Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Infrastructures endommagées à Gaoua : Le ministre Eric Bougouma était sur le terrain

Accueil > Actualités > Société • • lundi 26 février 2018 à 23h51min
Infrastructures endommagées à Gaoua :  Le ministre Eric Bougouma était sur le terrain

Le ministre des infrastructures et du désenclavement ERIC BOUGOUMA était à Gaoua ce lundi 26 février 2018 pour s’imprégner de l’ampleur des dégâts causés par la pluie du vendredi 23 au samedi 24 février 2018.

Estimé à environ 89 mm, cette pluie a causé quelques dommages dans certains secteurs de la ville de Gaoua. Apres le constat fait par le maire Fiacre KAMBOU le samedi 24 février, c’est le ministre des infrastructures Eric BOUGOUMA qui était ce lundi 26 février 2018 dans les artères de la ville de Gaoua pour faire l’état des lieux.

Accompagné de quelques responsables des entreprises qui ont effectué les travaux , la première escale était à Gbakonon secteur 2 où le pont menant au cimetière municipal a été un peu endommagé, ensuite les bordures des caniveaux cassés longeant le mur de la porte principale du lycée municipal. La visite s’est poursuivie sur l’axe du marché de volaille ou l’insalubrité règne en maitre avec des tas d’ordures bouchant les caniveaux, situation imputable aux riverains. A ceci une partie du mur du lycée provincial Bafuji au secteur 4 a cédé.

La visite s’est terminée au secteur 4 où quelques ménages ont été inondés. A ce niveau notons que ces derniers sont dans une zone non lotie. Pour les raisons de ces dégradations les techniciens affirment qu’elles sont dues a la forte pluie mais pas la qualité des travaux du moment où aucune chaussée principale n’est touchée. Qu’à cela ne tienne, ils rattraperont les insuffisances avant la réception provisoire selon le directeur technique de l’AGETIB Kima Jean Noel. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Boubacar TARNAGDA
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 26 février à 20:49, par pabegba En réponse à : Infrastructures endommagées à Gaoua : Le ministre Eric Bougouma était sur le terrain

    beaucoup de courage et bonne reprise des travaux

    Répondre à ce message

  • Le 26 février à 21:00, par Kpièrou En réponse à : Infrastructures endommagées à Gaoua : Le ministre Eric Bougouma était sur le terrain

    Quand j’ai lu "Pour les raisons de ces dégradations les techniciens affirment qu’elles sont dues a la forte pluie mais pas la qualité des travaux du moment où aucune chaussée principale n’est touchée", je ne suis pas technicien mais je réponds à la négative. Vu les photos, on sent un problème de compactage vers les trottoirs et les parties des canniveaux. Si une pluie de 90 mm peut mettre en danger vos ouvrages qu’adviendra-t-il des pluies d’août qui peuvent atteindre facilement plus de 90 mm. pourquoi de vieilles réalisations n’ont-elles pas cédé ? On sait qu’à Gaoua il y a de fortes précipitations il faut en tenir compte dans la réalisation des ouvrages.
    Comme nous sommes dans un pays de mal gouvernance... sinon on exige une qarantie sur un délai assez éprouvant pour éliminer les mauvais entrepreneurs

    Répondre à ce message

  • Le 26 février à 21:25, par Mogo En réponse à : Infrastructures endommagées à Gaoua : Le ministre Eric Bougouma était sur le terrain

    De la poudre aux yeux. Quelles sont ces explications farfelues a faire dormir debout. On prend les gens pour des nez percés. Si l’ouvrage n’est pas de mauvaise qualité comment une seule pluie va l’endommager ? C’est le résultat de ces marchés opaques gré à gré qui ont été dénoncés. Les responsables qui continuent de se pavaner, méritent sanction

    Répondre à ce message

  • Le 26 février à 21:37, par Direct En réponse à : Infrastructures endommagées à Gaoua : Le ministre Eric Bougouma était sur le terrain

    Ahhiiii ce n’ai pas la faute des entreprises, on connaît ou est le problème. Les gens reçoivent 10%ou 20% pour attribuer les marchés donc vous comprenez que les travaux ne peuvent qu’être bâclés. Ou était ceux qui suivent les chantiers. Ailleurs des édifices ont été construits dans les années 1900maia ca tiens aujourdhui. Pauvreté qu’en tu me prends. Les gens pensent à détourner seulement sans réfléchir. Ils ne se disent même pas que les constructions peuvent s’abattre sur leur neveu. Cousins, parents. Yako yako du n’importe quoi

    Répondre à ce message

  • Le 26 février à 22:34, par Time Will Tell En réponse à : Infrastructures endommagées à Gaoua : Le ministre Eric Bougouma était sur le terrain

    C’est toujours comme ça quand on construit pour un évènement d’un jour (11 décembre). Nos dirigeants n’ont jamais de vision. ils n’ont que le prestige de leur mandat. Cela ne m’étonne pas personnellement. en tant que habitant de Gaoua j’ai réagi sur tous les articles concernant le 11 décembre. j’avais en son temps souhaité le report de la manifestation à 2018 afin qu’on ait des travaux patiemment réalisés et de bonne qualité. j’avais avancé des arguments tels que le démarrage tardifs des travaux, le relief difficile, les déblocages de fonds apparemment difficile ; la longue saison des pluies dans le Sud-ouest. j’ai même dit que comme partout ailleurs nous auront des chantiers inachevé et qu’après le 11 décembre personne ne s’intéressera à notre sort (tous les regards étant tournés vers Manga). Malheureusement nous sommes dans un pays ou on ne pense pas que les commentaires des citoyens peuvent changer quelque chose. Dans notre orgueil de Lobi cette année 2017 c’est Gaoua ou rien ou nul part. Voila que le 24 nuit, comme un voleur le contrôleur des chantiers est venu constater les travaux et a exigé de tout mettre à plat.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février à 23:00, par Wennonga Tounsba En réponse à : Infrastructures endommagées à Gaoua : Le ministre Eric Bougouma était sur le terrain

    Quid du mur du Lycée tombé après la petite pluie tombée sur la ville de Gaoua ? Facebookau Burkina Faso truffé de politiciens ? Walai, allons seulement. Quelque part, quelqu’un ne dit pas la vérité en tout cas.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 04:08, par Karfolo En réponse à : Infrastructures endommagées à Gaoua : Le ministre Eric Bougouma était sur le terrain

    Quand est-ce Le BURKINA Faso en finira avec ces bandes de criminels hors La loi. Il n’ont seul seigneur l’argent et Le travail très bâclé. Comme Le BURKINA à l’argent on financera encore La médiocrité et on mettra hors de cause ces entreprises vautours. Nous avons vu au magazine des sports Du 25 Février Les infrastructures d’un stade méconnaissable à Bobo après Le passage de La pluie de Février. Nous nous demandons " à quand le BURKINA " ? Il faudrait un peu de sérieux de La part de nos responsables politiques qui gouvernent ce pays . Nous devons laisser aux générations des infrastructures pérennes et de qualité irréprochables. Je m’adresse au Ministre Bougouma Frère du Président KABORE , vous devez vous mettre au sérieux en construisons des infrastructures dignes sinon l’histoire ne retiendra que Du négatif de vous. Situez sans complaisance les responsabilités. Ayez le courage de prendre des sanctions et rendez Les publics.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 07:37, par tagrou En réponse à : Infrastructures endommagées à Gaoua : Le ministre Eric Bougouma était sur le terrain

    Heureusement que Dieu sait faire les choses ! Si en plus de la pauvreté il nous avait gratifié de tremblements de terre, que serions-nous devenus dans ce pays où, pour des intérêts bassement matériels, on est prêt à sacrifier des vies entières ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 10:02, par ELKABOR En réponse à : Infrastructures endommagées à Gaoua : Le ministre Eric Bougouma était sur le terrain

    C’est l’occasion d’aligner des V8, Prado et autres 4x4 pour accourir à Gaoua avec ordre de mission et perdiem bien sûr pour aller constater les dégâts. Ça me rappelle encore ces ministres frimeurs qui inventent des missions pour soit disant "aller toucher du doigt les réalités de terrain" de certains services de leurs départements ministériels comme s’ils venaient de débarquer de la planète Mars. Eux qui, pourtant vivent avec nous, tous les jours ici dans notre cher Faso.
    Je profite de la dégradation des travaux du 11 décembre de Gaoua pour dénoncer le système d’arnaque qui existe dans l’administration publique et qui conduit les entrepreneurs à fournir les travaux de moindre qualité. En effet, très souvent les agents de l’état, chargés de délivrer une autorisation quelconque aux entrepreneurs profitent leur extorquer de l’argent. Il est même arrivé que des commissions d’attribution de marché, contactent clandestinement les entreprises susceptibles de remporter un marché de leur payer des millions avant que cette commission ne leur attribue le marché. Par la suite, les missions de contrôle aussi exigent leur part de gâteau auprès de l’entrepreneur avant d’approuver quoi que ce soit. Après quoi cette mission signe sans se soucier de quoi que ce soit concernant la qualité des travaux. Gare à l’entrepreneur qui ne payent pas cette rançon, son travail sera déclaré irrecevable même si celui-ci est de bonne qualité. Et que dire de l’administration locale, mairie, haut commissariat etc..., le papier des photocopieurs, l’encre, les petits fournitures, les factures diverses, tout est mis sur le dos de l’entrepreneur pendant le laps de temps de l’exécution d’un marche dans une localité : résultats c’est des toitures d’écoles emportés, des murs qui s’écroulent seulement quelques temps après, des sols troués tellement le ciment est mal dosé, des tôles de toiture qui se déchirent tellement l’épaisseur est léger etc....Ainsi va de la vie des entrepreneurs d’aujourd’hui au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 11:53, par Charles Kouassi En réponse à : Infrastructures endommagées à Gaoua : Le ministre Eric Bougouma était sur le terrain

    Arrêtez d’en vouloir aux entreprises (Bureaux d’études + entreprises d’exécution). C’est la faute au gouvernement. Ce sont là les conséquences du "moins-disant". Comment voudriez vous avoir du travail de qualité si vous ne fixez pas de barème de prix. En plus vous voulez du bon travail en payant moins cher, Bèh !!! ne soyez étonner qu’on vous livre des infrastructures à hauteur de votre poche. En plus, vous donnez à une même entreprise 3, 4 ou 5 lots simultanément alors que celle-ci dispose d’une équipe d’exécution et d’un lot de matériel. Qu’est-ce peut s’en suivre dans ces conditions ???. Il faudrait arrêter de spéculer et d’accuser les entreprises. Le seul responsable de toutes ces malfaçons c’est l’Etat. Il doivent revoir leurs prix et les procédures d’attributions des marchés.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 12:11, par EL CAPO En réponse à : Infrastructures endommagées à Gaoua : Le ministre Eric Bougouma était sur le terrain

    Je ne suis pas d’accord avec vos analyses. Avez-vous vu les ordures qui obstruent les caniveaux ? Je pense que l’incivisme des populations a sa part de responsabilité. Jusqu’à quand comprendrons nous que les caniveaux ne sont pas des poubelles. Changeons de mentalité, car le travail des autorités, ce n’est pas d’être sur notre dos tous les jours pour nous indiquer les décharges. Même quand je regarde à OUAGA, ces comportements sont notre quotidien. Allez voir au niveau du projet ZACA, vous me dirai quelque chose. Au XXIème siècle, de tels comportements existent encore ?
    Vous me citerai sans doute d’autres grandes villes du monde où l’on trouve des décharges en plein centre. Si tel est notre raisonnement, cela traduit notre refus d’avancer, de grandir et même de construire nous-mêmes nos cités.
    Où est notre slogan « PLUS RIEN NE SERA COMME AVANT ! » C’est maintenant que se construit demain. Rappelons-nous de l’adage MOSSI qui dit : « IL FAUT BALAYER LA MAISON POUR NE PAS DONNER RAISON AU SCORPION ».
    SANS RANCUNE.
    LA PATRIE OU LA MORT ! NOUS VAINCRONS.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février à 11:25, par My En réponse à : Infrastructures endommagées à Gaoua : Le ministre Eric Bougouma était sur le terrain

    Une pluie en cette période qui fait écrouler un mur,même si il faut noter l’incivisme de la population il ya la part de l’Etat et des entreprises.Nous qui sommes à Gaoua voyons et savons ce qui se passe.En quoi l’écroulement du mur du Bafudji a avoir avec l’incivisme de la population ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Province du Bam : L’ONG World Agroforesty Centre visite ses réalisations
Ecole nationale de police : Les élèves de la 48e promotion effectuent une sortie d’études dans les Hauts-Bassins
Revue annuelle du programme de coopération 2018-2020 entre le gouvernement du Burkina Faso et l’UNICEF : jauger le niveau de progrès réalisé
Ecole polytechnique de Ouagadougou (EPO) : Des réflexions pour son opérationnalisation
Sécurité alimentaire : L’ORCADE encourage les orpailleurs à la pratique de la culture familiale
Energies renouvelables : Un atelier national pour se pencher sur la régulation du secteur
Commune de Ouagadougou : La mairie et ses partenaires préparent l’atelier international d’urbanisme de 2019
Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur
Etude sur l’insécurité au Burkina : Des citoyens accusent l’ancien régime
2iE : Un colloque pour réfléchir à l’interaction entre eau, énergie, alimentation et habitat
Commune de Ouagadougou : Des espaces de vente d’aliments dans les écoles pour garantir l’hygiène
11-Décembre 2018 : A Fada N’Gourma, on a fêté sans parade militaire ni civile
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés