Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous voulez aller quelque part, il est bien de trouver quelqu’un qui est déjà allé. Robert Kiyosaki» 

TIC : un colloque de formation de formateurs sur la gouvernance de l’Internet

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • mercredi 29 août 2018 à 12h00min
TIC : un colloque de formation de formateurs sur la gouvernance de l’Internet

La 4e édition du séminaire de formation des formateurs sur la gouvernance de l’Internet et des systèmes d’information se déroule du 27 au 31 août 2018, à Ouagadougou. Ce séminaire, qui vise à créer une masse critique d’experts avertis des questions de gouvernance de l’Internet, est placé sous le patronage du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, et le parrainage du ministre du Développement de l’économie numérique et des Postes, Hadja Ouattara.

« Le numérique est arrivé très rapidement. Il change tous les secteurs de la vie tous les jours et avec des technologies sans cesse innovées, renouvelées ». C’est le constat fait par Pierre Ouédraogo, président par intérim de « Initiative TIC et citoyenneté (ITICC) », par ailleurs directeur général de « Technologie et services pour l’innovation (TSI) ».

Cette situation, à l’en croire, pose d’énormes défis aux pays francophones qui peinent à les relever facilement, en partie, à cause de la barrière de la langue. En effet, la plupart des contenus numériques sont en anglais.

C’est dans le but de permettre aux experts de s’approprier tous les concepts de la gouvernance de l’Internet dans leurs langues d’origine que l’ITICC a jugé nécessaire d’organiser ce séminaire de formation à leur endroit. Il réunit, six jours durant, des décideurs intervenant dans la formulation des politiques en matière de développement de l’économie numérique ainsi que des techniciens du domaine. Ces derniers sont appelés à répéter la formation dans leurs pays respectifs.

Les participants au séminaire bénéficient de l’expertise de sommités internationales venues de la France, d’Allemagne, du Rwanda, de la Tunisie et de la Côte d’Ivoire. Parmi elles, Pierre Bonis, directeur général de l’Association française pour le nommage internet en coopération ; Pr Zouari Belhassem de Sup-Com Tunisie, une grande figure au niveau de la cyber-sécurité et Serge Polisi de Rwandaonline.

« Nous avons commencé par des rappels historiques de comment l’Internet est arrivé ; comment il s’est développé. Par la suite, nous abordons les institutions spécialisées qui gouvernent actuellement l’Internet au niveau mondial, à savoir l’Internet society, l’Union internationale des télécommunications, le Registre régional africain (…). Ensuite, nous allons plus en profondeur au niveau national avec les noms des domaines qui sont basés sur les codes ISO des pays. Ici au Burkina Faso, c’est le .bf », a expliqué Pierre Ouédraogo.

Internet, une technologie qui se veut inclusive, ouverte et participative

Les « apprenants » seront également instruits sur la gestion des ressources critiques que sont les noms et les adresses ; parce que sur Internet, il faut une identité. Et tous les objets qui sont là, doivent avoir une adresse ; qu’elle soit par nom ou par numéro. Les questions de sécurité, notamment la cyber-sécurité, l’équilibre qu’il faut entre les libertés et la sécurité, les centres d’alerte, seront aussi abordés au cours de cette session de formation. De même que les aspects purement économiques.

Comment créer des environnements favorables à l’innovation et au développement de l’économie numérique ? Comment peut-on s’organiser au niveau national pour avoir une vision et comment la mettre en œuvre ? Ce sont autant de préoccupations que les formateurs vont essayer d’apporter des éléments d’éclairage. Lire la suite sur faso-tic.net

Vos commentaires

  • Le 29 août 2018 à 16:33, par Ablassé KABORE En réponse à : TIC : un colloque de formation de formateurs sur la gouvernance de l’Internet

    C’est une belle initiative parce que le numérique de nos jours est un véritable et incontournable levier de développement pour les autres secteurs surtout dans un pays comme le notre. Je suis pour une culture de l’internet, de son utilité et de ses opportunités. Le Burkinabé doit désormais arrêter de voir l’internet comme un passe temps, un loisir ou un lobby mais plutôt un outil de son développement.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre le terrorisme : Le gouvernement burkinabè à la recherche d’un gentlemen’s agreement avec les médias
Open data au Burkina Faso : Des acteurs peaufinent la stratégie d’ouverture des données
Raamdé : Un journal en ligne pour les moréphones
Jusqu’au 15 février 2019, inscrivez vos numéros dans l’édition 2019 de l’annuaire téléphonique officiel du Burkina Faso
Journée mondiale de la radio : Le message du ministre de la Communication
Télévision et réseaux sociaux : Des journalistes renforcent leurs compétences
Fonds d’Appui à la Presse Privée : Avis aux bénéficiaires de la subvention
Téléphonie mobile : 2G, 3G, 4G explications avec un spécialiste
TIC : Des élèves éduqués à l’utilisation saine et responsable du numérique
Réseau d’initiative des journalistes : Un nouveau bureau pour relever les défis
Conseil supérieur de la communication (CSC) : Les conseillers présentent leurs vœux au monde des médias et de la communication
Journée internationale de la protection des données : La CIL sensibilise à Loumbila
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés