Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les amis de l’heure présente ont le naturel du melon ; il еn fаut еssаyеr сinquаntе avаnt d’еn rеnсοntrеr un bοn. » Claude Mermet

Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Anselme Marcel Kammanl • mardi 24 octobre 2017 à 18h00min
Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

Comme il est loisible de le constater, la réputation de Thomas Sankara a irradié le temps et l’espace non seulement en Afrique, mais encore à travers le monde entier au grand dam de ses détracteurs. Une énième preuve de cette reconnaissance vient d’avoir lieu en Italie, dans la province de Parme, notamment dans la ville de Sorbolo.

Les autorités de cette ville ont dédié une place au père de la révolution burkinabè Thomas Sankara. L’inauguration de cette place s’est faite le samedi 21 octobre 2017, en marge de la célébration du 30e anniversaire de l’assassinat du président du Conseil National de la Révolution(CNR). Le maire de la ville de Sorbolo, des autorités administratives, des organisations de la société civile, des associations des communautés africaines ont tous pris part à cette grand-messe de commémoration.

Anselme Marcel KAMMANL
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 24 octobre 2017 à 19:54, par Le digne En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

    Cela témoigne une foi de plus la grandeur de l’homme.vivement que cela se fasse partout ailleurs

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2017 à 20:32, par aboubacar En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

    Sankara a fait connaître le Burkina Faso sous un autre jour. Malgré les dérapages dont il a assumés de son vivant, reconnaissons qu’il a tracé les sillons d’un développement endogène. C’était dur à supporter mais si son œuvre avait été approfondie, le Burkina se porterait mieux aujourd’hui. Hélas, le Burkina Faso est tombée dans une corruption à grande vitesse de sorte que l’on ne peut plus faire à des valeurs. La corruption gangrène toute la société : justice, administration, leaders d’opinion, chefs coutumiers, leaders religieux, etc. Je ne parle pas des politiciens, ils sont nés avec une langue en bois, ils renient leurs bases, ils se vendent, ...La palme de l’inconséquence revient cependant aux OSC, véritables monstres d’un Burkina sans repère.
    Mais il y a de vrais hommes au Burkina pouvant égaler voire dépasser Sankara dans le sacerdoce, le don de soi. Malheureusement leurs voix ne portent pas parce que nous préférons l’argent à la dignité.
    Sankara, notre fierté, que d’autres Sankara naissent et apprennent à éviter les erreurs du premier. Vive le Burkina Faso, vive l’Afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2017 à 21:54, par Ka En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

    Pour sa vision et son idéologie très large, Thomas Sankara est porté de nos jours a travers le monde entier comme Ghandi, Lumumba, Mandela, le Ché, et beaucoup d’autres, dans l’histoire par les voies réservées aux chevaliers de la liberté et aux hommes de progrès. Merci a cette commune d’Italie d’avoir pensé au fils de l’Afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2017 à 07:37, par Batin En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

    Personne ne peut éteindre ce petit soleil. On a beau faire 26ans au pouvoir, on n’aura même pas le millième de mérite que Sankara a eu, lui qui n’a fait que 4ans.
    Et c’est pour toujours.

    "La patrie ou la mort, nous vaincrons !" ✊

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2017 à 08:13, par sandokan En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

    M. Aboubacar, je partage votre enthousiasme sur la reconnaissance internationale de Thomas SANKARA et ton souhait de voir naître d’autres SANKARA. Ce que je ne partage pas c’est votre conclusion qui appelle les "nouveaux SANKARA" à éviter les erreurs du "premier". En fait, si on analyse bien les choses SANKARA n’a pas été tué à cause de ses erreurs mais à cause d’un système qui est instauré et qui ne trouve pas son compte dans la vision de SANKARA. Avant lui, beaucoup d’autres héros sont morts à cause du même système composé d’une horde de gens qui veulent voir ce système perpétuer de génération en génération. Les hommes de la trempe de SANKARA naissent et vivent dans un monde qui n’est pas le leur. Beaucoup d’autres SANKARA peuvent émerger ou naître mais tant que la "pieuvre" existera, quelques soient leurs précautions, on leur trouvera toujours des erreurs pour les faire disparaître. Tout comme SANKARA, on souhaiterait que d’autres N’KRUMAH, LOUMOUMBA, MODIBO, Norbert ZONGO etc... renaissent mais hélas, à chaque fois qu’ils naissent, ils sont seuls et esseulés.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2017 à 08:15, par Bynahou En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

    Merci à cette commune !
    THOM SANK est une valeur humaine. Vivement que les politiciens africains s’inspirent du modèle de développement du Président SANKARA en vue d’une émergence de l’Afrique. SANKARA était l’arbre géant dont les fruits allaient nourrir toute l’Afrique et le monde...
    A quand le Burkina Faso ? A quand l’Afrique ?.................

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2017 à 09:00, par 09 En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

    Je veux qu’Alassane aussi donne une place à Blaise KOUAME en RCI.
    Il lui doit ça.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2017 à 09:44, par noonga sida En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

    Quelle émotion me traverse actuellement !
    Quelqu’en soit la force de l’obscurité, la lumière quelqu’en soit aussi sa dimension fait toujours fuire les ténèbres. Dites tout ce que vous voulez de mal à Sankara (il est humain) il restera un héros. C’est objectivement reconnu. Pendant que nous Burkinabé, sommes en train de nous faire une bagarre inutile sur l’érection d’un monument en sa mémoire, les italiens ne se posent pas trop de question, la valeur de l’homme doit traverser les générations. Comme on le dit l’adage traditionnel, la chèvre à mordu le voleur pour rappeler au chien nonchalant son rôle !

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2017 à 10:32, par sidzabda En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

    Aboubacar, tu énumérer les erreurs du premier un peut on va voir si tu connais ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2017 à 10:52, par L’Ogust En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

    Le 15 octobre 1987 fut une tragédie pour le peuple burkinabè. Et c’est connu : " Les
    tragédies des peuples révèlent les grands hommes ; mais ce sont les médiocres qui
    provoquent ces tragédies".

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2017 à 11:57, par sheiky En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

    parfaitement d’accord avec sandokan. Quelles erreurs Sankara a-t-il commises qui n’étaient également pas le fait de son entourage proche. C’était peut être à la limite du sabotage. Dans tous les cas, il les assumait et a su à un moment qu’il fallait lever un peu le pied. cela lui a été fatal. L’erreur a été aussi d’avoir associé trop de personnes à son leadership. Il n’avait peut être pas le choix. Aujourd’hui vous verrez que les leaders qui ont un peu réussi concentrent fortement le pouvoir et éloignent quelque peu leurs compagnons ou ne fonctionnent qu’avec un minimum d’hommes de confiance (mais qui ne sont pas égaux à eux). On peut citer Mélès Zenawi, Paul Kagamé... Ils ont une vision pour leur pays, savent qu’il faut des sacrifices et mettent le pied au plancher et ne desserrent que quand ils commencent à obtenir des résultats concrets (au moins dix années après). Mais l’aura de Sankara et les vautours qui étaient dans son cercle et à la périphérie ont eu raison de lui. Nous savons tous qu’il y a les forces extérieures qui luttaient contre son leadership croissant, mais il faut reconnaître que c’est à l’intérieur qu’il y avait la plus grande faille, la plus grande adversité. je pense pour ma part que dès sa prise de pouvoir le 04 août 1983, les dés étaient déjà jétés et son sort scellé. il devait également en avoir un peu conscience d’ou sa marche de forcenée. Le deal était clair après son assassinat, nettoyer tout ce qui avait été fait de bien ainsi que les personnes gênantes (Blaise avait bien compris que le pouvoir ne se partage pas) et ressortir les côtés noirs de la révolution.
    Un beau gâchis dont nous voyons les résultats aujourd’hui avec la déliquescence actuelle. Aucun pays ne peut s’en sortir aussi aisément et en si peu de temps après près de trente d’un règne autocratique et d’un système aussi verrouillé. C’est cela qui faut l’appel des supporters de Blaise Compaoré. C’est comme quelqu’un qui est habitué à avoir un mal dans son corps et qui des années après, on arrive à le lui enlever, mais réclame qu’on le remette dans son état d’avant. Il faut du temps pour passer cette période mais il faut également du leadership. ce que nous ne voyons pas encore hormis la politique et la diversion qui sont devenues le jeu quotidien de nos gouvernants.

    Répondre à ce message

    • Le 25 octobre 2017 à 19:43, par patardé En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

      des 2 groupes civils( PAI et ULCR) qui ont accompagner les 4 officiers de l’armée THOMAS SANKARA. Blaise COMPAORE,Jean Baptiste LINGANI et Henri ZONGO) n’ont pas franchis le cape de la rectification et des officier, seul Blaise COMPAORE a survécu à la rectification, tout ça à cause de l’0uverture. comme le pouvoir se prend parcelle par parcelle, Blaise COMPAORE a bien tissé sa toile pour être seule maitre, seulement sa dernière version qui devait lui permettre monarque et se venger coutumièrement du MOOGHO NABA( COMAORE= 1 version =rien ne nous manquera mime après avoir perdu le trône ) l’a conduit à changer de nationalité qui une honte pour successeurs du trône qui a comme devise de" mieux la mort que la honte" = koum san yo yandé".

      Répondre à ce message

    • Le 25 octobre 2017 à 21:18, par FanDeThomSank En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

      En fait, ce qui peut être considéré comme des réelles erreurs de Sankara ne sont pas du tout les soi-disant liquidations physiques et les abus des CDR que Blaise et ses supporters d’ici et d’ailleurs se plaisent de mettre à l’actif de Thom Sank. Il n’y a qu’à se rappeler entre autres que, sous le CNR, le premier juge de HV - BF a été Blaise le sanguinaire...

      Par contre, sans pour autant blâmer Sankara, j’estime qu’il a quand même commis une erreur fatale : celle de placer une confiance démesurée en Blaise le sournois, alors que vraisemblablement celui-ci lorgnait avec impatience le fauteuil présidentiel dès cette nuit du 4 Août 1983. Contrairement à Sankara, lui, Blaise, ne voulait pas de la présidence pour servir le peuple mais plutôt pour asservir le peuple et se servir à volonté. Certes, au début, Sankara avait de bonnes raisons d’aimer et de considérer autant Blaise qu’il a toujours considéré comme son frère, mais face à certains signaux d’alerte clairs d’abandon de l’idéal révolutionnaire, je pense humblement que Sankara devait en tirer toutes les conséquences et se séparer sans hésitation de Blaise (non pas en le liquidant physiquement, mais par exemple en lui refusant le privilège de continuer à assurer sa garde personnelle). Même à son conjoint, l’homme ou la femme ne doit pas placer une confiance aussi irrévocable... A mon avis, quand le vieux Houphouet a réussi à coller une femme à Blaise, Sankara ne devait plus espérer que Blaise reste révolutionnaire. Quand la femme de ton confident est la fille de celui qui ne dort plus parce qu’il lui faut ta peau pour continuer à exister, franchement il faut tout au moins se protéger et cesser de prendre pour bras droit cet confident d’antan. Voici, pour moi, une toute petite leçon de vie que le brave Sankara nous donne à travers ce sincère et ultime sacrifice. Blaise n’a pas fait qu’assassiner Sankara ; il a surtout assassiné la lumière afin de nous plonger durablement voire irréversiblement dans les ténèbres.

      Ceci dit, l’erreur est humaine et je ne prétends pas qu’en évitant cette erreur, Thom Sank aurait forcément passer le cap fatal du 15 Octobre 1987. Si Dieu l’avait voulu, malgré tout, il aurait eu la longévité de son cher ami Fidel Castro... Rien ne sert de pleurnicher. Il faut surtout s’efforcer de continuer le juste combat du refus de l’exploitation de l’homme par l’homme qu’a mené sans ménagement Thom Sank et bien d’autres avant et après lui.

      Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2017 à 16:48, par Souley En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

    Il est temps de débaptiser l’"Hôpital Blaise Compaoré" pour lui donner un autre nom moins sanguinaire.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2017 à 19:20, par patardé En réponse à : Une place Thomas Sankara en Italie : Réhabilitation et hommage for ever pour le père de la révolution burkinabè

    à une certaine du CNR, l’EU a eu à dépêcher un émissaire au Burkina Faso, pour vérifier de l’adhésion du peuple à la révolution. le constat a été positif et l’émissaire avait conseiller à TOMK SANK l’organisation d’élection pour légitimer son régime pour conforme aux normes européennes. Sauf erreur de ma part, cet émissaire était un italien. ceci peut expliquer une place à l^honneur de TOM SAMK en Italie. Que tous ceux ayant été au même niveau d’information me confirment et complètent par le NOM de l’émissaire

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mouvement d’humeur des policiers municipaux : « Nous poursuivrons jusqu’à obtenir gain de cause »
Avenue de l’insurrection de Bobo-Dioulasso : Des populations affectées par les travaux de bitumage demandent un dédommagement
Recrutement frauduleux à la CNSS : Le dossier encore renvoyé au 9 juin 2020
Acrobaties sur la voie publique : 46 engins à deux roues saisis et 64 individus interpellés
Affaire Eddie Komboïgo vs Canal+ : La justice ivoirienne réclame plus de 15 milliards de F CFA à Eddie Komboïgo
Assassinat de Fahadou CISSE et Hama BALIMA : « Tous ceux qui sont trempés dans l’affaire seront punis à la hauteur du crime », l’ODJ/ Yagha
AN I de l’assassinat de Fahadou Cissé et Hama Balima : Des corps toujours en attente d’autopsie
Message de Madame le Ministre de la santé à l’occasion de la Journée Mondiale sans tabac 2020
Droits humains : L’association Suudu Baaba « retrace la tragédie peule au Burkina »
Covid-19 : La Coalition de la campagne "Mon Lait est Local" renvoie à octobre 2020 la célébration de la Journée Mondiale du Lait
Journée mondiale sans tabac : Afrique contre le tabac (ACONTA) invite chaque acteur à agir dans la lutte
Journée Mondiale de l’enfance : Les enfants doivent retrouver le chemin de l’école en toute sécurité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés