Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Pascal Zaida, coordonnateur du CED : « Le meeting n’est pas interdit, c’est l’occupation de la Place de la nation qui est interdite »

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Oumar L. OUEDRAOGO • vendredi 20 octobre 2017 à 23h50min
Pascal Zaida, coordonnateur du CED : « Le meeting n’est pas interdit, c’est l’occupation de la Place de la nation qui est interdite »

A quelques heures de la date annoncée pour sa manifestation, 21 octobre 2017, le Cadre d’expression démocratique (CED) a tenu un point de presse dans l’après-midi de vendredi, 20 octobre 2017 à Ouagadougou. Objectif : informer l’opinion publique nationale et internationale que son meeting « aura bel et bien lieu ». Mais, informe-t-il, il se tiendra au « rond-point des Nations-Unies » au lieu de la « Place de la Nation ».

« Nous allons tenir le meeting de veille citoyenne, demain, 21 octobre à partir de 8 heures au rond-point des Nations-Unies. Aucun attroupement dans un secteur ou dans un autre lieu que le rond-point des Nations-Unies ne relève de notre prérogative et de notre responsabilité », a annoncé le coordonnateur national du CED, Pascal Zaïda avant d’ajouter, « la défense d’une valeur humaine dépasse ma seule personne. Je voudrais qu’on laisse les Burkinabè libres de mener leurs activités, sans enfreindre à la loi ».

M. Zaïda appelle « tous ceux qui sont épris de paix, de liberté et de justice et engagés » à sortir aux lieu et heure indiqués. Selon le coordonnateur national du CED, la mobilisation dans les localités du pays est également maintenue et « le mot d’ordre est clair : pas de casses, pas d’incendies, pas d’injures ».

« Ceux qui se sont armés dans les arrondissements, dans les ghettos, pour faire un affrontement, je pense que ce n’est pas la peine, ils n’ont qu’à se désarmer. Ceux qui ont payé les gourdins et autres, ils n’ont qu’à ranger ça », a-t-il lancé.
Après avoir retracé les « blocages » auxquels a fait face son organisation dans le cadre de cette activité, Pascal Zaïda dit ne pas comprendre pourquoi pour une activité de même nature, certains Burkinabè sont autorisés et d’autres, non. Il dit attendre aussi de voir le comportement des autorités vis-à-vis de l’activité du 4 novembre 2017 annoncée par le MBDHP.

« Je ne veux pas exposer l’enfant de quelqu’un à la violence. Lorsque nous avons demandé l’autorisation de la Place de la nation, elle était libre, l’Etat-major me l’a confirmé, on a rempli toutes les formalités. (...). Le meeting n’est pas interdit, c’est l’occupation de la Place de la nation qui est interdite », a indiqué Pascal Zaïda. Pour lui, en plus de la mal-gouvernance initialement identifiée comme objet, le meeting dénoncera la « dictature et les tribunaux d’exception » en cours au Burkina.
Pascal Zaïda a aussi confié que dans les jours à venir, il va ester en justice contre tous ceux qui se sont porté sur les réseaux sociaux par des dénigrements. Il annonce une action en justice contre la mairie parce qu’ayant été privé de leur droit.

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • Pascal Zaida est le prototype de personne versatile au gré des politiciens qui le manipulent. Son comportement ressemble à celui des personnes sans foi ni loi. Il est paradoxal que Zaida et sa horde d’énergumènes se déportent à la mairie pour exiger une réponse à leur projet de meeting le 21 octobre 2017.Il n’a pas besoin d’une quelconque réponse puisqu’il a déclaré qu’avec ou sans autorisation, il tiendra le meeting. Il veut jouer au Zorro, au super hors la loi. Il veut défier toute l’autorité de l’Etat. Les services de sécurité l’ont suffisamment mis en garde. Par conséquent, il sera responsable des conséquences de sa folie stupide. Il se trompe, quand il aura des difficultés avec la loi, personne ne le défendra, même pas les politiciens qui le manipulent. Il sera victime de sa Zaîdanose, un néologisme qui est synonyme de névrose politique, dont les symptômes sont la frénésie pour le sensationnel, qui pousse à se gonfler comme une grenouille jusqu’à l’éclatement. Ce monsieur veut prendre les vessies pour des lanternes.

    • Bien dit Zaîdanose ! Pascal Zaïda est un névrosé politique qui veut se faire passer pour un héros. Si les autorités jouent à son jeu, il passera pour un martyr alors qu’il en est loin. C’est simplement un mendiant excité qui veut se faire remarquer comme d’habitude pour se faire acheter par des politiciens putschistes qui rêvent de l’ordre ancien établi par 27 ans de terreur et d’assassinats.

    • écoute zaidanose ; il burkinabé comme toi et moi et nous sommes dans un pays de droit (démocratique) dans ce cas il le plein droit de faire son meeting. si les gouvernants ne portent pas le mm traitement à tout le monde et s’ils veulent diviser pour régner je crois qu’ils sont mal partis pour rester longtemps au commande . évitons les mms erreurs du passé ; chaque burkinabé est libre de son opinion

  • Il parle de gourdins et qui les a incité à les acheter si ce n’est pas lui-même ! Ce monsieur se comporte comme un pompier pyromane et le pays n’en a pas besoin !

  • « tous ceux qui sont épris de paix, de liberté et de justice et engagés » .
    engagé , il l’est mais PATARDE n’est pas pour l’amalgame. chaque structure a ses compétences juridiques. en justice que pas d’intérêt , on dit :"pas d’intérêt pas d’action. aussi , Patardé s’est posé la question de savoir : quel intérêt a t on ;(i ) à lancer un défi à l’autorité quand la loi lie l’organisation des manifestations à certaines conditions à la discrétion du pouvoir gestionnaire, (ii) à exiger la libération même provisoire d’individus soupçonnés dans des assassinats quand la colère des ayants droits des victimes est encore à son paroxysme sinon l’invitation à se rendre justice et se présenter devant la justice à conditions égales par le dent pour dent , œil pour œil.

  • "Il annonce une action en justice contre la mairie parce qu’ayant été privé de leur droit." ici il apparait clairement que PASCAL n’a pas de conseillers juridique, par cette action il se sera purement et simplement débouter pour procédure inadéquate.

  • Les commanditaires de ce Pascal s’ils lui ont donner des sous c’était mieux de donner leur argent a HOME KISITO ou aux vieilles personnes nécessiteuses. . ZAIDA ne peut rien faire pour eux .Il ne peut même pas mobiliser 1000 personnes. C’est vrai que les médias lui font une publicité gratuite mais le gars en lui même est perdu. Ce Monsieur se prend pour ce qu’il n’est pas. C’est simple . Pour la mauvaise gouvernance il peut se créer un parti et se faire élire en 2020 au lieu de nous casser les oreilles. Blaise sait ce que ce type a fait dans la modification de l’article 37. Le voilà IVOIRIEN avec une honte qui lui collera a la peau toute sa vie.

  • Très cher président, le Burkina n’est ni une Eglise, ni une Mosqué encore moins un Temple ou on accepte tout et n’importe quoi. On ne gouverne pas en comptant sur la bonne foi des gens, la foi a quitté le navire il ya des lustres le seul mot qui fait du sens c’est l’argent, liguidi, wari, djaba,money, kiinna, koengga, viinega ertc...,votre naivete (excusez moi) vous perdra. Un conseil il n’y a pas de démocratie parfaite, arrêtez de réver, Force reste à la loi et l’interêt superieur de la nation reste votre priorité. Il vaut mieux qu’un individu soit sacrifié que le peuple périsse, la reine Pokou n’a t’elle pas sacrifié son enfant pour sauver son peuple.
    Entre la pauvrete que nous vivons, la relance économique qui tarde à venir, les jihadist , les compaore et al. qui veulent nous envahir,vous avez beaucoup à faire que de vous laisser distraire par un mr en quête de sécurite alimentaire. El commandanté l’heure est grave pas du fait de certain affamé comme un certain Zaiquoi ! Mais du fait de votre attentisme qui s’e l’ameuterisme.
    Sachez Excellence qu’ on ne peut faire d’omelette sans casser des oeufs, comprenne qui voudra.

  • IL EST TEMPS POUR NOS DIRIGEANTS D’INCARNER LE POUVOIR !!!!!!!
    il faut mettre fin à la pagaille et forcer les gens à faire leur travail chacun en ce qui le concerne. Dîtes-moi juste que fait PASCAL ZAIDA comme travail ? Pascal va faire ton travail et laisse aux autres le leur.
    DIRIGEANTS FAITES AUSSI LE TRAVAIL POUR LEQUEL NOUS VOUS AVONS VOTES !!! DEPUIS L’INSURRECTION POPULAIRE, que de faux héros !! MÊME CEUX QUI SOUTENAIENT L’AUTRE ET SA FAMILLE SE RÉCLAMENT DE L’INSURRECTION !!!! ha ha ha ha !!! Paix à l’âme de mon grand frère Issa TIENDREBEOGO ; dors en paix tu n’as pas vu comment ton peuple se transforme en estomac !!!! tube digestif quand tu nous tiens !!!!!!!!!

  • Merci .c’est ça l’État de droit pas de place pour le désordre .c’est dans ce désordre là que les théorisés profite pour notre capital

  • "Meeting du CED : Pascal Zaida et quelques-uns de ses militants ont été embarqués par la police, un geste salué par par des commerçants et usagers de la route" dixit lefaso.net. Très bien fait pour cet anarch. Zaïda, tu es du côté de la réaction et ce n’est pas noble tes actions. Pour un jeune au lieu d’être du côté du progrès, qui s’adonne à véhiculer des idéaux réactionnaires comme les Herman, Koné et autres Achille, ça fait pitié.

  • Moi je démocrate, j’aime la liberté et je la prône pour tous mais dans le respect des règles édictées. Quand Mr Zaida s’entête a tenir sa manifestation AVEC OU SANS RÉCÉPISSÉ , il se met au dessus des règles donc, par conséquent défi l’autorité de l’état et c’est inacceptable dans un état de droit.

  • Comme disait quelqu’un,la démocratie relève d’un luxe pour les Africains sinon comment comprendre que des gens normalement constitués arrivent à accorder autant d’importance à des rats d’égout,des adeptes de substances hallucinogènes ?Il suffit d’observer de près le visage de ce voyou pour se rendre compte qu’il lui manque beaucoup de neurones.En tout cas si tes journées se limitent à faire des conférences,des meetings,c’est que tu as vraiment raté ta vie et je plains tes parents si ils sont toujours en vie

  • Meeting du CED : Pascal Zaida et quelques-uns de ses militants ont été embarqués par la police, un geste salué par des commerçants et usagers de la route.

    Bravo les Forces de l’ordre ! Oui, tu peux danser au tour des couilles comme tu veux. Mais si tu les piétines, on te giffle, point !!! Point de tolérance pour des indisciplinés qui troublent l’ordre publique. Oui à la démocratie, non à la démocrature, non à l’anarchie et non à ceux qui ignorent les règles du jeu pour une démocratie participative, populaire et consolidée pour le développement du Burkina Faso, notre bien commun à tous !

  • Je ne connais pas ce mr. mais la démocratie exige la liberté d’expression.
    Voilà pourquoi nous n’avançons pas.
    Attention ça commencé comme ça pour Blaise aussi.

  • Nous sommes pour des gens qui font des critiques pertinentes à l’endroit de nos dirigeants. Si nous sommes sortie les 30 et 31 octobre 2017, s’était pas pour un parti politique mais pour une cause pertinente pour la population et le pays.
    nous nous reconnaissons pas dans vos revendications monsieur Zaida.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rentrée politique du CDP : Des ovations nourries pour l’ancien président, Blaise Compaoré
Situation nationale : Les universitaires et experts associés affiliés au MPP se penchent sur le défi sécuritaire au Burkina
CDP : Une rentrée politique, de grands défis en face !
Audience parlementaire : Alassane Bala Sakandé reçoit une délégation de généticiens burkinabè
Hausse du prix du carburant : Le pouvoir du MPP fait payer aux Burkinabè ses propres erreurs de gestion, selon l’opposition
Politique : « Celui qui a remporté la guerre est celui qui détermine les conditions de la paix » (Boubacar Sannou du CDP)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé désigné président de l’Union parlementaire africaine
Assemblée nationale : Le Balai citoyen présente son nouveau projet à Bala Sakandé
Politique : L’UPC a « enfin » obtenu son récépissé, « mais la question de fond demeure »
15e édition des Journées de la commune burkinabè (JCB) : Rendez-vous à Kaya du 15 au 17 novembre 2018
Rentrée politique : Le CDP dénonce une gestion « des plus obscures » des gouvernants actuels
Crise à la CENI : Harouna Dicko analyse les « scènes du film »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés