Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ôter une mère à son fils, c’est lui ôter plus qu’on ne peut lui rendre.Jean-Jacques Rousseau» 

Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • Compte rendu • mardi 8 janvier 2019 à 19h52min
Compte rendu du Conseil extraordinaire  des ministres du mardi 08 janvier 2019

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mardi 08 janvier 2019, en séance extraordinaire, de 09 H 00 mn à 09 H 45 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres.

Il a délibéré sur un (01) rapport relatif à un projet de loi portant prorogation de l’état d’urgence au Burkina Faso.

L’état d’urgence a été déclaré par décret n°2018-1200/PRES du 31 décembre 2018 portant déclaration de l’état d’urgence dans quatorze (14) provinces du Burkina Faso.

La prorogation de l’état d’urgence au-delà de douze (12) jours, en application des dispositions de l’article 2 de la loi du 31 août 1959, ne peut être autorisée que par l’Assemblée nationale.

Le Conseil a marqué son accord pour la transmission dudit projet de loi à l’Assemblée nationale.

Le Ministre de la Communication et

des Relations avec le Parlement,

Porte-parole du gouvernement,

Rémis Fulgance DANDJINOU
Officier de l’ordre national

Vos commentaires

  • Le 8 janvier à 16:15, par Le combattant En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

    Le problème du pays n’est pas les interminables conseils des médiocres. Il seulement des hommes et femmes compétentes.
    Quand on regarde tout ceux sont autour de la table ce sont tous des cancres ils sont là juste pour voir comment voler l’argent du pays.

    Ils ne peuvent pas conduire un bon dossier.

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 17:01, par TIENFO En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

    L’Etat d’urgence a lui seul ne saurait résoudre le problème. Il est plus que temps que le président RMCK s’assume et qu’il prenne ses responsabilités au sérieux. Le mouta mouta ne saurait être la mode de gouvernance du pays

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 17:29, par tony En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

    Le pire c’est que les gens en viennent à regretter Blaise.
    Bonne chance

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 17:46, par Yamb-yelle Benewende En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

    Est-ce

    « » que ça vaut le coup de convoquer un conseil de ministre pour proroger l’état d’urgence ? La compétence et la volonté politique y manque dans ce Gouvernement, il faut des hommes forts pour ce pays. Je crois bien qu’un remaniement avec des hommes qu’il faut sont là pour remonter la machine du commandement dans chaque institutions afin de redonner espoir a la population car la peur, la désolation, la détresse et le découragement gagnent du terrain et nous en sommes beaucoup inquiet de l’avenir de notre pays.

    Répondre à ce message

    • Le 8 janvier à 22:21, par Celka En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

      Le Burkina a plus besoin d’institutions fortes, les hommes passent et aucun ne pourra outre passer les règles établies et chacun apportera sa contribution...

      Répondre à ce message

      • Le 9 janvier à 06:51, par Femme intègre En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

        Suis d’accord avec vous. A l’heure actuelle nous n’avons pas besoin d’hommes forts mais des institutions fortes avec des règles de conduite bien précises pour mettre en marche les mesures prises. Changer les hommes n’est plus la solution à l’heure actuelle. Je propose que le gouvernement appelle toutes les composantes de la vie de la nation autour d’une même table pour trancher le problème. Ceux qui ne répondront pas, nous saurons de qu’il ne sont contre leur propre pays.
        Si nous laissons perdurer le terrorisme c’est pas sûr que même Blaise Compaoré au retour à la présidence puisse contenir ce phénomène

        Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 19:32, par L’homme véridique En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

    Oui des hommes forts et surtout responsables qui savent discerner à des moments critiques que traverse la nation. Pour moi, les autorités ont mal communiqué par rapport à la façon de lutter contre le terrorisme et les conséquences nous les vivons à Yirgou depuis le 1er janvier 2019. Pour un problème sensible comme le terrorisme, les dirigeants devraient faire attention pour ne pas donner l’impression aux gens qu’ils peuvent faire agir comme ils veulent sous le couvert du terrorisme et il on passe. De cette façon, mon ennemi, mon concurrent, mon adversaire peut m’assassiner sous le couvert du terrorisme sans qu’on ne sache exactement ce qui s’est passé. Quelqu’un peut aussi me jeter à la vindicte populaire sous le couvert du terrorisme alors qu’il n’en est rien et justice ne sera jamais rendu. Ce que je suis entrain de dire sont des choses que nous vivons au Burkina présentement qu je vis moi-même présentement. Or ma conviction était qu’on avait changé d’époque depuis les 30 et 31 octobre 2014 où l’unité des burkinabè a permis d’éviter le tripatouillage de la constitution. Je parle en tant quelqu’un qui vit cette stigmatisation que les burkinabè ont trouvé maintenant pour se régler les comptes. Et si l’autorité qui devait intervenir pour mettre fin à ces dérives donne l’impression dans sa façon de communiquer qu’elle y trouve son compte, bonjour les dégâts. Dans ce cycle de vengeance, on court vers le chaos. J’ose espérer que Yirgou sera la dernière série d’acte de ce genre mais c’est à condition que l’autorité revoit sa copie en prenant ses responsabilités et en revoyant sa façon de communiquer sur le terrorisme. C’est l’occasion pour moi d’interpeler son excellence Monsieur Rock Marc Christian KABORE, Président de tous les Burkinabè et non des seuls militants du MPP de prendre ses responsabilités car c’est beaucoup plus du Burkina Faso dont il est question que du MPP. Je suis sûr que si les Burkinabè s’acceptent dans leur différence à l’image de ceux qui ont en charge leur destiné, ce qui est entrain de se passer va disparaitre. Donc Burkinabè de toute les couches, partis, ethnies, régions, acceptons-nous dans nos différences pour construire ce pays que nous avons le devoir de léguer aux générations futures dans la paix et le bonheur et non le malheur.

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 20:10, par Souleymane En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

    Pardon prenez nous au sérieux et éviter de vous réunir juste pour les perdiems merde

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 20:32, par Fils En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

    J’aime Rock, j’aime Tieba et son gouvernement. Faite comme moi et ils feront des miracles pour le développement du Faso sauf si vous avez un agenda caché.

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 20:55, par MOI MEME En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

    C’est quoi l’état d’urgences ? L’état d’urgence doit commencer d’abord dans les bureaux c.a.d arrêter la corruption avant d’aller sur le terrain.

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 21:30, par Yonaba hamidou En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

    Beaucoup de vautours et de vampires veulent le chaos pour esperer un comeback. Cela restera un reve de petits bourgeois affames. Les elections de 2020 nous departageront.

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 23:39, par KNZ En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

    Notre pays est déjà dépassé par les événements qui nous tombent dessus. Je ne suis pas sûr que l’Etat d’urgence va apporter un quelconque changement positif. La blessure est trop béante. Il faut vraiment de la volonté et une bonne vision. Et malheureusement les gouvernants qui sont là présentement ne sont pas à la hauteur. Ils ont déjà épuisé toutes les ressources qu’ils avaient. Qui pourra donc nous sauver. Dieu Tout-Puissant, aie pitié et viens au secours de ton peuple désespéré.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 07:23, par denis kabore En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

    pourkoi n pa atendr l conseil ordinair ?cè une formule pour atenir la janviose.ne crié pas demain pour dire k ya largen pour geré les arriéré d’avancema des uns et des autr.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 08:54, par caca En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

    L’état d’urgence certes, mais il faudrait que les notables peulhs de Djibo parlent à leurs enfants le sens du vivre ensemble. Malam Dicko le fondateur de Ansarul islam est bien un peulh de la région labas. Je voudrais éviter ce genre du débat, mais les réactions basées sur le déni de la réalité à Yirgou impose. Les gens mal intentionnés veulent profiter de la situation afin d’y mettre de l’huile dans le feu. Ils veulent porter la responsabilité du massacre de Yirgou dans la conscience collective mossi et accuser cette communauté de génocidaire. Il y a eu un massacre à l’extrême dans la communauté peulh à Yirgou suite à une agression sanglante qui a coûté la vie du chef de village et les membres de sa famille ainsi que les membres des kogle-wéogo. Il y a là une cause qui produit bien d’effet. Nous condamnons tous ce carnage et nous souhaitons cela soit la dernière fois. Cependant, il faut que Malam Dicko arrête d’utiliser ses cousins peulhs pour tuer les innocents mossi et leur alliés qui sont les peulhs. Sur ce point, il faudrait que les enquêtes dans l’état d’urgence amènent à identifier le réseau de Malam Dicko, sinon l’état d’urgence ne servira à rien.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 09:10, par leklo En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

    je veux juste un renseignement est ce qu’on a commencé l’arrestation des criminels sans foi ni loi : les kolgweogo qui ont massacré les peules ? IL semble que le président du faso à osé leur demandé pardon . maintenant le burkina à pris son passe port pour l’enfer et ROCH va répondre devant l’histoire

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 12:06, par le soucieux En réponse à : Compte rendu du Conseil extraordinaire des ministres du mardi 08 janvier 2019

    Suivez le regard de Caca. C’est une réalité qu’il avance, mais compte tenu de la sensibilité du sujet, les gens se réservent d’en parler. Ecoutez Mr LY sur BF1 et vous comprendrez que nous avons du temps pour comprendre nos frères peulhs. Mais ce n’est pas la faute de quelqu’un, le monde évolue et change (positivement et négativement), donc il faudrait que les peulhs aussi se conforment aux réalités. Mettez des psychologues dans le sahel pour aider mes frères peulhs à revoir autrement la société. Voyez comment l’état met tout son effort dans l’éducation mais rien. Un enseignant qui peut évoluer avec 3 ou 5 élèves jusqu’à la classe de CM2, c’est triste. Dans tous les cas la personne ressource de Mr LY dit que l’école du Blanc n’intéresse pas le sahel (le peulh). Nous allons faire comment ? Aidez l’état à trouver la bonne conduite svp.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés