Coopération Japon-Burkina : Plus de 347 milliards investis entre 1979 et 2017

LEFASO.NET | Par Yvette Zongo • mardi 13 février 2018 à 00h06min

Dans le cadre de la caravane de presse sur les réalisations du Japon au Burkina, deux sites ont été visités ce vendredi 09 février 2018. Et deux projets de l’Ambassade du Japon présentés, dans la soirée, aux journalistes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Coopération Japon-Burkina : Plus de 347 milliards investis entre 1979 et 2017

Au programme de ce deuxième et dernier jour de la caravane de presse initiée par l’Ambassade du Japon pour revisiter ses réalisations, c’est le centre d’éveil et d’éducation préscolaire (CEEP) de Pabré, localité située à une vingtaine de kilomètres de Ouagadougou, qui a d’abord accueilli les caravaniers. Sur ce site, les activités de Mlle Shinotsuka Sae, volontaire de la JICA (Projet japonais), ont pu être présentées aux visiteurs. Dans ce centre, la volontaire a développé quelques activités récréatives et intellectuelles avec les enfants. Pour elle, c’est un plaisir de travailler avec ces tout-petits.

Le directeur du CEEP, M. Lassina Bado, dans son mot de bienvenue et de remerciement a en effet noté son implication volontaire dans les activités, sa disponibilité pour les enfants et les encadreurs et son amour pour le milieu de la petite enfance. Selon lui, depuis son arrivée, celle-ci a contribué à innover dans la confection du matériel pédagogique. Ce qui a permis aux enfants du centre d’avoir des jouets et des images fabriqués à base de boites de yaourt, de cartons entre autres, a-t-il expliqué.

JPEG - 38.6 ko
Une des sages femmes de la maternité Sakina une malade en consultation

Après Pabré, la maternité Sakina de Nagrin, quartier situé dans l’arrondissement 07 de Ouagadougou, a été ensuite visitée. Inaugurée en novembre 2017, cette maternité a déjà accueilli plusieurs bébés, a souligné le président de l’Association des élèves et étudiants musulmans burkinabè (AEEMB), M. Yaya Dama. L’infrastructure est composée d’une salle de consultation, d’une salle d’attente, d’une autre d’accouchement, de toilettes, etc. En plus de ces détails, M. Dama a indiqué que la construction et l’équipement de ladite maternité ont été pris en charge par le Japon à hauteur de 47 millions FCFA au profit de l’AEEMB.

De retour à Ouagadougou, deux projets ont été enfin présentés aux journalistes. Il s’agit tout d’abord de l’ONG Core Burkina. M. Lamine Gnanou, son représentant a décrit un projet d’aménagement des pistes rurales avec des sacs remplis de terre dénommé Do-Noh. Dans sa présentation, il a souligné que Do-Noh a été financé par le ministère des affaires étrangères japonais en partenariat avec les ONG japonaises. « Le projet a pour but d’améliorer le cadre de vie des populations rurales à travers le transfert de la technique aux organisations villageoises afin de leur permettre de réaliser des aménagements de routes par leurs propres initiatives ».

JPEG - 48.3 ko
M. Cheick A. Gansore Expert de la JICA presentant le projet CACAO

M. Cheick A. Gansore, expert de la JICA, a ensuite présenté le Plan directeur de l’aménagement des corridors pour l’anneau de croissance en Afrique de l’ouest en abrégé CACAO. Pour lui, le projet vient d’être validé en janvier dernier à Abidjan. Et son objectif, selon l’expert de la JICA, « c’est de permettre le développement de la région, renforcer la croissance économique et promouvoir l’investissement étranger en exploitant le potentiel des ressources des pays tout au long des corridors ».

Près de 250 milliards investis entre 1979 et 2017

JPEG - 51.1 ko
M. Lamine Gnanou Représentant de l’7ONG Core Burkina présentant le projet Do-Noh

Pour sa coopération économique et sa technique bilatérale, le japon a investi, de 1979 à 2017, plus de 249 milliards FCFA au Burkina Faso, répartis entre les domaines de l’agriculture, de l’éducation, de la santé, de l’eau potable et des infrastructures. Et au niveau de la coopération multilatérale, il y a eu un investissement de 98 milliards de FCFA.

A cela s’ajoutent des échanges d’expertise réalisés dans le cadre de la formation des ressources humaines. C’est donc pour ces raisons que 410 experts et 398 stagiaires japonais ont été envoyés au Burkina Faso.

Concernant le Burkina Faso, 1190 stagiaires et 26 étudiants ont bénéficié de plusieurs formations au Japon.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés