Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Ouagadougou : Un projet pour améliorer la mobilité urbaine

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mercredi 22 mai 2019 à 12h27min
Ouagadougou : Un projet pour améliorer la mobilité urbaine

Le Premier ministre Christophe Dabiré a reçu en audience, le mardi 21 mai 2019 dans l’après-midi, la chargée d’affaires de l’ambassade de la Suède au Burkina, Mia Rimby. Elle était accompagnée du maire de Ouagadougou et du ministre des Transports. La délégation a fait part au chef du gouvernement de l’état actuel du projet de mobilité urbaine dans la capitale burkinabè.

Depuis deux ans, le ministère des Transports, la mairie de Ouagadougou et leur partenaire, la Suède, mènent des réflexions sur la mobilité dans la ville de Ouagadougou. À l’étape actuelle, le projet est techniquement terminé. Les partenaires ont trouvé que le projet est viable, novateur et apporte une plus-value à la sécurité routière. Pour le financement, le projet avait besoin de l’accord du Premier ministre et du ministre des Finances. C’est pourquoi ce mardi 21 mai 2019, le Premier ministre a reçu les acteurs clés de ce projet.

À terme, le projet devrait permettre de mettre à la disposition de la commune de Ouagadougou, à travers la SOTRACO, des bus modernes, en vue d’assurer une mobilité durable dans le grand Ouagadougou. À la sortie de l’audience, le ministre des Transports et de la Mobilité urbaine, Vincent Dabilgou, a révélé que le Premier ministre a donné son quitus pour la poursuite du projet. Ensemble, avec le ministère des Finances, les discussions vont se poursuivre, à en croire M. Dabilgou. D’ici mai 2019 donc, les lignes devraient commencer à bouger.

La chargée d’affaires de l’ambassade de la Suède au Burkina, Mia Rimby, justifie son accompagnement par le fait que son gouvernement est très engagé dans le développement durable du Burkina Faso. Son pays est engagé pour la sécurité routière. Elle est convaincue qu’une fois le projet réalisé, cela va améliorer la sécurité des enfants, des étudiants et des travailleurs. Cela va impacter également le développement économique et social. Le projet est aussi écologique. Le maire de Ouagadougou s’est montré enthousiaste de voir le projet se réaliser. Il est convaincu que cela va sensiblement résoudre le problème de la mobilité dans sa ville.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 mai à 16:40, par huuuuuumm En réponse à : Ouagadougou : Un projet pour améliorer la mobilité urbaine

    Félicitation pour ses initiatives mais commencer par déguerpir les occupants anarchiques des abord des rues

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai à 12:33, par le choco En réponse à : Ouagadougou : Un projet pour améliorer la mobilité urbaine

    Ailleurs on a commencé a expérimenter des lignes de métro. vous ici, vous mettez en place un projet pour mettre des bus a disposition d’une société. bien bizarre.

    Répondre à ce message

    • Le 26 mai à 12:13, par Lagitateur En réponse à : Ouagadougou : Un projet pour améliorer la mobilité urbaine

      Monsieur "le choco", quand on n’a rien à dire, mieux vaut se taire. C’est plus sage.
      Tous les acteurs de ce projet savent ce qu’ils font. Ce sont des profesionnels et des spécialistes de la mobolité urbaine qui ont travaillé sur le projet.
      Quand vous parlez de métro, sachez que les choses vont par étapes. Je crois que vous parlez d’Abidjan. Sachez que la SOTRA existe depuis le 12 décembre 1960. De nos jour, les bus de la SOTRA ne peuvent plus satisfaire le besoin de mobilité de la populatin d’Abidjan.
      Pour votre gouverne, sachez que pour passer au métro ou au tramway, les normes indiquent qu’il faut atteindre 100 000 passagers par jour. Ce qui oblige à commencer par le bus d’abord.
      Et sachez que la réalisation d’une rame de tramway coûte 10 fois plus cher que le BRT (Bus Rapid Transit). Le métro coûte encore plus cher.
      Le financement du projet actuel qui coûte 130 milliard de FCFA est jugé non concessionnel par les PTF. Une nouvelle forme de financement est en train d’être trouvée avec la participation de la Banque Mondiale.
      Pour la SOTRACO, qu’est ce que vous trouvez "bizarre" ? Evitez les déclarations sans fondement car ce sont des choses que vous ignorez.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires
Colloque international d’hommage au Pr Salaka Sanou : Des propositions pour renforcer l’étude des cultures africaines
Enseignement supérieur : 115 lauréats du CAMES et du concours d’agrégation en médecine reçoivent leurs toges
Lutte contre le travail des enfants : Des conseillers municipaux outillés
Vivre ensemble au Burkina : L’« Appel de Manéga » officiellement lancé
Mise en œuvre du statut valorisant : La coordination des syndicats de l’éducation reste vigilante
Conférence épiscopale Burkina-Niger : Me Barthelemy Kéré fait chevalier de Saint Grégoire par le pape François
Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie
Société Africaine de Génétique : La section nationale du Burkina, SAGE-Burkina, est en place
Action humanitaire dans un contexte d’insécurité au Burkina Faso : défi de la prise en compte des droits de l’enfant
Centre universitaire polytechnique de Dori : L’UGEB exige la reprise des évaluations du 6 juin
Résultats du premier tour du BEPC à Ouagadougou : Des candidats entre joie et tristesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés