Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La véritable cause de nos malheurs actuels est l’étonnante médiocrité qui égalisе tοus lеs individus. Si un hοmmе dе géniе раrаissаit, il sеrаit lе mаîtrе.» Joseph-Alexandre de Ségur

Protection des défenseurs des droits humains : Des réflexions pour une meilleure application de la loi

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Mariam Ouédraogo (Stagiaire) • mardi 19 février 2019 à 18h05min
Protection des défenseurs des droits humains : Des réflexions pour une meilleure application de la loi

La Commission nationale des droits humains en collaboration avec la Coalition burkinabè des défenseurs des droits humains et le Service international pour les droits humains mènent des réflexions depuis pour la mise en œuvre de la loi portant protection des défenseurs des droits de l’homme. C’est à travers un atelier ouvert ce mardi 19 février 2019 à Ouagadougou. Au bout des deux jours de travaux, la trentaine de participants devra proposer un plan d’action pour une application de la loi 039/2017/AN au Burkina Faso.

De façon générale, les défenseurs des droits humains sont confrontés à de nombreux défis et paient même au prix de leur vie leur combat dans certains pays du monde, selon le Service international des droits humains. La loi portant sur la protection des défenseurs de droits de l’homme au Burkina Faso a été adoptée le 27 juin 2017. Face à des défis liés à son application, ses bénéficiaires veulent proposer un mécanisme pour sa mise en œuvre. Ces organisations de la société civile sonnent l’heure de la protection des défenseurs des droits de l’homme.

« En général la situation de la protection des défenseurs des droits de l’homme est acceptable au Burkina Faso grâce aux réformes qui ont été faites », a noté Florence Ouattara, coordonnatrice de la Coalition burkinabè des défenseurs des droits humains (CBDDH). Le défi sécuritaire lié au terrorisme freine toutefois l’élan.

La présente consultation entre acteurs du domaine s’appuiera sur l’expérience des pays comme la Côte d’Ivoire et ceux de l’Amérique latine, en l’adaptant au contexte burkinabè en vue de dégager un mécanisme « pour que plus jamais, les droits d’un défenseur des droits humains ne soient violés ». Pour la Coalition, « tout citoyen engagé dans la défense des droits humains doit être protégé ».

Quelques participants à l’atélier

Du contexte sécuritaire et de la question des groupes d’autodéfense

« Les activistes pour les droits de l’homme sont surtout menacés ou persécutés lorsqu’ils œuvrent dans le domaine de l’environnement et du terrorisme selon le régime politique du pays dans lequel ils travaillent », a expliqué Adelaïde Etong Kame, chargée de plaidoyer Afrique du Service international des droits humains. Le contexte sécuritaire marqué par les actes terroristes joue sur le dispositif de protection des droits humains.

Face à cela, « Il y a quelque chose à faire au niveau des groupes d’autodéfense car ils ont des pratiques qui sont aux antipodes de ce que nous souhaitons », a lancé Florence Ouattara. Avant de poursuivre : « L’Etat gagnerait à recentrer les actions des Koglweogo ».

A l’heure où certaines opinions relaient des cas présumés d’exécution sommaire faites par des éléments de l’armée dans certaines régions du Burkina, la CBDDH réagit. Pour elle, « les terroristes violent des droits humains et l’instinct de survie peut amener un militaire à tuer pour se maintenir en vie. Dans l’ordre normal des choses, nous souhaitons que toute personne qui est prise en violation des droits humains soit traduite en justice. Sur le terrain c’est différent mais il ne faut pas oublier que les forces de défenses ont payé un lourd tribut dans cette guerre ».

Notons que la loi 039/2017/AN portant protection des défenseurs des droits de l’homme concerne aussi bien les Burkinabè que les étrangers en activité sur le territoire national.

Mariam Ouédraogo (Stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Droits successoraux au Burkina : L’AJPO veut mettre fin aux spoliations des femmes
Bobo-Dioulasso : Les vendeurs de pièces détachées demandent la suppression de la Brigade mobile du commerce
Agence Générale de Recrutement de l’Etat : Des nouveaux directeurs officiellement installés dans leurs fonctions
Energie : La SONABEL tient ses 1ères journées portes ouvertes
Message de Mme le Ministre de la Santé à l’occasion, de la journée Mondiale de Lutte contre la Tuberculose (JMT) 2019
Radicalisation et extrémisme violent : Des jeunes de diverses confessions religieuses abordent la question
CASEM du ministère de l’Enseignement supérieur : Les participants militent pour la sécurisation des temples du savoir
Commune de Ouagadougou : Du matériel pour accroître l’offre de services en planification familiale
Logements sociaux : Des attributaires de Bassinko recoivent les clés de leurs maisons
Ganzourgou : Des infrastructures inaugurées au profit des producteurs de Salogo
Burkina : 676 000 personnes ont besoin d’une aide alimentaire entre juin et août 2019, selon la FAO
Recette de la semaine : Poulet au rabilé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés