Traité sur le commerce des armes : Des parlementaires et des acteurs de la société civile à l’école des experts

LEFASO.NET | Marcus KOUAMAN • mercredi 6 juin 2018 à 20h59min

La Haute autorité de contrôle des importations d’armes etleur utilisation, organise, les 5 et 6 juin 2018 à Ouagadougou, un atelier de formation des parlementaires et des acteurs de la société civile. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le vice-président de l’Assemblée nationale, Lona Charles Ouattara.

Traité sur le commerce des armes : Des parlementaires et des acteurs de la société civile à l’école des experts

Le 3 juin 2014, le Burkina Faso ratifiait le Traité sur le commerce des armes (TCA). Après l’atelier national de validation de l’avant-projet de loi d’internationalisation de ce traité (18 et 19 avril 2018), la Haute autorité de contrôle des importations d’armes et leur utilisation (HACIAU), avec l’appui de son partenaire qu’est l’Union européenne,organise un atelier de formationpour les parlementaires et les acteurs de la société civile. Durant48 heures, les participants échangeront avec les experts de l’Union européenne et du Sénégal, qui ont fait le déplacement de Ouagadougou, sur le TCA, le contrôle des transferts d’armes classiques, la prévention et la lutte contre le détournement des armes.

Stopper la circulation illégale

Pour le chargé d’affaires de la délégation de l’Union européenne au Burkina Faso, José Luis Sanchez Alegre,le commerce des armes est une question délicate. Et ce qui est recherché,c’est d’avoir un cadre règlementaire pour que ce commerce se passe dans les règles de l’art. Cela pour éviter ce qui arrive parfois, à savoir les détournements qui font que les armes tombent souvent dans les mains des malfaiteurs, des gens qui ne souhaitent pas la stabilité des Etats. « Nous avons des experts qui présentent des options au Burkina Faso dans ce cas, de manière à ce que tous les cadres législatifs fassent l’objet d’une analyse », a-t-il indiqué. Cela pour avoir un cadre législatif partagé par les pays voisins afin de faciliter les choses.

A en croire le vice-président de l’Assemblée nationale, Lona Charles Ouattara,la circulation des armes n’est pas une bonne chose, surtout dans le contexte burkinabè (terrorisme oblige). « Il y a une nécessité absolue de contrôler le transfert des armes chez nous », a-t-il souligné. En attendant que l’avant-projet de loi devienne un projet de loi et atterrisse sur la table de l’hémicycle, il a salué la tenue de cet atelier qui va permettre à desélus nationaux de mieux comprendre cette problématique.
En ce sens que cela y va de la sécurité des personnes et pour la souveraineté du pays des Hommes intègres.

Cet atelier de formation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la phase II du « Projet de sensibilisation de l’Union européenne au traité sur le commerce des armes ». Une seconde phase, qui couvre la période de 2017-2020,est conduite par Expertise France. La première phase du projeta été pilotée par l’Office allemand des Affaires étrangères (BAFA) et a permis en partie la sensibilisation d’acteurs concernés par la question des armes sur le TCA et une assistance juridique qui a porté l’avant-projet de loi d’internationalisation en question.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés