Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Enseignement supérieur : L’université Ouaga II lance les activités des classes préparatoires d’entrée dans les grandes écoles

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Dimitri Ouédraogo • mardi 27 novembre 2018 à 20h20min
Enseignement supérieur : L’université Ouaga II lance les activités des classes préparatoires d’entrée dans les grandes écoles

L’université Ouaga II a procédé, ce mardi 27 novembre 2018, au lancement officiel des activités des classes préparatoires d’entrée dans les grandes écoles. Les classes préparatoires assurent une formation de haut niveau d’une durée de deux ans. Après, les étudiants peuvent intégrer de grandes écoles d’ingénieurs dans les secteurs de la science, de la technologie, de l’économie et de la finance. C’est le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation qui a présidé la cérémonie.

L’une des missions du ministère en charge de l’Enseignement supérieur est de mettre à la disposition du Burkina Faso des cadres de haut niveau. Ce qui permettra d’assurer efficacement le développement économique et social. Cependant, pour bon nombre d’activités, il est fait recours à des compétences étrangères. Cette situation se justifie par l’insuffisance de ressources humaines qualifiées. Pour pallier cette lacune, l’université Ouaga II a mis en place des classes préparatoires d’entrée dans les grandes écoles internationales. Le lancement officiel de la rentrée 2018-2019 est intervenu ce mardi 27 novembre 2018.

La formation est ouverte à tous les bacheliers des séries D, E, et C, selon le président de l’université Ouaga II, le Pr Adjima Thiombiano. Toutefois, note-t-il, les étudiants sont recrutés parmi les meilleurs. Ils sont soumis à un rythme intensif et rigoureux. Cela se justifie par la volonté de les préparer aux conditions d’études et d’évaluations des grandes écoles internationales.

Le personnel enseignant est aussi sélectionné sur toute l’étendue du territoire sur la base de leurs expériences par rapport aux classes préparatoires. Pour la présente rentrée, ils sont au nombre de 90 étudiants. Ils jouissent de bonnes conditions d’études. Ils sont tous boursiers et bénéficient chacun d’un ordinateur portable.

En plus de cela, les étudiants ont à leur disposition une cantine, une bibliothèque bien fournie, de bonnes salles de cours et des laboratoires biens équipés. Mais l’arbre ne devant pas cacher la forêt, le président de l’université a égrené quelques insuffisances. Il s’agit entre autres du manque de ressources financières, de la difficile insertion des élèves à l’issue de la 2e année de formation, de la difficulté d’hébergement des étudiants et de la faiblesse du partenariat avec les grandes écoles internationales.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maïga, s’est réjoui de cette initiative. Il a tenu donc à féliciter l’université Ouaga II et toute l’équipe des classes préparatoires d’entrée dans les grandes écoles. Il a rassuré que son département va soutenir les classes préparatoires. La cérémonie a pris fin par la visite des locaux par le ministre.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 novembre 2018 à 00:03, par Jerkilo En réponse à : Enseignement supérieur : L’université Ouaga II lance les activités des classes préparatoires d’entrée dans les grandes écoles

    Pourquoi devons-nous continuer à copier le système éducatif français qui est loin de montrer sa performance sur le plan international ?
    Il y a des pays américains, asiatiques, européens et même africains sans grandes écoles mais aux systèmes éducatifs performants. Néocolonialisme mental et intellectuel quand tu nous tient.
    Pourquoi ne pas renforcer les capacités intellectuelles, humaines et infrastructurelles des établissements existants dont certains font depuis des années de bons résultats aux examens scolaires (BEPC, Bac) ?
    Il y a de fortes chances que ce soit les enfants des bourgeois intellectualo-compradores qui vont se retrouver dans ces grandes écoles.

    Répondre à ce message

    • Le 28 novembre 2018 à 15:13, par Homme intègre En réponse à : Enseignement supérieur : L’université Ouaga II lance les activités des classes préparatoires d’entrée dans les grandes écoles

      Il est vrai que les pays que vous avez cité ont un système éducatif développé. Mais cela résulte du fait qu’ils ont les compétences et les moyens pour . Je pense que c’est l’acquisition de ces compétences et de ces moyens que le gouvernement Burkinabe vise à leur tour, mais tout a un début.... Nous n’avons pas les ressources pour former du personnel éducatif plusque qualifié sur le territoire.Le mieux que l’on puisse faire, n’est ce pas d’aider des jeunes à acquérir une excellente formation et à rentrer plus tard au pays, bien aguerris et prêts à assurer le développement du pays ? Ainsi, nous pourrons petit à petit développer notre système éducatif à l’exemple du Japon ou de la Chine, ce qui conduira inéluctablement au développement économique de notre chère patrie.
      En outre, ayant un neveu au sein des CPGE, je peux vous assurer que les jeunes sont choisis sur la base de leurs résultats et viennent de tous les horizons du Burkina Faso. Par cette initiative, je pense vraiment que les acteurs du système éducatif veulent donner une formation meritante pour les "grandes et jeunes têtes" de ce pays et non se remplir les poches. Quel que soit le rang social, une personne ayant les aptitudes sera reçue et sera assistée afin d’obtenir les aptitudes et le plus de chance d’intégrer une université de qualité . Je vous invite à passer au sein de l’établissement, ils y organisent des journées portes ouvertes, vous pourrez observer, comme je l’ai moi même fait, qu’est ce que le Burkina veut apporter à nos jeunes enfants.

      Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2018 à 11:31, par Hussein En réponse à : Enseignement supérieur : L’université Ouaga II lance les activités des classes préparatoires d’entrée dans les grandes écoles

    Il s’agit entre autres du manque de ressources financières, de la difficile insertion des élèves à l’issue de la 2e année de formation, de la difficulté d’hébergement des étudiants et de la faiblesse du partenariat avec les grandes écoles internationales. Gens incorrigibles, alors pourquoi vous orientez-vous à ce système de France, qui n’a aucune considération pour votre formation. Vous devez changer si vous ne voulez pas toujours paraître stupides, à force de vouloir tout calquer sans aucun effort personnel ni fantaisie !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 04:29, par Kinda oumar En réponse à : Enseignement supérieur : L’université Ouaga II lance les activités des classes préparatoires d’entrée dans les grandes écoles

    Salut svp il ya des divergence apropos de la rentree universitaire . svp quel est la date officielle de la rentré a l UNZ de koudougou ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Arrondissement n°9 de Ouaga : Abdoul Services offre une ambulance et des vivres
Femme et Foncier dans la région de l’Est : Le RESIANE milite pour l’accès sécurisé des femmes au foncier
21e édition de la Journée nationale du paysan : L’état des préparatifs jugé satisfaisant
Avis : Agnès, jeune ivoirienne, recherche son père burkinabè
CAMES : Accusés de manquements à l’éthique, des professeurs agrégés s’insurgent contre une « violation grave » de leurs droits
Union régionale des producteurs semenciers du centre sud (URPS/CS) : Une marche de protestation contre Adama Ouédraogo, ancien président de l’URPS/CS.
11-Décembre 2019 à Tenkodogo : Au moins 30 milliards de francs à investir
Sabou : L’école de Zamsin a tourné la page des classes sous paillotes
Réconciliation nationale : Le HCRUN et le gouvernement accordent leurs violons
1ère édition de la Semaine de l’entrepreneuriat Une plateforme pour se former, s’informer et se motiver à entreprendre
Concours de « promotion de la langue française et des langues nationales » : Les lauréats de la 20e édition reçoivent leurs prix
Situation sanitaire à Ouagadougou : SOS pour les enfants des quartiers non-lotis
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés