Ce que Bénéwendé Sankara reproche à l’actuelle opposition politique burkinabè

LEFASO.NET | Moussa DIALLO • vendredi 8 juin 2018 à 21h29min

Les groupes parlementaires membres de la majorité présidentielle (MPP et Burkinadlim) ont organisé une conférence de presse, le 08 juin 2018 pour, disent-ils, faire le bilan de leurs activités au cours de la première session ordinaire de l’Assemblée nationale. Mais, ce fut surtout l’occasion de répondre aux critiques des différents groupes de l’opposition parlementaire. Au cours de cette rencontre, le tout premier chef de file de l’opposition politique burkinabè, Bénéwendé Sankara, a égrené quelques griefs à l’encontre de ses amis d’hier. Et, il n’est pas tendre, loin s’en faut.

Ce que Bénéwendé Sankara reproche à l’actuelle opposition politique burkinabè

Bénéwendé Sankara est le 1er vice-président de l’Assemblée nationale depuis la mise en place du bureau de la 7e législature. De ce fait, il dirige très souvent les séances plénières et assure l’intérim du Président du parlement. C’est pourquoi, on l’entend très peu dans le débat parlementaire. Le 1er juin dernier, lors de l’examen du projet de loi portant modification de la loi portant statut du Chef de file de l’opposition politique (CFOP), c’est lui qui présidait la séance. Lorsqu’il a donné acte au gouvernement pour le retrait de la loi, trois groupes parlementaires de l’opposition ont vidé la salle, criant au mépris et à l’escamotage du règlement de l’Assemblée nationale qui stipule en son article 103 que le gouvernement peut retirer son projet de loi à tout moment avant l’adoption définitive de celle-ci.

Ce 08 juin 2018, l’ancien CFOP, aujourd’hui n°2 du parlement est revenu sur cet épisode et il dit trouver absurde la compréhension ou l’interprétation faite de l’article 103 du règlement de l’Assemblée par l’opposition. Ce fut également l’occasion d’égrener plusieurs autres reproches qu’il fait à l’actuelle opposition. « Nous avons à faire à une opposition qui est vraiment incapable de se mettre aujourd’hui au diapason des exigences actuelles de la démocratie, ça c’est mon avis », soutient-il. Puis, il ajoute : « Nous avons à faire à une opposition qui pleurniche autour de ses intérêts personnels.
Par exemple, vous verrez que dans tout le débat, c’est des problèmes du genre « on ne nous a pas mis dans des missions », « telle personne a été en mission et nous ne sommes pas au courant »... Ce n’est pas ce qu’on demande à l’opposition. Aujourd’hui, on demande à l’opposition d’être un contre-pouvoir et de voir par rapport au développement économique et social du Burkina Faso, le débat démocratique que nous menons par rapport aux textes, s’il y a du recul ou pas ».

Aussi, en croire Bénéwendé Sankara, l’opposition ne dispose pas de feuille de route. Pire, elle ne maîtriserait pas les textes, y compris ceux du parlement. « Une opposition doit avoir une feuille de route, une opposition doit savoir poser les préoccupations et encore à l’Assemblée nationale, une opposition doit maîtriser les textes de l’Assemblée nationale, notamment le règlement de l’Assemblée, le règlement administratif… et c’est en ce moment que le débat devient intéressant. Mais, si l’opposition ne connait même pas le règlement de l’Assemblée nationale, comment elle peut être sérieuse ? », assène-t-il.

Au lieu de cela, regrette le vice-président de l’Assemblée nationale, « là où nous avons une opposition qui excelle, c’est dans l’organisation des conférences de presse alors qu’un adage de chez nous dit : si le mensonge n’a pas eu de contradiction, elle devient une vérité. Nonobstant le bilan que nous avons fait, nous sommes obligés de répondre à l’opposition et lui rappeler son rôle », soutient-il.

Concluant sur le projet de loi relatif au statut du CFOP, Bénéwendé Sankara précise qu’elle pourra revenir à tout moment à l’Assemblée nationale. Mieux, « Si cette loi peut donner plus de poids à l’opposition politique pour notre démocratie, ce n’est pas la majorité actuelle qui va s’opposer », assure-t-il.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Messages

  • Bien que je ne suis d’ aucun bord politique du Burkina, permetez moi d’ accorder du crédit a ce que Mr. Bénéwendé de decripter sur l’ oposition Burkinabè.
    J’ ai dit et je le repete encore ; il faut aussi de l’ alternance au niveau du CFOB. Il faut du nouveau sang et de nouvelles Idées. Les methodes Diabré n’ est certainement plus a jours.

  • Maître Sankara n’est pas un politicien. il est juste un faible sur qui le Burkina ne pourra jamais compter.

  • On veut la paix.Ne nous grugez plus avec le nom de THOMAS SANKARA.

  • Pathétique ! Si le grand Président-patriote Thomas Sankara était encore ici-bas, il aurait dit , avec son sourire jovial, que celui-là est un "sankariste brouette". Des déclarations toujours creuses, sans substance ; juste pour jouer au clairon d’une majorité à laquelle il s’identifie plus qu’aux idéaux de sa propre formation politique au nom des "exigences nouvelles de la démocratie" ! Est-ce que les nouvelles exigences de la démocratie riment avec le laisser-aller et le laisser-faire ? Sont-elles synonymes de la transformation de l’lEtat en Groupements d’Interets économiques et financiers ? Etc..
    Président-patriote THOMAS SANKARA, repose en paix ; ne te préoccupe plus de la manière dont ton héritage est exploité dans ton pays "des hommes intègres". La "patrie ou la mort" est devenue un slogan ; ce n’est plus ce cri de coeur que tu avais lancé à la fin de ta proclamation le 4 Août 1983, vers 20h30mns, à la radio nationale, repris en chœur par l’écrasante majorité du peuple volaïque. Aujourd’hui, ton pays est orphelin de l’élan patriotique que tu avais insuflé dans la conscience nationale. Aujoud’hui, les "nouvelles exigences démocratiques" donnent droit à tes compatriotes d’asphyxier ton pays pour préserver des intérêts et privilèges corporatistes et qu’un parti qui se réclame de toi, joue au clairon sans dénoncer ces târes que tu as tant combattues.

  • Vous semblez etre le seul depute qui maitrise les textes legislatifs .

  • La maîtrise des règles de l’assemblée est un minimum pour tout député, on ne peut pas organiser une conférence de presse sur un sujet dont on ignore les tenants.

  • Tchrrr !!! Benevende depuis qu,il mange gras et bois du frais, hyper frais même, commence à faire le malin et veut nous faire croire qu,il est le seul intellectuel au sein de l,hémicycle. Pensez vous que les députés de l,opposition ne sont pas au courant les textes et ne savent pas les interpréter ???

  • Vivema ke la nvle constitution limits le nbre de partis politiques pour eviter k les croc morts et les fossoyeurs NE rêvent de diriger CE pays un jour. De kel bord politik est CE type même ? Celui de son tube digestif peut etre, kel merde la chaine politik burkinabè avec des opportunistes ki NE sont pas digne d’utiliser le nom de SANKARA Dans l’appeletion de leur Parti politik.

  • Me Sankara, ton parti est aux commandes dans la commune de Solenzo. Montrez nous ce qui a fondamentalement changé avec l’ere CDP. Aucun programme “Sankariste” développé pourtant il y en a à gogo :
    . Mobilisation de la jeunesse à travers des programmes attractifs (encore faut ils identifier ce qui attire cette jeunesse et capture son attention).
    . Conférences publiques genre veillées-débats sur les maux de la jeunesse de la commune ( changement des mentalités, alcoolisme, occupation hors saison pluvieuse, etc...). Encourager et aider à monter des troupes théâtrales, etc...
    . Environnement (reboisement, opération ville verte, etc...). Le ministère de l’environnement est géré par le représentant de votre parti.
    . Consommer local, promotion du Faso dan fani (Solenzo est en plein dans une localité de production agricole).
    . Voiries (propagande de “tout ce qui sort de l’imagination de l’homme est réalisable par l’himme“) afin de rendre vivable le centre-ville de Solenzo (alentours du marché et de la gare routière).
    . Cohésion sociale (“Qui aime son peuple aime les autres peuples”) à travers des programmes sociologiques. Cela aiderait à décrisper et atténuer les tensions ethniques créer et exaspérées par les anciens et nouveaux militants CDP.
    . Opérations Manamana (nettoyage de la ville, travaux d’interet commun, etc...).
    . Manger bien (1/4 de poulet par personne et par semaine) et Sport de masse car un esprit sain dans un corps sain.
    . Question de la femme (booster les activités des femmes ; Encore faudra t-il savoir comment les mobiliser et les “doper”)
    . Éducation (les élèves brouettes, à bas ! Il faut que nos enfants aillent à l’ecole au lieu de faire des grèves inutiles ou se montrer en show).

    Vous me direz que vous n’avez pas les moyens, pourtant si : monnayez vos deux postes ministériels contres les moyens qui développeront les “communes Unir/PS” du Burkina.
    Au lieu de parler des grandes entités donnez l’exemple à travers la gestion des communes que l’Unir/PS contrôle.

  • L’unir/ps a la gestion de 4 communes, au regard de ce que "fils de Solenzo" a développé on aperçoit aisement de l’enfantillage ou de la méchantété gratuite qui n’honore pas son auteur. L’exécution budgétaire obéit aux règles de la comptabilité publique comment peut-on monnayer les 2 ministères pour avoir des moyens pour les communes "unir/ps" c’est terrible et puéril comme réflexion, "fils de Solenzo" cessez d’être ridicule. Quand on n’a pas l’étoffe pour mener certains débats on se tait.

  • Je suis parfaitement d’accord avec me sankara, tu l’aimes, tu ne l’aimes pas, il faut reconnaitre que l’opposition se cherche. Une analyse des dernières sorties sur certaines questions prouve que le CFOP n’a pas l’étoffe d’un véritable contre pouvoir. Rock peut dormir tranquille avec des critiques sur les noeuds sur le drapeau, la loi d’entraide judiciaire etc

  • Me sankara a raison .Que la fameuse opposition laisse les gens tranquilles.le cdp n’a rien fait pendant près de 30ans .quelle leçon peut-on avoir du cdp ?les oppositions africaines ne veulent pas laisser les vrais pouvoirs élus démocratiquement diriger .c’est comme les syndicalistes .donnez la possibilité au pouvoir de gérer,de planifier et mieux organiser l’état et la société.

  • A Pifo : vous ignorez tout ce que j’ai émis comme idées et sautez sur ce qui vous arrange pour critiquer. Mon idée est que l’Unir/PS qui est un parti politique ( tout parti politique aspire à gouverner demain) devrait s’essayer à la bonne gestion du pouvoir à travers les communes qu’elle dirige. Arba Diallo (paix a son âme) nous a montré de quoi il serait capable s’il arrivait au sommet de l’Etat ; et ceci à travers sa gestion de la commune de Dori.
    Vous ne dites pas la vérité car en politique tout se négocie. Et c’est le rapport de force et l’opportunité qui contrôlent le gain de chacun des partenaires. Au moment où le MPP avait besoin de l’Unir/PS pour avoir la majorité à l’AN, Me Sankara pouvait tout recevoir du MPP. Il pouvait dire ceci : “j’accepte de vous soutenir à condition que les communes que mon parti contrôle puisse avoir votre soutien pour dérouler notre vision dans ces communes”.
    Je suis sûr que le MPP l’aurait accepté surtout pour une commune de Solenzo où la liste du MPP avait été invalidée. L’Unir/PS aurait eu beaucoup les “moyens” de rayonner à Solenzo car aurait pu gouverner par procuration étant donné que le MPP avait été laissé à la touche sur la ligne de départ. C’est en laissant passer des opportunités comme ce que je viens de relever qu’on reconnaît les Leaders, les vrais ! Thomas Sankara l’avait dit : j’irai chercher les moyens partout pour développer mon pays.

    Amicalement !

  • Il fallait faire la différence quand vous étiez de l’autre côté. Un opposant qui appelle à brûler les insignes de son pays pour accéder au pouvoir alors la chaise était déjà vide c’est lui l’exemplaire.

  • - Me Bénéwendé est très mal placé pour faire des critiques à l’opposition. C’est d’abord le plus riche de tous les députés y compris le président de l’AN, donc tout le contraire de Sankara, ensuite il a trempé sa barbichette dans soupe huileuse de la majorité présidentielle. Il est tout le contraire de Thomas Sankara , et les ayants droits de THOM SANK devraient se plaindre contre lui pour usage commercial du nom de Thomas !

    Par Kôrô Yamyélé

  • Le vieux Ka dit et redit sur ce forum que notre opposition s’opose bettement. Je lui donne raison en depit de toutes ces sorties du CFOP depuis un bout de temps. Je suis loin d’etre satisfait de la gestion de Roch mais qui de tous ces gens pouvait faire mieux ? J’avais resolue que meme si Kabore se representait en 2020, je ne le voterai plus mais qui est encore digne de confiance parmis nos politiciens ridicules ?
    Il n’est pas du tout facile de gouverner ce pays apres l’insurection. Trop de liberte tue la democratie.
    Pourquoi le CFOP ne parle jamais de la merde de notre appareil judiciaire ? Une justice qui etait en coma depuis 27 ans et que nous pensions en etat de convalescence pendant la transition necessite maintenant d’une intervention chirurgicale pour oter tous les membres pourris par la corruption.
    Mon salue au vieux Ka !

  • Quelque soit le séjour d’un oiseau sur un fromager, il ne doit pas oublier qu ’il a vu le jour sur un arbuste.

  • Kôro yamyélé, vous êtes le prototype du burkinabè jaloux. Etre riche est devenu pour vous un défaut alors que tout le monde aspire à être riche. Bénéwendé st riche parce qu’il a travaillé à ça. Au lieu de gacher votre énergie dans la jalousie, il faut boxer.

  • Merci à mon ami et promo Kôrô Yamyélé de redire à tous ceux qui sont pour les objectifs de l’idéologue Thomas Sankara et sa révolution inachevée, que Benewendé Sankara ne fait qu’utilisé le nom de Thomas Sankara pour son fonds de commerce. Et j’ajouterai que malheureusement il arrive parfois que la lutte de classes dans une société ne soit plus très vive. Cela se vérifie quand une bonne partie des exploités ignorent complètement qu’ils sont l’objet d’une exploitation éhonté comme celui de notre héros d’autre fois, qui est Sankara Bénéwendé qui racle les casseroles de la majorité. Peut-être qu’actuellement notre héros mérite une indulgence selon son calcul, qui sera pour une retraite sur un matelas de billets de banque.

    Oui mon ami Kado, comme je ne cesse de le répéter, l’opposition au Burkina à un seul problème : ‘’’’celui de s’opposer à une personne qui ne lui convienne pas et qu’elle ne veut pas. A partir de là, tout ce qui émanerait de cette personne en tant que projet ou sous sa gouvernance comme le cas avec un président mouta mouta qui est Roch Kaboré, et qui patine, mais essaye de s’en sortir honorablement sans des crimes gratuits comme son ami Blaise Compaoré, notre opposition faible d’esprit dira NON a tous les projets de ce président au cœur du Christ, même si ceux-ci étaient "bons ou au moins prometteurs, qui nous feraient avancer". Dès lors c’est le peuple qui est le grand perdant.

    Ce qui est sûr mon ami Kado, c’est que tous ces politiciens d’appareil qui se disent aujourd’hui opposition ou majorité, ont fait sur le terrain des réalités concrètes la preuve de leur incompétence et de leur mauvaise gouvernance. C’est donc évident que, pour eux, "les défis à venir s’annoncent difficiles". En d’autres termes, ce n’est plus en flattant qu’en 2020, l’électeur au dernier moment, qu’on obtiendra sa voix lorsqu’il le faudra. Le Burkinabé de l’après insurrection du 31 Octobre 2014 comme toi, est intelligent, il ne votera plus pour n’importe quel enfariner. Merci de me lire, et reçois ici mes meilleurs salutations.

    Quand a mon ami Kôrô yamyélé, continuons à apporter nos critiques fondées sur la vérité et de nos vécus, pour éclairer la jeunesse afin qu’elle puisse faire avancer le pays que nous aimons tous.

  • Depuis que Maitre sankara a quitté l’oppositin, ce n’est plus de l’opposition. C’est le cdp maintenant qui règne en maitre. Quant à ceux qui sont contre la richesse d’autrui, ils n’ont qu’à s’en prendre à Dieu.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés