Plainte dans l’affaire "tranquilos" : Convoqué à la gendarmerie, Zéphirin Diabré appelle à une pleine application de la loi contre le ministre Simon Compaoré

jeudi 4 janvier 2018 à 00h40min

Le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF), Zéphirin Diabré a été entendu ce mardi, 2 janvier 2018 en fin de matinée par la gendarmerie de Paspanga. Après une heure dans les locaux de ces hommes d’investigations, le leader de l’opposition politique est ressorti et a expliqué le motif de son audition.

Plainte dans l’affaire

"J’ai été reçu ce matin et on m’a informé qu’on souhaitait m’entendre suite à la plainte que j’ai déposée à mon nom et au nom de l’oppostion contre le ministre de la sécurité, Simon Compaoré au sujet de ce que nous appelons tous "épisode tranquilos" dont vous êtes bien au courant. Il s’est agi pour la gendarmerie, d’abord de me faire revenir sur des circonstances qui m’ont amené à poser cette plainte (circonstances relatées à nouveau par ma bouche). Ensuite, de savoir si cette plainte, non seulement était maintenue, mais si surtout il y avait une attente particulière. J’ai eu à expliquer les conditions dans lesquelles, moi, comme l’ensemble des Burkinabè, avons pris connaissance de cette vidéo qui circulait, dans laquelle on voit distinctement le ministre Simon Compoaré au domicile d’un député dissident de l’UPC, en l’occurennce le député Ladji Coulibaly", a confié Zéphirin Diabré à sa sortie de l’audition. Il explique que dans cette vidéo, dont l’authencité n’est plus à demontrer , le ministre Compaoré tient dans ses mains une arme, une kalachnikov, qui est une arme de guerre.

"Or, comme nous le savons tous, un civil ne doit pas se promener avec des armes de guerre. C’est une infraction. Donc, c’est la première motiovation de la plainte qui a été déposée. La deuxième raison tient au fait que dans les propos qu’il a tenus ce jour-là, aux côtés du député Ladji Coulibaly, monsieur Compaoré fait clairement état de mences à mon endroit, en citant nommément mon nom ’’, a justifié le porte-parole du CFOP-BF, Zéphirin Diabré, par ailleurs président de l’UPC (Union pour le progrès et le changement, première force politique de l’opposition).

"Etant entendu qu’il (le ministre) est allé pour, prétend-il, protéger des déuptés dissidents contre des prétendues menaces de militants qui seraient de l’opposition, l’affaire dépasse donc ma simple personne et englobe l’ensemble de l’opposition et c’est d’ailleurs pour cela que le CFOP-BF m’a autorisé à l’associer à cette plainte, qui a été déposée à mon nom personnel et au nom de l’ensemble de l’opposition", a-t-il situé en substance.

Au-delà de l’aspect juridique, l’implication politique

Zéphirin Diabré a aussi précisé qu’au cours de l’audition, il lui a été demandé de savoir si la vidéo était, de son point de vue, authentique.

"J’ai dit que cette vidéo est authentique. Non seulement, parce que quand on la regarde sur le plan technique, on voit bien que ceux qui sont filmés savaient qu’ils étaient filmés, mais surtout que quand monsieur Coulibaly est allé sur ses terres pour tenir des meetings, il a reconnu que c’est son propre fils qui avait filmé cette vidéo-là et l’avait donc répercutée à travers les réseaux sociaux. Donc, pour nous, la vérité n’est pas remise en doute", a soutenu M. Diabré.

Il souligne que dans cette affaire, l’opposition politique souhaite que la loi soit dite "dans toute sa plénitude ; parce que nul n’est au-dessus de la loi et que les dispositions de la loi qui punissent le fait qu’un civil se promène avec une arme de guerre soit appliquée".
Bien plus, pour les plaignants, au-delà de l’aspect juridique, il est important d’évoquer l’aspect politique. ’’ Simon Compaoré ne fait pas ça en tant qu’individu, il le fait en tant que ministre. Et il n’est pas devenu ministre à lui tout seul, c’est quelqu’un qui l’a nommé comme ministre, c’est le président Roch Kaboré qui lui a confié ce ministère ", a relevé Zéphirin Diabré, attribuant dès lors, la responsabilité des agissements du ministre à celui qui l’a nommé.

"Quand on confie ces fonctions à des gens qui sont d’une grande legèreté et d’une grande incompétence comme ce monsieur-là, on doit être capable, à un moment donné, d’en tirer toutes les conséquences ", a exprimé le porte-parole de l’opposition avant de réitérer la requête de son institution à savoir, la démission du ministre de ses fonctions à la tête du département de la sécurité.

"Il n’a ni la compétence ni la stature pour conduire ce ministère dans cette phase délicate de notre pays où nous sommes en combat contre les forces du mal (les terroristes) ", a-t-il conclu, espérant qu’à sa suite, le ministre Simon Compaoré soit entendu pour dire pourquoi, en tant que civil, il doit se promener avec une arme de guerre dans la ville.

OL
Lefaso.net

Messages

  • Très logique comme argument. On verra si notre justice est devenue indépendante. La justice joue sa crédibilité .la justice doit montrer qu’elle est à la hauteur des salaires fixes pour dire le droit en toute indépendance.

    • M. Simon COMPAORE avait accusé les réseaux sociaux ; ce qui veut dire qu’il ne se reconnait pas dans les propos et les images diffusés. L’honorable député a pourtant confirmé les faits en martelant que c’est son fils qui a filmé la visite du ministre et qu’il préfère ne pas mentir à son âge. M. Simon COMPAORE aurait pu juste présenter humblement ses excuses et c’est une leçon de grandeur. Quand les faits sont têtus, inutile de croire que la justice pourrait être manipulée en sa faveur. Il y a bien de magistrats qui font courageusement leur travail.

    • J’ai pitié de certains Burkinabè, certains sont très jaloux de SIMON ; même à lire certains ainés sur le forum, on est déçu. SIMON est avant tout un Burkinabè qui risque chaque jour sa vie pour le pays. Je suis d’avis avec lui quand face aux calomnies multiples, il dit que lui son protecteur c’est DIEU. on critique toutes ses actions même sa déclaration de biens qui releve de sa vie privée. On est où là ???? Vraiment Triste.

    • Voila pourquoi on a des problemes au Burkina. On a dit que le ministre a deconner parce ce qu’etant civile il n’a pas le droit de ce promener avec une arme de guerre. Est ce que c’est faux ? Mais non, un monsieur comme pitie trouve le moyen d’associe sa avec de la jalousie a l’endroit de Simon. Reveillez vous bon sang. Le pays la n’avance pas parce que les abruties comme vous refusent de reflechir. Si tous les Burkinabe commencaient a tournee avec des kalachnikovs et parler au hazard le pays la allait etre en feu actuellement, parce qu’on allait ce bouffer cru entre nous. Un leader sa doit montrer le bon example. Personne n’est jaloux de Simon. Au fait declaration de bien n’a rien de vie prive quand on est ministre dans une republique. Arreter de parler au hasard !!!

  • Monsieur Diabré, nous attendons de vous que vous réglez les vrais problèmes du parti au lieu de perdre le temps à un procès certes spectaculaire mais sans réel effet sur la crise à l’UPC. Quand on doit taper un adversaire il faut taper où cela peut faire très mal. La condamnation de Simon Compaoré ou son éviction du gouvernement va t’il permettre d’aplanir le différend entre l’UPC et les frondeurs. A mon avis, Il est beaucoup plus urgent aujourd’hui de chercher à ramener la cohésion au sein du parti ,clarifier le problème CFOP/CODER et mettre ses troupes en ordre de bataille car 2020 n’est pas si loin que cela.

    • Un point de vue fort partisan et peu citoyen.
      La priorité aujourd’hui, n’est-elle pas de favoriser toute action qui permettrait au Burkina de sortir de son enlisement économique, politique, sécuritaire,.....
      A mon avis, la condamnation et l’éviction de Simon en font partie, à titre d’exemple et pour gagner en efficacité, et ce au plan national comme à l’international.

    • Bonjour Maxwell. Je pense que le fait pour le président de l’UPC de s’attaquer à la crise qui mine son parti, ne l’empêche pas de chercher à tirer au clair cette affaire de ’Tranquillos’. L’acte posé et les propos tenus par M. Simon COMPAORE sont très graves. M. COMPAORE est la 2ème personnalité du gouvernement après le Premier Ministre. Qui plus est, il est le président du parti majoritaire, le MPP. Il est donc une personnalité de premier plan. C’est pour toutes ces raisons que ce qu’il a fait et dit est condamnable. Vous parlez de la crise au sein de l’UPC. L’acte et les propos de M. COMPAORE montrent clairement que c’est le MPP qui est derrière cette crise. C’est à lui qu’elle profite. Je ne suis militant d’aucun parti politique mais j’observe les choses en tant que citoyen burkinabé. M. COMPAORE n’est d’ailleurs pas à une frasque près. Rappelez-vous cette affaire des chauffeurs routiers. J’ai la faiblesse de penser qu’il constitue un fardeau pour le président KABORE. Il faut absolument que cette affaire aille jusqu’au bout afin que notre pays avance.

    • M maxwell je pense que la mission du chef d file de l opposition ne se limite pas uniquement à regler les problemes de son parti mais contribuer au developpement du pays en general.M maxwell est ce la loi du pays autorise le monde de porter des armes ?meme si tu es un ministre ou bien dans n importe qu elle poste que tu occupe dans le pays tu a l obligation de respecter les lois.dans autre pays des president ont ete destitue a cause des erreurs commise.

    • Bonjour Kwiliga,
      Je respecte votre point de vue mais le mien n’est ni partisan, ni peu citoyen. En fait je veux qu’on quitte le sensationnel pour aller vers les choses plus pratiques qui permettent de marquer les vrais points. Croyez-moi si vous voulez mais le temps d’instruire ce dossier, le mettre en l’état, s’accorder sur l’authenticité de la video, gérer les éventuels renvois, appel et pourvoi en cassation, c’est minimum 2 ans. C’est pour dire que si on ne prend garde, jusqu’en 2020 nous pouvons toujours être en train de gérer cette histoire alors qu’il faut être concentré sur des actes qui permettre de marquer de bons points. Je vous fais remarquer Monsieur Kuiliga que le chef de file de l’opposition n’ a pas eu non plus une note honorable lors du dernier sondage. Donc il y a beaucoup à faire à son niveau également pour remonter dans les sondages. Si le fait de faire condamner Simon et le faire débarquer du gouvernement peu y contribuer, alors tant mieux.

    • Bonjour Shalom,
      Je ne vois pas une seule personne quelque soit le bord qui a applaudi l’acte posé par Simon Compaoré. Je me garderai bien de me prononcer sur la guéguerre UPC-MPP car comme vous, je ne suis militant d’aucun des 2 partis. Enfin c’est au président KABORE de juger si son ministre de l’intérieur fait son affaire ou pas. Bonne et heureuse année 2018

    • Parfaitement d’accord avec vous Monsieur Ouédraogo Aziz, nul n’est au dessus de la loi. On attend donc l’issue du procès pour se prononcer.

    • SVP ! SVP !
      Si le Burkina Faso est un État de Droit, la plainte doit aller au bout.
      Si Tranquilos est relaxé, c’est à Rock de décider de le maintenir ou pas.
      Quoi qu’il peut le démissionner quand il veut.
      Si Tranquilos est condamné par la justice, il est démis que Rock le veille ou pas.
      Si le Burkina Faso est un pays à culture démocratique, ce qui devrait être le cas après l’insurrection, Tranquilosvdevrait démissionner s’il est inculpé. Ce qui est inévitable.

    • Hum, tout cela est certainement juste et bien triste pour notre pays.
      Je suis tout à fait d’accord avec vous sur le fait que, nous avons trop souvent cette tendance à ressasser et à nous enfermer dans un passé qui nous empêche d’avancer et d’œuvrer pour l’avenir en toute sérénité.
      Néanmoins, à mon sens, des personnes comme Simon, représentent à elles seules cette incapacité à se tourner vers l’avenir, pour le Faso et aux yeux du reste du monde.
      Au delà de ce léger désaccord, je vous remercie de la qualité et de la correction de votre réponse, ce qui n’est pas toujours le cas sur ce forum.

    • Tres bonne reflexion mais que j’approuve a seulement 50%. Je trouve aussi que monsieur Diabre ferait mieux de mettre de l’ordre dans son parti avant que la gangraine ne cause plus de degat qu’elle ne la deja faite. Mais je pense aussi que c’etait de son devoir citoyen de denoncer ce comportement tres peu reflechi de la par du responsible de la securite de tout un pays. Quand on tue les burkinabes a la frontiere lui il n’a jamais pris une arme pour aller laba, quand on attaque capouccino, ou l’hotel la lui on ne la pas vue avec une arme pour nous defendre, alors c’est quoi ce comportement de grugo quand il s’agit du depute Coulibaly. Alors je pense que le president de l’UPC a bien fait quitte a ce que la justice ne fasse pas son travail. Au moins lui il a tirer a sonnet d’alarme par rapport au agissement de ce pretendu ministre.

    • ce sont les mêmes Simon qui créent les divisions au sein de l’opposition !qu’est ce qu’un ministre de surcroi civil va faire chez un citoyen en insécurité alors qu’il pouvait faire appel aux services de sécurité compétents lui même en a besoin n’est ce pas ?

  • Tout ça n’est pas pour apaiser les coeurs dans ce pays ; Simon COMPAORE sait qu’il a fauté et nous pensons que le Président va lui remonter les bretelles pour cet acte. A trop tirer sur l’affaire on finira par créer des situations de vengeance qui ne profitent à personne ; désormais chacun va guetter l’autre et le moindre faut pas peut être fatal. Je ne cautionne pas l’impunité mais nous avons plus important que ça en ce moment dans le pays ; nous enregistrons des attaques tout azimut et il faut une synergie pour vaincre l’adversaire qui du reste, ne connait ni opposition, ni société civile encore moins le pouvoir. Mois je suggère une médiation de certaines personnes plus avisées pour arrêter ce jeu qui à mon sens est assez enfantin ; je m’excuse du terme mais c’est ça la vérité.

    • Mr Juste, il faut ne pas trop tire sur la corde, mais dites-vous qu’à travers cette plainte contre le ministre d’État, Simon Compaoré, Mr Diabre a voulu donner un signal fort a l’ensemble du peuple burkinabè qui fait de la lutte contre l’impunité une de ses priorités. Il n’est pas exclu que l’on finisse par faire recours a des médiations, mais il est nécessaire que la justice puisse se prononcer en toute indépendance sur ce cas. Du reste, attendons de voir si la mise en accusation par l’assemblée nationale ne sera pas une étape difficile à franchir. Nul n’étant au-dessus de la loi, il est souhaitable que nos députes ne se fassent pas complice de la promotion d’une justice inéquitable.

  • Attention ! ZEPH tire trop sur les cordes. Un peu de sagesse sinon il pourra le regreter. J’étais un supporteur inconditionné de ce Mr ; maintenant sa strategie me deçoit.

    • Ken power tu as menti.Zeph ne fait que défendre son honneur et sa dignité.Tanpis pour Simon malgré son expérience amère des manifestations contre l’assassinat de Norbert qui lui ont montrer qu’en tant que représentant du peuple a des hautes fonctions (Maire Central) il ne faut pas parler au hasard.

    • A croire que ce monsieur refuse de grandir. Apres 50 ans tu continu de tjrs te comporter comme un gamin. Quand on est ministre on reflechi avant de poser des actes. Son arrogance finira par avoir raison de lui.

  • Il faut que cet épisode ridicule de l’histoire glorieuse de notre Pays soit tiré au clair au plus vite, afin de ne pas empoisonner l’année 2018. J’espère que mr.tranquilos sera rapidement entendu . Nul citoyen,fut-il tranquilos, n’est au dessus de la loi.

  • Le CFOP a donné une leçon à ceux qui refusent de répondre aux convocations de la justice et dont certains sont même nommés à des postes de responsabilité. Et avec tout ça, on dit que "plus rien ne sera comme avant". Mon oeil ! Des martyrs ont versé leur sang pour un simple remplacement ? Que leurs âmes reposent en paix dans la terre "tranquilos" du Faso. Que Dieu nous sauve, amen

  • Moi je voudrais que les professionnels du droit et des armes, m’eclaircissent sur les points suivants :
    1/ est ce que Monsieur Simon en tant que ministre de la sécurité est il considéré comme un citoyen ordinaire et n’a pas le droit de porter sur lui une arme dite arme de guerre ?
    2/ Moi dans une affaire ( situation) comme celle là, Monsieur Simon peut il démissionner pour mieux préparer sa défense ?
    3/ quelle est la définition de l’arme de guerre au Burkina Faso et il y a t il une différence entre l’arme de guerre et de défense ???

    • - Cher frère Gangobloh, je constate que tu as besoin d’éclaircis et Kôrô Yamyélé se propose de le faire :

      1/- Simon Compaoré, fut-il ministre de la sécurité n’a pas le droit de porter une arme de guerre en tant de paix. Même en tant de guerre, un civil qui porte une arme de guerre est une situation exceptionnelle qui signifie que l’ennemi est entrain de terminer l’armée régulière. Donc on fait appel à des volontaires qu’on forme sommairement pour les envoyer au combat. Généralement on les appelle ’’Chair à canon’’, mais c’est mieux que rien. C’est comme quand aux guerres mondiales, on a ramassé des africains pour aller aider la France et qu’on appellaient ’’Tirailleurs’’ qui veut dire en fait ’’Tirent ailleurs’’. Au lieu de bien viser, ils rafalent aux hasard parce que sommairement formés à la hâte. Pour ce cas ici, l’arme est une Kalachnikov de calibre 7,62 Pacte de Varosie à tirs tendus au coup par coup, et en rafale. C’est don bel et bien une arme de guerre qui doit être portée par des professionnels qui font 18 mois de formation au Centre d’Instruction des Armées (C.I.A) pour le maîtriser et benn d’autres (Comme le G3 calibre 7,62 OTAN, ou le PMC, le FALO : Fusil Automatique Lourd, etc.). Imagine qu’avec une fausse manoeuvre une rafale soit partie !! Simon n’est ni militaire, ni gendarme, ni policier, ni douanier, ni forestier pour porter ces armes et sa petite formation de CDR ou de SERNAPO ne lui en donne pas le droit. Même les SERNAPO de la 1ère à la 3ème Promotion qui sont bien formés à l’image des vrais soldats ne peuvent pas en porter puisque libérés et versés dans la réserve. C’est à eux qu’il sera fait appel à la rescousse quand l’Armée va périr dans une bataille (on ne le souhaite pas bien évidemment). Ici, ne considère pas Simon Compaoré comme ’’citoyen ordinaire’’ mais comme un ’’civil’’ qui ne doit pas se balader avec une arme de guerre. Si on veut aller loin dans cette affaire, on devrait même sanctionner ceux qui l’ont porter cette arme car elle a vraisembablement dû sortir d’une armurerie et quelqu’un a dû s’engager pour doter Simon de cette arme.

      2/- Et en considérant que Simon Compaoré est un ‘’citoyen ordinaire’’ comme tu le dis, je confirme qu’il a bel et bien le droit de porter une arme tout comme toi, mais à deux conditions :

      - Que l’arme soit une arme civile : fusil de chasse Calibre 12, carabine de calibre 5,5, carabine de grande chasse calibre 9,3, PA (Pistolet Automatique) de calibre 7 mm, etc. Même un PA 9 mm est une arme de guerre et c’est elle que tu vois régulièrement aux hanches des gendarmes, policiers, etc.
      - Que Simon Compaoré dispose d’une autorisation de port d’arme qu’on lui délivre après qu’il ait eu l’autorisation d’achat de l’arme et qu’il y ait eu des enquêtes de moralité sur lui auparavant, et enfin qu’il soit à jour du paiement de l’impôt sur l’arme à la Mairie où il réside. En tant que Ministre chargé de la Sécurité Simon Compaoré ne devrait pas l’ignorer mais comme ils ont fait la pluie et le beau temps dans ce pays sans s’inquiéter et pendant plus de 27 ans, il pense encore que tous les jours c’est marché de l’hyène comme on dit. Et en considérant que Simon Compaoré est un ‘’citoyen ordinaire’’ comme tu le dis, je confirme qu’il a bel et bien le droit de porter une arme à deux conditions :

      - Que l’arme soit une arme civile : fusil de chasse Calibre 12, carabine de calibre 5,5, carabine de grande chasse calibre 9,3, PA (Pistolet Automatique) de calibre 7 mm, etc. Même un PA 9 mm est une arme de guerre et c’est elle que tu vois régulièrement aux hanches des gendarmes, policiers, etc.
      - Que Simon Compaoré dispose d’une autorisation de port d’arme qu’on lui délivre après qu’il ait eu l’autorisation d’achat de l’arme et qu’il y ait eu des enquêtes de moralités sur lui auparavant. En tant que Ministre chargé de la Sécurité, Simon Compaoré ne devrait pas l’ignorer mais comme ils ont fait la pluie et le beau temps dans ce pays sans s’inquiéter et pendant plus de 27 ans, il pense encore que tous les jours c’est marché de l’hyène comme on dit.

      3/- Oui, il pourrait bien démissionner pour préparer sa défense ou commettre des avocats qu’il va appuyer mais à condition qu’il leur dise toute la vérité car les gendarmes finiront par tout savoir sur cette affaire. Peut-être qu’ils le savent déjà même mais patientent pour voir s’il y a un fait inattendu qui va apparaitre. Mais je connais l’arrogance, la suffisance et le goût de ces gens-là pour le naam, et Simon Compaoré ne va jamais démissionner pour rien au monde, et il n’est pas Tahirou Barry  !

      4/- Enfin, il faut dire que toute arme qu’elle soit militaire ou civile est une arme de défense, mais toute arme de défense n’est pas forcément une arme de guerre même si on a passé du gourdin, des machettes et des lances (qui sont des armes blanches) aux fusils d’assaut !

      Et mon cher ami Gangobloh, par définition, une arme est un outil (fusil, pistolet) ou un dispositif autonome (un piège, une mine, EEI ou Engin Explosif Improvisé utilisé généralement par les terroristes, etc.) destiné dans sa conception ou dans son utilisation à neutraliser, à blesser ou à tuer un être vivant, ou à causer une destruction matérielle. Ainsi, on dénombre quatre usages principaux des armes :

      - La chasse pour se nourrir ou pour le loisir (Tourisme de chasse pour avoir des trophées),
      - La défense ou la dissuasion pour se protéger ou se prémunir des agressions éventuelles,
      - L’attaque ou la menace en vue d’agresser autrui,
      - Le sport et le loisir pour les tirs sportifs, les jeux à la carabine à plomb lors des kermesses, etc.

      Dans les armes de guerre, il faut distinguer deux grandes catégories :

      - La catégorie des armes dites non conventionnelles comme les armes nucléaires, chimiques et biologiques,
      - Les armes dites conventionnelles c’est-à-dire toutes les autres armes, y compris celle que tenait Simon Compaoré.

      De façon générale, l’acquisition et la détention des armes et matériels de guerre, des armes à feu de défense et des armes chimiques ou incendiaires sont interdites, sauf autorisation pour certains matériels déclassés. On a l’exemple des MASS 36 utilisés lors de la première guerre mondiale dont on peut en faire cadeau à quelques anciens combattants, mais chez nous ici, la plupart du temps on les rend non fonctionnelles en les sciant tout simplement.

      CONCLUSION : Sauf à prouver que la situation l’exigeait car très exceptionnelle, Simon Compaoré ne devrait se retrouver chez un député avec cette arme à fortiori tenir des propos de menaces envers un autre citoyen.

      J’espère avoir contribué à t’éclairer un peu. Merci.

      Par Kôrô Yamyélé

    • Que comprenez vous par sécurité ? Dans la sécurité il y a entre autres, des actes de menaces aux malfaiteurs en guise de prévention. Le vrai sens de la sécurité tire sa natalité de la prévention. Bref, ne parler pas pour parler. Nous avons besoin de routes, nous avons besoins de logements sociaux, d’emplois , d’un développement durable et j’en passe. Nous n’avons pas le temps pour des règlements de compte politiques. Nous sommes bien au Burkina Faso, rappelons nous. Le modèle politique européen ne nous convient pas. Soyons toujours vigilants mes compatriotes. Les burkinabés sont sages et intelligents. Nous ne laisserons pas des politiciens ou chercheurs de pouvoirs nuirent la stabilité de notre chère patrie.

      PAIX ET PAIN POUR LE PEUPLE BURKINABE,
      LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS.

    • le Kôrô, depuis un certain temps, je note un goût d’aigreur dans vos écrits. La colonisation dans sa dimension intellectuelle en téléchargement. Pour vous et moi, nous savions que arme de guerre, arme blanche, noire, rouge, la finalité c’est tuer ou faire mal. Si Zeph et vous n’aviez rien à apporter au peuple Burkinabè, de grâce, évitez-nous vos ranceurrrrrrrrrrr

    • le Kôrô, depuis un certain temps, je note un goût d’aigreur dans vos écrits. La colonisation dans sa dimension intellectuelle en téléchargement. Pour vous et moi, nous savions que arme de guerre, arme blanche, noire, rouge, la finalité c’est tuer ou faire mal. Si Zeph et vous n’aviez rien à apporter au peuple Burkinabè, de grâce, évitez-nous vos ranceurrrrrrrrrrr

  • C’est une détention illégale d’arme de guerre avec préméditation de meurtrie. Si ce problème n’est pas résolu aujourd’hui, même Dans dix ans l’action publique poursuivra Simon Compaoré et La prison sera Garantie pour lui. Je ne peux pas comprendre en Afrique pourquoi les puissants du jour ne sont pas humbles quand ils gèrent le pouvoir d’état. Nous constatons malheureusement qu’ au BURKINA Faso certaines fonctions régaliennes dans le gouvernement ont été tellement dégradées par Les occupants ...... Un Ministre de La sécurité ça se mérite..... Le Ministre de La sécurité c’est celui même qui est chargé de traquer les voyous, Les bandits , mais si on inverse les rôles, alors La république devient bananière.
    Le comportement de notre Ministre de La sécurité nous rappelle celui d’un autre Ministre de La sécurité, Denis Yaméogo sous le régime de son Frère Maurice Yameogo. Les similitudes sont tellement criardes qu’il faut craindre les dégâts, toutes choses étant égales par ailleurs.

  • Les contradictions ont commencé à se manifester au sein de l’opposition concernant la plainte d’adversité politicienne contre le ministre de la sécurité Simon Compaoré. En effet, après l’audition du président de l’UPC, Zéphirin Diabré le 2 janvier2018 à la gendarmerie de Paspanga à Ouagadougou,un des responsables de l’UPC,Rabi Yaméogo a déclaré par voie de presse, que bien que la plainte soit relative aux actes de députés frondeurs de l’UPC, c’est l’ensemble des partis membres du Chef de file de l’opposition politique(CFOP) qui a motivé le dépôt de la plainte. Que veut-il insinuer par-là ? Qu’il faut entendre aussi les responsables des autres partis membres du CFOP ?La légèreté du fond de la plainte est évidente ,en comparaison avec les actes répréhensibles de violences verbales et physiques exercés par des militants de l’UPC contre leurs camarades parlementaires frondeurs. La balance pèse clairement contre l’UPC, très lourdement. M.Yaméogo fait savoir que les frondeurs ont proféré des menaces contre responsables et militants de l’UPC. Certes, mais ce sont des menaces verbales contrairement aux actes de vandalisme commis par des militants de l’UPC contre les députés frondeurs et leurs domiciles, dont des images comme preuves ont été présentées par des médias. Les autres partis membres du CFOP ne sauraient assumer ces comportements violents dont ils ne sont pas responsables. Le ministre de la sécurité est bel et bien dans son rôle pour ses interventions et actions de sécurisation des domiciles des députés frondeurs de l’UPC pour éviter les drames surtout que des militants de l’UPC proféraient des menaces de mort contre les frondeurs. Les responsables et militants de l’UPC doivent assumer pleinement leurs agissements violents. S’ils étaient réellement légalistes, ils auraient dû ester d’abord en justice pour que le droit soit dit sur les actes de dissidence des 13 députés frondeurs. Ils visent plutôt des règlements de comptes politiciens en s’attaquant d’abord au ministre de la sécurité et ensuite au Chef de l’Etat. Ces 2 hommes ne se laisseront pas divertir par des agissements ambigus et pleins de contradictions d’une opposition en manque de programme de développement.

    • Mr Elie, ce que vous dites peut effectivement être débattu au moment du procès mais la plainte de Mr Diabre est tout à fait légitime. Les agissements des personnes qui menaçaient les frondeurs de l’UPC peuvent faire également objet d’une plainte en justice. Même si une telle plainte n’a pas été déposée, soyez sur que, s’il y a procès contre Mr Simon Compaoré, les avocats de ce dernier ne manqueront pas de mettre ces agissements sur la table, ce qui pourrait constituer une circonstance atténuante pour leur client.

    • Merci M. Elie. Je demande par ailleurs aux 13 députés frondeurs de déposer aussi une plainte contre les menaces et les actes de vandalisme commis par des militants de l’UPC (donc l’UPC) contre eux. Merci

  • Cette affaire était toute simple à régler au début : la plainte du CFOP est venue plusieurs semaines après la diffusion de la vidéo sur la toile. Dans l’intervalle, Tranquilos aurait dû simplement s’excuser en silence et ce serait terminer point barre, que le chef de file de l’opposition le veuille ou non.

    Tranquilos ne s’est pas excusé, personne certainement ne le lui a pas conseillé non plus. Et voici la tournure que prend l’événement.

    Nos experts OPJ aussi ne semblent pas aussi mesurer la dangerosité de la situation ni avoir le tac qu’il faut pour traiter l’affaire, puisqu’ils veulent soit mettre en doute l’authenticité de la vidéo (apparemment Djibril Bassolé fait des émules) soit tendre un piège à quelqu’un qui aurait pu être leur général. Ils (les OPJ) ne s’embarrassent même du fait qu’on pourrait croire qu’ils ont un parti pris.

    Le chef du CFOP qui a été personnellement menacé par une personne armée, me semble pleinement dans son droit, c’est à nos gouvernants de se montrer plus mâture que ça.

  • Zeph connaît le vrai problème et la tête de Simon n’est pas la solution. Tu restes un gros bébé. Ton parti ne peut pas protéger tes militants ou alors tu es au courant. Tu veux manger le piment dans la bouche des autres. Si tu as le courage il faut chasser ces députés comme l’a fait Bado

  • TANT QUE LES LOIS NE REGISSENT PAS NOTRE PAYS,MAIS LES CONTEXTES,NOUS SERONT TOUJOURS DANS DES PROBLEMES.ON JUGE A ET B ?

  • Nul n’est au -dessus de la loi. Il n’y a pas deux catégories de citoyens. La justice Burkinabé joue son honneur et sa crédibilité dans cet épisode. Espérons qu’elle soit à la hauteur des ententes du peuple.

  • Nous sommes dans une démocratie et le président du Faso doit prendre ses responsabilités dans cette affaire. Il faut ranger le CDR Simon là où il pourrait être le plus utiles au plus vite : qu’il s’occupe de son parti ! La République ne s’en portera que mieux ! Des états généraux sur la Sécurité, des tournées inutiles dans les Gendarmeries (quels coûts ?), alors que le problème de nos FDS sont déjà connus et archi-connu et n’attendent que des solutions techniques et non politiques (formations adaptées et continues, armements adaptés à la situation nouvelle, logistiques et motivations financières des braves gendarmes et policiers).
    Président RMCK, prenez vos responsabilités historiques !

    • Mr LY, vous dites que le ministre de la sécurité fait « … des tournées inutiles dans les Gendarmeries (quels coûts ?), alors que le problème de nos FDS sont déjà connus et archi-connu... », Comme c’est votre opinion je la respecte. Mais dites-vous que si le ministre de la sécurité ne faisait pas ces tournées pour s’imprégner des réalités sur le terrain et encourager les acteurs qui y sont, tout le monde lui reprocherait son manque d’intérêt pour la situation réelle du terrain, de rester confortablement assis dans son bureau climatisé d’où il prend des décisions sur la base de rapports qui ne reflètent pas la situation réelle du terrain. Le coût de ces tournées ne représente rien par rapport aux avantages en termes de rehaussement du moral des hommes sur le terrain, d’éveil de la conscience des populations locales en matière de sécurité etc.

  • Simon n’a pas dit qu’il peut ? Il n’a qu’à peut on va voir !
    Cette fois ci c’est la dernière ligne droite. Simon est f. i. ni comme le disait Jet-Li.
    Il faudra faire attention à ce que monsieur Simon COMPAORE n’aille pas rejoindre son bon petit au CANADA si non, on aura ce côté aussi à surveiller de plus près (Car quelqu’un signifiait sur cette même plate forme que ZIDA reviendra sauvé le peuple) ; ils sont convaincus
    d’êtres les justes quand bien même ils ont les mains salles.

  • Zeph, encore une preuve que tu n’es pas POLITIQUE. Ca ne fonctionne pas comme ça. Tu te trompe de pays. tu aurais pu garder cela,comme arme de dissuation . En politique ca sert bcp. Toi tu tire au moindr mouvement ; d’ici la tu n’aura plus de munition

  • Que la justice burkinabè prenne ses responsabilités et fait le travail comme il se doit. L’affaire n’aurait pas arrivé jusqu’à là, si tout le monde considerait "le presenté les exuses" comme une grandeur d’esprit et non un signe de faiblesse. Mais au Burkina d’autres sont trop grands et gros pour demander les exuses quand il le faut a ceux qui sont petits. Maintenant voici où nous en sommes ; On peut plus aller en arrière .Si on a pas presenté nos exuses au debut, c’est pas en ce moment qu’on le faira. Ça sera encore plus honteux ! Qu’est ce qu’on peut faire now ? Rien ! C’est de regarder la justice nous montrer ce qu’elle sait faire. Que Dieu benisse le Burkina Faso. Amen.

  • Militants de l’UPC et alliés de l’opposition, occupez-vous de votre cuisine interne par une gestion rationnelle des démissions de vos députés et autres membres de vos partis. Il ne vous appartient pas de demander les démissions de militants d’autres partis ou de ministres. Vous traitez d’autres citoyens et personnalités de fous, alors que de par vos agissements violents de saccages de domiciles de députés, vous vous comportez en hooligans, pires que des fous. Votre comportement est aux antipodes de la démocratie dont vous prétendez être le reflet.

  • Quand vous serez président, vous nommerez vos ministres et les changerez au gré des faits divers. Ce pays n’a connu que des régimes militaires ou assimilés qui ont trop fait de mal : gabegie, tuerie.....argument de la force, arrestation et emprisonnement des contestataires, détournements.. etc....Pour une fois, on a un gouvernement civil, c’est à prendre ou à laisser pour la soldatesque pseudo politisée qui rêve d’un passé à jamais révolu. Depuis 2 ans, il n’ y a pas eu de mort suspect de politicien, c’est un acquis indéniable, pas de veuve, ni d’orphelin.

    • Mon cher warzat, ce que tu dis est vrai, mais sache qu’outre les tueries et la patrimonialisation du pouvoir, beaucoup d’autres travers ont été reprochés au régime déchu, mais qui malheureusement persistent de nos jours. Il y a certes plus de démocratie, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut fermer les yeux sur certaines dérives qui risquent, si on n’y prend garde, d’hypothéquer tous les acquis démocratiques qui font aujourd’hui la fierté de tous les burkinabè. Il est mieux d’avoir une opinion très alerte et de fois trop tatillonne que d’en avoir minée par le yeel kaye, qui est un lourd handicap que trainent nombre de burkinabè.

  • Zeph tu nous fait honte.Au lieu de lancer un mot d’ordre pour une marche contre ce gouvernement mouta mouta.tu te lances dans la distraction de Simon. En quoi ce procès va nous sortir de cet impasse.Du n’importe quoi.Et vos partisans qui ont saccadé les domiciles de vos frondeurs que dites vous de cela et vous prétendez vouloir gouverner le pays ce qui vous arrange vous ne dites rien.Il faut que ceux de vos militants qui ont menacé et les domiciles saccagés portent plaintes contre vous et on verra .Si le pays souffre c’est à cause de vous car vous regarder quotidiennement la misère de la population et vous êtes dans le mutisme total avec des déclarations sporadiques sans action il est temps de quitter dans ça

  • Une occasion est donnée à la justice rétablir la confiances avec le peuple.

    • L’occasion était donnée depuis longtemps avec l’affaire de François COMPAORE pour assassinat. Ce n’est pas pour des présumés menaces selon une minorité de personnes que la justice va avoir la confiance du peuple. Arrêtez d’insulter le peuple burkinabé qui est pétri de sagesse.

  • La loi doit être appliquée dans toute sa plénitude et dans toute sa rigueur.Nul n’est au dessus de la loi.Advienne que pourra.

    • Mr L’Oeil du Peuple, vous avez bien parlee, mais quand vous concluez que « Advienne que pourra », je voudrais vous demander d’etre moins radical. Voulez-vous dire que meme si cela doit deboucher sur in conflit arme dans ce pays, il faut le faire ? Comme ce n’est nullement ce que vous souhaitez, il etait mieux de vous passer de ces trois derniers mots de fin de votre excellent post.

  • Dieu aime le Burkina. Zeph propose ce qui est bien bien pour le pays. Si Rock ne s’exécute pas pour l’intérêt général, l’insécurité va les emporter tous pour qu’on ait un régime plus compétent pour la marche vers le développement.

  • Moi je pense qu’un arrangement a l’amiable meme mauvais, vaut mieux qu’un bon proces.
    En plus,les deux (2) protagonistes sont des adultes chefs de famille et aussi des grands.Je pense qu’il faut cessez-le feu.

  • Ce que nous avons tous besoins dans ce pays, ce sont des institutions fortes à meme de protéger les intérêts du peuple. Ce faisant, c’est la royauté qui fait le roi et non le roi qui fait la royauté. Je fais une entière confiance à la justice de notre pays. Force doit rester à la loi. Il est temps que ceux qui nous gouvernent prennent conscience que l’époque ou on pouvait faire royalement entorse à la loi et puis y a rien se situe aux antipodes des réalités actuelles du pays. Puisse chacun apprendre à supporter les conséquences de ses propres turpitudes.

  • Diabré a failli à plusieurs occasions à son rôle de chef d’opposition et à traîner ce gouvernement incompétent dans la bout. Il a même contribué par exemple à la hausse des salaires des députés dans ce pauvre pays et au détournement interne des tablettes Huawei au profit des parlementaires, etc... Les réalisations fictives dans les projets du PNDES ne sont jamais vérifiées et dénoncées par cette opposition. Maintenant on demande une démission de Simon Compaoré, chef Kolgweogo. Le régime des Kolgweogo existe et est combattu du bout des lèvres par l’opposition au parlement où les lois prennent naissance. Il serait alors bien étonnant qu’à titre de chef Kolgweogo, Simon ne puisse pas porter son arme pour faire régner l’ordre à sa manière. Il n’y a rien d’illégal dans ce pays de procéder de cette manière et Simon peut dormir en paix. Amenez vos avocats et votre plainte et vous verrez.

  • A mon humble avis, éclairer cette affaire est plus qu’une nécessité. En effet, nous devons analyser la portée du fait à deux niveaux :
    - Dans sa dimension verticale, quelle leçon voulons-nous donner à la génération montante ?
    - Dans sa dimension horizontale, quelle image donnons-nous à notre chère patrie aux yeux des autres nations ?
    Ceux qui pensent qu’on peut surpasser l’affaire ou la traiter sous silence et faire comme si rien n’était, je leur dis que ce serait éliminer la flamme et ignorer la braise avec les dangers que celle-ci peut causer.
    « Ne donnons jamais la moindre occasion à des individus de croire qu’ils peuvent toujours manipuler le peuple et le pays à leur guise comme autrefois. »
    Cela est une infraction si elle s’avère vraie, donc il revient aux hommes de la loi de se mettre à l’œuvre et de faire leur preuve.
    Je salue la démarche entreprise par le CFOP !

    • Mr DOUCOULA, parfaitement d ;accord avec vous. C’est justement a cause de notre silence face aux agissements contraires a la loi dont se permettent certains homes puissants que nous sommes aujourd ;hui a reclamer bruyamment plus de democratie, plus de justice, moins de corruption etc. Il faut que tout le monde comprenne que plus rien ne doit plus etre comme avant et que « si tu fais, t’attraie en justice et on continue » !

  • Vraisemblablement quelqu’un espérait entendre du plaignant qu’il retire sa plainte ou qu’il n’est pas sûr de l’authenticité de la Vidéo. Mais bien plus grave que les faits têtus, c’est visiblement le manque de burkindlim de la part de Simon, un vieux d’un certain âge qui pose des actes irréfléchis et qui ne se gêne pas de tenter de remettre en cause leur existence même. Vous aussi ! Faut pas mentir sans honte comme ca ! Vous n’êtes pas Donald Trump.
    Ensuite , ceux qui demandent de ne pas trop tirer la corde, que voulez vous au juste ? Vous reclamez un Etat de droit, une justice indépendante, mais la justice ne devrait pas être rigoureuse ou quoi ? On ne peut pas avoir les deux à la fois, tout comme on ne pourra jamais combattre la corruption et l’incivisme quand chaque fois c’est le " Mani sugr taa pa na le paas yé--- " qui prend le dessus. Tôt ou tard il faudra choisir le chemin que la Nation burkinabè voudra suivre.

    Passakziri

  • Si la justice avait pu juger les anciens ministres de Blaise COMPAORE alors, elle allait pouvoir juger Simon COMPAORE. Mais depuis, quédal. Ca sera la même chose.

  • Je pense que le Burkina a d’autres problèmes qu’une histoire de port d’armes .Il a blessé qui dans tout ça.L’opposition doit mieux se focaliser sur les vrais problèmes des populations. De grâce ne nous détourner des problèmes réels. L’éducation des enfants.

  • SI L’HONORABLE DEPUTE REFUSE DE MENTIR A SON AGE ET QUE TRANQUILOS EST PLUS AGE QUE LE DEPUTE QUE RESSEMBLE T-IL ? IL A EGALEMENT DIT AUX KOGLWEOGOS A GOGO QUE SI LU IL TENAIT UNE ARME IL ALLAIT REPONDRE. L’HEURE EST VENUE DE REPONDRE TRANQUILOS.
    MR DIABRE BRAVOS ET ENCORE BRAVOS A VOUS !!!

  • Bonne année au CFOP ! Merci pour la plainte, et maintenant on verra si la justice burkinabé est indépendante. Si tel est le cas, Simon Compaoré partagerait la même chambre qu’un certain François Compaoré à la MACO s’il y a vraiment justice. La Roue tourne au Faso. 2018 nous réserve des surprises !

  • Mr Sidnoma Traoré.
    J’aurais tendance à m’aligner derriere vous mais... Je me rend à l’évidence que ce sont les petits problèmes qui en font des grands. C’est à force de laisser passer de telles dérives que les situations finissent par nous depasser dans ce pays. Si la plainte abouti (même si j’en doute fort) cela servira d’exemple à ceux qui se croient être au dessus de la loi, et par ricochet, nous éviterons d’autres situations de ce genre ( ca fait un pas en avant ).

  • Mr Sidnoma Traoré.
    J’aurais tendance à m’aligner derriere vous mais... Je me rend à l’évidence que ce sont les petits problèmes qui en font des grands. C’est à force de laisser passer de telles dérives que les situations finissent par nous depasser dans ce pays. Si la plainte abouti (même si j’en doute fort) cela servira d’exemple à ceux qui se croient être au dessus de la loi, et par ricochet, nous éviterons d’autres situations de ce genre ( ca fait un pas en avant ).

  • Que comprenez-vous par sécurité ? Dans la sécurité il y a entre autres, des actes de menaces aux malfaiteurs en guise de prévention. Le vrai sens de la sécurité tire sa natalité de la prévention. Bref, ne parler pas pour parler. Nous avons besoin de routes, nous avons besoins de logements sociaux, d’emplois, d’un développement durable et j’en passe. Nous n’avons pas le temps pour des règlements de compte politiques. Nous sommes bien au Burkina Faso, rappelons-nous. Le modèle politique européen ne nous convient pas. Soyons toujours vigilants mes compatriotes. Les burkinabés sont sages et intelligents. Nous ne laisserons pas des politiciens ou chercheurs de pouvoirs nuire la stabilité de notre chère patrie.

    PAIX ET PAIN POUR LE PEUPLE BURKINABE,
    LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS.

  • Ce qu’on reproche à Simon est politique et malheureusement, les aveugles politiques soutiennent les politiciens affamés du pouvoir comme Zeph. Celui-ci ne sait pas qu’avec le cdp, il ne sera jamais aux commandes de l’Etat. Ma proposition à M. Zeph est de construire des CSPS, des écoles et de fonder des structures de développement. M. Zeph, si vous faites ainsi et abandonnez certains agissement politiques qui d’ailleurs n’arrangent que d’autres politiciens qui se débarrasseraient de vous après avoir atteint leurs sals objectifs, vous aurez gagné le cœur des sages et la confiance de beaucoup de Burkinabés. Arrêter de nous gratter les oreilles pour des choses inutiles. Au contraire, Simon veut nous rassurer de l’avènement réel de la démocratie dans notre Pays, le Burkina Faso. Les 13 députés sont libres de dire ce qu’ils veulent dans un Etat de droit....

  • ATTENTION BURKINABE : c’est lorsqu’il n’y aura pas la paix, que vous vous rendrez compte du sens réel et de l’importance de la paix. Faites attention aux politiciens loups déguisés en agneaux. Zeph, plaide-t-il pour un jugement juste du dossier Norbert ZONGO ? Pourquoi ? Soyons sages camarades, frères et sœurs. Je vous remercie.

  • Je ne comprends pas toutes ces récriminations. Tout citoyen a le droit de se plaindre s’il se sent menacé. La plainte a été déposée. Laissons la justice faire son travail. C’est comme cela que. L’on construit un état de droit.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés