être entretenu et le président du Faso a exhorté les jeunes à plus de mobilisation et d’action. « Avec vous, la victoire est possible », a-t-il lancé avant de prendre l’engagement à plaider auprès de ses pairs pour la mobilisation « conséquente des ressources nécessaires » pour parvenir à l’élimination des MGF à l’horizon 2030.

En rappel, Naaba Kiba, roi du Yatenga et l’Emir du Liptako ont été fait Ambassadeurs pour la promotion de l’abandon des mutilations génitales féminines au Burkina Faso.

HFB
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Grève générale de 48h contre l’IUTS : « Il y a vraiment l’argent dans ce pays », rappelle Zakaria Bayiré du SNAID
Grève des 8 et 9 juillet 2020 : La CGTB et les syndicats Autonomes des Hauts-Bassins mobilisés pour de meilleures conditions de travail
Gaoua : Les travailleurs du Sud-Ouest mobilisés contre l’application de l’IUTS
Allégations sur les exécutions extrajudiciaires : La réponse du gouvernement burkinabè
Réhabilitation du tronçon Gourcy-Ouahigouya : « C’est beau, solide et techniquement agréable à visiter », selon le ministre Eric Bougouma
Transport des échantillons biologiques : Le ministère de la Santé et La Poste Burkina Faso signe une convention de partenariat
Burkina : Des syndicats et associations du secteur privé invitent la population au respect des autorités
Poème : La passe de la faucheuse
Djibo : Des fosses communes contenant au moins 180 corps découvertes, rapporte Human Rights Watch
Politique : « Actuellement, je ne vois pas un candidat qui peut sortir le Burkina de l’ornière », constate Issa Sawadogo
Promotion de l’agriculture biologique : Huit associations reçoivent un appui du Fonds PISCCA
Entrepreneuriat : Toé Dikio Claudel Rufin vainqueur du Prix Pierre Castel 2020 au Burkina Faso avec son projet de promotion du souchet appelé « tiongon ».
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés