Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Les talents sont innés, l’éducation les développe, les circonstances les mettent en jeu ou les rendent inutiles.» François Gaston de Lévis

Education : Paul Taryam Ilboudo a soutenu sa thèse de doctorat unique en politiques éducatives

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • • vendredi 2 mars 2018 à 07h00min
Education : Paul Taryam Ilboudo a soutenu sa thèse de doctorat unique en politiques éducatives

A plus de 70 ans, Paul Taryam Ilboudo ne finit pas de surprendre sa génération et les jeunes générations. Plusieurs personnes de sa génération pensaient qu’il avait déjà son doctorat et les plus jeunes ne se doutaient pas qu’ils ne l’avaient pas. Oui, il vient de soutenir mercredi 28 février sa thèse de doctorat unique à l’école doctorale lettres et sciences humaines, laboratoire de psychopédagogie, d’andragogie, de politiques éducatives et de mesure et évaluation (LAPAME) de l’Université Norbert ZONGO de Koudougou.

C’est dans un des amphithéâtres de l’épicentre du savoir de Koudougou, qu’une foule nombreuse constituée de parents, amis, collègues, et étudiants s’est retrouvée pour soutenir et encourager l’étudiant d’un autre âge. En face de lui, un jury de 6 membres composé de 5 professeurs titulaires et d’un maître de conférences venu de l’Université d’Abomey-Calavi.

Il est 9h30 lorsque le président du jury, le professeur Aliou Keita annonce le début des hostilités par la présentation de l’ordre du jour. Lui-même visiblement heureux de recevoir un étudiant pas comme les autres. Il s’est d’abord félicité d’avoir à ses côtés d’imminents professeurs pour juger le travail de Paul T. Ilboudo. Il a ensuite félicité le nouvel impétrant, qui, malgré un âge avancé se présente pour soutenir sa thèse de doctorat.

« Impact du bilinguisme scolaire sur l’efficacité des écoles primaires bilingues au Burkina Faso » tel est le titre de la présente soutenance. Il s’est agi pour M. Paul Taryam Ilboudo de soulever et de répondre à la question des langues nationales dans le système éducatif et dans quelle mesure elles contribuent à améliorer sa qualité. En d’autres termes, quel est l’impact du bilinguisme scolaire langue nationale-français sur l’efficacité interne des écoles primaires bilingues au Burkina Faso ?

Il faut rappeler que Paul Taryam Ilboudo a été l’un des concepteurs de ce qu’on appelle l’éducation bilingue au Burkina Faso. A la tête de l’ONG « Œuvre Suisse d’Entraide Ouvrière », aujourd’hui « Solidar Suisse », il a initié et conduit dans les années 90, l’expérimentation de l’éducation bilingue dans le cadre de l’éducation non formelle, puis dans le cadre de l’éducation formelle en ouvrant des écoles bilingues à travers le pays. Au cours de toutes ces années, alors qu’il était toujours en fonction à la tête de Solidar Suisse il a fait du plaidoyer pour le passage à l’échelle de l’éducation bilingue. De nombreuses évaluations nationales et internationales ont validé et recommandé après les phases pilotes la généralisation de l’éducation bilingue dans tout le pays.

L’objectif de sa recherche a été de montrer après 30 ans d’investissement personnel, dans quelle mesure le bilinguisme scolaire du Burkina Faso, qui utilise comme médium d’enseignement, la langue nationale que l’élève maîtrise bien, en complémentarité avec le français, améliore les indicateurs d’efficacité interne des écoles primaires bilingues, sur une période de 10 années scolaires (2005-2006 à 2014-2015).
En suivant une méthodologie rigoureuse, Paul Taryam Ilboudo a présenté les résultats de sa recherche en faisant ressortir des indicateurs qui montrent que « Le bilinguisme scolaire langue nationale-français améliore significativement les indicateurs de l’efficacité interne dans les écoles primaires bilingues au Burkina Faso ». Par exemple, le coût unitaire, d’un diplômé au Certificat d’Etudes Primaires des écoles bilingue, est de 311 728 F. CFA. Alors que le coût unitaire, d’un diplômé au CEP de l’école classique, est de 479 185 F. CFA.On note une économie de 167 457FCFA, par diplômé du CEP des écoles bilingues. Avec cette économie de 167 457 FCFA, sur les 227 497 admis au CEP 2017, le Burkina Faso, aurait pu économiser plus de 38 milliards de F.CFA (38. 095. 965. 129 FCFA), sur le coût de formation des cohortes qui ont obtenu le CEP en 2017.

Les résultats de la thèse de monsieur ILBOUDO, nous apprennent également, entre autres, que :
-  les élèves des écoles bilingues ont 70,10 % de chance de finir leurs études sans jamais redoubler contre une chance de 46, 80 pour les écoles classiques.
-  les taux d’abandons se situent ente 0, 24% et 0, 79% ans les écoles bilingues, alors qu’ils vacillent entre 2, 24% et 11,94% pour les écoles classiques ;
-  Le coefficient d’efficacité, au niveau des écoles bilingues, est de 0,79096, donc un taux de rendement interne de 79,10% ;
-  Le coefficient d’efficacité, au niveau des écoles classiques est de 0,61728, donc un taux de rendement interne de 61,73%.
-  sur 1000 élèves des écoles bilingues inscrits en 1ère année, 953 arrivent en fin de cycle en 5ème année, (soit un taux de survie de 95,30 %) dont 871 obtiennent le CEP (87,1%) alors que sur 1000 élèves des écoles classiques inscrits en 1ère année, 678 arrivent en fin de cycle en 6ème année (soit un taux de survie de 67,8 %.) dont 575 obtiennent le CEP (57,5%).

Après 3h30 d’horloge, Monsieur Ilboudo s’est prêté aux questions réponses du jury, défendant sa thèse avec des arguments bien choisis. L’homme visiblement passionné et très engagé n’a pas démordu malgré les questions délicates que lui ont posées les membres du jury. L’une des questions qui revenait est pourquoi au regard des résultats positifs de l’éducation bilingue, les autorités ne passent pas à l’échelle ou encore celle de la résistance dans les milieux d’intellectuels ? Au regard de ces questions, le jury avant de délibérer, a recommandé la publication des résultats de ses travaux, et que Paul Taryam Ilboudo mène une étude sur les critiques et résistances contre l’éducation bilingue, car les résultats, auxquels il est parvenu, sont assez convaincants et suffisent pour qu’on adopte l’éducation bilingue. Tout cela devrait s’accompagner d’un plaidoyer auprès des autorités.

A la fin de la soutenance et après délibération le jury a accordé la mention très honorable à Paul Taryam Ilboudo. Il s’est félicité de la qualité de son travail, de sa persévérance et de ses convictions qui sont la recherche de l’amélioration du système éducatifburkinabè.

Aujourd’hui, à la retraite, maire de la commune de Loumbila, pour laquelle il se dévoue, que fera Paul T. Ilboudo doté d’un si « gros diplôme » qu’est le doctorat ? A cette question il répond que pour lui c’était un défi en tant que homme de terrain et d’action, d’apporter sa contribution par la recherche à l’amélioration de la qualité de l’éducation. C’est aussi le couronnement de nombreuses années de travail et d’engagement et un exemple pour les jeunes générations, car la valeur n’attend point le nombre d’années. Il a dédié son travail à son épouse Virginie qui l’a soutenu au cours de ces longues années, à ses enfants, beau-fils et belle-fille et à ses petits-enfants.

Evariste ZONGO

Vos commentaires

  • Le 3 mars 2018 à 01:18, par moi En réponse à : Education : Paul Taryam Ilboudo a soutenu sa thèse de doctorat unique en politiques éducatives

    Félicitations Monsieur Ilboudo.

    C’est ce genre de travail que notre pays en a besoin dans nos universités.

    Félicitations encore pour ce travail.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2018 à 05:49, par Burkina En réponse à : Education : Paul Taryam Ilboudo a soutenu sa thèse de doctorat unique en politiques éducatives

    Félicitations à Monsieur ILBOUDO pour son audace et sa persévérance. Cependant, je ne partage pas son optimisme et sa foi au bilinguisme tel qu’il l’a promu. Quand il prétend que "sur 1000 élèves des écoles bilingues inscrits en 1ère année, 953 arrivent en fin de cycle en 5ème année, (soit un taux de survie de 95,30 %) dont 871 obtiennent le CEP (87,1%)", combien arrivent au BEPC et combien au BAC ? Combien d’enfants des chantres du bilinguisme dont lui et ses lieutenants passés et actuels ont sfréquenté ou fréquenteront l’école bilingue ? Pourquoi ce n’est bon que pour les enfants des autres ? Après tant d’années de mise en oeuvres les preuves devaient être si évidentes qu’il ne fallait plus chercher à convaincre par le Verbe. Les enseignants honnêtes du primaire sauront mieux vous dire jusqu’où il s’agit d’une aventure ou plutôt d’une mésaventure pour enfants de pauvres ! S’il faut le bilinguisme, il en faut un autre, pas celui-là.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2018 à 13:49, par Jean-Paul En réponse à : Education : Paul Taryam Ilboudo a soutenu sa thèse de doctorat unique en politiques éducatives

    Félicitations à monsieur Ilboudo. Je pense vraiment comme lui qu’il est important d’intégrer nos langues maternelles dans le programme scolaire au Burkina. Cependant cela devra intervenir seulement pendant une sorte de phase d’initiation à la lecture et à l’écriture avant la première année du primaire. Ainsi, on recrutera les enfants à l’âge de 5 ans pour une année complète de classe préparatoire à l’entrée au primaire durant laquelle les apprentissages se feront dans la langue maternelle de l’enfant. C’est tellement pratique que les apprentissages sont faciles. J’ai personnellement fait cette expérience et je vous assure que durant tout mon cursus scolaire j’ai toujours été en avance par rapport aux autres élèves. A ma classe de CP1 quand mes camarades commençaient à apprendre l’alphabet, moi je savais déjà écrire mon nom.
    Certainement comme toutes œuvres humaines, cette approche peut aussi avoir ses inconvénients. Il s’agit par exemple de l’affectation des enseignants dans des zones où ils doivent parler la langue locale. L’enfant aussi devra aller dans une école où est enseignée sa langue maternelle.
    Dans tous les cas, je pense que monsieur Ilboudo a fait là un travail intéressant sur lequel les autorités doivent se pencher et apporter une réponse adéquate.

    Répondre à ce message

    • Le 3 mars 2018 à 15:00, par Idriss En réponse à : Education : Paul Taryam Ilboudo a soutenu sa thèse de doctorat unique en politiques éducatives

      Toutes mes félicitations à Paul Taryam Ilboudo. C’est le couronnement d’une détermination et d’un engagement. En 1996 ou 1998, il était déjà lauréat des petites subvention de recherche de l’Union pour l’étude de la population africaine (UEPA). Ce qui montrait ses aptitudes pour la recherche. Cette thèse aurait pu être soutenu dès le début des années 2000. Mais l’engagement et le terrain ont pris de la priorité sur la thèse. Aujourd’hui c’est chose faite. Bon vent au Dr Paul Taryam Ilboudo.

      Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2018 à 17:45, par Zemosse En réponse à : Education : Paul Taryam Ilboudo a soutenu sa thèse de doctorat unique en politiques éducatives

    Félicitation à M Ilboudo Paul Taryam (l’intelligent). La balle est dans le camp des autorités du Burkina. La reussite de la révision du système éducatif passe inéluctablement par le bilinguisme

    Répondre à ce message

  • Le 12 mars 2018 à 12:44, par ILBOUDO Issouf En réponse à : Education : Paul Taryam Ilboudo a soutenu sa thèse de doctorat unique en politiques éducatives

    Toutes mes félicitations à Mr Paul Taryam ILBOUDO
    Je serai bien heureux de le rencontrer afin d’avoir son avis sur un projet qui va dans la promotion de nos langues
    Que les grâces de Dieu soient toujours avec vous amen

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril 2018 à 00:15, par Zimm En réponse à : Education : Paul Taryam Ilboudo a soutenu sa thèse de doctorat unique en politiques éducatives

    Tout d’abord félicitations au Dr. Paul Taryam Ilboudo, c’est un Très Bel Accomplissement Intellectuel.

    À Evariste ZONGO qui a signé l’article, la prochaine ce n’est pas la peine de signaler l’age de quelqu’un pour faire votre point car il n’y a pas d’age pour apprendre, pour faire de la recherche fondamentale et / ou appliquée et continuer à pousser les frontières du savoir humain.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril 2018 à 12:06, par senadja En réponse à : Education : Paul Taryam Ilboudo a soutenu sa thèse de doctorat unique en politiques éducatives

    Félicitation a MR Ilboudo.
    en lisant cet article je suis confus. c’est vrai que apprendre dans sa langue est une bonne chose, mais au regard aujourd’hui du contexte international ou nous sommes confronté a la minorisation de la langue française a quoi servira savoir lire en Dagara , lobiri, djan , gan, birifor, dioula, fulfulde , moré etc..... ; regardé les annonces d’emploi sur le net, surtout pour les organisations internationales, la plus par est en anglais . je croix qu’on gagnerai a revoir notre système éducatif en l’orientant plus sur la pratique ou apprendre dans sa langue sera bénéfique pour gerrer son entreprise. sinon vaut mieux introduire l’anglais dès le primaire. Même les français de nos jours vont étudier dans les pays anglophones afin d’augmenter leur chance dans la recherche de l’emploi.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Université Ouaga I Pr-Joseph-Ki-Zerbo : Admis à la retraite, le Pr Prosper N. Zombré reçoit l’hommage de ses pairs
Les obstacles à la participation communautaire à la santé
Soutenance de mémoire : Hamadoum Tall analyse la consommation des réseaux sociaux par les lycéens
Recherche : Le quinoa, une plante pour s’adapter aux changements climatiques
Soutenance de thèse : Nicolas Ouédraogo propose les résidus de tubercules pour combattre la malnutrition et la pollution
Innovation : Etudiant en droit, Jonathan Ouédraogo invente du carburant à base d’huile usagée de moteur
Education à la paix : Marceline Yaméogo suggère l’instauration de la « gouvernance scolaire » dans les écoles
Master II en Topographie et Systèmes d’information géographique : Neysa, première femme diplômée de l’ESUP-Jeunesse
Institut national des sciences des sociétés (INSS) : Les mérites des chercheurs reconnus
Repenser le système de vulgarisation au Burkina Faso pour favoriser l’adoption des innovations agricoles
Plateforme d’innovation-Lait de Banfora : un outil de développement local au Burkina Faso
Soutenance de Thèse Université Nazi Boni : Ida Ouèbounga Bénagabou, désormais Docteur en développement rural
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés