Efficacité de la dépense : 1000 acteurs du processus budgétaire et comptable à l’école du Budget programme

LEFASO.NET | Moussa DIALLO • lundi 7 août 2017 à 23h49min

Effective depuis le 1er janvier 2017, la mise en œuvre du budget programme introduit des innovations tout le long du processus budgétaire et comptable. Mais, pour garantir réellement son succès, cette approche de gestion doit s’accompagner d’un renforcement de capacités. C’est dans ce cadre que le ministère de l’économie, des finances et du développement a officiellement lancé, le 07 aout 2017, à Ouagadougou, une série formation au profit de 1000 acteurs du processus budgétaire et comptable. Pour une couverture du territoire national, 25 sessions sont prévues et elles concerneront aussi bien le niveau central que déconcentré.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Efficacité de la dépense : 1000 acteurs du processus budgétaire et comptable à l’école du Budget programme

En juin 2009, le conseil des ministres de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (UEMOA) adoptait une série de directives pour faire du budget programme, le nouvel instrument de mise en œuvre des politiques publiques. L’internalisation de ces directives par le Burkina s’est matérialisée par l’adoption de la loi organique N°073-2015/CNT du 06 novembre 2015, relative aux lois de finances. Ce nouveau cadre de gestion des finances publiques consacre une gouvernance financière fondée sur le principe de la gestion axée sur la performance et reposant sur des instruments de gestion modernes.

La mise en œuvre de cette loi organique est effective depuis le 1er janvier 2017. Et, elle introduit des innovations à toutes les étapes du processus budgétaire et comptable. D’où la nécessité d’outiller les acteurs sur les concepts clés, les modalités d’exécution du budget programme, le contrôle modulé et la nouvelle comptabilité de l’Etat. Le résultat attendu étant l’amélioration de l’efficacité de la dépense et, à travers elle, des politiques publiques.

Cette formation s’inscrit dans la poursuite des actions de renforcement des capacités des acteurs entreprises depuis 2010. Mais, elle revêt un caractère particulier du fait du basculement du Burkina dans l’approche programme depuis le 1er janvier 2017. Mieux, elle vient en complément de celle réalisée en décembre 2016 et qui a porté sur les applications métiers. Cette formation est aussi un approfondissement de la formation urgente de deux jours organisée au profit des DAF (directeurs administratifs et financiers), des DMP (directeurs des marchés publics) et du personnel des unités de vérification en février 2017.

L’ENAREF mise à contribution pour son expertise avérée

Pour parvenir au résultat escompté, l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF) est mise à contribution. Cette école dispose d’une expérience avérée en matière de formation des cadres de l’administration financière et accompagne la mise en œuvre du plan de renforcement des capacités des acteurs du budget programme depuis 2012. C’est d’ailleurs au sein de cette école qu’a eu lieu la cérémonie officielle de lancement de ces sessions de formation.

« Cette formation cible les acteurs intervenant dans le processus budgétaire et comptable dans les ministères et institutions. Elle cible également les acteurs des structures métiers qui sont au cœur de la réforme, en l’occurrence la Direction générale du budget, la direction générale du contrôle des marchés publics et des engagements financiers et la direction générale du trésor et de la comptabilité publique », a précisé Edith Clémence Yaka, ministre déléguée chargée du budget.
Au regard des besoins exprimés, trois thématiques majeures ont été retenues pour cette formation. Il s’agit de : Procédures et modalités d’exécution du budget programme ; contrôle dans une gestion axée sur la performance ; comptabilité (ou réforme comptable).

1000 acteurs seront formés au cours de 25 sessions

JPEG - 71.8 ko
Une vue des participants lors de la cérémonie de lancement

Organisée en 25 sessions de cinq jours chacune, la formation sera administrée dans les 13 régions du Burkina au profit de 1000 acteurs intervenant dans le processus budgétaire et comptable. Car, la réussite de l’implémentation du budget programme est tributaire entre autres de l’appropriation de ces innovations par les acteurs de la mise en œuvre.

« Cette formation de 1000 acteurs demeure insuffisante, certes, mais elle vient en appoint des formations que les ministères et institutions ne manqueront pas d’entreprendre. C’est à ce prix que nous pourrons relever le défi de la mise en œuvre de cette réforme financière dans notre pays », a assuré Edith Clémence Yaka.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés