Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

LEFASO.NET | Oumar L. OUEDRAOGO • mercredi 1er août 2018 à 01h14min

24 heures après l’adoption du nouveau code électoral, les députés de l’opposition parlementaire ont donné de la voix ce mardi, 31 juillet 2018, pour justifier leur position de rejet de ce nouvel instrument . C’était par une conférence de presse animée au siège du Chef de file de l’opposition politique à laquelle ont assisté les responsables de parti politique, accompagnés de plusieurs militants.

Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

C’est dans ce décor aux allures d’assemblée générale, que le député François Bacyé du groupe parlementaire Paix, justice et réconciliation nationale (PJRN), a livré le contenu de la déclaration conjointe. Selon les conférenciers, cette sortie se veut une sorte de devoir de redevabilité du groupe parlementaire de l’opposition sur son refus de donner quitus au tripatouillage à travers ce code électoral « qui exclut, de facto, un bon nombre de Burkinabè des consultations électorales à venir, notamment ceux de la diaspora ».

Ces groupes parlementaires ont d’abord mis en exergue l’enjeu du code électoral, en indiquant que les élections sont source de stabilité, si elles sont organisées dans la transparence et l’équité, mais aussi source d’instabilité. « C’est pourquoi, le Code électoral, qui contient les règles qui les gouvernent, doit faire l’objet d’un consensus des électeurs, des acteurs politiques.

Ainsi, dès le début des débats sur la question, les députés de l’opposition, soucieux du renforcement de la gouvernance, ont entamé des réflexions et des actions pour aboutir à un code électoral consensuel. Des propositions concrètes ont été faites, d’une part au Chef de l’Etat par le CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso) et, d’autre part au Président de l’Assemblée nationale et à la Commission des Affaires générales Institutionnelles et des Droits humains de l’Assemblée nationale », ont-ils présenté.

Les députés de l’opposition qui disent constater le refus de la majorité de prendre en compte leurs observations, ont donc décidé de ne pas prendre part au vote de cette loi qui divise la classe politique. Cependant, relèvent-ils, l’opposition parlementaire a fait prévaloir ses arguments en prenant part à l’ensemble des débats et au processus d’examen dans les commissions. Contrariant ainsi cette opinion qui la taxe d’avoir joué à la « politique de la chaise vide ».

Les conférenciers ont rappelé que le vote des Burkinabè de l’étranger s’appuie sur le besoin de rétablir la justice sociale entre les citoyens burkinabè résidant au Burkina et les non-résidents (article 1er de la Constitution qui dispose que tous les Burkinabè naissent libres et égaux).

« Lorsqu’on a analysé le projet de loi qui nous avait été soumis, nous y avons décelé des motifs d’inquiétude, voire une régression démocratique par rapport à la volonté politique de faire participer les Burkinabè de l‘extérieur aux scrutins à venir », ont-ils souligné, rappelant que le processus de la participation des Burkinabè de la diaspora aux élections a été lancé depuis 2009.
« Ce vote devrait être effectif depuis 2015 avec les documents de votation suivants : la CNIB, le passeport et la carte consulaire. C’est dire que même le Conseil national de la transition, assemblée par essence consensuelle, avait maintenu ce document de votation », ont soutenu, François Bacyé et ses confrères.

L’opposition parlementaire fait ressortir que le président du Faso a pris un « engagement fort » vis-à-vis des Burkinabè de l’étranger quant à leur participation effective à la vie politique de leur pays par l’opérationnalisation de leur vote en 2020. « Il ne manque aucune occasion pour rappeler et réaffirmer cet engagement. C’est dans ce sens que le Chef de file de l’opposition et la majorité présidentielle ont été invités à faire des propositions.
Les propositions de l’opposition politique ont été envoyées au Chef de l’Etat par courrier des 28 et 29 mai 2018 », reconstituent les responsables des groupes parlementaires pour qui, il existe donc une volonté de réduire la participation effective des Burkinabè de l’étranger.

Ils décèlent des insuffisances dans le code électoral révisé et les points de divergence avec la majorité portent sur les documents requis pour le vote. En effet, selon les nouvelles dispositions, seuls les détenteurs de la Carte nationale d’identité burkinabè (CNIB) ou du passeport burkinabè pourront prendre part aux échéances électorales à venir.
La carte consulaire, qui figurait dans les précédentes dispositions, ne fait plus partie des pièces exigibles. « Cette carte (consulaire) est un document administratif délivré par des mandataires attitrés du gouvernement du Burkina Faso », brandissent les conférenciers.

Pour ces élus de l’opposition, ce ne sont pas les citoyens qui sont responsables « de la fiabilité » de la carte consulaire ; il ne leur appartient donc pas d’assumer les conséquences. « L’autre danger qu’induit une telle mention, c’est qu’on expose nos compatriotes vivant à l’extérieur à des difficultés.
En effet, quels sont désormais les droits attachés à l’utilisation de la carte consulaire ? Au cours des contrôles de police, le détenteur de la carte consulaire peut-il continuer à l’exhiber pour justifier son identité et quelle valeur les agents chargés des contrôles de police vont-ils attacher à ce document, si notre gouvernement doute de sa fiabilité. (…).

A la rencontre trimestrielle entre ambassadeurs, consuls généraux et consuls honoraires du 20 octobre 2017, tenue à Abidjan, l’ambassadeur Mahamadou Zongo a affirmé que la carte consulaire est biométrique et sécurisée et au verso de la carte consulaire, il est clairement mentionné qu’elle tient lieu de CNIB.
C’est pourquoi, nous sommes ahuris de voir apparaître noir sur blanc dans l’exposé des motifs de ce projet de loi, je cite : ‘’A ces préoccupations s’ajoute la diversité des documents d’identification des électeurs dont la question de fiabilité s’accentue avec la perspective du vote des Burkinabè de l’extérieur ’’ », argue l’opposition parlementaire.

Vue d’une partie des présidents de parti politique avec de droite à gauche De Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement, Pr Mahamoudou Dicko de la NAFA, Me Gilbert Noël Ouédraogo de l’ADFRDA, Zéphirin Diabré de l’UPC (par

Le deuxième point d’achoppement entre l’opposition et la majorité réside aux lieux d’installation des bureaux de vote. Selon le nouveau code électoral, les opérations de vote se dérouleront uniquement dans les Ambassades et les Consulats. Les conférenciers estiment qu’en considérant le potentiel du corps électoral dans certaines contrées, il y a lieu d’être inquiet quant à la capacité des représentations diplomatiques et consulaires dans ces pays de pouvoir les recevoir dans leurs locaux.

Du côté de la zone du bois (quartier où se situe le siège institutionnel de l’opposition), l’on dit cerner la logique ces derniers temps ; de la loi PPP (Partenariat public-privé) à l’adoption du nouveau code électoral, en passant par la nomination du conseiller spécial du président du Faso à la tête du Conseil supérieur de la communication (CSC), l’intention du pouvoir est de pouvoir contrôler les opérations électorales, convainc-t-on.

‘’ L’opposition a fait preuve de patience ’’

Le député Juliette Bonkoungou note d’abord que la loi fondamentale donne à tous les citoyens burkinabè, le droit d’être électeur et d’être éligible avant de faire observer que le nouveau code est un obstacle à cette prescription expresse de la Constitution.
C’est pourquoi, à son avis, il est important que l’opposition joue son rôle de contrôle, de gardien de la légalité et de la démocratie au Burkina, en élevant sa voix, chaque fois qu’on contrevient à cette disposition. Il appartient, poursuit-elle, au gouvernement, au-delà de toutes explications, de se donner les moyens d’appliquer les prescriptions de la Constitution.

« Le président du Faso a, lorsqu’il a prêté serment, juré de rester et de faire respecter la Constitution », ravive Juliette Bonkoungou avant de confier que l’opposition a, en ce qui concerne le gouvernement, fait preuve de patience, dans sa volonté de préserver la paix et la stabilité du pays et de rechercher le consensus à tout moment.

« Mais, si nous sommes seuls à rechercher le consensus et autre, nous nous réserverons le droit d’entamer également d’autres actions, que nous pouvons choisir de ne pas vous révéler ce matin », averti l’ancien ambassadeur du Burkina au Canada.

Sur la question de la carte consulaire biométrique, député Moussa Zerbo révèle sous un ton de révolte : « lors de l’audition du gouvernement, où j’étais, le ministre (de l’administration territoriale, ndlr) a dit devant la commission que la biométrie ne souffrait d’aucune anomalie. C’est dire quoi ? Que personne ne peut avoir deux identités ; c’est ce que la biométrie voudrait dire.
Et on lui a retourné la question, si aujourd’hui la carte biométrique consulaire est remise en cause, cela veut dire que c‘est la biométrie elle-même qui est en cause, et par ricochet, …notre CNIB. Nous, ça nous inquiète. Il a dit qu’il était prêt même à mettre sa main au feu, pour dire que personne ne pouvait posséder deux pièces. Cela veut dire que même si vous égarez votre pièce, CNIB, dès que vous en faites une autre carte, l’autre est automatiquement désactivée. Donc, c’est le même principe pour la carte consulaire biométrique.

Mieux, il est inscrit au verso de cette pièce qu’elle tient lieu de CNIB pour les Burkinabè en Côte d’Ivoire. ‘’Tenir lieu de CNIB’’ veut dire que c’est leur CNIB. A partir de cet instant, nous ne voyons pas en quoi cette pièce-là peut constituer un danger pour eux. Ce qu’on est habitué à voir sous d’autres tropiques, ce sont les partis de l’opposition qui craignent et crient aux fraudes, mais aujourd’hui, c’est le contraire, c’est le pouvoir en place qui a peur. Qu’est-ce qu’il nous cache ? Qu’il ait le courage de nous le dire ! ».

Pour lui, cette nouvelle loi est un danger. « Si aujourd’hui, nos autorités remettent en cause la fiabilité de la CNIB, pour des besoins (j’allais dire) politiciens et des buts électoralistes, qu’est-ce qui va advenir après les élections ? En 2017, l’ambassadeur a réuni tous les consuls en Côte d’Ivoire et ils ont fait un écrit pour dire, n’est reconnu en Côte d’Ivoire comme pièce pour les Burkinabè, que la carte consulaire biométrique. Et c’est avec cette pièce-là que nos compatriotes exercent tous leurs droits en Côte d’Ivoire.

Mais, aujourd’hui, si vous voulez remettre cette pièce en cause, après les élections, qu’est-ce qui va arriver ? Est-ce qu’on n’expose pas nos compatriotes ? Votre propre pays, qui a remis ces pièces, les remet en doute. Nous pensons que ce n’est pas du tout responsable de la part de ce pouvoir de procéder de la sorte », a présenté député Zerbo avant d’inviter à ne pas mélanger la CENI (Commission électorale nationale indépendante) « dans cette affaire ».

A en croire l’élu, la CENI a proposé trois pièces, la CNIB, le passeport et la carte consulaire biométrique. « C’est le gouvernement qui a, de manière unilatérale, et après différentes concertations avec les présidents de parti qui sont-là, décidé d’exclure la carte consulaire, tout en sachant bien que nos compatriotes ne peuvent pas avoir d’autres pièces.
Vous allez en Côte d’Ivoire avec votre CNIB, c’est nul et caduc ; vous ne pouvez mener aucune opération avec la CNIB. Même acheter une simple puce. Donc, pourquoi mettre nos compatriotes en danger ? Nous pensons qu’ici, il y a une volonté manifeste d’exclure nos compatriotes de la diaspora. Ils savent pertinemment que, 2020, ils ne passeront pas. Il n’y a pas de chemin pour eux », martèle Moussa Zerbo.

« Ce sont les autorités burkinabè qui ont dit que la carte consulaire biométrique a la même valeur que la CNIB »

« Hier (31 juillet, lors de la plénière, ndlr), le ministre, devant nous, a reçu cette question de ma part, à laquelle il n’a pas répondu : qu’est-ce qui identifie un Burkinabè de l’extérieur ? Si nous nous rencontrons et que vous voulez me montrez que vous vivez à l’extérieur, c’est votre carte d’identité consulaire ! Bien sûr, le ministre n’a pas répondu.
Donc, je n’en rajouterai pas plus ; parce que de toute façon, il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir et plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Ils ont une stratégie par cercle concentré, que nous avons bien comprise. Le premier cercle, c’est étouffer l’enrôlement des Burkinabè de l’extérieur à travers cette suppression de la carte consulaire (parce que dans la loi qu’on vient de modifier, elle existait comme pièce d’enrôlement).

Deuxième cercle concentrique (c’est, quand bien même, par surprise), ils constateront que beaucoup se sont enrôlés, on va les empêcher de voter, en les obligeant à se déplacer pour venir dans les enceintes des Ambassades et Consulats. Je vous donne un exemple, je me suis permis de faire le calcul, vous pouvez vérifier : ne serait-ce que 25 000 inscrits dans un Consulat ou dans une Ambassade, si chaque électeur prend trois minutes pour voter, vous avez 104 heures pour les faire voter. Et ici, nous avons douze heures ; de 6 heures à 18 heures. Voici le deuxième cercle concentrique pour étouffer le vote des Burkinabè de l’extérieur », démontre député Yaya Zoungrana.

Le porte-parole de l’opposition politique burkinabè, Zéphirin Diabré, lui, est revenu sur les péripéties des concertations initiées par le président du Faso avec son institution. ‘’Je m’inscris en faux ; jamais, sur ces questions, il y a eu consensus. Et la dernière fois, nous nous sommes séparés en queue de poisson, en restant ferme sur notre position… », a relaté M. Diabré.

Le porte-parole de l’opposition, Zéphirin Diabré, tout en s’abstenant de dévoiler les stratégies, annonce que des actions seront entreprises contre ce nouveau code électoral.

A en croire le chef de file, un autre grief réside dans le nouveau système d’enrôlement. « Jusque-là, quand l’élection s’approche, la CENI déploie des gens dans les secteurs et villages et les électeurs partent avec leur pièce et se font enrôler et leur remet leur carte d’électeur. (…). Figurez-vous que le gouvernement veut supprimer cette manière de faire (supprimer les cartes d’électeur). Il dit que pour les jeunes qui auront 18 ans, il n’y aura plus de carte d’électeur.
Il dit qu’à l’ONI (Office national d’identification, ndlr), il y a un ficher et quand vous partez faire votre CNIB, votre nom est là-bas avec votre contact téléphonique. Donc, c’est l’ONI qui va donner chaque année à la CENI, les nom, prénom et contact des gens qui ont 18 ans et qui peuvent voter.

La CENI va maintenant envoyer un sms à ces gens pour demander s’ils veulent voter. Si la personne répond par oui, en ce moment, on envoie un papier pour lui dire où elle doit voter. Ça, c’est dangereux… », expose en termes simples, Zéphirin Diabré, invitant chacun à imaginer les risques de fraudes avec cette démarche. « C’est la fraude informatique qu’ils sont en train de vouloir nous proposer et ça ne passera pas », s’engage-t-il.

Un autre leader de parti, Gilbert Noël Ouédraogo, ADF/RDA explique les tralalas auxquels sont désormais soumis les Burkinabè de la diaspora avec cette nouvelle loi. « Ce sont les autorités burkinabè qui ont dit que la carte consulaire biométrique a la même valeur que la CNIB. (…). Dans le nouveau code, par rapport à la plateforme, il y a une nouvelle disposition qu’on ajoute et qui dit que ceux qui ont eu leur carte d’électeur, en dehors du passeport et la CNIB, pourraient la conserver.

Ça veut dire qu’il y a des gens qui se sont inscrits au moment où nous avions les douze pièces, ils se sont inscrits par exemple avec l’extrait de naissance, et qui pourront continuer de voter avec leur carte d’électeur (obtenue sur la base de ce document), pendant qu’aux Burkinabè de l’étranger, on leur refuse la carte consulaire biométrique. Ce qui veut dire qu’on est en train d’organiser une fraude claire et nette, et l’opposition ne va pas accepter », ajoute l’avocat, Gilbert Noël Ouédraogo. Pour l’opposition parlementaire, avec ce code, c’est la vie des Burkinabè qui est en danger.
Pour rappel, le nouveau code électoral a été adopté, le lundi, 30 juillet 2018, sans les élus de l’opposition qui ont, eux, quitté l’hémicycle.

Oumar L. Ouédraogo
(oumarpro226@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 1er août à 03:49, par Tomo En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Un faux débat ! Tu es burkinabé, un vrai burkinabè qui est fier de l’être, tu devrais avoir une cnib. Je comprends maintenant que les politiciens sont là pour leurs propres intérêts. Tous les camps politiques devraient voter cette loi ! Hélas

    Répondre à ce message

    • Le 1er août à 13:09, par Franck En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      je ne suis pas politique, mais je ne peux pas imaginer qu’un burkinabé ne veut faire ni la CNIB ni le passeport burkinabé. Ou bien certains pensent que détenir une carte consulaire donne plus de prestige ? Au delà du problème du vote, comment on peut être à l’étranger sans aucun de ces deux documents ?

      Répondre à ce message

    • Le 1er août à 14:31, par Decu En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Pour avoir ma CNI j’ai du faire le voyage au pays.
      Certain envoient leur papiers aux parents resté au pays mais je ne suis pas sure que cela marche du aux mesures biométriques nécessaires pour l’établissement de la CNI.
      Quand vous passez par l’ambassade pour votre CNI c’est peine perdu.
      Certains compatriotes ne peuvent pas retourner au pays pour la CNI soit par manque de moyen ou tout simplement parce qu’il n’ont pas la légalité pour revenir dans le pays qui les hébergent (mias contribuent tout de meme a l’économie du burkina en transférant de l’argent aux parents). Il n’en demeure pas moins que ce soient de vrais burkinabé.
      Par definition un Ambassadeur est le représentant special de president dans un pays donné. C’est a croire que Le president Rock ne fais pas confiance a ses propres ambassadeurs de peurs qu’ils délivrent les cartes consulaires frauduleux. De plus la carte consulaire porte la mention disant qu’ une elle sert de CNI. Allez y comprendre.
      Dans des pays grands comme le Canada ou les USA faire déplacer les électeurs juste a l’ambassade ou leur sa representation (soit lieux de vote) est complètement ridicule tout le monde ne peux se déplacer dans la capital. Un moyen d’empêcher le votre de la diaspo. Mais bon ! Allons seulement...

      Répondre à ce message

    • Le 1er août à 15:28, par Yves En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Tomo ; renseigne avant de parler, un Burkina né à l’étranger n’a pas besoin de la CNIB, il lui simplement la carte consulaire établie à l’ambassade du BF dans le pays oû il réside. Et puis la CNIB n’a pas de valeur à l’extérieur du BF.

      Répondre à ce message

  • Le 1er août à 04:37, par Bob En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Il est évident que le CFOP, président de l"UPC s’est laissé embarquer par le CDP dans une bagarre impopulaire qui lui coûtera définitivement sa crédibilité. Le ’’burkinabe’’ qui fait de la carte consulaire un rempart, doit savoir qu’il induit un doute au niveau des autres compatriotes quant à sa capacité à démontrer sa nationalite burkinabé. Pourquoi personne ne parle de l’utilisation du passeport diplomatique comme pièce de votation ? Ne permet il pas de traverser les continents dans tous les sens et en tout sécurité ? Mais sont ce le Ministère des Affaires étrangères et ses démembrement qui ont le rôle de déterminer qui est burkinabe et qui ne l’est pas à travers la délivrance de cartes consulaires et passeports diplomatiques ?
    Quand on voit à quelle vitesse le Président d’honneur du CDP et son frère ont pris la nationalité ivoirienne et que malgré tout, c’est chez eux que les ténors de ce parti vont prendre conseils, il faut être sur la réserve. À ces gens là, il ne coûte rien de brader notre identité burkinabe, et c’est cela l’enjeu.
    Ce qui est sûr et certain, la politique politicienne ne peut que vous entraîner dans la versatilité et cela n’est pas digne d’un homme de principe et de parole.
    Nous observons les manèges des politiciens et savons maintenant lire dans leurs mots et comportements, avec perspicacité.
    Dans cette bataille, l’UPC sortira grande perdante, son Président ayant vendu son ame à vil prix. Il n’est même plus sur de compter parmi les 3 baobabs qui émergeront en 2020. Mieux qu’il se prépare des maintenant à se fondre dans le CDP........

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 05:13, par anj En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    les enfants pleurnichards:je suis de la diaspora et je crois que pour voter il faut être Burkinabé.Je n’ai jamais cherche a avoir une carte consulaire mon passport demontre de ma nationalité alors cessons de nous lamenter pour cette histoire.soyons honnête et ne chercher pas a toujours boxer en bas de la ceinture.
    A l’opposition vous êtes entrain de perdre la bagarre faites garde.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 05:43, par papa En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Franchement l´opposition exagere et a la limite ca devient enervant leur attitude. Pourquoi l´opposition joue a l´avocat des Burkinabe de l´exterieur ? Les Burkinabe de l´exterieur appartiennent-ils seulement a l´opposition pour qu´elle se donne une telle agitation. La mesure qui consiste a faire voter les Burkinabe avec le PASSPORT ou la CNIB incombe tous ceux de l´exterieur que de l´interieur car nous naissons tous libre et egaux. donc ou est le probleme qui suscite un tel afollement chez l´opposition. La rage de l´opposition contre la loi votee´ par l´assemblee nationale est suspecte ce qui laisse imaginer que l´opposition preparait quelque chose de louche . Aucune delegation des Burkinabe de l´exterieur n´est venue au Faso pour se plaindre alors pourquoi l´opposition joue t-elle a l´avocat.Msr de l´opposition les Burkinabe de l´exterieur ne sont pas vos proprietes´ privees exclusives pour que vous vous donniez un tel spectacle, vos menaces de prendre des actions contre cette loi ne sont que du petard mouille´ car personne ne vous suivra,sauf vos differentes familles. Faites ce que bon vous semble la loi est dejas votee et on ne reviendra plus en arriere . Vous achetez une bagarre qui ne vous appartient pas car nous tous avons des parents a l´exterieur et pourquoi cette agitation , Mr Diabre ait un peu de retenue car a cette allure il te sera tres difficile d´acceder a KOSYAM .

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 05:54, par Yao kra En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Ah vous les burkinabé,on ne vous comprend plus.Qu’est ce que vous voulez,on ne sait même plus.tantôt ceci tantôt celà,on dirait c’est seulement au Burkina qu’il y a opposition et quelle genre d’opposition même ?des opportunistes si on veut vraiment voir.
    Vous êtes tout le temps entrain de mettre la haine entre votre gouvernement et le reste de la population.si les burkinabé de l’étranger ne votent pas ou ne votent pas en 2020,en quoi leur vie est danger ?ils n’ont jamais voté et leur vie n’a jamais été en danger et c’est au moment votre pays est entrain de sortir d’une crise avec de nombreuses attaques terroristes et la famine qui sévit actuellement que vous vouliez dépenser de l’argent pour ce truc qui n’aura aucun bénéfice ni pour votre pays,ni pour la population locale qui a plus besoin d’aides(sécuritaire,alimentaires...)
    laissez tomber les intérêts personnels et pensez un peu à l’avenir de votre pays,de votre population qui souffre.quand vous serez au pouvoir,ça sera pire car tout ce que vous faites montre que c’est le pouvoir qui vous intéresse coûte que coûte et non votre patrie !sinon,pourquoi vous êtes toujours entrain de créer la division et la haine entre une partie de votre population et votre gouvernement ?juste pour pouvoir être à cette place et rien d’autre.
    Je sais que beaucoup vont m’insulter parce qu’ils dirons que cela ne me regarde pas mais je vais toujours parler parce que j’ai vécu un peu dans ce pays que j’ai aimé,j’ai des amis là bas,j’y retourne chaque fois que l’occasion se présente et donc,je me sens concerné et en plus c’est un pays frère et un pays africain.

    Répondre à ce message

    • Le 1er août à 10:09, par Le Zongale En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Monsieur YAO Kra, vous n’avez fait que dire la vérité. Ceux qui vous insulteront seront ceux-là qui ne veulent entendre la vérité.

      Répondre à ce message

    • Le 1er août à 11:37, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      moi je ne dirai jamais que cela ne te regarde pas car la Cote d Ivoire et le Burkina sont indéniablement liés par l histoire ,la géographie et bien plus encore !je dirai que votre regard est biaisé par l excentricité de votre point d observation et la part infime en tout cas moindre des conséquences de la mauvaise gouvernance du Burkina que vous ivoirien pourriez subir !c est pourquoi j estime cette mise au point nécessaire pour vous ,même si cela se révélera être une répétition :
      les dirigeants actuels du Burkina sont ténors d hier du régime déchu et ce sont crée beaucoup d ennemies en emprisonnant systématiquement leurs frères et bons élèves dans les mauvaises pratiques d hier envenimant ainsi leur inimitié !il est donc logique et humain qu il aient une crainte morbide d une perte du pouvoir synonyme selon eux de prison !pour eux c est la patrie ou la mort et dans cette paranoïa ,aucun moyen ;aucune manoevre n est de trop !l opposition qui contient les sous chef ou les moins venimeux du régime déchu d hier le sait et son instinct de vengeance ajoute a la tension du climat !il est vrai que l autre aile de l opposition peut apaiser ce climat en rassurant les dirigeants actuels qu il n y aura pas de chasse aux sorcières mais ce ne sera pas facile et de toute façon ce n est pas encore fait !si on ajoute a cela la frustration légitime du chef historique de l insurrection a qui on a arraché presque le pain de la bouche en usant de corruption avec des fonds détournés on comprendra pourquoi aucun camp ne se laissera faire !or le demi point qui te fait échouer n est donc plus petit et la diaspora mème infime peut inverser la tendance de cet enjeu qui est de taille pour chacun des deux camps ! alors cher IVOIRIEN je terminerai par cette rime en disant que L étranger a de gros yeux mais il ne VOIT RIEN et que pour défendre une cause il y a beaucoup d avocat mais peu de martyrs !

      Répondre à ce message

    • Le 1er août à 13:04, par Goomsida En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      A moi d’ajouter que l’opposition a meme mentionnner qu’il faut le cnib pour faire la carte consulaire, que je paraphrase "il est clairement mentionné qu’elle tient lieu de CNIB" sur le recto de la carte consulaire, donc mathematiquement il n y a pas probleme. Si tu as le CNIB pour etablir une carte consulaire alors utilise ton CNIB pour voter, c’est tout simple.

      Opposition, il ne faut pas opposer pour opposer.

      Répondre à ce message

  • Le 1er août à 06:11, par Mafoi En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Dommage que j’ai pas le temps pour démonter 1 à 1 les nombreuses incohérences des dirigeants de cette opposition mais je note dans leur exposé que CI apparaît plus que BF.Ce qui signifie que ce qui intéresse ces sinistres,ce sont leur propre intérêt et non celui de la population.Alors venir affirmer pathétiquement que la vie des Burkinabè est en danger est une vaste fumisterie.Politiciens de merde,vous nous emmerdez

    Répondre à ce message

    • Le 1er août à 11:51, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Avez vous déjà entendu parler DE LA MAIN INVISIBLE D ADAM SMITH ?si non courrez au net et répondez oui quand mème !
      si cela est fait faites l effort de comprendre que si la poursuite des intérêts propres des opposants ,qui ne sont pas encore en prison, se fait dans la légalité peu importe leur égoïsme il concourent au bien commun !

      Répondre à ce message

      • Le 1er août à 13:32, par Mafoi En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

        Pourquoi donc utiliser de gros mots creux du genre "la vie des Burkinabè est en danger" si le camp d’en face à savoir le gouvernement vise lui aussi ses intérêts personnels et partant du raisonnement de ton Adam Smith le couronnement du bien des burkinabè ?Conclusion,à choisir entre les 2 camps,je préfère la posture de nos dirigeants actuels qui n’usent et n’abusent pas pas de ces gros mots fumeux pour faire peur à la population pour une simple histoire de vote qui n’a jamais mobilisé plus de 35% des Burkinabè et c’est pas cette diaspora qui fera mentir les chiffres en 2020 à moins de faire voter de faux Burkinabè,ce qui du reste,est bien l’agenda caché de cette opposition va-t-en-guerre

        Répondre à ce message

  • Le 1er août à 06:25, par Abcd En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    lol. In dit d’avoir une CNIB où un passeport pour voter et toi tu di que la vie des burkinabé est en danger . Il faut dire que c’est ton pain qui est en danger oui.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 06:33, par LE VILAIN En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Effectivement le Président Blaise COMPAORE avait prévu le vote des burkinabè de l’extérieur en 2015 et c’était un acquis total en plus les burkinabè de l’extérieur devraient utiliser la carte consulaire comme pièce pour se faire enrôler sur la liste électorale et cette même pièce qu’il faudra utiliser le jour de vote pour les pays ou nous avons des cartes consulaires. En ce qui concerne les autres pays ou nous n’avons pas les cartes consulaires, le burkinabè qui y réside dans ces pays devrait utiliser soit sa CNIB ou son passeport. En réalité nous sommes dans un Etat où les gens ne cherchent pas à réfléchir et veulent nous guider ; alors je pleure ceux aussi qui cherchent les poux sur les crânes rasées en disant non dans les autres pays où vivent nos compatriotes et il n y a pas de la carte consulaire que nous allons les brimer mon oeil. Le cas du Gabon et la Côte d’Ivoire où la carte consulaire est établie, il faudrait savoir que nos compatriotes qui y résident ont accordé la confiance à leur nation en disant que c’est une carte au nom de notre pays établie par nos autorités compétentes parce que ce sont nos autorités qui signent la carte consulaire alors ils se donnent à cette carte au détriment de la CNIB. Pardon ou se trouve le problème nos politi mangeurs ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 07:05, par ollo En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Et si le vrai problème du Burkina était cette race de politiciens-là ?!?!?! Comment et pourquoi cette histoire de vote des burkinabè à l’étranger et de cartes consulaires est-elle devenue une question de vie ou de mort ?!?!?!

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 07:16, par Ka En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Messieurs les députés revanchards : La fierté d’un pays est d’avoir fait des élections crédibles et transparentes. Et en 2015 Le CNT de son excellence Michel Kafando nous a donné sur un plateau, cette élection crédible et transparente pour enraciner l’alternance politique de notre pays voulu par le peuple le 31 Octobre 2014 en vous chassant du pouvoir par un soulèvement populaire. Et pour que cette alternance politique soit consolider, la majorité actuelle a fait un bon choix en suppriment le vote de la diaspora avec une carte consulaire non fiable a tous les points.

    Je vois que le réveille d’un président au moteur de diesel vous fait très mal ! Et moi qui fait parmi les déçus de ce régime, par ce qu’il n’a pas repris le travail de titan laissé par le CNT, je le dit Bravo pour avoir vu le danger en supprimant la carte Consulaire pour le vote de la Diaspora. Et pour que l’alternance politique voulu par le peuple sans vous autres députés au long bec qui ne pensent qu’à vos gosier, le président du Faso doit faire ce qui est bien pour le pays sans tenir compte des états d’âme des uns et des autres. Seules comptent la paix et la stabilité pour aller vers le progrès, des vœux qu’il a souhaité depuis son accession à la magistrature suprême.

    Bien-sûr, il y a des opposants obtus et sans imaginations qui souhaitent que ne rien ne change, que les choses restent en l’état pour servir leurs sales desseins dans la conquête du pouvoir : Et donc notre constitution doit-être débarrassée de tout ce qui la rend impropre notamment ses germes conflictuels (d’une carte consulaire empoisonnée et autres.) L’opposition qui n’a que le nom et pas l’esprit ne propose aucune solution alternative crédible, si ce n’est des raccourcis identitaires qui forcement réveilleront plus tard les vieux démons qui vont emporter notre pays dans un chaos totale.

    Oui le régime mouta mouta à permi aux opposants revanchards de jouir des droits de la démocratie, une chose normal pour un pays qui veut avancer, mais ce pouvoir ne doit pas céder aucunement à cette pression de ces députés malsains qui prépare le lit de la chienlit en 2020. Sans la suppression de la carte Consulaire pour les votes de la diaspora, ces députés malsains du CFOP pensaient mettre la majorité dans le trou, et qui sera le recul de notre démocratie. Heureusement, quand le peuple Burkinabé dit que ça ne se fait pas, ça ne se fait pas. Allez-vous faire voir, car le Burkina veut avancer dans la transparence, et ce pays n’est pas en danger. Vous seuls êtes le danger pour le pays que nous aimons tous.

    Répondre à ce message

    • Le 1er août à 08:27, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      - On ami KA, je suis ua regret de te contredire pour une des rares fois et tu vas m’en excuser. La Transition n’a jamais organisé des élections transparantes et á l’avance elle avait son candidat préféré qui était RMCK. Pour preuve, Ablassé a déposé un recours en annulation de la candidature de RMCK avec des arguments de taille et il a été débouté. Même que sur la chaîne F24, lors d’une interview, le journaliste a demandé à M’Bâ Michel qu’est-ce qu’il en est de la candidature de RMCK et il a répondu : ’’Lui sa candidature est valable. Il n’est pas concerné’’. La Transitition a été très fausse sur toute la ligne et a été très manipulé par Salif Diallo alias ’’Staline’’.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 1er août à 10:33, par Ka En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

        Mon ami Kôrô Yamyélé, comme je t’ai toujours confirmé, ‘’’sans nos différences, le débat du forum de Lefaso.net ne sera pas riche en évènement. Nos différences construisent une grande richesse pour les débats : C’est pourquoi le site de notre ami le Dr. C.Paré, l’homme a la plume d’or, est bien lu à travers notre continent et le monde entier.

        Sans te contredire, je reste sur mon idéal qui est d’être neutre pour tirer à bout portant ma vérité sur tout ce qui bouge. Avant de te parler de la transition qui était pareille comme tous les régimes avec ses défauts, je te prie de regarder une des photos de cette analyse d’Oumar L. Ouédraogo, ou notre Ablassé Ouédraogo nationale se cache la figure, car l’action que mènent quelques députés malsains contre la suppression de la carte Consulaire pour les votes de la diaspora n’est pas catholique.

        Qu’il soit Roch Kaboré, Zepherin Diabré, Salif Diallo, Simon Compaoré, Ka, Kôrô Yamyélé, même pas aucun Burkinabé lambda du peuple Burkinabé, ne devait être candidat à la présidentiel de 2015, car nous sommes tous, à cause de notre silence durant plus de 27 ans, comptables des bourdes de l’introverti Blaise Compaoré et sa famille.
        Que Roch Kaboré soit l’homme de Michel Kafando, le résultat est que son programme présidentiel a été adopté par plus de 50% du peuple Burkinabé, et qui prouve que notre jeune démocratie est en marche, et qui prouve que le pouvoir au Burkina ne s’arrache plus avec les armes, ou des achats de conscience, ou être l’homme de S.E Michel Kafando, mais dans les urnes. Et si tu as d’autres arguments solides à prouver pour contredire la transparence de cette élection de 2015, tu peux toujours les détaillés, pour que le peuple rectifie leurs erreurs en 2020.

        Quand a la transition, aucun régime n’a jamais été a 100% parfait, et elle parfait parti, une chose que je confirme. Mais cette transition mérité la considération de notre peuple. Malgré le peu de temps, cette équipe de la transition a fait un travail de titan malgré les bâtons dans ses roues : Un travail qui n’a pas été repris par le président Roch Kaboré et son équipe. La transition nous a permis des élections transparentes et apaisées, arrêter les assassins de nos enfants, si cela n’avait pas été fait sous la transition et son équipe, rien ne prouve que cela sera fait avec les RSS. Ce que le peuple demande a Roch Kaboré et son équipe c’est de corriger les imperfections de l’équipe de la transition faites à la hâte, car leur temps de gouvernance était très court. Je ne parle pas ici d’un individu, mais a toute l’équipe de la transition qui n’a pas laissé l’alternative a Roch et son équipe en mettant au frais les criminels du coup d’état à la maternelle de Gilbert Diendéré.

        Si aujourd’hui, nous reparlons des élections transparentes et crédibles après l’introverti Blaise Compaoré et ses tripatouillages des articles de loi pour s’éterniser au pouvoir, c’est grâce à la ténacité de la transition face aux revanchards et les organismes internationaux de pacotille comme la CEDEAO et autres. Heureux de te lire mon ami.

        Répondre à ce message

        • Le 1er août à 10:56, par Achille De TAPSOBA En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

          Merci mon ami Ka et sois bénis. Nous n’accepterons pas les fraudes du cdp avec la carte consulaire. Une partie de la diaspora(Mali, France, Ghana, Sénégal, Niger, USA, Italie...) n’ a pas de carte consulaire. La loi s’applique à tout le monde : CNIB ou passeport pour plus de justice et d’équité. Certains ne peuvent pas voter avec des cartes consulaires et d’autres avec la CNIB ou le passeport ça sera du désordre. En 2013,les cartes consulaires ont été très mal faites par le régime des frères Compaoré avec des photos des personnes non identifiables ou des écritures illisibles ou encore des cartes en mauvais état. Le marché des cartes consulaires a été passé par copinage à Mr Adama Bictogo(avec la société Snedai) qui a empoché l’argent sans faire un bon travail avec la complicité de « ange » Djibril le tout puissant ex ministre des affaires extérieures.
          J’ai dit plusieurs fois sur le forum que le cdp veut organiser la fraude en Cote d’Ivoire en 2020.La Cote d’Ivoire ne fera pas exception à la loi.

          Que le vainqueur en 2020 gagne dans la transparence.

          BRAVO et FÉLICITATIONS AUX DÉPUTÉS POUR LE VOTE DE CES LOIS ÉLECTORALES

          QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS TOUS.AMEN
          PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS. AMEN

          Achille De TAPSOBA Le Bobolais

          Répondre à ce message

      • Le 1er août à 12:14, par SOULY N. Stéphane En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

        Merci mon ami Kôrô YAMYÉLÉ ! Toute vérité n´est pas bonne à dire ! Dans une démocratie digne de ce nom et qui se veut vraiment irréprochable, ni Rock Marc Christian KABORÉ, ni Simon COMPAORÉ, ni Feu Salif DIALLO, ni Clément SAWADOGO (…la liste est longue) n´auraient pu occuper encore une fonction politique au Burkina. Ces gars se sont illustrés aussi négativement pendant le règne de Blaise Compaoré Alias Jacques l´éventreur. En vérité, nous nous sommes plus préoccupés du départ du pouvoir de Blaise Comparé…que de son remplacement. Nous nous sommes contentés de chasser un dictateur, et dans l´euphorie de sa chute, nous n´avons pas pris conscience que ceux qui allaient le remplacer pouvaient être médiocres ou tout simplement pires ! Voilà la vérité !
        Je peux me tromper, mais je pense qu´il y a eu un deal entre le général Yacouba Isaac ZIDA et ces gars du MPP. Ils se sont arrangés pour piper les dés. Ils se sont arrangés pour favoriser le MPP. Ils se sont arrangés afin que ces derniers soient au pouvoir ! Mais seulement voilà, le général Yacouba Isaac ZIDA dans sa naïveté n´a pas compris qu´en politique il faut donner ce qu´on n´a pas et promettre ce qu´on ne peut donner. J´imagine que l´on a donné un grade de Général. Ensuite on lui a promis un retour à Kossyam en 2020 ou en 2025, oubliant que ceux qu´il a aidés à s´installer au pouvoir avaient en tête d´autres calculs.
        Ce que j´observe dans mon pays me dégoûte ! Toutes tendances confondues, je suis déçu. Dire que nos jeunes frères sont sortis en masse offrir leurs poitrines aux balles assassines des criminels du RSP ! Et en retour nous assistons à la dégénérescence totale de notre classe politique. Intellectuels déclassés, Analphabètes en quête de renommée, Cinglés de tous genres, Chefs traditionnels véreux…pour qui le Burkina est un immense Gâteau au chocolat qu´ils doivent se disputer sans aucune honte… nuit et jour !
        Ce qui compte, ce sont ces façades et ces masques qui cachent tantôt des personnages hideux, souvent des personnalités ennuyeuses…ayant un seul dénominateur commun : Ils veulent tous réussir leurs carrières politiques. Et on deviendrait dingue à les écouter ! Ce n´est pas marrant ! Ces gars pourraient sortir mensonges sur mensonges avérés, il resterait toujours une bonne partie de notre peuple pour croire encore en ce qu´ils disent, les applaudir et même les vénérer !
        « Alea jacta est » : Le sort est jeté.

        Répondre à ce message

      • Le 1er août à 12:14, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

        un homme souffre sérieusement et en silence d une amitié mais il a décidé quoi qu il en coute de rester loyal en vers son promotionnaire !
        si KA n était pas le promo du koro national il y a longtemps que le koro par une réponse cinglante aurait débarrassé le forum des inepties d un vieillard qui ignore qu il est ignare !pardon pardon koro !
        DR Cyriaque n y a t il pas moyen de créer un autre Forum pour les nuls importuns et trop bavard ?

        Répondre à ce message

    • Le 1er août à 11:43, par abdou En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Cher Ka, je lis en général avec beaucoup d’intérêt vos différentes contributions même si souvent je ne les partage pas. Je considère que vous êtes un des plus grands contributeurs de ce forum. Cependant, il y a des questions qui ont été soulevés par l’opposition qui méritent une analyse sérieuse. Elle dit que notre Ambassadeur Mamadou de la Cote d’Ivoire a bien dit lors d’une de ses interventions que la carte consulaire est biométrique et la mention "tient lieu de CNIB" est bien mentionnée sur son verso. Si tel est le cas, le Gouvernement est dans la contradiction puisque dans la ce cas CNIB= Carte consulaire.
      Dès lors, je comprends la position de ceux qui disent que cette nouvelle décision risque de mettre nos compatriotes dans l’embarras puisque la Carte consulaire serait pas l’équivalent de la CNIB.
      Pour ma part je suis contre le vote des Burkinabé de l’étranger pour des raisons que je n’aurais pas le temps d’évoquer ici.

      Répondre à ce message

  • Le 1er août à 07:24, par PIONG YANG En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    La vie des burkinabé est pénible depuis plus de 30 ans. Vous m’énervez par ce qu’il y’a des chantiers locaux qui méritent votre combat (le système sanitaire révoltant de notre pays par exemple). Et les burkinabè meurent et soufrent chaque jour sans que l’opposition ne pousse le pouvoir à l’amélioration. Mais dès qu’on parle d’élection, vous en faite une affaire d’intérêt supérieur. Qui est exclus ici ? Et si on laissai tombé cette histoire de burkinabé de l’étranger ça fait quoi ? Quel plus valu véritable aurons nous ? Ce qui m’énerve c’est que mon argent sert à financer des politiciens médiocre (surtout un CFOP à cour d’idée qui nous apporte rien).

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 07:30, par L’opposant En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Chers politiciens, vous êtes pathétiques.
    Pour vos intérêts égoïstes, vous emmerdez le peuple. Si vous n’arrêtez pas ces débats inutiles, vous allez le regrettez chèrement. Je dis bien chèrement...
    Nous ne sommes ni de l’opposition ni de la majorité mais en tant citoyen burkinabè nous ne sommes pas dupes non plus.
    A bon entendeur,
    Salut !

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 07:37, par Alias En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Est-ce que pour un simple transfert d’argent via le mobil (orange money, mobicash), la carte consulaire est autorisée ? LA réponse doit couper court aux débats.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 07:38, par Le Boss En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Je pense qu’il faut cesser de gueler et aller à l’essentiel. Quand on parle d’election presidentielle il faut des documents d’identification serieux.
    Meme si la carte consulaire est biométrique et delivrée rien ne prouve que le detenteur de cette carte est Burkinabè. Un Ouattara Blaise du nord de la Cote D’Ivoire peut recuperer l’acte de naissance d’un ami Burkinabè et se faire accompagner par des temoins Burkinabè et il aura sa carte consulaire Burkinabè. Si des gens ont pu s’enroler avec des actes de naissance au temps de Blaise, ce n’est pas parce que les gens(L’opposition) était d’accord, mais le regime de l’époque l’a imposé et personne n’a bronché. On doit pas aller encore sur de fausses bases. Il faut encourager le gouvernement à entreprendre dans un bref delai dans ces pays(Cote D’Ivoire et Gabon) ou il existe ce probleme de carte consulaire des missions d’établissement de CNIB dont le delai de delivrance est seulement d’une semaine aujourd’hui au lieu de perdre le temps à gesticuler sur des choses unitiles.
    A bon attendeur, Salut.
    Le Boss.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 08:17, par Sarko En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Pauvre Roch, tout ce beau monde contre toi seul . 2020 n’est pas un acquis d’ avance . Il te faut un gouvernement d’ hommes politiques aguerris . Mets de coté tous ces parvenus sans expériences professionnelles confirmées et travailles avec les gens honnêtes . Comment t’ en sortir si tu as sur le dos les terroristes , la classe politique , les syndicats et des ministres comme Rosine et Bougma qui pensent qu’ ils sont les seuls connaisseurs dans ce pays .

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 08:19, par HUG En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Voyez vous, il faut avoir des arguments solides pour pouvoir convaincre un public cible. Malheureusement le MPP et acolytes n’arrivent pas à me convaincre par rapport au retrait de la carte consulaire comme document de votation. Je suis pas politicien et je ne serais jamais politicien car elle salit les mains selon SARTRE mais j’analyse de manière objective la situation. Hier sur BF1, il y ’avait un débat entre l’UPC et un député de la majorité appelé monsieur SAMA. En analysant de manière objective monsieur ZERBO de l’UPC avait des arguments convaincants pour une seule raison. Quant au verso d’une carte consulaire on mentionne comme recommandation que cette carte consulaire tient lieu de carte nationale d’identité burkinabé (CNIB) , en toute objectivité qu’est ce que cela veut dire ? En plus la personne qui délivre cette carte a été nommé par le pouvoir du MPP et acolytes, il n’a pas été nommé par l’opposition. En Afrique les gens n’ont pas l’habitude de démissionner mais je parie que c’était dans les pays démocratiques au sens plein du terme cet ambassadeur allait démissionner. Monsieur l’ambassadeur vous étiez un homme rigoureux pour m’avoir enseigné à l’université de Ouaga dans les années 2003 et beaucoup de courage dans ces moments difficiles.
    Par ailleurs, le pouvoir du MPP et acolytes semblent nous cachent quelque chose sinon pourquoi choisir uniquement les ambassades et les consulats comme les seuls lieux de vote. Je connais bien la Cote d’Ivoire. Imaginez quelqu’un qui est à Man, Guiglo, Duékoué, Danané ....... et qui doit voter. Selon la logique du MPP et acolytes en matière de vote, les burkinabés qui sont dans ces villes doivent se rendre à Soubré ou à Abidjan. Pensez vous monsieur les gens du MPP et acolytes que ces burkinabés peuvent rallier ces villes en un seul jour pour voter ? en toute objectivité cela serait très très difficiles voire impossible. Beaucoup diront qu’ils peuvent se rendre dans ces villes de votation quelques jours avant les votes. Mais si ces derniers n’ont pas l’argent pour prendre des pieds à terre ou s’ils n’ont pas un logeur dans ces villes ? La solution, Beaucoup, beaucoup de burkinabés vont renoncer aux votes et c’est ce que le MPP et acolytes semblent vouloir. Monsieur SAMA a dit que comme c’est un début on va prendre les lieux de vote que son parti et acolytes ont désigné. Non, monsieur SAMA c’est pas parce que c’est un début qu’on ne doit pas bien faire car un proverbe dit qu’il ne faut pas enterrer un cadavre et laisser ces pieds au dehors. Politiciens du BF, on a besoin de paix, de cohésion sociale et la joie du vivre ensemble.

    Répondre à ce message

    • Le 1er août à 10:41, par Sawad En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Mon cher Hug, tu te trompes, la carte consulaire tient lieu de cnib mais elle n’est pas la cnib. Peux-tu utiliser la carte consulaire au Burkina pour une opération bancaire ou un dossier pour concours à la fonction publique ? Il ya des choses pour lesquelles, on peut utiliser la cnib mais pas la carte consulaire. Qui a le marché des cartes consulaires en Côte D’ivoire ? Mr Bigtogo, un ami de Alassane Ouattara donc de Blaise Compaore !! Si la carte consulaire est plus ou moins sécurisée, car biométrique, elle ne l’est pas forcement dans tous les pays. Mon frère, l’opposition fait un faux débat ; le vrai débat qui vaille, c’est exiger du pouvoir une opération massive spéciale de délivrance de cnib à nos compatriotes de Côté d’Ivoir.
      Le perdant dans tous ça, c’est Zephirin Diabre que j’ai voté en 2015 et que je voterai peut-être en 2020. Il achète une bagarre qui n’est pas la sienne, nos compatriotes en Côte d’Ivoir voteront davantage pour le CDP que l’UPC.
      Zeph doit se ressaisir ; oui à une alliance avec le CDP au second tour mais non aux postures politiciennes de tout peindre en noir, de rehabiliter Blaise Compaore. Zeph risque de se faire rouler dans la farine par le CDP qui lui tournera le dos, Une fois au pouvoir. le MPP l’a déjà fait en 2015.
      Sawadogo

      Répondre à ce message

    • Le 1er août à 10:45, par Jonassan En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Continuez à chercher, à renforcer votre connaissance sur la carte consulaire des burkinabé de l’Etranger. Une bonne connaissance de la réalité pourrait améliorer votre contribution. J’ai confiance en vous parce que vous me ressemblez en ce sens que vous avez en horreur la politique.

      Répondre à ce message

    • Le 1er août à 12:13, par demsey En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      je ne sait pas pourquoi d’autres ne veulent rien comprendre sachant qu’actuellement,que ce soit en cote d’ivoire,à paris,londres ou aux USA,même retirer de l’argent à western union n’est pas possible avec la carte consulaire.il ne devrait pas avoir de débat sur ça.et en plus,en quoi la vie des burkinabé de l’étranger est en danger ?pourquoi les opposants pensent que ça sera un drame pour eux si les burkinabé de l’étranger ne votent pas ?ils ont des problèmes particuliers avec la population locale ou bien ils ne se font pas confiance eux-même ?Depuis quand les burkinabé de l’étranger vous ont demandé de les défendre ?faites votre politique comme vous voulez mais évitez mettre la rancoeur et la haine entre les burkinabé où qu’ils soient.

      Répondre à ce message

    • Le 1er août à 14:56, par le relou En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Mon cher c’est du donnant-donnant. Moi meme je suis à l’etranger mais je ne suis pas d’accord avec tes arguments. Le vote est un devoir mais t’es pas obligé d’aller voter. Si on te dit de voter à Soubré ou Abidjan et que tu veux/peux pas, bah tu laisses tomber là !!!! tu es obligé ?
      Meme au pays y a des gens qui ne vont pas aller voter parce que le bureau de vote est loin...mais le pays avance

      Répondre à ce message

  • Le 1er août à 08:36, par wsm77 En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    La vie des burkinabé en danger ??? Sans blagues...
    Je pense qu’on assiste ici à l’opposition de 2 camps, qui ne veulent pas dévoiler au grand jour, leurs motivations réelles. Alors, au fond, de quoi doit-on parler ? De la crainte du pouvoir de perdre les élections si une ’main invisible’ décidait d’"acheter" massivement des voix de burkinabé de l’extérieur (ne nous voilons pas la face, puisque nous pensons à la Côte d’Ivoire) ? Si c’est là le débat de fond, alors laissons ces politiciens débattre entre eux, mais ne devenons pas leurs otages...

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 08:48, par TIENFO En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Arrêtez ça messieurs. Depuis les indépendances, la diaspora n’a pris part à aucune élection relative au pays et la vie des voltaïques d’alors aujourd’hui burkinabé n’a jamais été en danger. Ce n’est pas fait qu’une part de cette diaspora ne pourra pas voter en 2020 que la vie des burkinabé sera en danger. Arrêtez ça. Pour une fois le peuple ne vous suivra pas dans vos actions machiavéliques pour la défense de vos intérêts égoïstes. On ne descendra pas dans la rue que pour ça, battez-vous avec des arguments. Que le meilleur camp politique pas forcement le plus fort l’emporte dans cette bataille de révision du code électorale. Rien que des bla bla pour aller ensuite trinquer le bon vin dans les coulisses. On est fatigués. Dites-nous messieurs quelle vie est en danger.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 08:51, par Jeune Premier En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Vous comprenez maintenant que blaise n’etait pas le mal mais que c’etaient ces loups rapaces vetus de peau de moutons. Dans tous ces cacofonies, je me demande ce que deviendra ce <>

    Répondre à ce message

    • Le 1er août à 10:56, par Sawad En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      On comprend quoi maintenant ?! Blaise était le mal du Burkina ; il est même en partie responsable de la merde que nous vivons actuellement.Jeune Premier, quelque soit l’échec du pouvoir actuel (c’est vrai qu’ il déçoit un peu ), Nous ne regretterons jamais un criminel et un chef de guerre de la trempe de Blaise Compaore, jamais !
      J’aurais eu sincèrement de la sympathie pour le CDP actuel (j’admire leur courage), s’ il s’ était démarqué de Blaise Compaore et de sa galaxie malfaisante. Mon frère, détrompes-toi, Blaise ne sera jamais un héro au Burkina. Mon mépris pour lui est à la hauteur des crimes de sang qu’il a commis ; je ne parle pas de sa gestion économique du pays mais de sa propension à "faire" ses detracteurs.
      Sawadogo

      Répondre à ce message

  • Le 1er août à 08:51, par PRINCE En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    l’opposition devient de plus en plus ridicule ! incapable cette opposition !

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 08:55, par kouadio En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Vous etes en train de vous dedire ! Vous avez valide le d ocument maintenant que vous n’etes pas surs de gagner les elections avec le votre de la diaspora vous les traitez de n on burkinabe. C’est c’est un opportunisme dangereux. Ne trompez pas vos dirigeants deja empetres sur plusieurs fronts.
    Ce discours haineux et a la limite xenophobe a ses limites. Demandez a Gbagbo et aux nazis ou ils sont aujourd’hui

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 09:01, par Achille De TAPSOBA En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Avec la carte consulaire le cdp voulait organiser une fraude massive en 2020 avec la présence de blaise « l’indispensable » en Cote d’Ivoire. Ayant perdu follement le pouvoir par gourmandise et par boulimie en Octobre 2014,les tentatives de déstabilisation du cdp sont nombreuses le vote de diaspora en est parti de leur plan machiavélique. En 2013,les cartes consulaires ont été très mal faites par le régime des frères Compaoré avec des photos des personnes non identifiables ou des écritures illisibles ou encore des cartes en mauvais état. Le marché des cartes consulaires a été passé par copinage à Mr Adama Bictogo(avec la société Snedai) qui a empoché l’argent sans faire un bon travail avec la complicité de « ange » Djibril le tout puissant ex ministre des affaires extérieures. Les intentions du régime chassé sont visiblement bien connues il veut naturellement se servir du bétail électoral(d’après Boigny)de la Cote d’Ivoire pour tricher les résultats des élections en 2020. Il faut tenir un langage de vérité aux potentiels tricheurs. Pourquoi pendant en 27 ans de pouvoir chaotique leur messie Blaise n’a pas pu faire voter la diaspora ? Nous voulons des résultats transparents en 2020 sans fraudes ou tripatouillages du pouvoir mpp et du cdp chassé. Que le vainqueur gagne en 2020 dans la transparence.

    La majorité a tout à fait raison d’exclure les cartes consulaires. Je ne suis pas un militant du mpp ni un sympathisant mais je salue sincèrement cette loi électorale.Ces cartes consulaires font entrainer de grands soucis en 2020.Pour les votes dans les ambassades et dans les consuls la décision est très bonne car les fraudeurs ou falsificateurs de l’A37 sont prêts à créer des bureaux fictifs de vote sur les terres ivoiriennes.

    NOUS N’ACCEPTERONS PAS LA MOINDRE FRAUDE D’OÙ ELLE VIENNE(pouvoir, opposition,OSC,CENI…). NOUS VOULONS DES RÉSULTATS TRANSPARENTS ET CRÉDIBLES en 2020.

    BRAVO et FÉLICITATIONS AUX DÉPUTÉS POUR LE VOTE DE CES LOIS ÉLECTORALES

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS TOUS.AMEN
    PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS. AMEN

    Achille De TAPSOBA Le Bobolais

    NB

    Je suis désolé Mr Diabre n’est plus efficace pour mobiliser il a gravement trahi les MARTYRS de l’insurrection. Son rapprochement avec le cdp l’a disqualifié devant le Brave Peuple. Il n’est plus crédible devant la jeunesse. J’avais de l’admiration pour Mr Diabre mais je le rejette aujourd’hui à cause de ses compromissions avec le cdp. En 2015, j’avais voté UPC. Présentement j’ai décidé de ne plus voter un parti politique au BURKINA. Tous les partis sont faux car Mr Diabre m’a trahi en alignant avec le cdp.Le Brave Peuple ne va pas suivre Mr Diabre dans sa déstabilisation avec le cdp. Je donne raison aux députés dissidents d’avoir quitté l’UPC. Mr Diabre pense que sa compromission avec le cdp l’amène au pouvoir. Grosse erreur il connait mal le cdp qui n’a que des intérêts individuels à défendre.

    Mr Diabre la mort de votre parti ayant pour allié le cdp est très proche vous êtes prévenus

    Répondre à ce message

    • Le 1er août à 10:41, par NZ En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Achille, qu’est ce que tu dis du MPP qui a dans son gouvernement et dans sa mouvance des personnes et des partis qui ont soutenu la modification de l’article 37 qui a engendré les martyrs dont tu parles ?

      Répondre à ce message

    • Le 1er août à 11:50, par Mafoi En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Ici en fait la stratégie de ces voyous avec à leur tête bilaise kouassi né compaoré,ado,soro consiste à fournir de vraies fausses cartes consulaires à des ivoiriens,maliens,sénégalais etc....vivant sur le sol ivoirien dans l’espoir d’inverser les résultats des présidentielles en 2020 et bien sûr des milliards de FCFA seront mis à contribution pour acheter ces faux Burkinabè parceque ces voyous sus-cités ne digèrent toujours pas pour ce qu’ils considèrent comme une vraie humiliation avec cette fuite sans gloire en plein midi qui avait entraîné par la suite leur coup d’état et qui avait aussi piteusement échoué car indigne d’un élève de la maternelle.Malheureusement pour eux,leur braquage électoral en 2020 n’aurait pas lieu et bilaise kouassi né compaoré restera là où il est présentement et donc leurs larbins komboigo,diabré et autres n’ont qu’à pleurnicher,on s’en fout,point barre !

      Répondre à ce message

    • Le 1er août à 12:29, par KARL En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Achille, pourquoi tu commences à raisonner bas, j’ai toujours lu tes écrits avec un grand intérêt, Zeph n’est pas ce tu penses, les cdpistes ne sont pas des ennemis du peuple,sache aussi que les motifs avancés par le pouvoir ne sont pas valables, le pouvoir cache beaucoup de choses à travers ce vote que vous ignorez pour l’instant, NB : Rock fait partie des gens qui ont contribué à assoir un pouvoir à vie de Blaise Compaoré, mr Achille soit constant dans ta vision pour un Burkina de justice, de vérité, de paix

      Répondre à ce message

  • Le 1er août à 09:03, par Hampathe En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Je ne comprends pas ce débat. Si tous les Burkinabè sont éligibles et électeurs, pourquoi doivent-ils exercer ce droit avec des documents différents ? La correction de cette loi devrait être portée par l’opposition elle-même. Pourquoi cette fixation sur la CI ?
    Si la carte consulaire était biométrique dans toute la diaspora, j’aurais essayé de comprendre. Mais là, il y a quelque chose de pas clair.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 09:10, par MOREBALLA En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Si la volonté de l’actuelle occupant de KOSYAM est la participation effective de la diaspora aux consultations électorales, cette volonté doit être frange et marquée de vision à la mesure d’un homme d’Etat dont les empruntes résisteront aux intempéries du temps et du champs politique. En cherchant à intégrer les Burkinabé de la diaspora à la gestion participative avec la vie de leur patrie d’origine, nous pensions qu’on apporter plus de problèmes que de solutions. Si tel est que la carte consulaire ne sera pas fiable, la CNIB doit obligatoire être délivrée aux burkinabé de la diaspora afin de leur éviter le pire des situations d’insécurités en leur déclarant apatrides par la négation de la carte consulaire. La problématique de l’organisation pratique du vote du PAWEOGO ou du KOSWEOGO est de rapprocher d’avantage du lieu de vote aux inscrits. "La part du carpeau est à un niveau ou il lui est accessible". La détermination des bureaux de vote doit être fonction des inscriptions et non de la façon mécanique administrative aux humeurs des vendeurs de la misère des burkinabé par l’opposition et par l’exécutif tous confondus. Le pouvoir de la suprématie doit servir à ce qui est juste. L’aveuglement politique de la toute puissance est assimilable au prédateur qui n’a d’yeux que la proie sans prendre en compte les embûches sur la trajectoire de la proie. L’histoire risque d’en vouloir à certains des acteurs politiques du moment comme elle en ait emporté d’autres dans un passé récent.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 09:15, par TRAORE En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    L’ opposition est en train de mettre la vie des Burkinabè en danger. Certainement dit, quand on veut le pouvoir on devient fou. Monsieur Zéph, n’avez-vous pas dit en 2014, même en 2015 que la carte consulaire n’était pas fiable ? Pourquoi aujourd’hui vous croyez à sa fiabilité ? C’est dire que vous n’êtes pas à l’aplomb de votre point d’appui, et c’est dommage ! L’opposition a un agenda caché qui ne dit pas son nom. Si le pouvoir avait inclut la carte consulaire et l’opposition s’oppose, nous pourrions comprendre. Messieurs de l’opposition, revoyez votre copie et ne prenez pas les burkinabè intègres pour mouton. A l’intérieur comme à l’extérieur, le seul document fiable de votation, c’est la CNIB ou le passeport burkinabè et, nous de la diaspora sommes fiers de l’adoption du code électoral, n’en déplaise aux opposants aveugles.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 09:23, par ASIE En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    "Vous allez en Côte d’Ivoire avec votre CNIB, c’est nul et caduc ; vous ne pouvez mener aucune opération avec la CNIB. Même acheter une simple puce. Donc, pourquoi mettre nos compatriotes en danger ? Nous pensons qu’ici, il y a une volonté manifeste d’exclure nos compatriotes de la diaspora. Ils savent pertinemment que, 2020, ils ne passeront pas. Il n’y a pas de chemin pour eux », martèle Moussa Zerbo.
    Vous êtes vraiment pitoyable comme vos idées le sont.

    Répondre à ce message

    • Le 1er août à 14:10, par Mafoi En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Vous êtes quand même curieux pour ne pas dire bizarre.En quoi leur demander d’avoir une CNIB ou un passeport en plus de leur carte consulaire va leur mettre en danger ?Moi suis aussi immigré vivant en France,j’ai jamais fait cette carte consulaire mais j’ai toujours ma carte d’identité nationale à jour ainsi que mon passeport.Dites-moi franchement qu’est ce qui pose problème pour un vrai Burkinabè de faire ou d’avoir sa CNIB sur lui.En fait vous faites semblant de ne pas comprendre ces pleurnichards qui avaient bien planifié depuis bien longtemps leur plan machiavélique qui consistait à faire voter massivement de faux Burkinabè avec de vraies fausses cartes consulaires et c’est bien regrettable que le PF soit tombé dans leur panneau avec les innombrables sorties médiatiques de ces voyous aboyant à tue-tête que le vote des Burkinabè de l’extérieur était non négociable.A la place du PF,je serai sorti pour dire au peuple que bien que c’était une promesse de campagne,je ne pourrai pas tenir mon engagement pour X raisons:Condition sécuritaire du pays,état des finances désastreux etc...etc..et nous n’en serions pas là à débattre sur des broutilles

      Répondre à ce message

      • Le 1er août à 16:31, par Zitai En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

        Écoute mon type, tes arguments peuvent sembler recèler un peu de cohérence. T’arrêtes même jamais de vociférer sur le sujet à longueur de journée sur ce seul et unique forum. Croire que tu travailles pas ou plus. Par contre, ce qui est incongru, cest ta personnalité même, un peu (ou trop mytho) sur les bords. Tantôt t’es au BF, tantôt t’as participé à telle rencontre, t’assistes à des réunions MPP du quartier (au Faso ici) et maintenant t’es immigré burkinabé en France ?
        Comment tu fais ça ? Pardon, déroule des positions sans te faire passer pour quelqu’un d’autre, c’est obligé ; mais c’est malsain et ridicule.

        Quelle megd.

        Répondre à ce message

  • Le 1er août à 09:26, par NEYA Ibrahim En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Combien de Burkinabe de l’intérieur possèdent un passeport ? Répondez-moi. Ont-ils les moyens pour se le faire établir.Soyez sérieux et rapprochez-vous du peuple réel.
    La diaspora vote là où elle vit et sa CNIB c’est la carte consulaire.
    Arrêtez vos blabla politiques.

    Répondre à ce message

    • Le 1er août à 10:37, par Jonassan En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Sa CNIB c’est la Carte de séjour et/ou le Visa. La diaspora burkinabé ne se limite pas à ceux qui vivent dans l’espace CEDEAO ou la carte consulaire n’est même pas obligatoire. Le problème des burkinabé jusqu’au summum de l’intelligentia c’est de ne pas se mettre au sérieux au cours des DECISIONS et de l’EXECUTION. Donc l’ECHEC est garanti et il faut des années et des années d’échec avant que sous la férule de la réalité, ils comprennent qu’ils auraient dù ANALYSER, PREVOIR ET CONCEVOIR. Continuons donc à nous satisfaire du bas de l’échelle, c’est une option aussi, mais dans ce cas, il faudra arrêter de se plaindre demain.

      Répondre à ce message

  • Le 1er août à 09:27, par molotov En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    C’est repartipour la guerre des "et" "ou" et " et/ou".
    CNIB , passport ou carte consulaire ou CNIB et passport..Humm
    Un combat d’escrocs et d’intriguants politiques qui se connaissent car caïmans d’un meme marigot.
    Tout est basé sur la confiance or la confiance a foutu le camp entre majorité et opposition et cela depuis longtemps.
    Où tout cela nous mènera ???
    Drôle de democratie ou on est encore à discuter sur les pièces nécessaires pour voter pour les diaspos...pendant ce temps la campagne agricole s’annonce mal. Pathetique et lamentable...

    #MOLOTOV

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 09:54, par Bamba En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Est ce que ce monsieur Diabré a des conseillers surtout en communication ?En tout cas je note qu’au rythme où vont ses sorties médiatiques très hasardeuses depuis quelques mois,sa mort politique risque d’être signée d’ici 2020 car il est entrain de se fourvoyer complètement et à la vitesse grand V sinon comment comprendre qu’un homme politique qui se respecte ose dire que l’opposition est restée ferme sur ses positions et en même temps,il veut qu’il y ait un consensus ?Jamais et cela me rappelle le fameux slogan du boulanger avec son "on gagne,on gagne".Alors comme vous êtes des jusqu’au-boutistes,le président à trancher,point barre !
    Ensuite sur le nouveau système d’enrôlement,il parle de fraude informatique en gestation alors que le processus qu’il décrit dans son exposé pour avoir cette fameuse carte d’électeur est très limpide.J’invite donc monsieur Diabré de se mettre à la page car nous ne sommes plus au moyen âge.En France,ce sont les services d’état civil de la mairie qui envoient les courriers à ceux qui sont en âge de voter pour qu’ils viennent faire leur carte d’électeur.Ici on parle de SMS et de l’ONI et ça saute au plafond pour crier à la fraude informatique alors que curieusement ces mêmes aboyeurs tiennent mordicus à leur carte consulaire comme si informatiquement parlant,on ne peut pas établir de vraies fausses cartes consulaires.On vous voit venir avec la fraude massive que vous voulez organiser à partir de la Cote d’ivoire avec des inscriptions massives de faux Burkinabè et comme votre coup a été éventré,vous êtes vent debout.En conclusion j’invite monsieur Diabré à se ressaisir très vite en sortant de ces micmacs que le cdp est entrain de l’entraîner sinon en 2020,il va se retrouver avec 0 députés et pour les présidentielles,il ne faudra même qu’il y pense,il sera grillé d’ici là

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 09:57, par pifo En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Mensonge, vous savez comment certains ont fait pour aller en aventure ? Battez vous plutôt que beaucoup de burkinabés de l’intérieur s’inscrivent : avec 18 millions d’habitants, on a seulement à peine 5 millions inscrits et seulement à peine 3 millions qui votent.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 10:11, par PUKNINI En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    La prochaine perte de crédibilité de ZEPH me fait peur. Pourquoi emprunter ce chemin sans issue.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 10:31, par Jonassan En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    En dehors de la politique politicienne et des calculs politiciens de trouver d’avance des portes de sortie en cas d’échec, je ne vois pas l’utilité d’organiser cette future pagaille dans les élections. La société civile doit être vigilante.
    Si en CI la carte consulaire est biométrique, l’est-elle partout ? Et une carte consulaire seule passe devant la police à l’Etranger ? (une carte consulaire est SEULE valable dans les rues de Paris, de Libreville ou de Prétoria ?) Et une question ? Est-ce que c’est parce qu’elle est biométrique qu’elle est sûre ?
    1. Les professionnels de l’Informatique ont beau réclamer de l’opposition beaucoup plus de responsabilité quant à cette confiance béate de l’Informatique, surtout de la biométrie. Personne ne fait l’effort de cogiter sur cette hérésie doublée d’escroquerie. La biométrie telle que mise en place sous nos tropiques n’apporte rien à la fiabilité de l’identification encore moins le vote unique.
    2. Ces gens de l’opposition ne connaissent de la diaspora que la CI. Certains de la diaspora ont hésité à accepter ce vote des burkinabé de l’Etranger du fait que, depuis que la Haute-Volta-Burkina existe rien n’est fait pour nous de la diaspora et que rien ne prouve qu’après ces votes quelque chose sera faite pour nous. On nous prend pour du bétail électoral ?
    Nous nous sommes ralliés dans l’espoir que ces votes, POUR LA PREMIERE FOIS PERMETTENT DE NOUS IDENTIFIER AVEC SERIEUX. En d’autres termes de PROFITER nous recenser en espérant que cela permettra demain aux gouvernants d’avoir une action positive sur nous.
    DE QUEL DROIT CE SONT LES PARTIS POLITIQUES (tapis à Ouagadougou) QUI DECIDENT POUR NOUS comme si nous n’existons même pas ? Nous ne sommes pas présents à l’Assemblée, et cela n’inquiète pas ceux qui prétendent nous aimer, c’est voter seulement qui les intéresse. C’est du PURE MEPRIS, c’est dire que nous ne sommes rien, pas grande chose à leurs yeux. Cela dure depuis que la Haute-Volta devenue Burkina existe et CELA DOIT PRENDRE FIN, IL LE FAUT.
    Enfin, UN BURKINABE DE LA DIASPORA devrait pouvoir être identifié :
    - Comme BURKINABE (une pièce d’identité ou un passeport)
    - Qu’il est de la DIASPORA (sa présence le jour du vote ne le suffit-il pas ?). Sinon il pourrait le prouver soit par une carte de résidence ou une carte consulaire. Si cela ne va pas contribuer à alourdir la procédure. MAIS S’EN TENIR A L’EXCLUSIVITE DE LA CARTE CONSULAIRE COMME PIECE DE VOTE, C’EST A DESSEIN OU A LOISIVETE.
    Le Prétexte = parce qu’elle est facile à être obtenue ? Et pourquoi son obtention est si facile ? Parce qu’on n’a pas besoin de pièce d’identité ou de son passeport pour l’obtenir. Bref, tout n’est pas bon d’être publié.
    CE QUE NOUS AVONS TOUJOURS SOUHAITE :
    Une prise en charge de la représentation diplomatique par la CEDEAO pour sa DIASPORA, ce qui permettrait de faire BONNE CHERE (utilité, couverture) avec PEU D’ARGENT (économie d’échelle). Mais Hélas, nous sommes une voix qui crie dans le désert abandonné de tous, utiles que pendant les votes.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 10:52, par KARL En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Le pouvoir actuel s’égare, ils ont intérêt à retirer cette loi votée le 30 juillet, les temps ont changé, les Burkinabès ont évolué après l’insurrection, le président Rock se trompe de la cible, le pouvoir actuel est en train d’accélérer sa chute.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 10:58, par Templier En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    S.v.p. monsieurs les vieux enfants ! Arretez de vous foutre de nous. Si vous n’avez pas la compétence nécessaire pour vous en sortir en politique, ce n’est pas grave. Retournez dans vos champs respectifs parce que là quand même vous ne manquerez pas de quoi nourrir votre petit ventre là honnêtement.
    La vie des burkinabé n’est pas en danger parce qu’ils peinent à se faire soigner, elle n’est pas en danger parce qu’ils peinent à se faire éduquer convenablement, elle n’est même pas en danger parce que les terroristes nous guêtent, et j’en passe. Mais elle est en danger parce que les burkinabé de l’extérieur ne pourront pas voter avec une carte consulaire jugée non fiable. Euh ...j’ai foi que vous allez avoir honte un jour.
    ...et la boulimie du pouvoir a fait que Mr Diabré ne sait même plus ce qu’il fait. Yako !

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 11:42, par SAGE1 En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Je pense ici que le débat sur la CNIB n’a pas de sens. Tout Burkinabé en âge de voter et désirant participer à la vie politique et économique de son pays qu’il soit à l’intérieur ou à l’extérieur du pays devrait avoir au moins une CNIB.
    Pour moi les véritables questions sur lesquelles l’opposition devrait mettre l’accent sont le nombre de bureaux de vote qui seront mis à la disposition des Burkinabé de l’extérieur et aussi la méthode actuelle de renouvellement de la liste électorale. Je trouve que sur ses points il y a de très grands risques de manipulation réelle des élections à priori.
    Vigilance !!!

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 11:50, par changeons En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    L’opposition fait faux débat. La loi est votée par l’AN et elle ne sera pas annulée. L’opposition a intérêt à faire des actions visant à faciliter l’obtention de la CNIB et le passeport pour chaque burkinabé de l’extérieur. Dans le Faso.net, édition du lundi 11 novembre 2013 à 23h27min, on lit ceci à propos du lancement de l’établissement de la carte consulaire par le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Régionale, Djibril Bassolé. "En outre le Ministre d’Etat a été informé qu’une véritable industrie de fausses cartes consulaires s’est développée et ces cartes confectionnées dans des pays voisins, sont vendues clandestinement à mille (1000) francs, voire moins". le problème de sécurisation de la carte consulaire ne date pas d’aujourd’hui. C’est sous le régime Compaoré et dans ces conditions (que l’opposition soit sérieuse), il est aberrant de vouloir utiliser cette carte pour des élections. Aidons l’opposition à se ressaisir et être réaliste.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 11:52, par L’Ogust En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Une tempête dans un verre d’eau. L’opposition politique mène un combat d’arrière
    garde. Elle se livre à un débat superfétatoire alors que le combat doit être de travailler
    à ce que le maximum de burkinabè disposent de CNIB d’ici les élections. Soyons
    un peu sérieux ; les élections c’est pas demain ! Deux (02) ans, je pense que c’est
    largement suffisant pour se faire une CNIB.
    Ces messieurs me font penser à ces "penseurs" grecs qui discutaient du sexe des anges.
    Avoir sa CNIB est un acte civique et citoyen. Ce serait un acte louable et salvateur de
    faire en sorte que des burkinabè disposent d’une CNIB.
    Basta à la fin !

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 12:24, par EL CAPO En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Messieurs les députés de l’opposition, vous avez raison. La vie des Burkinabè est vraiment en danger parce qu’avec des agissements comme les vôtres, c’est vous-même qui contribuez à mettre en péril nos vies.
    Zeph, en 2013 tu étais contre l’utilisation de la carte consulaire dans le vote de la diaspora. Dis-nous pourquoi ce retournement subite.
    Arrêtez de nous distraire avec vos réflexions sans lendemain pour notre chers pays. Soyez en sûr que nous sortirons dans la rue mais pour vous chasser tous hors du Burkina Faso.
    LA PATRIE OU LA MORT ! NOUS VAINCRONS… VAINCRONS… VAINCRONS.
    QUE DIEU BENISSE LE Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 12:32, par Bigbalè En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Regardez à quoi ressemblent ces messieurs de l’opposition ! S’ils savaient qu’ils sont ridicules aux yeux du peuple des insurgés !! A force de vouloir rouler les gens dans la boue, ils sont plongés dans la même boue jusqu’au cou ! Zéphirin DIABRE a oublié sa position d’il y a quelques années sur la même carte consulaire ? Tout le monde sait qu’à l’approche de l’échéance de 2015 et au moment où Blaise Compaoré a pris peur de perdre les élections avec le vote des burkinabè de l’intérieur, le CDP a envoyé Mr Justin Koutaba comme ambassadeur en Côte d’Ivoire (le dernier de Blaise en CI) avec pour mission de préparer une fraude massive avec les cartes consulaires. La suite on la connaît : la passation du marché avec Mr Bictogo qui a du reste été catastrophique et .....la main de Dieu qui est intervenue avec l’Insurrection Populaire d’Octobre 2014 . Que l’opposition ne se trompe pas, c’est sa vie qui est en danger et non celle de nos compatriotes vivant à l’étranger. Ils n’ont jamais voté avec ou sans Blaise et ils ne sont pas morts du tout ! Nous savons maintenant que sans la fraude préparée par l’opposition avec l’usage de la carte consulaire, l’opposition risque bel et bien de mourir et elle mourra certainement si elle continue de prendre le peuple Burlinabè comme un groupe d’idiots ! 2020 est encore loin et donne le temps à ceux qui veulent voter de faire établir leur CNIB ou Passeport ! Dirigeants de l’opposition, arrêtez vos niaiseries, ça suffit !!!

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 12:46, par IDO En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Vous avez raison mais on va résoudre le cas de leur sécurité diplomatiquement ok

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 12:58, par plancton En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Titre très farfelu, je vie à Dakar mais ma vie n’ est pas en danger à cause de cette carte car j’ai ma CNIB, Mon PASSEPORT et la carte consulaire. Peut importe le papier qu’ils vont demander pour le vote, pourvu que le vote ai lieu pour nous burkinabè de l’exterieur

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 13:20, par STANLEY En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    QUEL EST LE PROBLEME AU JUSTE ????? 2020, c’est pas dans 3 mois là !!!! C’est donc dire que ceux qui sont a l"’etranger et qui n’ont de CNIB, ont le temps de se la faire etablir. L’exlusion est où ??? je ne comprend plus l’UPC quu se laisse aveuglement entrainer dans le jue du CDP.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 13:23, par Vérité En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    C’est l’opposition la plus malhonnête que le Burkina est entrain de voir. Rien d’étonnant quand on voit ceux qui la constituent !

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 13:34, par hamissou En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Stratégique conquête de Koss yam en 2020. Koss yam veut il bien dire " vendre l’intelligence " en langue moré ? Alors qu’on insulte pas li l’intelligence des burkinabé sous prétexte de chercher à leur en vendre.

    En dehors des burkinabè en ci et au Gabon, il n’y a pas de carte consulaire pour les autres burkinabé de l’extérieur. Ces derniers et ceux vivant au pays sont ils moins importants que cette diaspora ivoirienne et gabonaise ?

    Au fait, cette carte consulaire là, quel est son délai de validité puisque pour la Cnib c’est connu, c’est 10 ans. Si comme on veut me laisser entendre,les cartes consulaires sont établies sur la base de Cnib, il y en a qui ne doivent plus etre valides puisque leur base doit être périmée. J’ai un cousin qui est rentré de Rci en mai dernier avec une carte consulaire inexploitable et sa Cnib était périmée depuis 10ans. Devait t-il pouvoir voter si sa carte consulaire présentait encore un bon aspect ?

    L’important pour le passeport et la Cnib c’est que leur date de péremption est connue :10 ans. Et ces cartes consulaires là alors ? Si leur durée de validité est de 10 ans aussi....beaucoup de burkinabé enfouis au pied du Mont Peco et dans les plantations seront d’office exclus parce-que la base de l’établissement de leur carte consulaire n’aurait encore aucune valeur pour cause de péremption.
    Pourquoi donc,pour des élections transparentes ne pas admettre que tout burkinabé en ci, au Ghana,Mali, Sgl , France, USA et du Burkina ne votent qu’avec un passeport ou une Cnib en état de validité surtout que des mesures seront prises pour faciliter l’établissement ou le renouvellement de Cnib partout où besoin se fera.

    C’est triste cette querelle de chiffonniers. Veut on mettre le Burkina à feu et à sang pour si peu, par stratégie de conquête de Koss yam ? Plus de sang, plus de destruction massive de biens au Burkina surtout pour une question qui n’en vaut pas la peine, ce sang,nous ne voulons le verser qu’en cas de menace du territoire national. On ne peut pas fanfaronner partout qu’on est le chantre de la réconciliation nationale et vouloir diviser les burkinabé de l’extérieur entre eux puis les burkinabé de l’intérieur et de l’extérieur en ne voulant pas admettre que la même pièce-jointe valable pour tous pour l’accomplissement du devoir civique burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 13:43, par the upright En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Rarement j’interviens sur les sujets politiques, mais comme le disait Thomas Sankara, si tu ne fais pas la politique, la politique te fera. Je constate amèrement que c’est le cas pour moi aujourd’hui. Mon constat est que l’opposition ne parle que des Burkinabê de Côte d’Ivoire. Quid de ceux qui vivent au Vietnam comme j’ai eu l’agréable surprise de constater que nous avons des compatriotes qui y vivent lors d’une visite du Président Blaise Comparé il y a de cela quelques années ? Question à 0 franc. Je suis "out".

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 14:46, par Sincèrement Je regrette... En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Sincèrement je regrette d’avoir voté pour Zeph à la présidentielle. Et pour poutant je l’avais fait en toute âme et conscience pour le recompenser de sa lutte contre la modification de l’article 37. Je commence à vouloir donner raison à ses deputés frondeurs et monsieur Wally. En effet, l’UPC avait sa place dans la majorité pour aider à gerer le Faso. L’UPC est entrain de se faire embobinner par le CDP, ADF/RDA et autres.
    Aussi, je trouve que la CNIB et le passeport sont des documents fiables pour le vote de tous les burkinabè. J’ajouterai que tous les burkinabè hors du Faso qui n’ont plus mis pied au Faso depuis plus de 10 ans ou 15 ans ne doivent pas voter.
    Ehi Zeph ! Ehi Zeph ! Ehi Zeph ! Ngaow !!! Signé : L’Etalon Enragé

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 15:03, par Ka En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Ici je m’adresse aux internautes SOULY, Yelmingaan saa Hien, et autres, les ennemis de l’alternance politique de notre pays voulu par le peuple. Il faut bien que vous sachiez que les disciples du CFOP à un don certain pour monter en épingle avec des petits riens et en faire des événements d’envergure planétaire.

    En fait, notre opposition qui devait être un avocat redoutable du peuple contre les imparfaits de la majorité comme en 2014-2015, ne sait plus s’opposer de nos jours. Dans son esprit, s’opposer, c’est mener des actions violentes et illégales. Rien de constructif. Une opposition comme ça, ça ne sert à rien, il vaut mieux qu’elle reste "amorphe" dans son coin plutôt que de mener des actions qui nuisent systématiquement à son pays.

    Avec cette sortie de façon incompétente contre la suppression d’une carte Consulaire a problème pour les élections crédibles et transparente, par ce que la biométrie de cette carte n’est pas généralisée, le peuple a 60% pense que notre opposition, quoique le régime Kaboré fait pour le pays, aucune bonne action de ce régime ne trouvera grâce aux yeux des opposants revanchards. Et si mon ami Kôrô Yamyélé est le même que je connais avec sa vérité qui perce les cœurs faibles, ne me dira pas le contraire. Je ne soutiens pas les individus du régime Kaboré qui favorisent les amis et familles par le pouvoir loin de là, mais quand ils favorisent des actions qui vont pour l’avancer de notre pays comme cette suppression de la carte Consulaire a problème je les soutiens.

    J’accuse les députés revanchards de l’opposition de quitter l’A.N : Quand on joue la stratégie de la chaise vide et qu’on boycotte systématiquement un vote pour un objectif qu’on considère dangereux pour le pays, il ne faut pas se plaindre qu’on soit exclu ou qu’on met le pays en danger. En quittant l’A.N avec prétention cette stratégie stupide mène à l’absence totale de grands électeurs qui pouvait faire la différence avec la majorité, et accepté par le peuple souverain qui jouisse de sa jeune démocratie. Une opposition qui refuse d’entendre les critiques, et, pire, qui veut les faire taire par tous les moyens possibles et imaginables, n’a aucun avenir d’atteindre son objectif ni accédé au fauteuil présidentiel.

    Et je dis ici aux deux internautes bornés, ‘’’’ce n’est pas avec les obséquieuses louanges et les cirages de pompes à tout va qu’on progresse, mais par des analyses objectives et indépendantes, quitte à ce qu’elles soient désagréables à entendre.’’’’’ On est (du moins en théorie) dans des démocraties modernes, on n’est plus dans des régimes de monarchie absolue de droit divin, où prévalait le crime de lèse-majesté, prétexte à toutes sortes d’agissements arbitraires. Le meilleur allié du dirigeant actuel (moderne, qui a de l’envergure et qui veut aller de l’avant...), c’est la critique, l’écoute oreilles grandes ouvertes tous azimuts, ce n’est pas la flatterie d’un aréopage de porte-cotons. Je demande ici a Zépherin Diabré dont je porte tout mon respect, qu’il doit rester avisé comme en 2014, et pour cela, il doit relire La Fontaine (s’il ne le connaît pas par cœur), à commencer par "Apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute.

    Ce qui caractérise la politique de notre opposition fantôme de 2018, c’est le vide idéologique insondable, qui laisse place aux pratiques les plus douteuses : tribalisme, banditisme, revanche, mafias, autocélébration, autosatisfaction... et impunité totale organisée.

    Cette opposition doit mettre dans son crane de charbon, que le peuple Burkinabé après les crimes gratuits et la corruption à ciel ouvert de l’introverti Blaise Compaoré, ce peuple a repris a deux mains sa culture de méfiance, et sans cette culture de méfiance ce peuple était sans âme. Ce que je peux dire à notre opposition pour conclure, c’est que ses actions se caractérisent par l’absence de culture politique. La plupart des personnalités assied sur la photo de l’analyse pertinente d’Oumar Ouédraogo, certains ne sont pas, ou n’étaient pas des militants politiques engagées, mais des cadres recrutés par les responsables des micros parti pour saboter l’alternance politique voulu par le peuple Burkinabé. Le militantisme n’est pas spontané, mais un engagement, comme Kôrô Yamyélé et moi l’étions dans les années 1990. Il n’existe pas de générations spontanées.

    Aux deux internautes bornés, mon ami Kôrô Yamyélé s’exprime avec son ami Ka comme il s’exprime avec ses lecteurs depuis plus de dix ans sur le forum. En passant je remercie a mon frère en Christ Achille de Tapsoba le Bobolais, pour son auto critique pertinente et clairvoyante. Ka farouche partisan de l’alternance politique du Burkina avec sa jeunesse.

    Répondre à ce message

    • Le 2 août à 07:05, par SOULY N. Stéphane En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Cher ami Ka, merci de me citer, en bien ou en mal ! En vérité, vous ne me connaissez pas ! Relisez sans passion mon post. Je ne suis pas un ennemi de l´alternance. Demandez à votre ami Kôrô YAMYÉLÉ…qui du reste me connait. Bonne suite et merci pour vos diverses contributions sur le Faso.net !

      Répondre à ce message

    • Le 2 août à 09:19, par Zitai En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      Non mais, franchement, on ne peux faire plus ambigu au fil des posts et des réponses aux autres. Koro Ka, walai je perds mon latin... enfin....mon dioula, à vous lire. Rectifiez moi si ce n’est pas le cas, mais pour ma part, je perçois nettement un parti pris que vous niez mais en vain. En effet, il vous devient de plus en plus difficile de cacher votre sympathie inconditionnelle au MPP et sa gouvernance et vous n’êtes pas seul. On peut dire Dieu merci. D’autre part, il faut concéder à d’autres le droit de pas y adhérer comme (et c’est manifeste, votre ami et promo Koro Yamyele). On peut dire encore Dieu merci.
      C’est tout ça le piment de la diversité des opinions que vous chantez ici même. Pas besoin alors de circonvolutions, de tours et de détours pour afficher sa chapelle. Juste à le faire clairement.
      Autre chose, le Koro vient de "congratuler un frère en christ". Je crois le Koro plus "partisan" que républicain. C’est juste mon avis.

      Amicalement.

      Répondre à ce message

      • Le 2 août à 13:37, par Ka En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

        Ton auto critique se partage en partisan et en haine, et comme la sagesse africaine nous dit qu’en opposant la haine à la haine, la vengeance a la vengeance, on applique une vieille philosophie qui ne donne pas de bons résultats. Je ne soutiens aucun parti politique : Ce que je peux te dire, ‘’’’soutenir un parti politique, ce n’est pas soutenir un individu, mais les actions concrètes que ce parti fait et qui vont au développement du pays.’’’’ je ne roule pour personne comme tu le pense, mais je soutiens toute action qui va pour le pays, et non pour un individu. Ce que la majorité présidentiel vient de faire, est dans l’intérêt de la bonne marche de notre démocratie. C’est pourquoi je tire à bout portant ma vérité en faveur de la majorité qui a pris une bonne décision. Si j’avais le pouvoir de convaincre le président Roch Kaboré, c’est de le convaincre d’annuler ce vote de la diaspora en attendant les jours meilleurs. Merci de me lire.

        Répondre à ce message

  • Le 1er août à 15:11, par QUI A TORD ? En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Quand la population a faim qui parle ?
    Quand la population n,a pas de route qui parle ?
    Quand ya pas des lits dans les Hopitaux qui parle ?
    Quand ya pas d,eau potable pour la population qui parle ?
    Arretez de nous fatiguer avec vos vaines paroles .
    Arretez de nous dire que vous n,etes pas la pour la population mais pour vs interest.
    Arretez hein sinon vos vrais militants vont fuir.
    ON pensait que vous aimez le people guiaaa c,est le contraire.

    Celui qui detient un CS doit normalement avoir un CNIB.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 16:07, par Vraiment En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Hééééééééééééé, opposition de merdes.
    Quand mon frère en CI qui a sa carte consulaire ne peut pas m’envoyer de l’argent en utilisant sa carte consulaire, cela ne vous dit rien.
    Quand, il fait délivrer la carte consulaire à un Petit Guinéen qui travaille avec lui pour faciliter ses courses avec les provisions vers Abidja,, y a rien à dire ?
    Quand moi qui suis au Pays, petit fonctionnaire, avec ma carte professionnelle, ma carte de syndicat, mon permis je perds ma CNIB à deux des élections et je ne peux pas voter, c’est sans souci ?
    Quand ma nièce, née en RCI et rentrée au pays quand elle avait 4 ans (elle en a 40) ne peut pas faire sa CNIB sans son certificat de nationalité alors que sa petite soeur qui est restée en RCI sans se marier fait la carte consulaire avec son acte de naissance établi en RCI, c’est pas votre problème ?
    En somme, bonnes gens, dites moi, que voulez-vous ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 17:54, par le magnac En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    moi je voudrais poser une seule question à ceux qui disent que parce qu’il est fait mention au verso de la carte consulaire qu’elle tient lieu de CNIB. pourquoi malgré cette mention nos frères diaspo qui viennent sont obligés de faire la CNIB pour participer aux concours de la fonctions pibliques ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 18:29, par timy timy En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Dieu merci pour moi d’être apolitique. pourquoi les hommes politiques sont si moches comme ça ? ils ont manipulé leur marionnettes qui chient à longueurs de journée sur lefaso.net. triste pour ce noble pays.
    nul besoin de nous acharner sur l’UPC. le MPP et le CDP sont la même famille et l’UPC et l’ADF/RDA leurs fils. C’est le même sang.
    VIVE LE BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 18:44, par Templier En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Mes chers compatriotes je suis né trouvé que Blaise est président depuis deja quelques années, mais dites-moi : avez-vous deja vu une opposition aussi confondue que celle que nous voyons là. Une opposition nulle de compétence.
    Il faut qu’elle sache que cette époque là est morte hein. Le peuple burkinabé post insurrectionnel suit les idées. Si vous n’avez rien à proposer, foutez le camp

    Répondre à ce message

    • Le 1er août à 22:59, par fatima En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

      vraiment cet opposition là nous fatigue.où est le problème dans ce nouveau code, vous opposer seulement pour opposer.je suis une Burkinabè a l’étranger et je ne vois pas ce qui m’empêche de voter avec mon passeport . ou bien l’opposition pense que nous vivons hors du Burkina sans passeport ? vous cherchez les problèmes là où il n’y a pas.si vous n’avez jamais cherché a faire avancer le pays, laissez nous maintenant avancer.vous ne chercher pas le bien des burkinabé, mais a semer la haine, a barrer la route du progrès, pour aveugler la population. laissons les burkinabè tranquille. nous avons assez de problème avec le terrorisme,la famine,l’incivisme de tout genre.les maladies. merci

      Répondre à ce message

      • Le 2 août à 09:46, par Ka En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

        Merci Fatima je confirme : L’opposition au Burkina de 2018 avec son chef Zépherin Diabré manipuler par des revanchards autour de lui, qui veulent saboter l’alternance politique voulu par le peuple, à un seul problème : ’’’Celui de s’opposer à une personne qui ne lui convient pas et qu’elle ne veut pas.’’’ A partir de là tout ce qui émanerait de cette personne en tant que projet ou sous sa gouvernance comme le cas de Roch Kaboré qui se réveille ces derniers jours avec quelques objectifs de la révolution inachevés l’idéologue de Thomas Sankara, cette opposition fantôme qui n’a rien à proposer que de pleurnicher dira non à tout : Même si ces objectifs étaient "bons ou au moins prometteurs, qui nous feraient avancer".

        Répondre à ce message

  • Le 1er août à 23:48, par kayalais En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    J’ai honte pour l’opposition sur pour le président de l’UPC.

    Répondre à ce message

  • Le 2 août à 11:28, par la paix En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Bonjour chers tous, moi personnellement je me demande ce que le débat politico démagogique "les burkinabés de l’extérieurs voteront ne voteront pas" apporte à notre chère patrie et à la population. Quand on parle d’insécurité, de chômage, des gens qui se noient à Bassinko parce qu’il n’y a pas de voie d’accès aux cité, le manque d’eau et d’électricité ou bien que la famine se vit dans une partie du Burkina ; il n’y a pas de problème personne n’est engagée, il n’y a pas d’opposition. Mais lorsque l’on parle d’un sujet sans valeur ajoutée sur le quotient du burkinabé lamba ça défraye la chronique. A qui cela profite. On a compris et on s’en fou de vos prises de position égoïstes et égocentristes. C’est maintenant qu’il y a une opposition ? Parce qu’ils voulaient utiliser ce créneau pour usurper le pouvoir mais ceux d’en face aussi ont compris. Papa Rock, les burkinabé de l’extérieurs qui veulent voter votent à chaque scrutin en prenant leur billet de train , de car ou d’avion pour venir accomplir leur devoir si cher que rien n’entrave. Les populations des cités sociaux de Bassinko crient à vous pour avoir de l’eau et des voies d’accès à leur logis. C’est cela la nécessité, le reste n’est que la poudre aux yeux et nous comprenons bien ce dilatoire de l’opposition.

    Répondre à ce message

  • Le 2 août à 11:37, par la paix En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Bien dit, je suis parfaitement d’accord mon frère. Sur toutes les chaines de télévision les résidents des logements sociaux de Bassinko ont pleuré leur misère et leur spoliation pour le manque d’infrastructures et de l’eau courante ayant déjà causé 5 morts, lopposition n’a pas entendu ces gémissements mais pour rien.. Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique.
    Quand la population a faim qui parle ?
    Quand la population n’a pas de route qui parle ?
    Quand y a pas des lits dans les Hôpitaux qui parle ?
    Quand y a pas d’eau potable pour la population qui parle ?
    Arrêtez de nous fatiguer avec vos vaines paroles .
    Arrêtez de nous dire que vous n’êtes pas la pour la population mais pour vos intérêts.
    Arrêtez hein sinon vos vrais militants vont fuir.
    ON pensait que vous aimez le people guiaaa c’est le contraire.
    Celui qui détient un CS doit normalement avoir un CNIB."

    Répondre à ce message

  • Le 2 août à 13:49, par lewang En réponse à : Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

    Depuis que Diabré a fait coalition avec CDP là je le sens de plus en plus populiste. Comment quelqu’u qui aspire à la magistrature suprême peut se laisser sur-planter par des gens que tu as combattu et même fait fuir en plein midi. Ou bien tu regrettes ton acte de l’époque ? Affaire de carte consulaire est très impopulaire et Diabré l’apprendra à ses dépends !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés